En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Economie mondiale : une année de négociations

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 1 heure 21 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 2 heures 3 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 3 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 1 heure 37 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 3 heures 22 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 4 heures 52 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 7 heures 31 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 8 heures 39 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 9 heures 20 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 10 heures 33 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Pas si évident

Allo docteur éco : qui du Royaume-Uni et des autres pays du G7 a les meilleurs performances économiques depuis le Brexit ?

Publié le 25 novembre 2016
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.

Atlantico : Que se passe-t-il au Royaume-Uni ? Selon l'OCDE, la croissance britannique au troisième trimestre serait en effet la deuxième plus forte parmi les pays européens du G7, à 2,3% contre 1,4%. Comment ce chiffre peut-il s'expliquer selon vous, alors que de nombreux spécialistes (dont la Banque d'Angleterre) prévoyaient un effondrement de l'économie britannique ? 

Jean-Paul Betbeze : D’abord, commençons par une bonne nouvelle : la reprise du G7 s’accélère  entre le deuxième et le troisième trimestre 2016. Elle passe de 0,3% au deuxième trimestre à 0,6% au troisième. Cette accélération vient surtout des États-Unis (de 0,4% à 0,7%) et du Japon (de 0,2% à 0,5%). L’Europe décélère, notamment en Allemagne, avec une croissance qui passe de 0,4% à 0,2%. L’Allemagne souffre en effet d’un ralentissement de l’investissement et des exportations vers la Chine. La France va à peine mieux, passant de -0,1% à +0,2%, essentiellement du fait d’une augmentation des stocks. 

C’est dans ce contexte que le Royaume-Uni tire, d’une certaine manière, son épingle du jeu. Certes, son économie ralentit, passant de 0,7% de croissance à 0,5% du deuxième au troisième trimestre. Le Brexit joue évidemment un rôle dans ce changement de trajectoire, puisque le RU était parti vers 2,8% de croissance. Mais ce n’est pas un effondrement, comme l’annonçaient certains. En fait, en économie, rien n’est immédiat en matière de croissance, ce sont les indicateurs de marchés qui réagissent le plus et le plus vite. Dans les premiers jours, ils ont fait preuve de panique sur la bourse, puis se sont repris, sur la bourse. En revanche, la baisse de la Livre par rapport au Dollar reste de l’ordre de 13%, tandis que les taux longs remontent à 1,4% soit le double de l’avant Brexit. Nous sommes donc dans une période d’inquiétude et de dévaluation, cette dévaluation étant structurelle puisqu’il s’agit pour le RU de diminuer ses coûts en réduisant les surcharges imputées à l’Europe (à voir) et de développer ses échanges extérieurs, par de nouveaux accords commerciaux avec une Livre plus faible (à faire). 

A très court terme, ce qui se passe est donc très classique : grâce à la dévaluation de la Livre, les exports sont soutenus, les entrepreneurs accélèrent certains programmes d’investissements, tandis que les touristes affluent. Par la suite, l’inflation importée va se manifester (la hausse des prix pour l’an prochain dépasserait 2,5%, sachant que des prévisions sortent à 4%). Les taux d’intérêt à long terme monteront donc encore, pesant sur la croissance. S’il n’est plus question de récession, comme l’avait dit au début la Banque centrale d’Angleterre, il reste que les prévisions sont revues à la baisse vers 1,4% officiellement, contre 2,2% en mars. Pour la suite, tout dépendra évidemment de la croissance de la zone euro et de la tournure des négociations qui pourraient réduire les inquiétudes des entrepreneurs britanniques. 

Au total, le RU n’est pas tombé en récession, bénéficiant des effets de la dévaluation et d’une économie très servicielle, donc assez inerte, dont la composante financière a bien résisté.        

Au regard du détail de l'activité économique du pays pendant cette période, que peut-on imaginer pour la fin de l'année, voire pour 2017 ?

Le ralentissement devrait se poursuivre, étant très sensible à la politique économique interne du RU, notamment la baisse des impôts sur les sociétés et les mesures sociales. Ceci va peser sur le déficit budgétaire, faisant apparaître de façon de plus en plus nette le coût du Brexit, dans l’attente de ses avantages. 

Dans ce contexte, la Banque centrale anglaise ne va évidemment plus pouvoir baisser ses taux à court terme et sera aussi attentiste que possible face à leur remontée. La question de l’évolution du quantitative easing est également ouverte. Mais, plus profondément, compte-tenu de l’inquiétude qui est manifeste chez les entrepreneurs, le tournant des négociations sera décisif. Ceci sera encore plus vrai en matière bancaire et financière. La City souhaite évidemment un soft Brexit, mais il n’est pas sûr que les banquiers et financiers du continent soient d’accord. 

Au total, pendant deux ou trois ans, on peut s’attendre à ce qu’un attentisme prévale. Heureusement, la dévaluation de la Livre aura bien aidé !  

Les taux de croissance des sept principales économies mondiales semblent faibles... Comment l'expliquez-vous ?

Sortir de cette crise ne sera pas une partie de plaisir. C’est une crise financière, économique, technologique, sociale, politique, religieuse et de plus en plus, géopolitique. Ce sont les grandes régions du monde qui voient leurs poids relatifs changer. Grâce à la politique de Donald Trump, on peut imaginer que la croissance américaine va être plus soutenue que prévu pendant les deux années qui viennent, faisant monter d’autant le Dollar et les taux longs. Dans cette même période, les tensions peuvent monter entre États-Unis et Chine d’une part, Russie et Europe d’autre part. De toute manière, le risque mondial est à la hausse, donc les taux longs, ce qui pèsera sur la croissance européenne. 

C’est bien dans ce contexte que se joue le Brexit, non plus seulement comme un rapport entre le RU et l’Union Européenne, mais comme de nouveaux types de discussions sur les accords d’échanges internationaux. Dans les "belles années" qui sont derrière nous, nous sommes en effet passés à des Traités d’échanges de plus en plus complets, binationaux puis multinationaux, puis multi-régionaux. Les crises du CETA puis celles plus graves du NAFTA et du TPP, du fait des États-Unis, ouvrent à une nouvelle forme de croissance internationale où la Chine veut jouer un rôle plus important. Allons-nous vers une guerre des tarifs douaniers (sous l’impulsion des EU) ou une concurrence des accords régionaux (sous l’impulsion de la Chine) ? Les EU protectionnistes et la Chine libre échangiste, on aura tout vu ! 

C’est bien cette nouvelle phase de l’histoire du monde qui peut s’écrire, avec des régions qui commerceraient davantage et qui, de plus en plus, développeraient aussi leur demande interne. Aucun changement de cette envergure ne s’est réalisé sans ralentissement de la croissance. L’essentiel est sa consolidation à moyen et long terme : c’est ce qui se joue actuellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Economie mondiale : une année de négociations

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 24/11/2016 - 16:42
Péché d'orgueil
Les explications a posteriori sont nettement plus faciles que les prévisions! On nous explique aussi savamment pourquoi Trump devait gagner et la domination de Fillon, mais après coup. Ça ne les empêche pas de continuer à faire des prévisions du ton de la certitude, comme s'ils ne se trompaient jamais. Ce n'était pourtant pas si difficile de prévoir que les économies allaient s'adapter plus ou moins vite et plus ou moins facilement au Brexit, avec des hausses par-ci et des baisses par-là; leur problème au fond est qu'ils veulent faire les gros titres des journaux, passer pour des devins, et nous manipuler pour qu'on vote "bien".