En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

02.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 3 heures 52 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 4 heures 55 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 6 heures 36 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 8 heures 21 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 9 heures 28 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 12 heures 6 sec
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 13 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 4 heures 17 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 5 heures 21 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 6 heures 52 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 13 heures 7 sec
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
Peut-on tous gagner gagner au grand jeu du capitalisme débridé ?
© Reuters
Peut-on tous gagner gagner au grand jeu du capitalisme débridé ?
Victoire par KO

Fin du gagnant-gagnant : comment le capitalisme des sociopathes en est venu à régner sur le monde

Publié le 09 décembre 2016
La vision du capitalisme portée par des personnalités comme Donald Trump, selon laquelle chaque négociation se fait au détriment d'une des parties, est aujourd'hui prédominante. En rupture avec celle qui prévalait jusqu'à Milton Friedmann, elle répond aux craintes exprimées par les peuples.
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Siroën est économiste. Il enseigne actuellement à l’université Paris Dauphine et est professeur au sein du département Master Sciences des Organisations. Il est spécialiste d’économie internationale. Il participe également au programme de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La vision du capitalisme portée par des personnalités comme Donald Trump, selon laquelle chaque négociation se fait au détriment d'une des parties, est aujourd'hui prédominante. En rupture avec celle qui prévalait jusqu'à Milton Friedmann, elle répond aux craintes exprimées par les peuples.

Atlantico : La récente élection de Donald Trump marque l'entrée, pour la diplomatie et l'économie des Etats-Unis au moins, dans une nouvelle perception du commerce international et national : les échanges ne se font plus tant avec les partenaires qu'à leur détriment. Dans quelle mesure l'avènement du candidat républicain à la présidence peut-il cimenter cette nouvelle vision du capitalisme selon-vous ? Les résistances que rencontrent les différents traités de libre-échange au sein des populations ne participent-elles pas de ce phénomène ?

Jean-Marc Siröen : Donald Trump reprend le vieux discours mercantiliste du nationalisme économique selon lequel le commerce est nécessairement un jeu gagnant-perdant. Déjà, au début du XVIIème siècle, le poète et économiste français, Antoine de Montchrestien, considérait que dans le commerce "Nous faisons autant de perte que l’étranger fait de gain". C’est contre cette vision qu’ont réagi les philosophes des Lumières et les économistes qualifiés par la suite de "libéraux" comme David Hume, Adam Smith ou David Ricardo qui considéraient, au contraire, que l’échange profitait à l’ensemble des parties dès lors qu’il était librement consenti.

Le slogan de campagne "Make America Great Again" propose moins un objectif qu’une condition pour imposer aux autres pays un commerce qui ne serait favorable qu’aux Etats-Unis dans une forme d’impérialisme qui, l’Histoire l’a montré, n’est pas incompatible avec l’isolationnisme. Le principal obstacle que rencontrera Donald Trump sera … le Parti républicain qui est devenu très majoritairement favorable au libre-échange, sans pour autant, il est vrai, avoir totalement éradiqué la tradition protectionniste qui fut la sienne jusqu’au milieu du XXème siècle, et que Donald Trump pourrait tenter de réanimer. Il reprend, en effet, une conception du commerce certes assez simpliste mais qui donne les apparences du bon sens, surtout quand pèse la menace du chômage. Les contre-arguments sont solides, mais plus sophistiqués et rejetés comme des sophismes véhiculés par le "système" et les élites pour embobiner le peuple.

Mais les théories libérales démontrent le caractère "gagnant-gagnant" de l’échange, ce qui ne signifie pas que dans un pays, les gains des gagnants sont plus élevés que les pertes des perdants à qui il ne resterait que les mouchoirs pour pleurer. Non seulement, les pays développés s’intégrant dans la mondialisation n’ont pas donné de réponse satisfaisante aux perdants de la mondialisation, mais ils ont même organisé une redistribution à rebours au profit des gagnants, notamment par des politiques fiscales. Ils ont ainsi ouvert une large brèche dans laquelle s’engouffrent tous les populismes. D’autant plus que sociologiquement, l’ouverture crée une incertitude sur le sort futur des individus qui s’identifient plus facilement aux perdants qu’aux gagnants…

Quelles sont les conséquences concrètes d'une telle vision du commerce sur l'économie mondiale et sur les économies nationales ? Faut-il craindre un recul des processus de négociations ? Si oui, au profit de quelles interactions ? 

Plus personne n’osera défendre la vision idéaliste et très idéologique d’une "mondialisation heureuse". Cela n’exclut pas le risque d’une "dé-mondialisation" malheureuse qui se traduirait non seulement par un recours massif au protectionnisme, mais par une agressivité croissante dans les relations internationales. On ne détricotera pas sans coût la trame des réseaux commerciaux qui s’est tissée depuis vingt ans et qui a rendu la production mondiale de plus en plus intégrée et interdépendante. Apple a besoin des disques durs japonais, des composants coréens et allemands, des puces malaisiennes et… des usines d’assemblage chinoises. On voit mal les Etats-Unis relever les droits de douane des iPhones assemblés en Chine mais qui contiennent plus de travail américain que de travail chinois. Les Etats-Unis ont besoin des excédents allemands ou chinois pour financer un déficit budgétaire qui va s’accroître….

