En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Nikodem Nijaki - Wikipedia
L’Aloe vera est une plante médicinale utilisée depuis des millénaires pour son suc et son gel.
Publicité mensongère
Pourquoi il n’y a peut-être pas d’Aloe Vera dans votre crème à l’Aloe… et surtout ce que vous risquez à l’appliquer tout de même
Publié le 27 novembre 2016
En dépit de ce qui est vanté sur les emballages, de nombreux produits prétendant être à base d'Aloe Vera n'en contiennent pas.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit de ce qui est vanté sur les emballages, de nombreux produits prétendant être à base d'Aloe Vera n'en contiennent pas.

Atlantico : Le groupe américain Bloomberg a récemment mené une étude sur différents produits estampillés Aloe Vera sans pour autant en contenir. De telles situations de contrefaçon (ou de mauvaise extraction) existent-elles en France ? Quels risques présentent-elles ?

Stéphane Gayet : Les résultats de cette étude sont à la fois troublants et quand même un peu attendus. Précisons que l’Aloe vera est une plante médicinale utilisée depuis des millénaires pour son suc et son gel. Le gel est utilisé pour la préparation de cosmétiques et de boissons. C’est la feuille d’aloès qui contient de nombreuses substances actives agissant, pour les unes seules, pour les autres en synergie, c’est-à-dire en se potentialisant mutuellement. Cette plante devenue emblématique a fait bien sûr l’objet d’analyses scientifiques pour tenter de comprendre le mystère de ses propriétés hors du commun. Le gel, riche en polysaccharides, vitamines, enzymes, stérols et minéraux, possède véritablement des propriétés anti-inflammatoires, antiulcéreuses, immunostimulantes, antioxydantes, cicatrisantes, antitumorales et hypoglycémiantes. Il présente également un certain intérêt dans le traitement des maladies parodontales (gencives, maxillaire et mandibule).

L’acémannane, un polysaccharide de haut poids moléculaire isolé dans le gel, a révélé une importante action antivirale et anti-tumorale. Il s’agit bel et bien d’une substance naturelle très intéressante qui stimule efficacement les défenses immunitaires. Il faut préciser que tous les mécanismes d’action n’ont pas encore été élucidés. Toujours est-il que, forts de ces preuves scientifiques, plusieurs entreprises se sont lancées dans l’exploitation commerciales du gel issu des feuilles de cette plante, appelée couramment l’aloès et scientifiquement Aloe vera. Or, d’une part, la récolte et l’exploitation des feuilles d’aloès sont fort coûteuses, d’autre part, il existe un grand vide juridique face à la commercialisation de substances issues de plantes médicinales.

La Food and drug administration (FDA) des États-Unis d’Amérique n’est pas tenue de valider pas les cosmétiques avant leur commercialisation et n'a jamais infligé d'amende pour la vente de produits « à base d’aloès » et en réalité contrefaits. Cela signifie que tout repose sur la confiance que les clients accordent aux fabricants de cosmétiques. Et l’ensemble du marché des États-Unis pour les produits d'aloès, y compris les boissons et les vitamines, a augmenté de 11 pour cent au cours de la dernière année pour atteindre 146 millions de dollars. Une telle situation tente forcément les escrocs à grande échelle. Dans l’étude de Bloomberg, la moitié seulement des produits commerciaux testés seraient conformes aux dires de leur fabricant. 

Qu’en est-il en France ? La situation est proche de celle des États-Unis d’Amérique. Le statut particulier des plantes médicinales exploitées de façon non pharmaceutique pour en tirer des produits de grande consommation comme des cosmétiques ou des boissons fait que les fabricants et revendeurs sont dans l’ensemble à l’abri de sanctions, du moins tant que ne surviennent pas d’accidents. Les exigences sont bien faibles quant à la composition de tels produits commerciaux et à leur concentration en substances actives. C’est bien sûr la porte ouverte à tous les abus. Dans l’étude de Bloomberg, certains cosmétiques ne contenaient pas d’aloès, mais des substances ressemblant aux composés de cette plante, d’autres cosmétiques en contenaient un peu, mais nettement moins que la quantité annoncée. Dès lors, les substances actives de la plante originelle sont remplacées par des succédanés qui risquent d’être dangereux. On peut bien sûr s’attendre à des allergies et à une toxicité cutanée, hépatique, rénale, neurologique et immunologique (système immunitaire). Finalement, le moindre mal serait l’absence d’effet d’un produit commercial se trouvant pratiquement sans substance active.

Quels sont généralement les produits utilisés pour remplacer l'Aloe Vera ? Par ailleurs, l'Aloe Vera en tant que telle est-elle aussi saine qu'on le dit souvent ?

Étant donné ce que nous avons vu en matière de réglementation, à savoir un important vide juridique, les fabricants malhonnêtes ont cherché à remplacer les constituants de la feuille d’aloès par des substances ayant des propriétés physiques (aspect, consistance, viscosité) proches. Les deux molécules souvent trouvées lors des tests sont la maltodextrine, un sucre peu cher qui imite assez bien le gel d’aloès, et la triéthanolamine, un émulsifiant. La maltodextrine est un produit extrêmement utilisé dans l’agroalimentaire et dont la qualité de fabrication peut parfois laisser à désirer.

