En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 16 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 26 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 8 heures 56 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 1 heure 52 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 5 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 4 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 42 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 41 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 7 heures 56 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 20 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 17 min
© SAFIN HAMED / AFP
© SAFIN HAMED / AFP
Dans une presque indifférence...

Mgr Al Naufali, archevêque de Bassorah : "Ce qui est arrivé à nos peuples en Irak et ce qui est toujours en cours aujourd'hui s'apparente à un génocide"

Publié le 25 novembre 2016
En Irak, et de façon générale au Moyen-Orient, la situation des Chrétiens est catastrophique. A l'occasion d'une visite à Paris l'archevêque de Bassorah, Monseigneur Al Naufali, confie à Atlantico son sentiment sur les traitements que subissent les Chrétiens d'Orient.
Habib Al-Naufali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Habib Al-Naufali est archevêque chaldéen de Bassorah (Irak).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Irak, et de façon générale au Moyen-Orient, la situation des Chrétiens est catastrophique. A l'occasion d'une visite à Paris l'archevêque de Bassorah, Monseigneur Al Naufali, confie à Atlantico son sentiment sur les traitements que subissent les Chrétiens d'Orient.

Atlantico : Monseigneur, vous êtes l'archevêque de Bassorah, ville importante du sud de l'Irak et êtes originaire du nord du pays, et vous serez présent dimanche 27 à Paris au Trianon pour un concert caritatif de Grégory Turpin visant à lever des fonds pour Fraternité en Irak, qui œuvre chez vous depuis quelques années. Quelle est la situation de votre pays aujourd'hui, et particulièrement celle des Chrétiens irakiens ?

Mgr Al Naufali : Il faut savoir que les minorités d'Irak, parmi lesquelles les Chrétiens, n'ont eu de cesse de souffrir depuis très longtemps. Ce n'est pas une chose nouvelle. Cela a commencé dans mon existence à partir des années 80 avec la guerre entre l'Iran et l'Irak. Puis avec le Koweït. Ensuite vinrent les sanctions et l'embargo. Après 2003, l'invasion de l'Irak et la chute de l'ancien régime de Saddam Hussein. Comme il n'y a pas d'Etat – d'Etat moderne – et donc pas de protection séculière, certains musulmans essayent depuis quelques années de légiférer à partir de la charia. Ils s'appuie sur la tradition islamique pour faire en sorte que tout soit islamique.

Dans ce contexte, les chrétiens, mais aussi les yézidis ou les mandéens souffrent partout des conséquences de ces transformations. Dans le Nord, chez les Kurdes, la situation est un peu meilleure parce que les Kurdes ont une forte tradition séculière. Mais dans le Sud, il y a des conflits avec la majorité chiite. A Bagdad, la situation est très complexe, du fait de son statut de capital.

2003 a donc initié dans ces courants minoritaires une nouvelle vague d'immigration vers l'Ouest, plus importantes que celles que l'on avait observé lors de la guerre avec l'Iran. Comme tout était détruit, comme on ne comptait plus les morts, plus de 700.000 Chrétiens d'Irak ont fui leur pays. Ils sont allés en Amérique, en Australie, mais aussi en Europe, où ils sont très présents. Ce fut aussi le cas des mandéens et des Yézidis. Ils se sont rendus en Allemagne, en Suède...

Désormais, la situation est ambiguë. Dans le Nord, comme vous le savez, l'Etat islamique a tout détruit dans la plaine de Ninive. Des centaines de milliers de personnes ont fui vers le Kurdistan ou vers le Sud et la capitale Bagdad. Presque 400.000 personnes sont réfugiées en Turquie. 8000 familles sont aujourd'hui en Allemagne, 1000 à Beyrouth... Ceci pour vous montrer que nous continuons de souffrir. Et c'est toujours la guerre !

Dans le Sud, il y a d'autres puissances en présence. Ici, ce sont des milices et des chefs religieux chiites, mêlés à des gangsters, qui déstabilisent véritablement la région. La violence est omniprésente. Mais il reste encore des Chrétiens en Irak. Nous les estimons être encore 300.000 à ne pas avoir fui le pays. Ce sont des populations qui aimeraient beaucoup pouvoir rester : elles sont là depuis plus de 2000 ans après tout ! C'est notre terre, notre langage, nos traditions syriennes et chaldéennes, mais aussi celles des Arméniens, des Orthodoxes... Nous avons tous besoin que l'Ouest fasse quelque chose, aujourd'hui. Nous comptons sur la fraternité qui unit notre Eglise, et sur le rôle important qu'a le pape François partout dans le monde pour qu'on nous entende enfin.

Qu'attendez-vous de la communauté internationale, désormais ?