Mais entre la poursuite du processus de mondialisation et la dé-mondialisation, il y a le statu quo qui est l’hypothèse la plus probable. Il n’a pas fallu l’élection de Trump pour comprendre, sinon pour reconnaitre, que le cycle de Doha mené à l’OMC était en mort clinique et que la stratégie americano-européenne de méga-accords censée couvrir les trois quarts du commerce mondial avec des  normes qui s’imposeraient aux pays récalcitrants, dont la Chine, ne pouvait réussir. Ces intitaives négligeaient trop les craintes des opinions, qu’elles soient réelles ou fantasmées. 

Si cette situation pourrait s'avérer préjudiciable au modèle de commerce actuel, peut-on vraiment croire que cette vision de l'échange soit nécessairement négative ? Quels sont les éventuels avantages que l'on peut lui trouver ?

Il n’y a rien à gagner que des catastrophes à un système qui postulerait que la prospérité d’un pays repose sur l’affaiblissement de l’autre. Le recours à un protectionnisme agressif qui transgresserait les règles internationales conduirait à une fuite en avant où tous les pays seraient perdants. Il est vrai, comme l’écrivait déjà Keynes en 1919 pour dénoncer le traité de Versailles que "les hommes ont inventé les moyens de s'appauvrir les uns les autres et préfèrent les animosités collectives au bonheur individuel". Mais la fuite en avant vers une ouverture généralisée est devenue elle aussi une menace en attisant cette "animosité". Les pays démocratiques avancés sont aujourd’hui dans une situation telle que le coût politique et social de nouveaux accords commerciaux l’emportent sur leurs gains économiques. D’un côté, les programmes populistes pourraient mener à des politiques économiques régressives et à des reculs de la démocratie, de l’autre, des accords commerciaux avec des pays déjà largement ouverts aux échanges ne peuvent procurer que des gains marginaux. La balance est donc du côté du statu quo. Des négociations comme le traité transatlantique n’ont fait qu’alimenter le discours populiste d’autant plus inutilement qu’elles étaient condamnées d’avance. Comment a-t-on pu croire qu’une négociation commerciale transatlantique avait la moindre chance d’aboutir alors que chaque partie excluait les sujets que l’autre voulait justement poser ? De plus, ces négociations risquaient de dériver vers la constitution de blocs agressifs à l’égard de pays tiers renouant ainsi avec l’expérience désastreuse des années 1930. Il n’y aurait donc rien de dramatique à la suspension de négociations commerciales, déjà condamnées, avec ou sans Trump.

Il faut néanmoins rester attentif aux éventuelles renégociations des accords existants promises par le futur président, mais qui devraient se heurter au Congrès qui les a ratifiés. Cette pause, plus ou moins longue, devra néanmoins être utilisée pour trouver des réponses aux perdants de la mondialisation. Elles ne devront pas se limiter à des compensations financières. Il faudra également repenser le modèle de relation économique internationale, hérité de l’après-guerre dans un contexte qui n’est plus le nôtre, et qui pourrait exploser. L’OMC, en panne dans la définition des règles du jeu du commerce international, abrite une procédure de règlement des différends qui est un modèle de multilatéralisation du droit. Il pourrait être remis en cause la prochaine fois que les Etats-Unis seront condamnés, ce qui risque d’arriver assez vite lorsqu’on regarde un programme protectionniste impossible à appliquer dans le cadre d’une OMC qui risque de devenir rapidement encombrante …. On le voit, les menaces qui pèsent aujourd’hui sur la stabilité des relations économiques internationales sont graves et multiples...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

02.

Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

05.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

06.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

07.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/12/2016 - 20:58
Excédent
J'ai du mal à suivre Ganesha car si tout les pays du monde peuvent être en excédent commercial, alors il y en a un paquet qui sont les rois des cons (y compris la France mais là ce n'est peut-être pas si bizarre) car ils sont en déficit. Mais là où il y a des plus il y a forcément des moins, avec ou sans QE., c'est juste de l'arithmétique. Quant à réduire les pauvres à la famine c'est aussi dans la logique du système à condition de veiller à ce qu'ils ne se révoltent pas en leur donnant des aides sociales.
Maintenant croire que le capitalisme a vocation à créer des relations gagnant-gagnant c'est d'une confondante naïveté. Quand ça arrive c'est vraiment par hasard. Avec des relations gagnant-gagnant il n'y a pas d'enrichissement possible c'est aussi de l'arithmétique. Et ne pas s'enrichir ce n'est pas un concept capitaliste. (sauf les capitaliste incompétents qui vont de faillite en faillite).
Paulquiroulenamassepasmousse
- 05/12/2016 - 17:33
@ganesha
Pas la peine de savoir ce qu'est le Q.E. il suffit de savoir que ganesha avec son petit Q.I. le sait...... Ça prend alors tout son sens et on se dit....
Bof....encore une connerie de ganesha....!
Ganesha
- 05/12/2016 - 09:57
QE ? Késeksa ?
Voilà un bel article qui se consacre à la question que je pose et re-pose inlassablement aux quelques débiles, adorateurs d'Angela Merkel, et qui utilisent l'Allemagne comme l'exemple incontestable de la réussite du Capitalisme Libéral et de l'Austérité thatcherienne, réduisant les pauvres à la famine. ''Tous les pays du monde peuvent-ils, au même moment, être en excédent commercial les uns vis-à-vis des autres ?''. En fait, la réponse est : dans les circonstances actuelles, oui ! Comment ? Grâce à ''l'Assouplissement Quantitatif'' ! Le seul problème, c'est que la quasi totalité des vieux croûtons qui viennent ici radoter et nous présenter leurs brillantes théories économiques, n'ont pas la plus petite idée de ce qu'est le ''QE'' !