En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

L'austérité pour éviter la faillite

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 18 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 4 heures 43 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 8 heures 31 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 10 heures 35 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 3 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 4 heures 48 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 8 heures 59 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 10 heures 30 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 42 min
© Pixabay
 Si l’Allemagne est effectivement la première économie européenne, elle ne constitue pas une "superpuissance" et n’aspire certainement pas à un tel statut. D’aucuns soulignent davantage l’attentisme de Merkel et, parfois, une certaine lenteur à réagir.
© Pixabay
 Si l’Allemagne est effectivement la première économie européenne, elle ne constitue pas une "superpuissance" et n’aspire certainement pas à un tel statut. D’aucuns soulignent davantage l’attentisme de Merkel et, parfois, une certaine lenteur à réagir.
"Feel the power"

L'Allemagne présidente du G20 en 2017 : l'heure de la superpuissance assumée a-t-elle sonné ?

Publié le 12 décembre 2016
Héritière, depuis l'élection de Donald Trump, du rôle de garante des valeurs de la démocratie occidentale, l'Allemagne organise le prochain sommet du G20 qui se tiendra à Hambourg en 2017. Ces éléments, couplés à son rôle et son poids en Europe, pourraient la propulser au rang de superpuissance.
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Héritière, depuis l'élection de Donald Trump, du rôle de garante des valeurs de la démocratie occidentale, l'Allemagne organise le prochain sommet du G20 qui se tiendra à Hambourg en 2017. Ces éléments, couplés à son rôle et son poids en Europe, pourraient la propulser au rang de superpuissance.

Atlantico : En juillet 2017, l'Allemagne accueillera le premier sommet du G20 avec Donald Trump. Après ce que plusieurs observateurs ont estimé être un passage de flambeau d'Obama à Merkel, quels sont les enjeux de ce G20, pour lequel l'Allemagne a fait savoir son intention de "façonner un monde interconnecté" ? Assiste-t-on à une émergence de l'Allemagne en tant que "superpuissance mondiale" ?

Jean-Sylvestre Mongrenier : Cette histoire de "passage de flambeau" entre Barack Obama et Angela Merkel est un discours artificiel plaqué sur la venue du président américain à Berlin, le 18 novembre dernier. L’essentiel consistait à rappeler l’importance du lien transatlantique pour le devenir de l’Occident et les données fondamentales de cette relation. Les chefs d’Etat et de gouvernement de la France, du Royaume-Uni, de l’Italie et de l’Espagne étaient également présents. En fait, le "passage de flambeau" concerne l’actuel président des Etats-Unis et son successeur, Donald Trump. Si l’Allemagne est effectivement la première économie européenne, elle ne constitue pas une "superpuissance" et n’aspire certainement pas à un tel statut. D’aucuns soulignent davantage l’attentisme de Merkel et, parfois, une certaine lenteur à réagir. C’est sous l’emprise de la nécessité, afin de faire face aux crises successives depuis 2008, que l’Allemagne se retrouve en première ligne. Le vrai problème réside dans l’affaiblissement de la France et dans son décrochage par rapport à l’économie allemande. De ce fait, la relation politique franco-allemande est déséquilibrée et le partenariat Paris-Berlin ne parvient plus à entraîner l’Union européenne. De surcroît, l’irrespect des règles auxquelles la France a consenti, sur le plan budgétaire notamment, détruit sa légitimité en Europe, et donc sa capacité à agir et entraîner. Bref, il n’y a pas de "superpuissance" allemande, mais une inquiétante perte de puissance de la France. Le phénomène contribue à expliquer le regain d’une forme d’anti-germanisme dans certains milieux français, voire le retour à l’esprit du pacte franco-soviétique de 1944. Certaines analyses françaises donnent le sentiment qu’il conviendrait de détruire six décennies d’amitié franco-allemande et de préparer une alliance de revers avec Vladimir Poutine. 

