En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 9 min 9 sec
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 36 min 32 sec
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 52 min 2 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 1 heure 22 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 14 heures 56 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 15 heures 43 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 18 heures 19 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 25 min 41 sec
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 45 min 11 sec
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 59 min 25 sec
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 13 heures 23 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 15 heures 15 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 17 heures 27 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 18 heures 57 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 21 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
Don't worry, be happy

Champignons hallucinogènes, marijuana, ecstasy... Les drogues sont-elles le nouvel horizon de la médecine pour traiter la douleur ?

Publié le 02 décembre 2016
Après les différentes légalisations de drogues comme le cannabis, de nombreux chercheurs repensent l'utilisation des molécules. MDMA, cannabis, champignons hallucinogènes... Ces drogues pourraient être à l'origine de futurs médicaments novateurs.
Muriel Grégoire est addictologue et psychiatre. Elle est responsable du CSAPA la ville Floreal à Aix-En-Provence. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Grégoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Grégoire est addictologue et psychiatre. Elle est responsable du CSAPA la ville Floreal à Aix-En-Provence. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les différentes légalisations de drogues comme le cannabis, de nombreux chercheurs repensent l'utilisation des molécules. MDMA, cannabis, champignons hallucinogènes... Ces drogues pourraient être à l'origine de futurs médicaments novateurs.

Atlantico : Aux Etats-Unis, la Food and Drugs Administration a fait un premier pas vers une légalisation médicinale du MDMA (molécule de l'ecstasy). Certaines molécules de drogue peuvent-elles être bonnes pour la santé ? Quels seraient ces effets positifs ?

Muriel Grégoire : En premier lieu, j’aimerais resituer le sens du mot drogue : toute substance entraînant des modifications de conscience et/ou l’activité mentale, donc les produits illicites mais aussi l’alcool ou les médicaments. En France, il n'a été gardé que le rapport avec l’illégalité. Dans les pays anglo-saxons, ils utilisent le mot drugs quel que soit son statut juridique. Cela nous fait remonter à Platon qui parlait du pharmakon comme de toute substance pouvant être à la fois remède et à la fois poison. La plupart des drogues synthétiques ont été trouvées dans des laboratoires légaux et ont eu un statut de médicament.

  1. Avec ce paradigme, il est plus aisé de parler de certains effets qui peuvent être bénéfiques pour des substances. Vu leur statut illégal, il est compliqué de pouvoir faire des études pour confirmer ou infirmer scientifiquement des intuitions cliniques rapportées par des usagers et des praticiens. Les autorisations sont très strictes, voire impossibles à obtenir.

  2. Voyons maintenant les principales molécules étudiées actuellement :

  3. Le MDMA, depuis déjà quelques années, a pu être étudié sur des volontaires, militaires présentant un syndrôme de stress post-traumatique de retour de la guerre du Golfe. Les résultats très encourageants de la phase 2 des essais cliniques aux Etats-Unis vont permettre de commencer la phase 3 qui comprend une ouverture à un champ plus large de patients. Le syndrôme post-traumatique, avec dépression, anxiété, cauchemars récurrents, isolement, est largement diminué voire endigué. Le MDMA est donné en adjuvant d’une psychothérapie. Les doses et le temps d’exposition sont très contrôlés.

  4. D’autres molécules telles que la kétamine (anesthésiant humain et vétérinaire), qui est un anesthésiant dissociatif donc psychédélique à dose certaine, ont des propriétés anti-dépressives connues depuis longtemps. Cela fait assez peu de temps qu’une équipe suisse a étudié ces effets. Ils se servent aujourd’hui d’un spray nasal à base de kétamine. Là aussi, ce produit accompagne la psychothérapie. D’autres applications médicales sont connues et appliquées en plus de l’anesthésie dans le traitement des addictions à l’alcool et aux opiacés. Ici aussi, la prise est très cadrée et accompagnée par une psychotérapie. Des usages médicaux comme l’épilepsie et la douleur sont aussi reconnus.

  5. Les hallucinogènes, tels le LSD ou les champignons, ont des vertus anti-dépressives et anxiolytiques (là aussi accompagnés par une psychothérapie). Ils permettent d’après les études sur des personnes en fin de vie d’améliorer très significativement leur bien-être ; ce sont des choses rapportées par les usagers depuis de nombreuses années. Ces effets-là perdurent au-delà des prises pendant plusieurs mois, permettant de ne pas multiplier les doses.

  6. Le cannabis est lui aussi reconnu comme ayant des vertus thérapeutiques, comme anxiolytique, antalgique, anti-épileptique, anti-spasmodique. Le cannabidiol est l'une des molécules actives du cannabis, très peu psychotrope.

  7. Ces substances peuvent avoir des effets positifs comme négatifs, comme toute substance active. Certaines sont déjà des médicaments, d’autres comme le cannabis le sont depuis longtemps de manière traditionnelle. Certaines substances illicites du fait de leur toxicité forte, repérées même sans étude particulière, ne donneront probablement jamais lieu à des études permettant une commercialisation. L’important dans ce contexte est l’accompagnement, l’élimination des éventuelles contre-indications et le cadre thérapeutique.

Les molécules de drogue sont-elles l’avenir de la médecine, les médicaments de demain ? 

  1. Il faut nuancer le propos. Mais oui, certaines substances sont prometteuses, méritent d’être étudiées et peut-être de changer de statut à des fins thérapeutiques. Elles peuvent apporter soulagement et parfois guérison. Les médicaments connus ne soignent ni ne soulagent tout, alors soyons ouverts.

  2. Les hommes se sont depuis tout temps soignés avec la pharmacopée que lui offrait la nature, mais le caractère psychoactif des substances les rend intouchables aux yeux de certains. Les psychotropes légaux peuvent eux aussi avoir des effets positifs et négatifs, c’est la manière dont ils sont utilisés le plus souvent qui fait le danger ou pas. Les drogues sont utilisées parfois comme automédication et les patients nous apprennent de ce fait les effets, qu’ils soient positifs ou négatifs. Il faut savoir les écouter, tout comme les scientifiques qui osent aller dans des chemins pas toujours balisés par l’idéologie officielle, mais dans le respect des personnes et du cadre établi de ce type d’études.

  3. C’est l'une des voies possibles, mais une personne est à prendre dans son ensemble et dans les cas sus-cités, la molécule, évidemment primordiale, est associée à une prise en charge globale.

Quelles sont les dernières difficultés qu’il reste à résoudre avant une potentielle commercialisation de ces molécules ?

Pour être commercialisé comme médicament, il faut passer par toute une série de phases cliniques longues et complexes. Ceci implique que ces essais soient autorisés, ce qui n’est pas simple concernant des molécules classées stupéfiants. Des aménagements sont possibles selon les pays. Les plus pragmatiques comme les Etats-Unis, l’Angleterre, la Suisse ou Israël réussissent à le faire. Il faut qu’avant même les études il y ait déjà des données en faveur d’une balance bénéfice/risque positive.

  1. Le plus grand frein à la commercialisation est la position idéologique. L’évidence clinique et scientifique ne suffit pas toujours à convaincre dans ce domaine.

  2. Il est évident que toute drogue n’a pas un potentiel thérapeutique à étudier mais il est dommage de se priver de certaines.

  3. Quelle utilisation pour ces drogues ? Comment l’encadrer ?

  4. Les applications sont variables selon les substances. Celles psychédéliques seraient plus à usage psychique, de par leur capacité à développer le sentiment d’empathie, d’union, la reviviscence de souvenirs. Leur action principale sur la sérotonine explique aussi ces actions sur l’humeur et l’anxiété.

  5. Il existe déjà dans d'autres pays des exemples positifs de cannabis thérapeutique ou autres molécules, alors pourquoi ne pas nous inspirer tout en se servant de ce qui fonctionne chez nous ? Par ailleurs, ces pays ne sont pas des pays permissifs sur la question des usages de drogues, c’est le volet thérapeutique qui ici est en jeu. En France, nous avons un cadre légal strict en ce qui concerne les prescriptions de certaines substances permettant de contrôler plutôt bien leur usage (prescription limitée dans le temps, par un spécialiste, prise en charge globale). Alors tant que ces molécules restent interdites mais utiles pour quelques-uns, peut-être pouvons-nous penser à une évolution des lois qui doit passer par celles des mentalités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires