En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 18 min 22 sec
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 14 heures 2 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 56 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 57 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 18 heures 27 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 18 heures 39 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 20 heures 12 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 20 heures 28 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 48 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 49 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 14 heures 14 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 16 heures 24 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 18 heures 38 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 19 heures 10 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 20 heures 17 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 21 heures 9 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Pas si évident

Allo docteur éco : qui du Royaume-Uni et des autres pays du G7 a les meilleurs performances économiques depuis le Brexit ?

Publié le 25 novembre 2016
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La croissance allemande ralentit et passe de 0.4% à 0.2% tandis que l'économie britannique, supposée s'effondrer, persiste et refuse la récession annoncée.

Atlantico : Que se passe-t-il au Royaume-Uni ? Selon l'OCDE, la croissance britannique au troisième trimestre serait en effet la deuxième plus forte parmi les pays européens du G7, à 2,3% contre 1,4%. Comment ce chiffre peut-il s'expliquer selon vous, alors que de nombreux spécialistes (dont la Banque d'Angleterre) prévoyaient un effondrement de l'économie britannique ? 

Jean-Paul Betbeze : D’abord, commençons par une bonne nouvelle : la reprise du G7 s’accélère  entre le deuxième et le troisième trimestre 2016. Elle passe de 0,3% au deuxième trimestre à 0,6% au troisième. Cette accélération vient surtout des États-Unis (de 0,4% à 0,7%) et du Japon (de 0,2% à 0,5%). L’Europe décélère, notamment en Allemagne, avec une croissance qui passe de 0,4% à 0,2%. L’Allemagne souffre en effet d’un ralentissement de l’investissement et des exportations vers la Chine. La France va à peine mieux, passant de -0,1% à +0,2%, essentiellement du fait d’une augmentation des stocks. 

C’est dans ce contexte que le Royaume-Uni tire, d’une certaine manière, son épingle du jeu. Certes, son économie ralentit, passant de 0,7% de croissance à 0,5% du deuxième au troisième trimestre. Le Brexit joue évidemment un rôle dans ce changement de trajectoire, puisque le RU était parti vers 2,8% de croissance. Mais ce n’est pas un effondrement, comme l’annonçaient certains. En fait, en économie, rien n’est immédiat en matière de croissance, ce sont les indicateurs de marchés qui réagissent le plus et le plus vite. Dans les premiers jours, ils ont fait preuve de panique sur la bourse, puis se sont repris, sur la bourse. En revanche, la baisse de la Livre par rapport au Dollar reste de l’ordre de 13%, tandis que les taux longs remontent à 1,4% soit le double de l’avant Brexit. Nous sommes donc dans une période d’inquiétude et de dévaluation, cette dévaluation étant structurelle puisqu’il s’agit pour le RU de diminuer ses coûts en réduisant les surcharges imputées à l’Europe (à voir) et de développer ses échanges extérieurs, par de nouveaux accords commerciaux avec une Livre plus faible (à faire). 

A très court terme, ce qui se passe est donc très classique : grâce à la dévaluation de la Livre, les exports sont soutenus, les entrepreneurs accélèrent certains programmes d’investissements, tandis que les touristes affluent. Par la suite, l’inflation importée va se manifester (la hausse des prix pour l’an prochain dépasserait 2,5%, sachant que des prévisions sortent à 4%). Les taux d’intérêt à long terme monteront donc encore, pesant sur la croissance. S’il n’est plus question de récession, comme l’avait dit au début la Banque centrale d’Angleterre, il reste que les prévisions sont revues à la baisse vers 1,4% officiellement, contre 2,2% en mars. Pour la suite, tout dépendra évidemment de la croissance de la zone euro et de la tournure des négociations qui pourraient réduire les inquiétudes des entrepreneurs britanniques. 

Au total, le RU n’est pas tombé en récession, bénéficiant des effets de la dévaluation et d’une économie très servicielle, donc assez inerte, dont la composante financière a bien résisté.        

