En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 32 min 13 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 1 heure 39 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 2 heures 18 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 27 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 6 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 56 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 8 heures 40 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 1 heure 20 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 59 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 7 heures 39 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 9 heures 5 min
© REUTERS/Rick Wilking
Comment Trump peut reprocher à Amazon d’être aussi habile optimisateur fiscal que soi-même et valider cette attitude par la décision de diminuer l’impôt sur les sociétés afin de faire revenir les profits réalisés à l’étranger ?
© REUTERS/Rick Wilking
Comment Trump peut reprocher à Amazon d’être aussi habile optimisateur fiscal que soi-même et valider cette attitude par la décision de diminuer l’impôt sur les sociétés afin de faire revenir les profits réalisés à l’étranger ?
Des adversaires de taille

L’élection de Donald Trump pourrait-elle fragiliser le monopole économique toujours plus grand des Gafa ?

Publié le 21 novembre 2016
La mondialisation et la crise économique ont favorisé la concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises, essentiellement dans le secteur technologique, mais aussi énergétique.
Sarah Guillou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sarah Guillou est économiste à l’OFCE dans le domaine de l’économie internationale et des politiques publiques affectant la compétitivité des entreprises. Son travail mobilise l’exploitation statistique de bases de données d’entreprises et de salariés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mondialisation et la crise économique ont favorisé la concentration du pouvoir économique entre les mains de quelques grandes entreprises, essentiellement dans le secteur technologique, mais aussi énergétique.

Atlantico : Selon un récent article de Bloomberg View, 30,3% de la capitalisation boursière du Nasdaq ne concerne que cinq entreprises (Apple, Google, Microsoft, Amazon et finalement Facebook). Peut-on, dans ce genre de situation, parler de concentration hégémonique ou quasi-monopolistique ? De telles situations existent-elles dans d'autres secteurs que le seul domaine des technologies ?

Sarah Guillou : Les Gafa sont devenus ces quinze dernières années de gigantesques entreprises tant en termes de revenus que de capitalisation, mais aussi de présence dans la vie quotidienne des consommateurs (et demain des conducteurs ou encore des malades). Les revenus  d’Apple (tout comme ceux de Total) avoisinent le Pib de l’Autriche et dépassent celui du Danemark. Les cinq entreprises des technologies de l’information et des communications ont tiré profit de la globalisation des marchés et de l’uniformisation des usages technologiques. Fortes de leur incroyable capacité d’innovation, mais aussi de leur avance sur leurs concurrents, ces entreprises illustrent à merveille le principe du "winner takes all" propre aux activités à forts et croissants rendements d’échelle et aux activités de réseaux. Dans ces activités, c’est en effet l’acteur qui arrive le premier et qui a supporté le premier les coûts fixes, qui va ensuite bénéficier de sa capacité à servir tout le marché au coût marginal le plus faible.

On peut toutefois relativiser cette concentration du pouvoir par les Gafa en considérant ce qui se passe dans les autres secteurs. Tout d’abord, la capitalisation boursière des Gafa est loin derrière celles des entreprises mondiales du secteur de l’énergie pétrolière, auxquelles s’ajoute Walmart, qui sont bien devant Apple pour concurrencer les niveaux de revenus des Etats. Ensuite, les mouvements de concentration du pouvoir économique ont touché tous les secteurs et ceci en réponse d’une part à l’augmentation de la taille des marchés (globalisation) qui appelle l’accroissement de la taille des acteurs, mais aussi en réponse à la crise qui suscite des mouvements de fusions-acquisitions.

Tout du long de sa campagne, Donald Trump s'est montré très agressif à l'encontre de tels groupes, et tout spécifiquement vis-à-vis d'Amazon. Au-delà des intentions que l'on peut, ou non, lui prêter, est-il en mesure de mettre un terme à ce genre de situations ? Comment pourrait-il procéder concrètement ?

On peut sans doute se réjouir que l’hyper-pouvoir économique de la Silicon Valley ne se soit pas allié aux futurs hyper-pouvoirs de Donald Trump (vu la configuration du Congrès et de la Cour suprême).

En général, il y a une tradition politique aux Etats-Unis à se méfier des conglomérats et des trusts. Ainsi tant Hillary Clinton que Donald Trump se sont montrés réticents à la perspective de la fusion d’ATT avec Time Warner qui est en cours d’investigation. Le pouvoir économique fait toujours de l’ombre au pouvoir politique. L’autorité de la concurrence américaine (FTC) est une autorité indépendante mais, comme toute autorité régulatrice, ses membres sont nommés par l’administration. Si Donald Trump s’est montré très agressif à l’égard des Gafa, c’est d’abord parce qu’eux-mêmes ont exprimé leur rejet du candidat. Ensuite, cela était cohérent avec sa posture de vouloir s’opposer aux puissants pour protéger les plus faibles et avec sa hargne contre les profits réalisés à l’étranger et non rapatriés par ces entreprises. Concernant Amazon, dont Jeff Bezos le créateur et Pdg est aussi le propriétaire du Washington Post (assez critique avec Donald Trump), la vindicte de Donald Trump est aussi agressive qu’elle est incohérente : comment reprocher à Amazon d’être aussi habile optimisateur fiscal que soi-même et valider cette attitude par la décision de diminuer l’impôt sur les sociétés afin de faire revenir les profits réalisés à l’étranger, ce qui va satisfaire pleinement les Gafa ? Quant aux questions de concentration des pouvoirs sur le marché du commerce de détail (Internet et non Internet), Amazon, malgré sa taille, est un petit acteur sur ce marché. Finalement, ce qui pourrait le plus handicaper les Gafa, c’est la politique protectionniste envisagée par Donald Trump, tant pour leurs ventes que leur approvisionnement.

Quand Google, par exemple, rachète de multiples startups en intelligence artificielle, s'agit-il nécessairement d'une recherche de profit immédiat ? Quelles sont les raisons qui poussent les entreprises à monter de tels empires sans nécessairement y gagner financièrement ?

La logique des entreprises dont l’activité repose sur le réseau (télécommunications, Internet) est de poursuivre sans fin une augmentation de leur taille. C’est logique parce que la production d’une unité de plus, c’est-à-dire le service d’un usager supplémentaire, a un coût très faible. C’est très facile à comprendre pour Facebook ou Google. Pour les autres, la production d’une unité de plus est également très faible au regard des investissements technologiques qui sont des coûts fixes préalables et qui s’amortissent sur l’ensemble des consommateurs. Cette logique est renforcée par la course technologique : les leaders ne resteront les leaders que s’ils sont toujours les premiers à créer les nouveaux usages. Ces acteurs ont fortement intégré l’idée que celui qui gagne est celui qui arrive le premier. De plus, leur notoriété se nourrit de leur capacité à créer des ruptures technologiques.

Leur déploiement au-delà de leur cœur de métier - c’est le cas pour Google et Apple - montre aussi le souci de conquérir de nouveaux marchés anticipant l’extinction de la rentabilité des anciens marchés, promesses de revenus futurs que valident les marchés financiers. L’objectif est donc, non seulement d’être toujours à la frontière technologique, mais aussi de la repousser sans cesse pour obliger les concurrents à courir derrière. Ce processus valide la croyance au progrès technique de nos sociétés que ces entreprises installent dans notre quotidien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires