En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 19 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 15 heures 14 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 26 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 18 heures 17 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 40 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 54 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 52 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 33 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 43 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 17 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 38 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 23 heures 8 min
France, poids lourd ou léger...

Syrie : Alain Juppé pense-t-il vraiment pouvoir faire plier la diplomatie russe ?

Publié le 16 février 2012
Le ministre des Affaires étrangères doit rencontrer son homologue russe en marge d'une rencontre sur l'Afghanistan. Mais de quels moyens de pression dispose la France ?
Philippe Migault est auditeur de l'Institut des Hautes Etudes de la Defense Nationale (IHEDN) et du Centre des Hautes Etudes de l'Armement (CHEAr). Il dirige le Centre Européen d'Analyses Stratégiques (CEAS).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Migault
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Migault est auditeur de l'Institut des Hautes Etudes de la Defense Nationale (IHEDN) et du Centre des Hautes Etudes de l'Armement (CHEAr). Il dirige le Centre Européen d'Analyses Stratégiques (CEAS).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre des Affaires étrangères doit rencontrer son homologue russe en marge d'une rencontre sur l'Afghanistan. Mais de quels moyens de pression dispose la France ?

Atlantico : Alain Juppé doit rencontrer ce jeudi son homologue russe, Sergey Lavrov, en marge d’une rencontre sur l’Afghanistan. La France a-t-elle encore des moyens de convaincre la Russie de faire évoluer sa position sur le dossier syrien ?

Philippe Migault : Très clairement, nous n’avons aucun moyen de pression sur la Russie. Il est tout à fait possible que Moscou reste parfaitement ancré dans sa position. On a l’air de s’imaginer en France, au Royaume Uni et aux Etats-Unis qu’à partir du moment où Paris, Londres et Washington font les gros yeux, Moscou cède. Mais nous ne sommes plus à l’époque de Boris Eltsine. La Russie est de nouveau une puissance qui monte avec une santé économique certaine.

La Russie est insensible aux pressions occidentales. Elle a le sentiment de s’être fait berner en Libye. Nous y avons dépassé de très loin le mandat donné par les Nations unies. Pour mémoire, il s’agissait alors de mettre en place une zone d’interdiction aérienne pour assurer la protection des populations civiles en danger. Dans les faits, les avions de l’OTAN se sont comportés comme l’aviation des rebelles, appuyant les troupes au sol. Ils ont pris fait et cause pour un camp, ce qui n’était pas prévu. C’était la première fois depuis des années que les Russes s’abstenaient au Conseil de sécurité de manière à ne pas entraver l’action de l’OTAN, ils ne risquent pas de recommencer sur la Syrie.

 

L’Occident d’un côté, la Russie et la Chine de l’autre. Est-ce le début d’une sorte de nouvelle "Guerre froide" ?

Pas du tout. L’OTAN n’est pas un bloc uni. Ce n’est plus qu’une structure politique moribonde. Cette organisation cherche tous les justificatifs imaginables à sa propre existence.

N’oublions pas par ailleurs que nous sommes entrés dans une économie mondialisée. On ne peut pas se permettre de bouder un pays avec lequel nos économies sont totalement interconnectées. La majorité du titane utilisé par l’aéronautique américaine vient de Russie. Une importante part de l’énergie qui alimente les Européens vient de Russie.

La Russie n’a aucune volonté de domination. D'ailleurs, cette dépendance économique est réciproque : l’Europe reste le principal débouché pour le gaz russe et Moscou a besoin de le vendre. C’est le marché le plus gratifiant pour l’industrie énergétique russe. Pour la Russie, cela reste la poule aux œufs d’or. Nous avons autant besoin des Russes qu’ils n’ont besoin de nous.

 

La Russie est un pays qui conclut des partenariats, économiques, industriels ou sécuritaires, avec des pays aussi variés que la France, membre de l’OTAN, l’Inde, allié de l’OTAN ou l’Iran, adversaire de l’OTAN. Sur quoi reposent les choix géopolitiques de la Russie ?

Le partenariat entre Moscou et New Delhi n’a pas loin de 40 ans. L’Inde est un allié proche de la Russie en matière de défense, de nucléaire civil, d’espace. En ce qui concerne l’Iran, ce n’est pas parce que l’on évoque des ventes d’armes que l’on peut parler de partenariat. La France fait d’ailleurs de même, elle vend du matériel militaire à des pays que l’on ne peut pas considérer comme des partenaires, au sens propre du terme. Ces discussions avec l’Iran n’ont pas le moindre rapport avec les tensions liées au bouclier anti-missiles.

