En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Allociné / Jacques Malaterre
Une meilleure compréhension des rapports entre Néandertal et Homo sapiens sera sans nul doute l'une des clés qui nous aidera à percer un peu plus le mystère de nos origines.
Sur les traces de l'humanité
In bed with l'homme de Néandertal : cette scientifique a des révélations à nous faire sur la vie sexuelle aventureuse des premiers humains
Publié le 24 novembre 2016
Les études sur la manière dont Homo sapiens et Néandertal ont cohabité se multiplient ces dernières années. La plus récente d'entre elles révèle que les métissage et les accouplements répétés entre les deux espèces humaines sont bien plus anciennes que nous ne le pensions.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les études sur la manière dont Homo sapiens et Néandertal ont cohabité se multiplient ces dernières années. La plus récente d'entre elles révèle que les métissage et les accouplements répétés entre les deux espèces humaines sont bien plus anciennes que nous ne le pensions.

La communauté scientifique est actuellement confrontée à une situation que connaissent bon nombre de parents : se rendre compte que leurs enfants ont eu leur premier rapport sexuel bien plus tôt qu'ils ne le pensaient. Du côté des paléontologues, les enfants en question sont ici Homo sapiens et Néandertal qui, selon les résultats d'une étude menée en 2014 par la généticienne chinoise Qiaomei Fu, auraient batifolé ensemble plus tôt que l'on ne le soupçonnait.

Hybridation Homo sapiens-Néandertal

Bien sûr, les paléontologues n'avaient pas de pronostic très précis en tête, mais seulement une fourchette : entre 50 000 et 30 000 ans avant notre ère. Leur hybridation expliquerait d'ailleurs, selon une théorie parmi tant d'autres, la disparition de Néandertal et de son patrimoine, noyé dans celui d'Homo sapiens, au plus nombreux représentants. Et plus les recherches avancent, plus la date de la première rencontre amoureuse entre les deux espèces se voit repoussée des milliers d'années en arrière. Qiaomei Fu est l'une des plus grands artisans de ces découvertes. Le site Ozy a rencontré cette passionnée.

S'il y a bien un nom à retenir dans les scientifiques qui vont avancer les recherches sur les origines de l'homme moderne, c'est elle. Qiaomei Fu. Pour en arriver là, la jeune femme originaire du Sud-Est de la Chine s'était tout d'abord intéressée à l'archéologie, les mathématiques, la chimie et la programmation informatique, avant de jeter son dévolu sur la génétique, qu'elle apprendra en passant son doctorat à l'Institut Max Planck, à Leipzig (Allemagne). Enfin, c'est à la prestigieuse université d'Harvard que Fu commence à faire parler d'elle, lorsqu'elle révèle dans une étude publiée en 2014 que l'ADN du plus vieil ossement d'Homo Sapiens dont nous disposons (vieux de 45 000 ans) appelé l'homme de Ust-Ishim, comporte des génomes de Néandertal, en aussi grande proportion (2%) que ce que l'homme moderne possède de ce cousin disparu.

Une cohabitation plus ancienne et plus longue

La proportion de gènes "néandertaliens" déclinant au fil des générations, résultant le plus souvent d'accouplement entre Homo sapiens, la jeune Chinoise en déduit donc que les ancêtres de l'homme de Ust-Ishim copulaient déjà avec Néandertal entre 5 000 et 15 000 ans auparavant, ce qui atteste donc de rapports inter-espèces survenus il y a entre 50 000 et 60 000 ans.

La communauté paléontologique avait à nouveau été ébranlée lorsque même Fu annonçait que les ossements des Homo sapiens qui reposent dans la célèbre grotte Peştera cu Oase au sud-ouest de la Roumanie, plus récents que ceux de l'homme de Ust-Ishim, présentaient davantage de génomes néandertaliens que ce dernier. Pas seulement plus de génomes, non, mais également des séquences ADN issues de Néandertal plus longues, ce qui indiquait que l'hybridation dont ils étaient les rejetons ne datait pas de plus de trois générations.

Origines de l'homme moderne

Ses collègues, impressionnés, ne tarissent pas d'éloge à son égard. "C'était comme dans un rêve, se rappelle le professeur de Fu à Harvard, Iosif Lazaridis, interrogé par Ozy. Elle avait toujours envie d'en apprendre davantage et ne se contentait pas de rédiger une simple étude". Et toute la communauté scientifique de s'ébahir d'une telle prouesse. "Ses études sont tout simplement époustouflantes, confirme le généticien de l'Université californienne de Berkeley Rasmus Nielsen. Elle est l'une des étoiles montantes de l'anthropologie génétique".

Et ses recherches ne se sont pas arrêtées là. Fu accouchait d'une nouvelle étude en juin 2016 sur les migrations entreprises par l'homme à la fin de la glaciation de l'Europe, il y a environ 14 000 ans. Une chose est sûre : nous n'avons pas fini d'en apprendre sur nos origines et sur l'incidence de cette hybridation sur le développement de notre civilisation ou notre métabolisme. Elles pourraient expliquer notre remarquable capacité d'adaptation hors d'Afrique (d'où Homo sapiens vient) mais également confirmer certains mouvements de migrations (les Africains ne disposent pas de ce patrimoine génétique néandertalien, du fait de la rencontre entre les deux espèces hors d'Afrique).

Une meilleure compréhension des rapports entre Néandertal et Homo sapiens sera sans nul doute l'une des clés qui nous aidera à percer un peu plus le mystère de nos origines. Et Qiaomei Fu ne devrait pas se gêner pour nous y aider.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 25/11/2016 - 23:07
tous d'Afrque
Les norvegiens et les asiatiques? Les differences causees par la latitude? Les eskimos devraient ressembler aux norvegiens?
Explain if you can.
Ceolwyn
- 24/11/2016 - 12:02
Trop d'erreurs dans cet articles et des ENORMES
En sciences le politiquement correcte n'est pas de mise; et je pensais Atlantico indemne!!
L'article dit que "les Africains disposent d'un patrimoine génétique néandertalien moindre''. BOURDE INACEPTABLE: Les Africains n'ont AUCUN géne Néanderthal!
Sans parler des erreurs mentionnées par Neurohr Alain.

Si les lecteurs veulents des informations au sujet de Neandertal; je les invite à lire les publications des spécialistes;
Beccy Scott ou Marie Helene Patou Mathis


Neurohr Alain
- 23/11/2016 - 10:58
Plusieurs erreurs invalidantes
Le grand savant qui fait progresser à pas de géants la connaissance" des origines de l'homme n'est pas une femme chinoise, mais un homme français, Jean-Jacques Hublin. Il dirige le département de paléoanthropologie de l'Institut Max-Plancke qui se situe à Leipzig, non à Berlin. La mandibule humaine découverte à Pestera cu Oase en Roumanie comporte 10% d'ADN néandertalien, non 50%. On a tout lieu de croire grâce à la génétique des populations que les quelques hybridations qui se sont produites dans l'est de l'Europe sont le produit de viols plutôt que d'une acculturation et que les rares hybrides masculins étaient castrés. La Chinoise devrait sauter dans un avion pour Paris et assister aux magnifiques conférences que donne cet automne Jean-Jacques Hublin au Collège de France.