En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

01.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 25 min 52 sec
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 58 min 32 sec
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 1 heure 26 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 2 heures 20 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 2 heures 31 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 18 heures 54 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 19 heures 55 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 35 min 9 sec
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 1 heure 11 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 2 heures 30 min
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 14 heures 29 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 15 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 18 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 19 heures 27 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 20 heures 38 min
© DAMIEN MEYER / AFP
Comme on l'avait constaté au moment de la primaire du PS, des effets de fiefs locaux et régionaux se dessinent et sont plus marqués que lors d'une élection présidentielle.
© DAMIEN MEYER / AFP
Comme on l'avait constaté au moment de la primaire du PS, des effets de fiefs locaux et régionaux se dessinent et sont plus marqués que lors d'une élection présidentielle.
Synthèse de toutes les droites

Portrait de la droite 2017 : tous les enseignements de la carte électorale de la primaire de la droite et du centre

Publié le 25 novembre 2016
Arrivé largement en tête du premier tour de la primaire de la droite et du centre, François Fillon réalise presque un sans-faute lorsque l'on se penche un peu sur l'analyse géographique des résultats.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arrivé largement en tête du premier tour de la primaire de la droite et du centre, François Fillon réalise presque un sans-faute lorsque l'on se penche un peu sur l'analyse géographique des résultats.

Atlantico : Au regard de la carte électorale, quels enseignements peut-on tirer du premier tour de la primaire de la droite et du centre ?

Jérôme Fourquet : Le premier enseignement est que la domination nette de François Fillon au plan national se retrouve aussi géographiquement puisqu'il s'est imposé sur la quasi-totalité des départements. Deuxièmement, comme on l'avait constaté au moment de la primaire du PS, des effets de fiefs locaux et régionaux se dessinent et sont plus marqués que lors d'une élection présidentielle. Cela se comprend aisément, d'une part parce que le corps électoral est plus restreint et d'autre part parce qu'il est plus homogène idéologiquement (puisque les électeurs viennent majoritairement de la même famille politique). Voter pour le régional de l'étape contre un autre candidat issu de sa famille politique est plus aisé que voter pour le régional de l'étape dans une élection présidentielle où celui-ci peut être un candidat qui ne partage pas vos idées ou convictions politiques. Le facteur géographique et la proximité à l'ancrage régional s'expriment donc avec toute leur force.

François Fillon a fait 78% dans la Sarthe quand Alain Juppé fait 55% des voix en Gironde. Si François Fillon a dominé partout sur le territoire, sa domination est la plus imposante à proximité de son fief historique qu'est la Sarthe : il est à 64% en Mayenne, 55% dans l'Orne, 56% en Eure et Loire ou en Vendée. Il y a donc un effet de fief qui est dilaté. En ce qui concerne Alain Juppé, il est intéressant de noter que son effet de fief est plus limité géographiquement : il domine encore dans les Landes voisines de la Gironde (44,4% pour Jupé contre 32,9% pour Fillon), mais dans le Lot-et-Garonne il est à touche-touche avec Fillon (36% pour Juppé contre 35% pour Fillon). Si les effets de fief ont fonctionné, ils sont majeurs pour Fillon et moindres pour Juppé, qui est sérieusement concurrencé par Fillon, y compris à proximité immédiate de son département d'implantation. C'est un signe supplémentaire de la puissance de la dynamique Fillon.

De la même façon, Nicolas Sarkozy disposait de bastions, non pas parce qu'il était élu dans ces territoires mais parce qu'il avait une affinité idéologique forte avec un certain nombre de départements de la région PACA. Or, dans ces départements-là, Fillon est en tête. Dans les Alpes-maritimes, Fillon a fait 40,8% des voix contre 34% pour Sarkozy. Pourtant, dans ce département Sarkozy a fait deux meetings et une dizaine de grands élus le soutenaient : il y avait donc un maillage sarkozyste très fort. Le constat est similaire dans le Var (43% pour Fillon, 32% pour Sarkozy, 18% pour Juppé), dans le Vaucluse (44% pour Fillon, 27% pour Sarkozy, 22% pour Juppé) et dans le Gard, où Sarkozy a fait son dernier meeting à Nîmes (43,4% pour Fillon, 28,7% pour Sarkozy et 22,1% pour Juppé).

Le cas de la ville de Meaux est intéressant : il y a un effet de fief relativement faible pour Copé qui fait 20% dans sa ville, soit beaucoup plus que sa moyenne nationale, mais qui n'arrive qu'en troisième position tandis que Fillon est en tête avec 30,5% des voix, ce qui est assez cocasse.

On voit donc une domination sans partage pour Fillon, des effets de fief surtout pour Fillon, et des effets de fief qui n'ont pas permis, qu'il s'agisse de Sarkozy en PACA, de Copé à Meaux et dans une moindre mesure de Juppé dans le grand Sud-ouest, de limiter la très forte poussée fillonniste. Ce dernier a été capable de rallier à lui l'électorat de droite conservateur catholique, mais aussi en partie modéré de l'Ouest de la France : dans la Loire, en Bretagne avec par exemple le Morbihan où il fait quasiment 50% des voix (49,9%), les Yvelines où il y a une grosse influence catholique, fief de Valérie Pécresse qui avait rallié Juppé et de Gérard Larcher qui avait soutenu Fillon où il fait 48,5% des voix. Mais Fillon fait également une percée sur les terres beaucoup plus droitières et déchristianisées du Sud-est. Il a réussi à incarner la synthèse des droites : conservateur sur les mœurs, libéral et réformateur en économie, très ferme sur les questions d'immigration et de sécurité.  

Autre élément intéressant pour le second tour : Alain Juppé a bénéficié de l'apport d'électeurs de gauche qui se sont invités à la primaire. C'est très clair quand on regarde Paris : Fillon est à 42% et Juppé à 36,7%. Dans les circonscriptions de l'est de Paris, Juppé frôle les 50% (48% dans la 18e circonscription, 47% dans la 7e, et 49% dans la 5e). A l'inverse, dans les circonscriptions de l'ouest, c'est Fillon qui prend l'ascendant. En Seine-Saint-Denis, Juppé est en tête avec 36% contre 31,7% pour Fillon et dans le Val-d'Oise, c'est à Mantes-la-Jolie que Juppé enregistre le meilleur score. Dans les Bouches-du-Rhône, Juppé fait son meilleur score (42,7%) dans la 4e circonscription détenue par le socialiste Patrick Mennucci et correspondant à une partie du centre de Marseille (1er, 2e 3e arrondissement). La Seine-Saint-Denis, Mantes-la-Jolie et cette circonscription de Marseille montrent bien la prime dont a bénéficié Juppé dans des territoires de gauche marqués par une forte présence de populations issues de l'immigration. Il y a à la fois les quartiers, les arrondissements bobos de l'est parisien mais aussi un certain nombre de territoires de banlieue ou du centre de Marseille marqués par une forte présence issue de l'immigration. On peut penser que dans ces territoires, Alain Juppé a bénéficié d'un vote anti-Sarkozy qui n'émanait pas principalement d'électeurs de droite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne

07.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

01.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 23/11/2016 - 13:58
et Juppé en tête dans le 93 ????
Pas d'intérêt ??
ikaris
- 22/11/2016 - 10:45
Article très moyen
peu d'intérêt. Il y aussi une erreur de raisonnement. Ce n'est pas parceque Juppé a plus de voix dans un endroit qui vote traditionnellement plus à gauche que ce sont des gauchos qui ont voté pour lui à cet endroit là. Pour le prouver il faudrait au moins des sondages fiable de sorties d'urnes (qui n'existent pas). Pour moi c'est tout simplement que l'électorat est uniformément décalé vers la gauche à ces endroits là : plus de FG, plus de socialos , plus de centristes, moins de FN. Il faut dire que le grand remplacement a un effet de gauchissement sur la droite locale qui du coup est moins à droite.