En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© NICOLAS ASFOURI / AFP
Le pays compte 33 millions d'hommes de plus que de femmes. Une disproportion qui mène notamment à une certaine déprime chez les hommes, alors que le mariage reste socialement très valorisé.
Ménage à trois
Pénurie de filles en Chine : qu'à cela ne tienne, l'Empire du Milieu a déjà connu le problème et à l'époque les femmes prenaient... plusieurs maris
Publié le 06 décembre 2016
Dans la Chine des 18ème et 19ème siècles, il n'était pas rare, bien qu'interdit, que certains couples "engagent" un mari supplémentaire pour subvenir à leurs besoins.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la Chine des 18ème et 19ème siècles, il n'était pas rare, bien qu'interdit, que certains couples "engagent" un mari supplémentaire pour subvenir à leurs besoins.

On le sait : la Chine a un problème de sex-ratio. Le pays compte 33 millions d'hommes de plus que de femmes. Une disproportion qui mène notamment à une certaine déprime chez les hommes, alors que le mariage reste socialement très valorisé. Mais cet écart de population par sexe dû à ce déficit de femmes n'est pas nouveau. Si la politique de l'enfant unique a contribué à élargir cet écart, la Chine a déjà connu une situation similaire aux XVIII et XIXème siècles, rapporte le site Quartz. Restait alors une solution, inconcevable aujourd'hui : la polygamie féminine, autrement appelée polyandrie.

Ce célibat de masse chez les hommes, appelé Sheng nu en Chine, a déjà eu lieu plusieurs siècles durant, sous la dernière des dynasties chinoises, la dynastie Qing. Mais il n'était pas rare que les Chinoises s'unissent avec deux maris à la fois, voire davantage. La polyandrie, bien qu'interdite par l'Empereur, était surtout pratiquée et acceptée dans les provinces agricoles. Comme on l'apprend dans Polyandry and Wife Sale in Qing Dynasty China, le livre de l'historien Matthew Sommer de l'Université de Stanford (Californie, États-Unis), il arrivait bien souvent qu'un ménage à trois soit créé en cas de difficultés financières au sein du couple ou d'incapacité de travail chez le mari.

©Xiamen, 1871 (John Thompson, Wellcome Library, London, licence CC 4.0)

Gagnant-gagnant

Il faut dire que la vie n'était pas facile pour les paysans de l'Empire du Milieu. Entre 1700 et 1850, la population chinoise triplait tandis que la superficie des zones cultivées n'avait que doublé. L'exploitation intensive des terres paysannes menaient à leur appauvrissement et à terme, à de mauvais rendements. Des conditions de travail difficiles et un bas salaire qui plongeaient des milliers de familles dans la misère, et poussaient souvent les nouveaux parents à tuer leur nouveau-né lorsque celui-ci se révélait être une fille. Les familles avaient le plus souvent le choix entre vendre leurs enfants ou accueillir un mari supplémentaire à la table. L'opportunité était grande pour les hommes célibataires, qui devaient traditionnellement s'acquitter d'une lourde somme au moment du mariage. Celle-ci était alors allégée.

Matthew Sommer raconte dans son livre comment un couple de fermiers, Guoshung Zheng et Shi Jiang, avaient "adopté" un deuxième mari. Guoshung devenant aveugle, sa femme s'était unie une deuxième fois avec un homme célibataire, Yilang Jiang (pas de lien de parenté). Celui-ci profiterait des avantages du couple – comme le sexe, ne nous y trompons pas – et devrait faire marcher la ferme en contrepartie. Une fois son égo mis de côté, Guoshung pourrait alors continuer à vivre des revenus de l'exploitation. Le ménage à trois avait ainsi fonctionné durant 28 ans, avant que le pauvre Guoshung ne décède. Entre temps, Shi avait donné naissance à deux enfants, sans qu'on connaisse de quel père ils étaient issus. Un avantage de plus pour Yilang Jiang, qui pouvait alors compter sur sa descendance pour veiller sur lui durant ses vieux jours. Des mariages arrangés qui donnaient ainsi parfois lieu à de véritables histoires d'amour.

©(John Thompson, Wellcome Library, London, licence CC 4.0)

Et aujourd'hui ?

Et justement. Tous ces cas de polygamie ne se déroulaient pas toujours aussi sereinement, jalousie oblige. Il apparait que bon nombre d'entre eux finissaient mal, à la suite du meurtre du premier mari par le deuxième, ou inversement. Les historiens ne disposent que de très peu de traces écrites, car les paysans étaient en grande majorité illettrés et les hautes sphères étatiques cultivées ne s'intéressaient que très peu à leur sort.

La polyandrie, bien moins répandue que la polygynie (un homme et deux femmes), subsiste toutefois dans quelques régions du globe, comme au Tibet (où elle est illégale) ou au Bhoutan (légale mais peu pratiquée). Alors, la polyandrie pourrait-elle faire son retour en Chine ? Une proposition qu'un professeur d'économie chinois, Xie Zuoshi, avait formulée fin 2015, afin de contenter les plus de 30 millions de célibataires. Il s'était alors fait lyncher sur les réseaux sociaux, notamment par des militants féministes et LGBT qui avaient qualifié ces propositions de discriminatoires, sexistes et hypocrites.  

Les Chinois devront prendre leur mal en patience. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 06/12/2016 - 20:52
Polyandrie
Si elles ont plusieurs maris c'est qu'elles ont de gros besoins les chinoises...
Alain Proviste
- 06/12/2016 - 16:13
LGBT ?
Marrant qu'ils soient cités à la fin de l'article. Je les avais justement à l'esprit et songeais à une suggestion de mauvais goût qui leur aurait plu pour satisfaire ces pauvres hommes esseulés. Blague à part ça fait longtemps qu'on sait que les Chinois allaient se créer de gros problèmes à zigouiller leur bébés filles. C'est affreux quand même.