Vous savez, ce qui est arrivé à nos peuples et ce qui est toujours en cours aujourd'hui s'apparente à un génocide. Nous avons un besoin pressant d'une législation internationale afin de nous protéger. L'Irak et son gouvernement n'ont pas les moyens de nous assurer cette protection, car ils sont trop faibles. Ils ne peuvent nous protéger, tout particulièrement pas les Chrétiens. Notre Patriarche, Louis Sako, a plaidé haut et fort notre cause. Regardez ce qu'il a dit à l'Assyrian News Agency le mois dernier : les Chrétiens sont en train de mourir, l’Église sur le point de disparaître. Et les persécutions ne cessent d'avoir lieu. Ce sont trois ans d'incommensurable violence que nous avons vécu, subissant le joug et le glaive d’extrémistes qui ne nous laissent plus de choix, plus de liberté : c'est la conversion à l'Islam ou l'exil.

Nous demandons à la communauté internationale de mettre la pression sur le gouvernement irakien pour qu'il nous intègre à la citoyenneté irakienne et surtout qu'il empêchent tous les crimes contre l'humanité, perpétrés tout particulièrement contre les minorités d'Irak. Nous voulons qu'on arrête et qu'on juge les leaders religieux qui intellectualisent aujourd'hui la terreur permanente. Je parle de l'Etat islamique bien entendu, mais aussi des autres fanatiques qui, partout dans le pays, rendent notre survie impossible.

Nous demandons aussi aux puissances internationales de soutenir les musulmans pacifiques avec qui nous vivons en harmonie depuis des années, et qui souffrent également de la situation. Ce sont de bons musulmans qui veulent faire de l'Irak un pays moderne. Il faut les encourager à parler, pour qu'ils puissent instaurer un régime sain et fassent vaincre un discours religieux modéré. Ils peuvent attaquer la culture du mensonge qui règne ici, et encourager une culture de vie. Nous avons pour cela besoin de l'appui des Nations Unies, afin que l'on promeuve ici la tolérance plutôt que la haine et la vengeance.

Nous avons aussi besoin d'une aide en matière d'éducation, car aujourd'hui, il y des millions d'illettrés en Irak. Il n'y a pas d'Irak. Nous avons besoin de sortir des constitutions religieuses, afin de laisser place à un espace plus égalitaire. Aujourd'hui, un Chrétien ne peut pas se trouver de travail. On lui demande des lettres de recommandation de son parti. Mais de quel parti est le Chrétien d'Irak, sinon celui de son Eglise ?

Il faut aussi que l'ONU force la constitution et la réunion d'une conférence des pays islamiques, afin qu'ils prennent la responsabilité de régler ces horreurs qui se passent dans leurs zones d'influence. Pourquoi une telle conférence, ou organisation n'existe-t-elle déjà pas ? C'est un problème important.

La diaspora des Chrétiens d'Orient est une réalité importante aujourd'hui : comment se passe les relations avec vos frères immigrés ?

Nous craignons que trop de gens les suivent. Comprenez, nous avons nos terres ici, nos bâtiments historiques, nos églises, nos monastères, même si ceux-ci sont bien souvent en ruines. Ici, nous avons toute notre culture, toutes nos traditions. Quand les Chrétiens fuient notre pays, ils laissent la plupart de tout cela, et ils perdent souvent leurs familles. Par exemple, j'ai pour ma part deux frères en Australie, un en Californie, un en Turquie. J'ai aussi une sœur en Turquie, un neveu en Suisse, un autre en Hollande. Un autre est au Royaume-Uni.

Mais le problème principal, c'est qu'est-ce que ces gens de ma famille, dispersés autour du monde, pourraient voir s'ils en venaient à retourner ici. Tout est détruit, et aucune loi n'est là pour les protéger, comme c'est le cas, par exemple, aux Etats-Unis ou en Australie...

La mobilisation autour des Chrétiens d'Orient est un enjeu considéré comme important par de nombreux français. Quels sont ces projets que vous souhaitez porter en venant à Paris à la demande de Fraternité en Irak ?

J'aimerai vraiment remercier du fond du cœur Fraternité en Irak et tous les gens qui nous soutiennent. Ils travaillent durs, particulièrement dans le Nord. Ils construisent des écoles ou des petits ateliers pour nous permettre de recommencer à vivre normalement. Ils ont depuis peu décidé de venir dans le Sud, où la diversité des Chrétiens est importante (arméniens, orthodoxes...) Ils nous encouragent à ouvrir cette nouvelle école, qui serait multi-confessionnelle. Ils ont plein de projets pour nous. Mais il n'est pas certain que l'on puisse réussir à tous les mener, car nombreux sont les adversaires de la Chrétienté aujourd'hui. Mais si nous restons en contact avec les personnes adorables qui œuvrent pour nous à Paris, je pense que nous pourrons faire de bonnes choses ici.  

Entretien réalisé par Camille Dalmas

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hibernato
- 25/11/2016 - 18:22
Erreur de casting

Les médias ont déjà bouclé le casting "victimaire" - les rôles principaux ont été attribués à la troupe Merah Kouachi Koulinaby avec des nominations spéciales pour les enfants syriens noyés par leur père ou les naïades en Burkini.
Désolé Msg Habib Al-Naufali votre peuple ne répond pas au profile "bankable" de la victime. Vous pouvez en revanche vous proposer pour le role de la "repentance" et toutes les tribunes médiatiques vous seront alors ouvertes. Vous pouvez aussi priez pour mai 2017 au cas où.