En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Numériques 2017 mènera le même exercice dans le cadre de la primaire de la gauche, prévue en janvier 2017. Il s'agit de secouer l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle.
Match codé
Petite comparaison des différents programmes des candidats de la primaire sur la question du numérique
Publié le 18 novembre 2016
Le collectif Numérique 2017, présidé par Laure de la Raudière, a publié une analyse comparative des différents programmes des candidats de la primaire de la droite, en matière de numérique. L'étude, réalisée notamment par Nicolas Buffenoir et Jonas Haddad, en fait la synthèse.
Laure de La Raudière est député de la 3eme circonscription d'Eure-et-Loir. Elle est également membre du bureau politique des Républicains (mai 2015), Secrétaire de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale et membre titulaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laure de La Raudière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laure de La Raudière est député de la 3eme circonscription d'Eure-et-Loir. Elle est également membre du bureau politique des Républicains (mai 2015), Secrétaire de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale et membre titulaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le collectif Numérique 2017, présidé par Laure de la Raudière, a publié une analyse comparative des différents programmes des candidats de la primaire de la droite, en matière de numérique. L'étude, réalisée notamment par Nicolas Buffenoir et Jonas Haddad, en fait la synthèse.

Atlantico : Vous êtes à l'origine d'une étude comparative relative aux programmes numériques des candidats de la primaire de la droite. Quels en sont les principaux enseignements ? Vous écrivez que "le politique doit porter une vision des enjeux de la transformation de la société à l'ère du numérique". Les candidats de la primaire ont-ils pris la mesure de cet enjeu selon vous ?

Laure de la Raudière : S'il fallait retirer un principal enseignement de cette étude comparative, c'est le suivant : enfin, les personnalités qui visent et prétendent diriger la France au plus haut niveau, en tant que Président de la République, commencent à s'intéresser au numérique et aux enjeux de transformation de la société qu'il implique.

Nous n'en sommes pas encore à la vision complète, systémique, des enjeux que le politique se doit de porter sur ce sujet, mais la maturité n’a rien à voir avec celle qu’ils pouvaient avoir en 2012.  Heureusement ! De façon générale, ils comprennent que le numérique provoquent des transformations profondes -et rapides- de la société. Il existe aujourd'hui une réflexion dans les programmes de chacun des candidats de la Primaire de la Droite et du Centre. C'est une dimension qui se vérifie pour l'ensemble des candidats. 

Par ailleurs, Numériques 2017 sort du débat Droite-Gauche classique. Il s'agit de secouer l'ensemble des candidats à l'élection présidentielle 2017. Nous mènerons donc le même exercice de comparaison dans le cadre de la primaire de la gauche, prévue en janvier 2017.  La société se transforme en profondeur du fait du numérique. Ce n'est pas uniquement une question économique : c'est l'ensemble des politiques publiques qu’il faut faire évoluer. La santé, la justice, l’éducation… et les réponses que peuvent apporter les candidats seront différentes selon leur sensibilité politique. Il est donc important de réaliser cette exerce de comparaison. Il est primordial que le président de la République porte lui-même cette vision de la société. 

Au final, on constate que les candidats de la droite se sont investis sur les thématiques du numérique et progressent sur la prise en compte de ces enjeux.

Vous classez les candidats en trois catégories : d'une part, les candidats "orientés visions" qui ont complètement intégré le numérique dans leur vision de la société ; d'autre part les candidats "orienté projets" qui détaillent des pans entiers de leurs projets consacré au numérique et enfin les candidats mixtes. De toutes les approches des candidats, Quel est celle qui vous semble la plus pertinente, au final ?

C'est une question compliquée. En préalable, je veux préciser que notre comparaison a été conduite à partir des programmes officiels et se trouve en ligne sur notre site numerique2017.fr. Les équipes de chaque candidat ont eu la possibilité de valider notre analyse concernant les propositions de leur candidat. Certaines l’ont fait et nous avons eu de bons échanges, d’autres non.

Les candidats orientés visions – qui regroupent Nicolas Sarkozy et Jean-Frédéric Poisson –, finalement, n'ont que très peu de propositions. Par conséquent, il est très difficile de vérifier que leur vision se traduira par des actions concrètes. Globalement, pour l'instant, cela tient davantage à des slogans qu'à de réelles mesures. Le flou reste conséquent.

Les candidats orientés projets – qui regroupent Bruno Le Maire, Alain Juppé et François Fillon – sont sans doute ceux qui ont le plus réfléchi à la mise en œuvre de dispositions permettant des politiques publiques plus numérisées.

Enfin, les candidats mixtes – Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé – parlent beaucoup du numérique, mais ne font finalement que quelques propositions concrètes. Leur vision semble assez large, mais le projet n'a pas l'air très établi, encore.

Nous avons décidé de comparer les programmes par grande thématique : emploi, santé, éducation, culture… dans la veine des débats que nous organisons dans le cadre du collectif Numérique 2017. Cette comparaison a été réalisée par deux membres de notre collectif : Jonas Haddad et Nicolas Buffenoir. 

Il y a des domaines entiers où certains candidats n'ont fait aucune proposition. Cela ne signifie évidemment pas qu'ils prétendent qu'il ne faut rien faire, mais simplement qu'ils n'ont pas abordé cette dimension dans leurs programmes pour la Primaire. Pour les candidats que nous avons classés « orientés vision », dans l'ensemble des domaines (santé, emploi, éducation, etc), les propositions sont peu nombreuses. La réflexion n'est pas assez aboutie.

Selon vous, la primaire a été l'occasion d'avancer sur la question et a forcé les candidats à s'approprier la thématique du numérique, contrairement à la précédente élection présidentielle. Pour autant, reste-t-il des progrès à faire ? Quels sont-ils ?

Le président de la République doit incarner véritablement la vision d’une France à l’ère numérique. C’est un enjeu majeur pour notre pays, c’est un enjeu de souveraineté et d’avenir. Cela ne doit pas être uniquement une réflexion des équipes, mais bien une compréhension par le président de la République lui-même. Et c’est sans doute plus facile pour les personnalités politiques nouvelles, à droite comme à gauche, d’incarner cette vision et de proposer les changements nécessaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 17/11/2016 - 15:18
Numérique
Verrons nous jamais le résultat de cette comparaison? D'ici Dimanche, ce serait intéressant. Mais la constatation d'Anouman est inquiétante.
Anouman
- 17/11/2016 - 10:57
numérique
Content de savoir que "le numérique provoquent des transformations..."
Par exemple les articles ne sont même pas relus par des gens qui ont un niveau CE2 en grammaire. On nous parle d'intelligence artificielle et on n'est pas fichu d'avoir des correcteurs de grammaire corrects.