Fondé après la crise financière de 1997-1998 (NPI d’Asie orientale et Russie) sur la base d’une idée portée par le Premier ministre australien de l’époque, le G20 (Groupe des Vingt) constitue un forum de coopération entre les économies avancées (le "club" occidental, complété par un membre honoraire, le Japon) et les économies émergentes (les BRICs et autres, encore que la Russie ne dispose pas d’une économie émergente). Après le krach financier de 2008, ce forum a gagné en importance et il a été régulièrement réuni au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement (le premier sommet du G20 s’est tenu à Washington, les 14 et 15 novembre 2008). L’ensemble de ces pays représentent les deux tiers de la population mondiale, les 9/10èmes de la richesse mondiale et une part quasiment équivalente du commerce mondial (85%). Plus représentatif des nouveaux équilibres mondiaux résultant d’une longue période d’ouverture et de croissance économique, le G20 a joué un rôle essentiel dans la coordination des politiques économiques. L’existence de cette instance a permis d’éviter le "chacun pour soi" et le déclenchement de guerres monétaires et commerciales qui auraient inévitablement transformé la grave crise de l’automne 2008 en désastre planétaire. En d’autres termes, le multilatéralisme et la coopération ont empêché la répétition de ce que nos parents et grands-parents ont connu après la crise de 1929, le protectionnisme et les dévaluations sauvages précipitant alors le désastre. Après l’onde de choc, les observateurs se sont focalisés sur les divergences croissantes entre les pays membres du G20, la mauvaise volonté des uns et des autres, les lenteurs et lourdeurs du multilatéralisme. Il est vrai que passé le temps de l’urgence, la coopération internationale bute souvent sur ses limites : "On sait éteindre des incendies, pas planter des forêts". Pourtant, la montée des tensions protectionnistes et les risques liés au "chacun pour soi" que les uns et les autres prônent dans de nombreux pays pourraient donner une nouvelle vigueur à ce forum de coopération. Dans notre univers globalisé, il n’y a guère d’autre instance capable d’assurer une gouvernance minimale. En l’absence d’une main invisible pour assurer l’harmonie entre des nations centrées sur leurs seuls intérêts "domestiques", l’idée consisterait encore une fois à conjurer le pire. L’Allemagne et ses principaux partenaires européens, la France en premier lieu, pourraient assumer ce rôle. 

Dans quelle mesure Angela Merkel et l'Allemagne de façon générale pourraient-elles être en mesure de mettre en avant lors de ce G20 la menace protectionniste, incarnée notamment par Donald Trump, pour mieux affirmer leur propre position en tant que puissance en devenir ?

Il n’y a certainement pas volonté de mettre en scène une menace protectionniste pour se donner ensuite le beau rôle. Il suffit d’observer les réalités et de consulter les rapports de l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) pour constater la multiplication des mesures protectionnistes. Si cela ne concerne pas le seul discours de Trump, il est vrai que le passage de l’"hégémon" américain au protectionnisme, alors que les Etats-Unis sont l’architecte et le garant de l’ordre international mis en place après 1945, aurait des conséquences majeures sur le commerce et l’économie mondiale, avec d’inévitables effets sur les autres dimensions des relations internationales, notamment dans la sphère diplomatico-stratégique. Un simple regard sur l’histoire économique des années 1930 donne une idée de tout ce qui pourrait se produire. Que les thuriféraires de la "démondialisation" méditent l’enchaînement des causes et des effets. La rupture du système économique, commercial et financier n’a pas mis fin à la mondialisation, celle-ci reposant sur des forces profondes inscrites dans les temps longs de l’Histoire. Songeons seulement au déploiement planétaire de la technologie (l’"arraisonnement du monde" médité par Heidegger) et au formidable accroissement de la population mondiale (9 milliards d’hommes à la surface de la Terre en 2030). En fait de "démondialisation", la dépression des années 1930 et l’exaspération des rivalités géopolitiques ont débouché sur une nouvelle guerre mondiale, en réalité la deuxième phase d’une "guerre civile européenne" (Ernest Nolte). La mondialisation marchande a laissé place à la mondialisation guerrière. L’aurait-on oublié ? 

L’Allemagne d’Angela Merkel ne cherche pas à s’auto-affirmer, moins encore à utiliser les Etats-Unis comme "sparring-partner". Elle ne cède certainement pas à l’hubris de la puissance. Tout au plus ce pays se veut-il une "puissance civile" qui cherche à influencer les autres acteurs au moyen de son modèle économique, de sa culture politique post-1945 et de l’action de ses ONG (soutien à l’Etat de droit et promotion de la démocratie libérale). Pays-clé de la zone euro, l’Allemagne doit par ailleurs assumer la plus grande part de l’effort financier pour soutenir les pays confrontés à la crise de la dette souveraine (la Grèce), ce qui a conduit ses dirigeants à demander des contreparties, sur le plan des réformes économiques et des garanties. Ce constat explique une plus grande visibilité de l’Allemagne sur la scène européenne et internationale, mais à son corps défendant. C’est à reculons, après bien des hésitations, que Berlin s’est engagé dans cette voie. On ne saurait y voir la mise en œuvre d’un projet de puissance pensé, conçu et finalisé. Sur le plan militaire, Angela Merkel a annoncé la poursuite de l’accroissement du budget de défense, de façon à répondre aux risques et menaces sur les pourtours de l’Europe et à satisfaire aux obligations consenties dans le cadre de l’Otan (les fameux 2% du PIB). Voici de nombreuses années que les principaux alliés de l’Allemagne ont souligné l’insuffisance des dépenses militaires dans ce pays, et l’on sait que Donald Trump compte demander aux Européens un plus grand effort dans le "partage du fardeau" ("burden-sharing"). Là encore, l’Allemagne s’adapte et, bon gré mal gré, répond aux sollicitations extérieures. D’ici peu, gageons que certains seront prompts à dénoncer le "militarisme allemand".

Outre le seul rôle conféré à l'Allemagne dans le cadre de ce G20 et des autres éléments déjà invoqués (passage de flambeau par Barack Obama, rôle de leader de l'UE, etc.), peut-on effectivement penser qu'Angela Merkel peut "refaçonner le monde" en faveur d'une mondialisation commerciale plus poussée ? Quels sont les obstacles qui se dressent en travers de ce processus aujourd'hui ?

Personne n’a conféré ce rôle à l’Allemagne et ses dirigeants ne cherchent pas à "refaçonner le monde". Ils se bornent à rappeler des vérités élémentaires sur les risques et menaces inhérents au protectionnisme et à des guerres commerciales et monétaires. Il importe de se souvenir que l’Allemagne de Weimar a particulièrement souffert de la conjoncture après la Première Guerre mondiale, aggravée par les "réparations" (articles 231 et 232 du traité de Versailles) et les conséquences de l’occupation de la Ruhr (l’hyperinflation de 1923), plus encore de la crise de 1929 et de la dépression qui s’ensuivit. Lors de la fondation de la République Fédérale d’Allemagne, en 1949, Konrad Adenauer et Ludwig Erhard ont opté pour l’ordo-libéralisme, c’est-à-dire un libéralisme politique et économique rigoureux, avec un Etat de droit et un cadre juridique bien défini. Bref, l’Allemagne a renoncé à l’auto-affirmation par la force et elle a renoué avec la dynamique de mondialisation économique qui la portait dans les années 1890. En raison de leur histoire, les dirigeants allemands et le pays sont particulièrement sensibles aux liens étroits entre la liberté politique et les libertés économiques, y compris sur le plan commercial. Pour leur part, les Français devraient se pencher sur leur histoire économique. La modernisation et l’industrialisation de la France se sont déroulées dans un contexte favorable au libre-échange, sous la direction de Napoléon III. Par la suite, le protectionnisme de la IIIe République, plus encore après l’adoption du Tarif Méline (1892), n’a pas eu que des effets heureux. 

La remise en cause par Donald Trump des accords de partenariat globaux (Partenariat TransPacifique et projet de Partenariat transatlantique sur le commerce et les investissements) rend plus improbable, pour les temps à venir, un approfondissement de la mondialisation commerciale. Dans l’immédiat, l’enjeu résidera d’abord dans la consolidation, la révision et la correction des accords existants. Le fait est que certains de ces accords sont déséquilibrés, notamment avec Pékin. La Chine populaire ne constitue pas une économie de marché (une large part de l’économie demeure sous le contrôle du Parti-Etat), elle manipule sa monnaie et recourt au dumping. Ces comportements contreviennent aux règles du libre-échange bien compris et les Etats membres de l’Union européenne ne devraient pas accorder à Pékin le statut d’économie de marché, avec ce que cela implique sur le plan commercial (cf. Emmanuel Dubois de Prisque, Pourquoi l’Union européenne ne doit pas accorder le statut d’économie de marché à la Chine, Note d’actualité n° 41, Institut Thomas More, novembre 2016). Il reste que, faute d’accord global entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur les normes et les aspects non tarifaires du commerce international (ce qui devait être négocié dans le cadre du Transatlantic Trade and Investment Partnership), Pékin pourrait bien finir par imposer ses propres standards, très en-deçà de ceux qui sont en vigueur de part et d’autre de l’Atlantique Nord. Les lois de la gravité, ou du moins leur équivalent sur les plans démographique et économique, jouent en ce sens. Les dirigeants allemands ne se priveront pas de le souligner. D’ores et déjà, la dénonciation du Partenariat TransPacifique (TPP), négocié pendant la présidence Obama, accroît la latitude d’action de la Chine populaire en Asie-Pacifique. En Europe, le "chacun pour soi" et les vues de court terme bénéficient également à Pékin. Sans maintien et consolidation de l’axe transatlantique, le processus de mondialisation pourrait échapper au contrôle des Occidentaux. La rupture des équilibres de puissance et ses effets submergeraient les illusoires protections que les forces dites "populistes", expression de révoltes électorales qu’il faut par ailleurs prendre en compte, prétendent ériger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

L'austérité pour éviter la faillite

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
superliberal
- 12/12/2016 - 19:01
Shame on us !
et dire que la France aurait pu faire aussi bien...c'est un peu la honte !
Deudeuche
- 12/12/2016 - 15:58
@bd
oui mais que fait on de la gauche française, du pâté de foie? Car avec ce lest nous ne sommes pas sortis de la sociale-misère!
bd
- 12/12/2016 - 10:05
L'Allemagne enfin dans la normalité.
Depuis la guerre, donc il y a 60 ans, l'Allemagne était considérée comme une puissance qui n'avait droit qu'au chapitre économique.
Les Allemands de la nouvelle génération ont prouvés qu'ils n'ont désormais plus rien à voir avec ce passé sulfureux.
Il est temps pour la communauté internationale de reconnaître ce pays comme une grande puissance moderne et humaniste.
La France aura son tour lorsqu'elle se sera modernisée et réformée.
La France a, dans les dix ans, le potentiel de rejoindre l'Allemagne à égalité sur le plan de la puissance économique... si les Français le veulent vraiment.