La vraie question à se poser, c’est de savoir si nous avons intérêt à voir le mouvement qui se poursuit depuis un an dans le monde arabe continuer dans la direction actuellement empruntée. Sur ce plan, les Russes sont parfaitement pragmatiques. Ils font un constat simple : Ben Ali n’était pas un saint, il est parti, tant mieux. Par contre, qui est au pouvoir à la place ? Ennahda. Même chose en Libye : le pays est livré au chaos et aux trafics d’armes. Moubarak a été remplacé par un pouvoir partagé entre militaires, Frères musulmans et salafistes. Les Russes se posent la question : les Occidentaux ont-ils apporté la démocratie ?

C’est le vrai sujet. Qu’est ce qui menace l’Occident aujourd’hui ? C’est le terrorisme et le fondamentalisme sunnite : Al Qaïda, AQMI, les Taliban. Ces mouvances sont liées aux wahhabites, aux salafistes et à d’autres écoles de pensée qui sont toutes sunnites. Ils ont une haine de l’Occident mais ils ont aussi une haine de la Russie. C’est d’ailleurs là que Moscou se sent menacé : dans le Caucase, en Asie centrale et en Tchétchénie, les Russes sont confrontés aux mêmes adversaires que nous.

En laissant tomber la Syrie de Bachar al-Assad, qui est alaouite, il y a de fortes chances de voir naître un nouveau pouvoir sunnite. Des fondamentalistes musulmans pourraient aussi accéder au pouvoir. Le seul pays qui échapperait encore à cette suprématie des Frères musulmans, des salafistes et les wahhabites sera l’Iran. Soit nous voulons combattre le fondamentalisme sunnite et nous acceptons tous les alliés possibles, les chiites étant aussi menacés que les chrétiens. Soit nous continuons à avoir une politique qui estime que les dictateurs doivent partir afin de laisser les peuples libres. Une approche positive sur le papier mais qui a jusqu’ici laissé des populations aux mains de régimes aussi problématiques. A toutes ces questions, la Russie répond fermement non.

 

La diplomatie française pourrait-elle s’inspirer de cette approche pragmatique de la Russie ?

La diplomatie française se contente de faire de la gesticulation. On a répété à plusieurs reprises que l’usage de la force en Syrie était parfaitement exclu. A partir de là, sur quoi porte le débat ? Une déclaration pour dire « Bachar, c’est pas bien ! ».

La diplomatie française a perdu toute forme de logique depuis cinq ans. Nous avons accueilli Kadhafi dans les salons de l’Elysée en grandes pompes pour finalement envoyer nos avions stopper son convoi et permettre de le tuer quelques années plus tard. On a accueilli Bachar el-Assad lors d’un 14 juillet pour finalement nous retourner contre lui. Il y a un manque de constance évident dans la diplomatie française ces dernières années. Il ne faut rien voir de politique dans mon propos mais bien le constat d’un message envoyé de manière récurrente : la France n’est pas un partenaire fiable.

Cette diplomatie du coup d’éclat, qui réagit à l’émotion, repose uniquement sur de la communication. Elle semble parfaitement ignorante des réalités géopolitiques. Les Russes sont des gens pragmatiques avec une vision tout à fait claire des réalités politiques. Ils considèrent que, même si c’est difficilement audible, il vaut mieux un Moubarak ou un Bachar el-Assad à des régimes qui soutiendraient des mouvements fondamentalistes.

 

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
le14ecossais
- 17/02/2012 - 09:10
Cela m'étonnerait
Cela m'étonnerait qu''Alain JUPPE infléchisse la politique des russes . D'ailleurs encore heureux qu'ils soient présents actuellement sur la scène géopolitique car , sinon, on aurait sans doute encore favorisé l'installation d'un régime islamiste en syrie . Et contents de nous-mêmes on aurait appelé une démocratie ce qui se serait appelée une dictature islamique.
fms
- 17/02/2012 - 06:03
émotion, gesticulation et absence de gains...
tout le résumé de la politique française depuis 5 ans... en politique étrangère et sur beaucoup d'autres sujets.
Le gorille
- 17/02/2012 - 01:33
Pourvu que la Russie ne cède pas !
J'ai presque une certitude : la Russie ne cèdera pas. Merci à elle !
Quelque part elle peut sauver ainsi la Syrie. Nos politiques et philosophes occidentaux sont complètement à côté de la plaque.
Je crains fort que seule une personne ne l'ait compris en France, mais non nécessairement pour LA bonne raison. Cela ne fait rien.
Au moins le résultat sera le même : pas d'intervention et la Syrie sauvée de sa guerre civile, si Bachar al Assad sort vainqueur. Mais cela est une autre histoire !