En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 10 min 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 33 min 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 1 heure 14 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 3 heures 27 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 4 heures 39 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 5 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 7 heures 7 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 10 heures 6 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 20 min 8 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 1 heure 1 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 4 heures 57 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 5 heures 27 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 8 heures 15 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 10 heures 31 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 10 heures 46 min
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER LOIC VENANCE / AFP
Versus

Equipe de campagne : Juppé-Fillon, le match des coulisses

Publié le 25 novembre 2016
Avec Bruno Dive
Les deux finalistes de la primaire de la droite et du centre ont débuté leur campagne de second tour, chacun avec sa stratégie propre. S'il ne leur est plus véritablement possible de se démarquer sur la semaine d'entre-deux tours, des différences tactiques antérieures sont susceptibles d'expliquer au moins partiellement les résultats du premier tour.
Bruno Dive
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Dive est journaliste politique et éditorialiste à Sud Ouest, spécialiste de la droite française et auteur de plusieurs livres politiques dont "La métamorphose de Nicolas Sarkozy" (Jacob-Duvernet) en 2012 et "Au coeur du pouvoir : l'exécutif...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux finalistes de la primaire de la droite et du centre ont débuté leur campagne de second tour, chacun avec sa stratégie propre. S'il ne leur est plus véritablement possible de se démarquer sur la semaine d'entre-deux tours, des différences tactiques antérieures sont susceptibles d'expliquer au moins partiellement les résultats du premier tour.
Avec Bruno Dive

Atlantico : Ce mardi 22 novembre ouvrait le début de la campagne opposant François Fillon à Alain Juppé pour le deuxième tour de la primaire. Fillon la commençait à Viry-Châtillon auprès des acteurs de terrain tandis que Juppé préférait les studios d'Europe1. Dans quelle mesure cette photographie peut-elle représenter les différences de stratégie des candidats, au-delà de ce seul deuxième tour ? Comment cela se traduit-il, logistiquement ?

Bruno Dive : Il est indéniable que François Fillon a sillonné le pays et fait des visites de terrain dans toute la France. Il est le premier à être parti en campagne, puisque cela fait presque quatre ans maintenant. Sa campagne a commencé dès 2013 et, visiblement, il a tiré les leçons de celle qu'il a perdue pour la présidence de l'UMP, en 2012. Il avait, à l'époque, pensé que la campagne serait simple à mener et que les jeux était d'ores et déjà fait. Il s'est reposé sur ses lauriers et cela à aboutit à l'échec  que l'on sait. Il a donc labouré le sol en prévision de cette primaire de la droite et du centre, un exercice d'autant plus facile pour lui qu'il disposait déjà à ce moment-là d'un nombre conséquent de parlementaires. Même au pire moment de sa campagne, quand il était au plus bas dans les sondages, il était celui qui en avait le plus. Ces soutiens sont primordiaux : ils constituent les réseaux susceptibles de porter la parole sur le terrain. François Fillon a réussi à agréger autour de lui une petite machine de guerre qui organisait ses déplacements.

Néanmoins, Alain Juppé est parti tôt également. Cela fait presque deux ans, désormais, qu'il a démarré sa campagne et qu'il a commencé à se déplacer sur le territoire, puisqu'il a débuté en 2015. A partir de là, il a fait quasiment un déplacement par semaine, en prenant exemple sur le modèle Chirac de 1995. Jusqu'au début de la "vraie" campagne cet été, il a finalement fait assez peu de médias – bien que plus que François Fillon. Ses apparitions médiatiques régulières, il faut le dire également, étaient plus reprises que celles de François Fillon. Ce dernier, qui a aussi donné plusieurs interviews, était moins invité sur les plateaux, probablement du fait qu'il était moins crédité dans les sondages. François Fillon, bien que moins présent dans les médias, a fait plus de déplacements et était plus présent qu'Alain Juppé sur le terrain. Pour autant, tous deux sont partis en immersion dans la même idée d'alimenter leurs livres respectifs. La publication de Faire, de François Fillon, a d'ailleurs été l'occasion de repartir en province pour des séances de dédicaces. Le succès de son livre constitue – avec le recul – un signe avant-coureur, précurseur, de sa victoire au premier tour de la primaire de la droite et du centre.

Si sur les aspects précédemment évoqués les stratégies diffèrent, y'a-t-il des points ou les dispositifs de campagne de Fillon comme de Juppé se ressemblent, selon-vous ? En quoi peut-on les comparer ?