Au regard du détail de l'activité économique du pays pendant cette période, que peut-on imaginer pour la fin de l'année, voire pour 2017 ?

Le ralentissement devrait se poursuivre, étant très sensible à la politique économique interne du RU, notamment la baisse des impôts sur les sociétés et les mesures sociales. Ceci va peser sur le déficit budgétaire, faisant apparaître de façon de plus en plus nette le coût du Brexit, dans l’attente de ses avantages. 

Dans ce contexte, la Banque centrale anglaise ne va évidemment plus pouvoir baisser ses taux à court terme et sera aussi attentiste que possible face à leur remontée. La question de l’évolution du quantitative easing est également ouverte. Mais, plus profondément, compte-tenu de l’inquiétude qui est manifeste chez les entrepreneurs, le tournant des négociations sera décisif. Ceci sera encore plus vrai en matière bancaire et financière. La City souhaite évidemment un soft Brexit, mais il n’est pas sûr que les banquiers et financiers du continent soient d’accord. 

Au total, pendant deux ou trois ans, on peut s’attendre à ce qu’un attentisme prévale. Heureusement, la dévaluation de la Livre aura bien aidé !  

Les taux de croissance des sept principales économies mondiales semblent faibles... Comment l'expliquez-vous ?

Sortir de cette crise ne sera pas une partie de plaisir. C’est une crise financière, économique, technologique, sociale, politique, religieuse et de plus en plus, géopolitique. Ce sont les grandes régions du monde qui voient leurs poids relatifs changer. Grâce à la politique de Donald Trump, on peut imaginer que la croissance américaine va être plus soutenue que prévu pendant les deux années qui viennent, faisant monter d’autant le Dollar et les taux longs. Dans cette même période, les tensions peuvent monter entre États-Unis et Chine d’une part, Russie et Europe d’autre part. De toute manière, le risque mondial est à la hausse, donc les taux longs, ce qui pèsera sur la croissance européenne. 

C’est bien dans ce contexte que se joue le Brexit, non plus seulement comme un rapport entre le RU et l’Union Européenne, mais comme de nouveaux types de discussions sur les accords d’échanges internationaux. Dans les "belles années" qui sont derrière nous, nous sommes en effet passés à des Traités d’échanges de plus en plus complets, binationaux puis multinationaux, puis multi-régionaux. Les crises du CETA puis celles plus graves du NAFTA et du TPP, du fait des États-Unis, ouvrent à une nouvelle forme de croissance internationale où la Chine veut jouer un rôle plus important. Allons-nous vers une guerre des tarifs douaniers (sous l’impulsion des EU) ou une concurrence des accords régionaux (sous l’impulsion de la Chine) ? Les EU protectionnistes et la Chine libre échangiste, on aura tout vu ! 

C’est bien cette nouvelle phase de l’histoire du monde qui peut s’écrire, avec des régions qui commerceraient davantage et qui, de plus en plus, développeraient aussi leur demande interne. Aucun changement de cette envergure ne s’est réalisé sans ralentissement de la croissance. L’essentiel est sa consolidation à moyen et long terme : c’est ce qui se joue actuellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 24/11/2016 - 16:42
Péché d'orgueil
Les explications a posteriori sont nettement plus faciles que les prévisions! On nous explique aussi savamment pourquoi Trump devait gagner et la domination de Fillon, mais après coup. Ça ne les empêche pas de continuer à faire des prévisions du ton de la certitude, comme s'ils ne se trompaient jamais. Ce n'était pourtant pas si difficile de prévoir que les économies allaient s'adapter plus ou moins vite et plus ou moins facilement au Brexit, avec des hausses par-ci et des baisses par-là; leur problème au fond est qu'ils veulent faire les gros titres des journaux, passer pour des devins, et nous manipuler pour qu'on vote "bien".