En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 40 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 13 heures 45 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 41 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 12 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 15 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 31 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 17 heures 54 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 10 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 42 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 38 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 14 heures 53 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 3 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 16 min
© Capture
© Capture
Bonnes feuilles

N'en déplaise aux féministes et autres tenants de la théorie du genre, l'usage prévoit toujours que "Madame" soit suivi du prénom et du nom du mari

Publié le 12 novembre 2016
On l'appelle aujourd'hui le "vivre ensemble"... Autant dire que ce n'est pas un petit sujet ! La politesse est cet art de rendre la vie ordinaire plus douce, moins rugueuse vivable, en somme. Nécessité sociale, donc. Mais pas seulement : la politesse est aussi une source de plaisir, et c'est ce que ce dictionnaire nous démontre à chaque page. Extrait de "Un dictionnaire nostalgique de la politesse", de Frédéric Rouvillois, aux éditions Flammarion 2/2
Frédéric Rouvillois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Rouvillois est Professeur de droit public à l’université de Paris. Il est à l'origine de la Fondation du Pont-Neuf. Dernier livre paru : Liquidation, Emmanuel Macron et le Saint-Simonisme, Cerf, sept. 2020.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On l'appelle aujourd'hui le "vivre ensemble"... Autant dire que ce n'est pas un petit sujet ! La politesse est cet art de rendre la vie ordinaire plus douce, moins rugueuse vivable, en somme. Nécessité sociale, donc. Mais pas seulement : la politesse est aussi une source de plaisir, et c'est ce que ce dictionnaire nous démontre à chaque page. Extrait de "Un dictionnaire nostalgique de la politesse", de Frédéric Rouvillois, aux éditions Flammarion 2/2

Madame, Monsieur

Sous la Révolution, les mots Madame et Monsieur furent interdits au motif qu’ils se rattachaient aux temps obscurs – et permettaient d’opérer entre les personnes des distinctions auxquelles s’opposait violemment l’égalitarisme jacobin. Pourtant, c’est ce qui fait à la fois leur charme et leur utilité : sitôt passé l’orage révolutionnaire, on s’empressa de jeter aux orties les grandiloquents "citoyen" et "citoyenne" pour en revenir aux appellations classiques – qui, envers et contre tout, ont subsisté jusqu’à nos jours. Encore faut-il en faire bon usage – un emploi malencontreux étant ici la pire des choses et un moyen très sûr de se couvrir de ridicule.

Lorsque l’on s’adresse à quelqu’un, le savoir-vivre et la prudence conseillent donc de se contenter de "Madame" et de "Monsieur", qui ne sont jamais fautifs – même lorsqu’il s’agit d’un ecclésiastique, d’un militaire ou du titulaire d’une haute fonction élective, bien qu’il soit préférable de leur donner leur titre officiel. En revanche, on ne dira en aucun cas "Madame Dupont" ou "Monsieur Durand". "Bonjour Monsieur Courbet !" est ainsi gravement fautif, à en croire l’irréprochable Guide du protocole et des usages de Jacques Gandouin, qui souligne qu’il s’agit d’"une formule plus que familière, qui ne s’emploie qu’avec des préposés ou des fournisseurs que l’on connaît bien". Dans la hiérarchie des familiarités, celle-ci précède immédiatement l’usage du simple prénom ("Bécassine, vous m’ferez les cuivres et les carreaux"). Dans le même ordre d’idées, on évitera, sous peine de passer pour un plouc mal dégrossi, de se présenter soi-même comme "Monsieur X" ; on donnera son nom, éventuellement précédé de son prénom, mais jamais l’inverse, Grands Dieux ! Ne parlons même pas du fait de désigner son conjoint comme "Monsieur Fricotin" ou "Madame Paturot" ou, pire encore, de s’adresser à lui en ces termes : "Madame Poissonnard, va donc me chercher  une part de brie et un litre de rouge à l’office !" Ce genre de bourde signalait déjà le comble de la vulgarité dans les romans de Balzac. On se contentera, en toute simplicité, de dire "mon mari" ou "ma femme". Le mot "Monsieur" ne précèdera donc le prénom et le patronyme que dans la correspondance. Et encore : sur les cartes de visite, un homme seul se bornera à indiquer ses prénom et nom, et son titre s’il y a lieu. Quant au "Madame", l’usage exige toujours, malgré le deuxième sexe, la troisième gauche et la théorie du genre, qu’il soit suivi du prénom et du nom du mari.

(crédit : Emmanuel Pierre)

Mademoiselle

Le bon usage, en l’occurrence, consiste à éviter les formules vieillies, quel que soit leur charme, leur poésie ou le plaisir qu’on en éprouve. Et à cet égard, il faut bien reconnaître que "Mademoiselle" est un titre en voie de disparition – jusque dans le jargon des speakerines et des dames de la météo. Pour les (très) jeunes filles, l’usage du prénom (assorti de la bise sur chaque joue) semble désormais de mise. Quant aux dames non mariées, quoiqu’un peu mûres, le "Mademoiselle" risquerait de paraître incongru, sinon franchement grotesque – notamment, lorsque les dames en question vivent en concubinage depuis plusieurs décennies, qu’elles sont grands-mères ou qu’elles viennent de fête leur cinquième divorce. Pire encore, les susdites pourraient mal le prendre en y voyant un jugement peu flatteur sur leur pouvoir de séduction. En bref, il vaudra mieux éviter, et commencer par dire "Madame" – quitte à ce que votre interlocutrice vous rétorque ensuite, avec un air pincé, "Non, Mademoiselle".

Extrait de "Un dictionnaire nostalgique de la politesse", de Frédéric Rouvillois, publié aux éditions Flammarion, novembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
papinet
- 12/11/2016 - 22:31
Certes...
Mais essayez auprès de votre banque d'avoir autre chose que "M et Mme Georges Machin" sur votre carnet de chèques conjoint ! Les plus ouvertes vous proposeront "M et Mme Paulette Machin"... Quel progrès !
ISABLEUE
- 12/11/2016 - 16:08
on garde toujours son état civil
c'est la loi. une femme donc portera donc le nom de son père et non celui de son mari. ce sera toujours mMe x épouse machin.
Et sur notre pièce d'identité, on peut n'avoir que notre nom de naissance et non celui du mari accolé.
Non mais !!
MIMINE 95
- 12/11/2016 - 15:05
PORTER LE NOM DE SON MARI ou d'ailleurs de sa femme (depuis peu)
N'est qu'un usage et non une loi. Une femme comme un homme porte toute sa vie, et même toute sa mort, selon la loi, son état civil de naissance. La politesse voudrait qu'on cesse d'obliger une femme à porter le nom de son "propriétaire" si elle ne le souhaite pas, alors qu'elle n'en a nullement l'obligation. Venant de FONDAPOOL, je ne suis guère étonné de ces relents esclavagistes et suprémacistes sous couvert de politesse.....