Les campagnes respectives de François Fillon et d'Alain Juppé se ressemblent et se rejoignent sur plusieurs points. D'abord, en cela qu'ils ont tous deux été obligés de faire campagne en dehors du parti, contrairement à Nicolas Sarkozy qui s'est longtemps servi des moyens du parti, avant de se déclarer très tardivement. Par conséquent, François Fillon comme Alain Juppé ont du se constituer un QG personnel, en dehors des Républicains. L'un comme l'autre ont dû rassembler autour d'eux un noyau dur de fidèles qui, pour Fillon comme pour Juppé, n'était pas très large à l'origine. Cependant François Fillon a toujours eu le soutien de davantage de parlementaires qu'Alain Juppé, même quand le maire de Bordeaux l'écrasait littéralement dans les sondages.

Tous deux ont également partagé une même stratégie d'écriture. Alain Juppé a rédigé trois livres, François Fillon deux. Le dernier, rédigé plus rapidement que le premier, est intitulé Vaincre le terrorisme islamique et lui a permis de recentrer sa campagne sur le thème de la sécurité. Cela témoigne largement du point de départ des deux campagnes : Juppé et Fillon ont commencé par se concentrer sur l'économie. Ils négligeaient, à l'origine, l'aspect identitaire et sécuritaire. Les deux ont corrigé le tir en cours de campagne. François Fillon l'a fait après Nice. Alain Juppé a durci le ton tout en décidant d'assumer son concept d'identité heureuse.

Au vu du score de François Fillon au premier tour de la primaire, peut-on penser qu'une campagne privilégiant l'exposition aux médias fonctionne aussi bien que celle basée sur le contact avec les Français ? Qu'est-ce que cela peut présager pour des candidats comme Emmanuel Macron, par exemple ?

Au vu du résultat du premier tour, il me semble que l'on peut dire qu'une campagne de terrain – au contact de la population – est plus intéressante, particulièrement pour un candidat qui partirait en position de challenger. Il ne faut rien négliger et c'est justement ce qu'a fait François Fillon. Alain Juppé, s'il n'a jamais été véritablement challenger, a tenté de suivre cet exemple.

Ce genre de campagne, inhérente à une élection primaire, ne concerne finalement qu'un électorat restreint. Quand bien même 4 millions d'électeurs constitue un chiffre important, il reste limité en comparaison à l'ensemble de l'électorat français. Or, quand il n'est pas possible de toucher l'intégralité de cet électorat, aller au contact de celui-ci est autrement plus efficace que de passer par la seule presse. Dans une telle situation, il vaut mieux se montrer à la télévision – et dans les médias de façon générale – durant la dernière ligne droite, quand les Français sont réellement intéressés par le scrutin. C'est précisément ce qu'a fait François Fillon. A plus d'un égard, la "méthode François Fillon" a porté ses fruits. Cependant, je ne pense pas qu'elle soit la seule explication de sa victoire. Cette dernière est due avant tout à son positionnement au confluent de toutes les idéologies de droite.

Quant à des candidats comme Emmanuel Macron… Je ne sens pas sa campagne. Il fera certainement du terrain, mais à l'inverse de Juppé ou de Fillon, il n'a pas les soutiens pour mener activement une campagne sur le terrain. Peut-être, s'il parvient à s'appuyer sur les réseaux sociaux, peut-être pourra-t-il mener une campagne moderne susceptible de réussir. Cela ne résout en rien le problème de l'espace politique qu'il prétend occuper.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Orchidee31
- 23/11/2016 - 22:32
Copé à Bercy ??
Copé nulle part j'espère - ce fourbe, menteur, cynique et ignoble avec Sarko - j'espère qu'il va tomber dans les oubliettes les plus profondes et qu'il n'en remontera jamais...
ISABLEUE
- 23/11/2016 - 16:21
exct juppé est encore là grâce à ses amis de gôche
J'espère que Fillon ne va pas s'encombrer de Gaymard ou de la dati. !! Cope à Bercy serait très bien, on l'a déjà vu à l'œuvre.
mais la dati, et ses voyages au qatar, pitié, non !!!
joke ka
- 23/11/2016 - 11:02
juppe
c'est grâce aux 600000 voix venues de la gauche que Juppé l'ami de Tarek Obrou a pu éliminer Sarko..mais compte tenu de la différence de score entre Fillon et lui,et des reports de Nicolas Sarkozy ,la bataille s'annonce rude pour le vieux Juppé qui aurait gagné en dignité à se désister..s'il gagne ce sera encore avec les voix des gauchistes et ne sera pas légitimé à représenter le peuple de droite ..
Juppé qui se veut rassembleur(à gauche) sera le diviseur de son camps '