En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 50 min 55 sec
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Politique
Illusion ?

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

il y a 4 heures 22 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 17 heures 58 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 18 heures 45 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 20 heures 1 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 1 jour 1 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 1 jour 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 1 heure 7 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Société
Insécurité

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 4 heures 12 sec
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 17 heures 34 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 18 heures 23 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 19 heures 8 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 20 heures 35 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 20 heures 54 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 jour 19 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 1 jour 58 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
Versus

Equipe de campagne : Juppé-Fillon, le match des coulisses

Publié le 25 novembre 2016
Avec Bruno Dive
Les deux finalistes de la primaire de la droite et du centre ont débuté leur campagne de second tour, chacun avec sa stratégie propre. S'il ne leur est plus véritablement possible de se démarquer sur la semaine d'entre-deux tours, des différences tactiques antérieures sont susceptibles d'expliquer au moins partiellement les résultats du premier tour.
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux finalistes de la primaire de la droite et du centre ont débuté leur campagne de second tour, chacun avec sa stratégie propre. S'il ne leur est plus véritablement possible de se démarquer sur la semaine d'entre-deux tours, des différences tactiques antérieures sont susceptibles d'expliquer au moins partiellement les résultats du premier tour.
Avec Bruno Dive

Atlantico : Ce mardi 22 novembre ouvrait le début de la campagne opposant François Fillon à Alain Juppé pour le deuxième tour de la primaire. Fillon la commençait à Viry-Châtillon auprès des acteurs de terrain tandis que Juppé préférait les studios d'Europe1. Dans quelle mesure cette photographie peut-elle représenter les différences de stratégie des candidats, au-delà de ce seul deuxième tour ? Comment cela se traduit-il, logistiquement ?

Bruno Dive : Il est indéniable que François Fillon a sillonné le pays et fait des visites de terrain dans toute la France. Il est le premier à être parti en campagne, puisque cela fait presque quatre ans maintenant. Sa campagne a commencé dès 2013 et, visiblement, il a tiré les leçons de celle qu'il a perdue pour la présidence de l'UMP, en 2012. Il avait, à l'époque, pensé que la campagne serait simple à mener et que les jeux était d'ores et déjà fait. Il s'est reposé sur ses lauriers et cela à aboutit à l'échec  que l'on sait. Il a donc labouré le sol en prévision de cette primaire de la droite et du centre, un exercice d'autant plus facile pour lui qu'il disposait déjà à ce moment-là d'un nombre conséquent de parlementaires. Même au pire moment de sa campagne, quand il était au plus bas dans les sondages, il était celui qui en avait le plus. Ces soutiens sont primordiaux : ils constituent les réseaux susceptibles de porter la parole sur le terrain. François Fillon a réussi à agréger autour de lui une petite machine de guerre qui organisait ses déplacements.

Néanmoins, Alain Juppé est parti tôt également. Cela fait presque deux ans, désormais, qu'il a démarré sa campagne et qu'il a commencé à se déplacer sur le territoire, puisqu'il a débuté en 2015. A partir de là, il a fait quasiment un déplacement par semaine, en prenant exemple sur le modèle Chirac de 1995. Jusqu'au début de la "vraie" campagne cet été, il a finalement fait assez peu de médias – bien que plus que François Fillon. Ses apparitions médiatiques régulières, il faut le dire également, étaient plus reprises que celles de François Fillon. Ce dernier, qui a aussi donné plusieurs interviews, était moins invité sur les plateaux, probablement du fait qu'il était moins crédité dans les sondages. François Fillon, bien que moins présent dans les médias, a fait plus de déplacements et était plus présent qu'Alain Juppé sur le terrain. Pour autant, tous deux sont partis en immersion dans la même idée d'alimenter leurs livres respectifs. La publication de Faire, de François Fillon, a d'ailleurs été l'occasion de repartir en province pour des séances de dédicaces. Le succès de son livre constitue – avec le recul – un signe avant-coureur, précurseur, de sa victoire au premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Si sur les aspects précédemment évoqués les stratégies diffèrent, y'a-t-il des points ou les dispositifs de campagne de Fillon comme de Juppé se ressemblent, selon-vous ? En quoi peut-on les comparer ?

