En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 45 min 15 sec
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 2 heures 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 4 heures 6 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 5 heures 55 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 18 heures 40 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 1 heure 41 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 2 heures 6 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 2 heures 38 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 3 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 4 heures 15 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 19 heures 34 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Pas si évident

Allo docteur éco : qui du Royaume-Uni et des autres pays du G7 a les meilleurs performances économiques depuis le Brexit ?

Publié le 25 novembre 2016
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.

Atlantico : Que se passe-t-il au Royaume-Uni ? Selon l'OCDE, la croissance britannique au troisième trimestre serait en effet la deuxième plus forte parmi les pays européens du G7, à 2,3% contre 1,4%. Comment ce chiffre peut-il s'expliquer selon vous, alors que de nombreux spécialistes (dont la Banque d'Angleterre) prévoyaient un effondrement de l'économie britannique ? 

Jean-Paul Betbeze : D’abord, commençons par une bonne nouvelle : la reprise du G7 s’accélère  entre le deuxième et le troisième trimestre 2016. Elle passe de 0,3% au deuxième trimestre à 0,6% au troisième. Cette accélération vient surtout des États-Unis (de 0,4% à 0,7%) et du Japon (de 0,2% à 0,5%). L’Europe décélère, notamment en Allemagne, avec une croissance qui passe de 0,4% à 0,2%. L’Allemagne souffre en effet d’un ralentissement de l’investissement et des exportations vers la Chine. La France va à peine mieux, passant de -0,1% à +0,2%, essentiellement du fait d’une augmentation des stocks. 

C’est dans ce contexte que le Royaume-Uni tire, d’une certaine manière, son épingle du jeu. Certes, son économie ralentit, passant de 0,7% de croissance à 0,5% du deuxième au troisième trimestre. Le Brexit joue évidemment un rôle dans ce changement de trajectoire, puisque le RU était parti vers 2,8% de croissance. Mais ce n’est pas un effondrement, comme l’annonçaient certains. En fait, en économie, rien n’est immédiat en matière de croissance, ce sont les indicateurs de marchés qui réagissent le plus et le plus vite. Dans les premiers jours, ils ont fait preuve de panique sur la bourse, puis se sont repris, sur la bourse. En revanche, la baisse de la Livre par rapport au Dollar reste de l’ordre de 13%, tandis que les taux longs remontent à 1,4% soit le double de l’avant Brexit. Nous sommes donc dans une période d’inquiétude et de dévaluation, cette dévaluation étant structurelle puisqu’il s’agit pour le RU de diminuer ses coûts en réduisant les surcharges imputées à l’Europe (à voir) et de développer ses échanges extérieurs, par de nouveaux accords commerciaux avec une Livre plus faible (à faire). 

A très court terme, ce qui se passe est donc très classique : grâce à la dévaluation de la Livre, les exports sont soutenus, les entrepreneurs accélèrent certains programmes d’investissements, tandis que les touristes affluent. Par la suite, l’inflation importée va se manifester (la hausse des prix pour l’an prochain dépasserait 2,5%, sachant que des prévisions sortent à 4%). Les taux d’intérêt à long terme monteront donc encore, pesant sur la croissance. S’il n’est plus question de récession, comme l’avait dit au début la Banque centrale d’Angleterre, il reste que les prévisions sont revues à la baisse vers 1,4% officiellement, contre 2,2% en mars. Pour la suite, tout dépendra évidemment de la croissance de la zone euro et de la tournure des négociations qui pourraient réduire les inquiétudes des entrepreneurs britanniques. 

Au total, le RU n’est pas tombé en récession, bénéficiant des effets de la dévaluation et d’une économie très servicielle, donc assez inerte, dont la composante financière a bien résisté.        

Au regard du détail de l'activité économique du pays pendant cette période, que peut-on imaginer pour la fin de l'année, voire pour 2017 ?

Le ralentissement devrait se poursuivre, étant très sensible à la politique économique interne du RU, notamment la baisse des impôts sur les sociétés et les mesures sociales. Ceci va peser sur le déficit budgétaire, faisant apparaître de façon de plus en plus nette le coût du Brexit, dans l’attente de ses avantages. 

Dans ce contexte, la Banque centrale anglaise ne va évidemment plus pouvoir baisser ses taux à court terme et sera aussi attentiste que possible face à leur remontée. La question de l’évolution du quantitative easing est également ouverte. Mais, plus profondément, compte-tenu de l’inquiétude qui est manifeste chez les entrepreneurs, le tournant des négociations sera décisif. Ceci sera encore plus vrai en matière bancaire et financière. La City souhaite évidemment un soft Brexit, mais il n’est pas sûr que les banquiers et financiers du continent soient d’accord. 

Au total, pendant deux ou trois ans, on peut s’attendre à ce qu’un attentisme prévale. Heureusement, la dévaluation de la Livre aura bien aidé !  

Les taux de croissance des sept principales économies mondiales semblent faibles... Comment l'expliquez-vous ?

Sortir de cette crise ne sera pas une partie de plaisir. C’est une crise financière, économique, technologique, sociale, politique, religieuse et de plus en plus, géopolitique. Ce sont les grandes régions du monde qui voient leurs poids relatifs changer. Grâce à la politique de Donald Trump, on peut imaginer que la croissance américaine va être plus soutenue que prévu pendant les deux années qui viennent, faisant monter d’autant le Dollar et les taux longs. Dans cette même période, les tensions peuvent monter entre États-Unis et Chine d’une part, Russie et Europe d’autre part. De toute manière, le risque mondial est à la hausse, donc les taux longs, ce qui pèsera sur la croissance européenne. 

C’est bien dans ce contexte que se joue le Brexit, non plus seulement comme un rapport entre le RU et l’Union Européenne, mais comme de nouveaux types de discussions sur les accords d’échanges internationaux. Dans les "belles années" qui sont derrière nous, nous sommes en effet passés à des Traités d’échanges de plus en plus complets, binationaux puis multinationaux, puis multi-régionaux. Les crises du CETA puis celles plus graves du NAFTA et du TPP, du fait des États-Unis, ouvrent à une nouvelle forme de croissance internationale où la Chine veut jouer un rôle plus important. Allons-nous vers une guerre des tarifs douaniers (sous l’impulsion des EU) ou une concurrence des accords régionaux (sous l’impulsion de la Chine) ? Les EU protectionnistes et la Chine libre échangiste, on aura tout vu ! 

C’est bien cette nouvelle phase de l’histoire du monde qui peut s’écrire, avec des régions qui commerceraient davantage et qui, de plus en plus, développeraient aussi leur demande interne. Aucun changement de cette envergure ne s’est réalisé sans ralentissement de la croissance. L’essentiel est sa consolidation à moyen et long terme : c’est ce qui se joue actuellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 24/11/2016 - 16:42
Péché d'orgueil
Les explications a posteriori sont nettement plus faciles que les prévisions! On nous explique aussi savamment pourquoi Trump devait gagner et la domination de Fillon, mais après coup. Ça ne les empêche pas de continuer à faire des prévisions du ton de la certitude, comme s'ils ne se trompaient jamais. Ce n'était pourtant pas si difficile de prévoir que les économies allaient s'adapter plus ou moins vite et plus ou moins facilement au Brexit, avec des hausses par-ci et des baisses par-là; leur problème au fond est qu'ils veulent faire les gros titres des journaux, passer pour des devins, et nous manipuler pour qu'on vote "bien".