En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 10 heures 45 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 25 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 29 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 10 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 28 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 35 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 33 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 22 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 16 heures 43 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 19 heures 54 min
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Le pays compte 33 millions d'hommes de plus que de femmes. Une disproportion qui mène notamment à une certaine déprime chez les hommes, alors que le mariage reste socialement très valorisé.
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Le pays compte 33 millions d'hommes de plus que de femmes. Une disproportion qui mène notamment à une certaine déprime chez les hommes, alors que le mariage reste socialement très valorisé.
Ménage à trois

Pénurie de filles en Chine : qu'à cela ne tienne, l'Empire du Milieu a déjà connu le problème et à l'époque les femmes prenaient... plusieurs maris

Publié le 06 décembre 2016
Dans la Chine des 18ème et 19ème siècles, il n'était pas rare, bien qu'interdit, que certains couples "engagent" un mari supplémentaire pour subvenir à leurs besoins.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la Chine des 18ème et 19ème siècles, il n'était pas rare, bien qu'interdit, que certains couples "engagent" un mari supplémentaire pour subvenir à leurs besoins.

On le sait : la Chine a un problème de sex-ratio. Le pays compte 33 millions d'hommes de plus que de femmes. Une disproportion qui mène notamment à une certaine déprime chez les hommes, alors que le mariage reste socialement très valorisé. Mais cet écart de population par sexe dû à ce déficit de femmes n'est pas nouveau. Si la politique de l'enfant unique a contribué à élargir cet écart, la Chine a déjà connu une situation similaire aux XVIII et XIXème siècles, rapporte le site Quartz. Restait alors une solution, inconcevable aujourd'hui : la polygamie féminine, autrement appelée polyandrie.

Ce célibat de masse chez les hommes, appelé Sheng nu en Chine, a déjà eu lieu plusieurs siècles durant, sous la dernière des dynasties chinoises, la dynastie Qing. Mais il n'était pas rare que les Chinoises s'unissent avec deux maris à la fois, voire davantage. La polyandrie, bien qu'interdite par l'Empereur, était surtout pratiquée et acceptée dans les provinces agricoles. Comme on l'apprend dans Polyandry and Wife Sale in Qing Dynasty China, le livre de l'historien Matthew Sommer de l'Université de Stanford (Californie, États-Unis), il arrivait bien souvent qu'un ménage à trois soit créé en cas de difficultés financières au sein du couple ou d'incapacité de travail chez le mari.

©Xiamen, 1871 (John Thompson, Wellcome Library, London, licence CC 4.0)

Gagnant-gagnant

Il faut dire que la vie n'était pas facile pour les paysans de l'Empire du Milieu. Entre 1700 et 1850, la population chinoise triplait tandis que la superficie des zones cultivées n'avait que doublé. L'exploitation intensive des terres paysannes menaient à leur appauvrissement et à terme, à de mauvais rendements. Des conditions de travail difficiles et un bas salaire qui plongeaient des milliers de familles dans la misère, et poussaient souvent les nouveaux parents à tuer leur nouveau-né lorsque celui-ci se révélait être une fille. Les familles avaient le plus souvent le choix entre vendre leurs enfants ou accueillir un mari supplémentaire à la table. L'opportunité était grande pour les hommes célibataires, qui devaient traditionnellement s'acquitter d'une lourde somme au moment du mariage. Celle-ci était alors allégée.

Matthew Sommer raconte dans son livre comment un couple de fermiers, Guoshung Zheng et Shi Jiang, avaient "adopté" un deuxième mari. Guoshung devenant aveugle, sa femme s'était unie une deuxième fois avec un homme célibataire, Yilang Jiang (pas de lien de parenté). Celui-ci profiterait des avantages du couple – comme le sexe, ne nous y trompons pas – et devrait faire marcher la ferme en contrepartie. Une fois son égo mis de côté, Guoshung pourrait alors continuer à vivre des revenus de l'exploitation. Le ménage à trois avait ainsi fonctionné durant 28 ans, avant que le pauvre Guoshung ne décède. Entre temps, Shi avait donné naissance à deux enfants, sans qu'on connaisse de quel père ils étaient issus. Un avantage de plus pour Yilang Jiang, qui pouvait alors compter sur sa descendance pour veiller sur lui durant ses vieux jours. Des mariages arrangés qui donnaient ainsi parfois lieu à de véritables histoires d'amour.

©(John Thompson, Wellcome Library, London, licence CC 4.0)

Et aujourd'hui ?

Et justement. Tous ces cas de polygamie ne se déroulaient pas toujours aussi sereinement, jalousie oblige. Il apparait que bon nombre d'entre eux finissaient mal, à la suite du meurtre du premier mari par le deuxième, ou inversement. Les historiens ne disposent que de très peu de traces écrites, car les paysans étaient en grande majorité illettrés et les hautes sphères étatiques cultivées ne s'intéressaient que très peu à leur sort.

La polyandrie, bien moins répandue que la polygynie (un homme et deux femmes), subsiste toutefois dans quelques régions du globe, comme au Tibet (où elle est illégale) ou au Bhoutan (légale mais peu pratiquée). Alors, la polyandrie pourrait-elle faire son retour en Chine ? Une proposition qu'un professeur d'économie chinois, Xie Zuoshi, avait formulée fin 2015, afin de contenter les plus de 30 millions de célibataires. Il s'était alors fait lyncher sur les réseaux sociaux, notamment par des militants féministes et LGBT qui avaient qualifié ces propositions de discriminatoires, sexistes et hypocrites.  

Les Chinois devront prendre leur mal en patience. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 06/12/2016 - 20:52
Polyandrie
Si elles ont plusieurs maris c'est qu'elles ont de gros besoins les chinoises...
Alain Proviste
- 06/12/2016 - 16:13
LGBT ?
Marrant qu'ils soient cités à la fin de l'article. Je les avais justement à l'esprit et songeais à une suggestion de mauvais goût qui leur aurait plu pour satisfaire ces pauvres hommes esseulés. Blague à part ça fait longtemps qu'on sait que les Chinois allaient se créer de gros problèmes à zigouiller leur bébés filles. C'est affreux quand même.