Les campagnes respectives de François Fillon et d'Alain Juppé se ressemblent et se rejoignent sur plusieurs points. D'abord, en cela qu'ils ont tous deux été obligés de faire campagne en dehors du parti, contrairement à Nicolas Sarkozy qui s'est longtemps servi des moyens du parti, avant de se déclarer très tardivement. Par conséquent, François Fillon comme Alain Juppé ont du se constituer un QG personnel, en dehors des Républicains. L'un comme l'autre ont dû rassembler autour d'eux un noyau dur de fidèles qui, pour Fillon comme pour Juppé, n'était pas très large à l'origine. Cependant François Fillon a toujours eu le soutien de davantage de parlementaires qu'Alain Juppé, même quand le maire de Bordeaux l'écrasait littéralement dans les sondages.

Tous deux ont également partagé une même stratégie d'écriture. Alain Juppé a rédigé trois livres, François Fillon deux. Le dernier, rédigé plus rapidement que le premier, est intitulé Vaincre le terrorisme islamique et lui a permis de recentrer sa campagne sur le thème de la sécurité. Cela témoigne largement du point de départ des deux campagnes : Juppé et Fillon ont commencé par se concentrer sur l'économie. Ils négligeaient, à l'origine, l'aspect identitaire et sécuritaire. Les deux ont corrigé le tir en cours de campagne. François Fillon l'a fait après Nice. Alain Juppé a durci le ton tout en décidant d'assumer son concept d'identité heureuse.

Au vu du score de François Fillon au premier tour de la primaire, peut-on penser qu'une campagne privilégiant l'exposition aux médias fonctionne aussi bien que celle basée sur le contact avec les Français ? Qu'est-ce que cela peut présager pour des candidats comme Emmanuel Macron, par exemple ?

Au vu du résultat du premier tour, il me semble que l'on peut dire qu'une campagne de terrain – au contact de la population – est plus intéressante, particulièrement pour un candidat qui partirait en position de challenger. Il ne faut rien négliger et c'est justement ce qu'a fait François Fillon. Alain Juppé, s'il n'a jamais été véritablement challenger, a tenté de suivre cet exemple.

Ce genre de campagne, inhérente à une élection primaire, ne concerne finalement qu'un électorat restreint. Quand bien même 4 millions d'électeurs constitue un chiffre important, il reste limité en comparaison à l'ensemble de l'électorat français. Or, quand il n'est pas possible de toucher l'intégralité de cet électorat, aller au contact de celui-ci est autrement plus efficace que de passer par la seule presse. Dans une telle situation, il vaut mieux se montrer à la télévision – et dans les médias de façon générale – durant la dernière ligne droite, quand les Français sont réellement intéressés par le scrutin. C'est précisément ce qu'a fait François Fillon. A plus d'un égard, la "méthode François Fillon" a porté ses fruits. Cependant, je ne pense pas qu'elle soit la seule explication de sa victoire. Cette dernière est due avant tout à son positionnement au confluent de toutes les idéologies de droite.

Quant à des candidats comme Emmanuel Macron… Je ne sens pas sa campagne. Il fera certainement du terrain, mais à l'inverse de Juppé ou de Fillon, il n'a pas les soutiens pour mener activement une campagne sur le terrain. Peut-être, s'il parvient à s'appuyer sur les réseaux sociaux, peut-être pourra-t-il mener une campagne moderne susceptible de réussir. Cela ne résout en rien le problème de l'espace politique qu'il prétend occuper.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 23/11/2016 - 22:32
Copé à Bercy ??
Copé nulle part j'espère - ce fourbe, menteur, cynique et ignoble avec Sarko - j'espère qu'il va tomber dans les oubliettes les plus profondes et qu'il n'en remontera jamais...
ISABLEUE
- 23/11/2016 - 16:21
exct juppé est encore là grâce à ses amis de gôche
J'espère que Fillon ne va pas s'encombrer de Gaymard ou de la dati. !! Cope à Bercy serait très bien, on l'a déjà vu à l'œuvre.
mais la dati, et ses voyages au qatar, pitié, non !!!
joke ka
- 23/11/2016 - 11:02
juppe
c'est grâce aux 600000 voix venues de la gauche que Juppé l'ami de Tarek Obrou a pu éliminer Sarko..mais compte tenu de la différence de score entre Fillon et lui,et des reports de Nicolas Sarkozy ,la bataille s'annonce rude pour le vieux Juppé qui aurait gagné en dignité à se désister..s'il gagne ce sera encore avec les voix des gauchistes et ne sera pas légitimé à représenter le peuple de droite ..
Juppé qui se veut rassembleur(à gauche) sera le diviseur de son camps '