En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 44 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 48 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 26 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 45 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 15 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 23 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 29 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 4 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 5 heures 59 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 6 heures 55 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 23 heures 12 min
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
On peut se demander si Manuel Valls pourra rester le Premier ministre d'un homme dont visiblement il conteste le sérieux et la capacité à gouverner la France.
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
On peut se demander si Manuel Valls pourra rester le Premier ministre d'un homme dont visiblement il conteste le sérieux et la capacité à gouverner la France.
Un homme pressé

Trahison, rupture, candidature : Manuel Valls peut-il réussir en six mois ce qui a pris cinq ans à François Fillon ?

Publié le 02 décembre 2016
Dans une interview accordée au JDD parue ce dimanche, Manuel Valls n'a pas exclu de se présenter contre François Hollande à la primaire socialiste. Si François Fillon a mis cinq ans à se détacher de l'héritage sarkozyste, il semble difficile pour le Premier ministre d'opérer une telle rupture avec le bilan du chef de l'Etat sur une durée aussi courte.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview accordée au JDD parue ce dimanche, Manuel Valls n'a pas exclu de se présenter contre François Hollande à la primaire socialiste. Si François Fillon a mis cinq ans à se détacher de l'héritage sarkozyste, il semble difficile pour le Premier ministre d'opérer une telle rupture avec le bilan du chef de l'Etat sur une durée aussi courte.

Atlantico : Dans une interview accordée au JDD ce dimanche, Manuel Valls n'a pas exclu de se présenter contre François Hollande, et indiqué que chacun devait mener ses "réflexions en responsabilité". Alors que François Fillon a réussi à rompre totalement avec l'héritage de Nicolas Sarkozy, le Premier ministre peut-il vraiment réussir en six mois ce que le député de Paris a accompli en cinq ans ?

Christophe Bouillaud : Il me semble que pour Manuel Valls, une telle rupture avec l'héritage de François Hollande serait extrêmement difficile à opérer sur une durée aussi courte.

En revanche, il est vrai que tout au long de son mandat de Premier ministre, et même de ministre de l'Intérieur auparavant, Manuel Valls a bien fait sentir qu'il n'était pas complètement d'accord avec la manière de se comporter de François Hollande. Je pense en particulier à l'épisode de l'affaire Leonarda, où déjà Manuel Valls, qui était alors ministre de l'Intérieur, avait signifié ses divergences avec les décisions prises. Manuel Valls, contrairement à François Fillon qui s'était très strictement aligné sur Nicolas Sarkozy tout au long du quinquennat, peut faire valoir qu'il a été la "conscience républicaine" de ce quinquennat.

Par ailleurs, on peut se demander si Manuel Valls pourra rester le Premier ministre d'un homme dont visiblement il conteste le sérieux et la capacité à gouverner la France. S'il démissionnait de son poste de Premier ministre et se mettait clairement dans l'opposition à François Hollande, on peut imaginer que toute une série d'événements serait rappelée au souvenir des Français afin de montrer que finalement Manuel Valls était la personnalité sérieuse ayant sauvé ce qui était "sauvable" dans ce quinquennat.

Face à Arnaud Montebourg, Manuel Valls pourrait-il incarner une offre idéologiquement différente de celle de François Hollande ? Si oui, laquelle ?

Sur le positionnement idéologique proprement dit, c’est-à-dire le fait de représenter un parti socialiste parfaitement adapté au capitalisme, il n'y a aucune différence entre les deux hommes.

En revanche, Manuel Valls souhaite probablement que l'option qu'il incarne, la droite du parti socialiste, soit représentée par une personnalité crédible, c’est-à-dire lui-même afin d'éviter qu'Arnaud Montebourg et la gauche du parti socialiste, voire le centre avec Martine Aubry, puissent remporter les primaires haut la main contre François Hollande, délégitimant de ce fait tout ce qui a été fait pendant le quinquennat.

A mon sens, l'avenir du Parti socialiste est le véritable enjeu. Si François Hollande se présente véritablement aux primaires, il y a de très forts risques qu'il soit battu et remplacé par un candidat qui représente la gauche du parti ou du moins le centre-gauche du parti autour de Martine Aubry. Les hommes comme Manuel Valls qui ont incarné la droite du parti se retrouveront ainsi marginalisés, d'autant plus que par ailleurs Emmanuel Macron aura pris une longueur d'avance pour créer un autre parti de centre-gauche. L'enjeu est donc de savoir qui contrôlera le parti socialiste après François Hollande.

Au-delà de la ligne politique, dans quelle mesure la personne de Manuel Valls est-elle rejetée à gauche ? Quels sont les aspects de son bilan en tant que Premier ministre qui ont le plus braqué sa famille politique ?

A en croire les sondages, Manuel Valls n'est guère plus populaire dans l'électorat général et dans l'électorat de gauche que ne l'est François Hollande. Ils ont été assez étroitement associés aux yeux de l'opinion.

Le braquage se fait sur deux points : d'une part, l'aspect trop libéral de la loi travail, qui a incarné un abandon de toutes les références socialistes traditionnelles et d'autre part, un accent mis sur le côté sécuritaire, presque identitaire autour du terme de "républicain". On peut également penser à la déchéance de nationalité : l'idée d'inscrire dans la Constitution la possibilité de déchéance de nationalité pour les bi-nationaux a constitué une rupture avec l'électorat de gauche. Mais cette rupture est plus marquée pour François Hollande que pour Manuel Valls.

A cette double rupture avec la vision de la gauche traditionnelle, s'ajoute le fait qu'il y a eu un très faible intérêt aussi bien de François Hollande que de Manuel Valls pour la lutte contre le chômage. François Hollande, Manuel Valls - ainsi que Jean-Marc Ayrault - sont des dirigeants qui ont accepté une augmentation du chômage, pratiquement continue, tout au long du quinquennat. Cela a, me semble-t-il, détaché de la gauche une très grande partie des classes populaires. Cette acceptation de l'augmentation du chômage depuis 2012 est ce qui plombe véritablement aussi bien François Hollande que Manuel Valls.

L'avantage comparatif de Manuel Valls est de n'avoir été "que" Premier ministre, et surtout d'avoir tenu sa langue tandis que la manière dont François Hollande a géré sa relation avec les journalistes est catastrophique. D'un côté, il y a une gestion traditionnelle, comme celle de Manuel Valls, qui utilise le journaliste pour faire passer son message, et de l'autre, François Hollande qui pense utiliser le journaliste mais qui le fait d'une manière tellement désordonnée et étrange que le résultat est une délégitimation profonde du personnage. Dans le couple Président-Premier ministre, pour la première fois le Premier ministre apparait comme la personne qui incarne le sérieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ikaris
- 28/11/2016 - 14:39
Evolution du rôle de Valls
Il y a 2 ans Valls semblait être le type qui dirigeait d'une main de fer le pédalo hallandais avec la bénédiction tacite du président. On disait même qu'il avait ordonné le remaniement ministériel. Maintenant on a bien davantage l'impression que Hollande tire les ficelles via ses relais d'opinion et que c'est lui qui dirige avec maladresse et machiavélisme en même temps.