On peut supposer que dès l’instant où un fabricant peu scrupuleux a décidé de remplacer tout ou partie des composants naturels de l’aloès par des produits chimiques industriels, il ne se tourne pas vers ceux ayant une qualité irréprochable. Il en résulte un risque important d’impuretés liées au processus de fabrication, pouvant elles-mêmes être toxiques. Surtout, ce sucre a été incriminé dans la survenue de cancers de l’estomac. Quant à la triéthanolamine, les essais de toxicité chronique réalisés par voie orale chez le rat et le cobaye ont mis en évidence une toxicité à la fois rénale et hépatique. De plus, par inhalation, une inflammation du larynx et une augmentation du poids des reins sont observées ; lors d’une administration par voie cutanée, des lésions inflammatoires sont les principaux effets rapportés aux doses moyennes ; avec de plus fortes doses, on constate une augmentation du poids du foie et des reins. Et puis il y a tous les additifs possibles utilisés en cosmétologie et en agroalimentaire avec des qualités de fabrication incertaines et bien sûr une probable toxicité potentielle.

Pour en revenir à l’Aloe vera authentique, à côté des vertus des composants de cette plante dûment prouvées, il faut préciser que la qualité de la plante varie selon le lieu de récolte. Les fabricants doivent donc sélectionner avec soin leurs fournisseurs de feuilles d’aloès. Cette plante originaire d’Afrique est surtout cultivée sur le continent américain. Or, de nombreux facteurs interviennent dans sa qualité médicinale : la variété, la qualité du sol, la composition physico-chimique de l’eau, l’hygrométrie et la pluviométrie de la région, sans compter les procédés d’amendement du sol. On peut affirmer en effet que tous les aloès ne se valent pas. Là encore, c’est une question de confiance accordée à tel ou tel fabricant de cosmétique ou de boisson. Car le consommateur n’a bien sûr pas les moyens de contrôler quoi que ce soit.

Face aux dangers induits évoqués précédemment, quelles peuvent être les alternatives ? Comment se protéger – ou se régénérer – efficacement ?

Dans l’étude conduite par Bloomberg, il y avait environ la moitié des produits qui étaient frelatés. Il y en a donc tout de même environ la moitié qui est conforme aux dires du fabricant. Ces contrefaçons et autres escroqueries ne doivent pas occulter les propriétés hors du commun du gel d’aloès. Plusieurs thèses de pharmacie ont été consacrées à Aloe vera et aux propriétés de ses différents composants. Les produits de composition mensongère et de médiocre qualité ne doivent pas dégoûter les consommateurs de tous les produits à base d’aloès. Il ne s’agit pas d’une plante « miraculeuse », mais d’une véritable plante médicinale aux vertus prouvées scientifiquement. Celles et ceux qui tiennent à se soigner avec du gel d’aloès doivent accepter de payer au prix fort et on l’espère juste les cosmétiques à base de feuille de cette plante.

Mais l’aloès n’est pas une plante unique et irremplaçable. En pharmacie ou en parapharmacie, on peut trouver de très bons produits sérieux qui permettent, soit par application cutanée, soit par ingestion, de contribuer à protéger sa peau des agressions physiques et chimiques ainsi que du vieillissement d’une façon plus générale, et à protéger son corps et combattre les méfaits de la pollution, qu’elle soit alimentaire, hydrique ou aérienne. Ces produits peuvent ou non contenir de l’aloès, cette plante n’est tout de même pas irremplaçable. Ou alors ce n’est plus une plante médicinale, c’est un mythe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Comment on a tué les centre-villes de ces villes moyennes où une majorité de Français voudraient pourtant vivre
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Maltraitance dans les Ehpad : pourquoi des formations des personnels soignants peuvent faire une grande différence pour les personnes âgées
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
14 tonnes d’aide humanitaire française pour le Venezuela confisquées à Caracas par la Garde nationale
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/11/2016 - 01:09
Une marque fiable: Aragan
dans toutes les bonnes pharmacies: Aloe vera pur, non pasteurisé et conservé au frais, en gel, huile, jus d'Aloe vera etc...
zouk
- 28/11/2016 - 17:46
ALOE VERA
Quelle parade? Visa pharmaceutique, probablement la meilleure solution? Compétence du pharmacien: par qui et comment sera-t-il informé?
Olivier K.
- 28/11/2016 - 17:23
alloevera
Pour les intéressé planté dans un pot gardé dans la maison l'alorvera pousse et se multipli comme une mauvaise herbe, pas besoin d'entretien, et pas besoin de s'inquueter pour l'arrosage, vous ppuvez oublier de l arroser pendant des mois. pour l'emploi, couper au sciseau un morceau de branche l oubrir par le milieu et appliquer direcyement sur la peau. C est vraiement incroyablrment efficace contre les brulures coup de soleil etc,... Din n achetait pas une creme a l aloevera, achetez un pied!! Ca se multipli tellement bien une fois grand que vous pourrez en donner à tous vos amis