En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© MARTIN BUREAU / AFP
Comme pour Nicolas Sarkozy, son expérience et sa stature de chef d’Etat est apprécié. Il est également jugé précis et concret, notamment sur les sujets internationaux.
Réactions en live
Vers une surprise Fillon ? Quelques enseignements sur la primaire de droite vue depuis les réseaux sociaux
Publié le 10 novembre 2016
Avec Bloom
Alors que les sept candidats de la primaire de la droite et du centre se sont affrontés ce jeudi 3 novembre lors d'un deuxième débat télévisé, retour en chiffres sur l'impact qu'a eu chaque candidat sur les réseaux sociaux lors de cette soirée.
Digital Partners a développé Bloom, une plateforme d'analyse des opinions et des influences des internets par data visualisation unique sur le marché. L'activité de communautés cibles et de réseaux d'influence est ainsi détectée par centre d...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bloom
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Digital Partners a développé Bloom, une plateforme d'analyse des opinions et des influences des internets par data visualisation unique sur le marché. L'activité de communautés cibles et de réseaux d'influence est ainsi détectée par centre d...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les sept candidats de la primaire de la droite et du centre se sont affrontés ce jeudi 3 novembre lors d'un deuxième débat télévisé, retour en chiffres sur l'impact qu'a eu chaque candidat sur les réseaux sociaux lors de cette soirée.
Avec Bloom

Nicolas Sarkozy

Si Nicolas Sarkozy génère deux fois plus de contenus émotionnels que François Fillon (n°2), sa courbe des émotions positives est structurellement en baisse tout au long de l’émission.

La confiance reste stable mais la joie, assimilable au plaisir, décroît fortement. L’analyse des réseaux montre de fortes frictions entre les sarkozystes et les anti-sarkozystes et une certaine lassitude, en volume, à le défendre alors qu’il subit de nombreuses attaques.

Nous enregistrons beaucoup de colère contre Nicolas Sarkozy lorsqu’il invoque la crise financière pour justifier ses choix "difficiles" au cours de son quinquennat, 42% des contenus émotionnels sont négatifs.

Points faibles

Les deux éléments qui lui sont le plus reprochés par les internautes sont :

- La baisse des effectifs de police

- Toujours ses mises en examen

Points forts

Les internautes voient en Nicolas Sarkozy un homme d’expérience, précis, un chef d’Etat. Des traits de caractères sont également évoqués positivement, tels que son dynamisme et sa décontraction pendant le débat.

François Fillon

Contrairement à Nicolas Sarkozy, la courbe des émotions positives concernant François Fillon est en hausse tout au long du débat.

C’est surtout la confiance qui ne cesse de croître. Néanmoins, il génère peu d’émotions fortes et impliquées telles que la "joie" ou le "plaisir".

François Fillon est le numéro 2 du débat en volume, et au coude à coude avec l’ancien Président en volume d’émotions positives. En effet, le député de Paris ne génère que 22% d’émotions négatives. A noter que François Fillon génère plus d’émotions qu’au début de sa campagne.

Points faibles

- Si la majorité des internautes ont apprécié qu’il refuse de prendre part à certaines polémiques, les autres lui reprochent d’être resté trop en retrait.

- Son manque d’enthousiasme est souvent abordé par les internautes.

- La thématique de l’éducation a donné lieu à des controverses.

Points forts

- Comme pour Nicolas Sarkozy, son expérience et sa stature de chef d’Etat est apprécié.

- Il est également jugé précis et concret, notamment sur les sujets internationaux.

Alain Juppé

Comme pour François Fillon, la courbe des émotions positives progresse tout au long du débat mais sur des volumes plus faibles (deux fois inférieurs au volume de ce dernier). La confiance est souvent très liée à la posture générale d’Alain Juppé. Peu de joie, peu de colère : Alain Juppé génère moins d’hostilité que lors du dernier débat, mais ne suscite pas non plus un grand engouement. Même lors du passage sur François Bayrou, les internautes ne réagissent pas sur des volumes significatifs. Alain Juppé évite de prendre des risques et sa stratégie fonctionne.

Points faibles

- Son âge est particulièrement évoqué par les internautes qui le trouve trop vieux et mou.

- Ils sont nombreux à lui reprocher d’avoir été trop sur la défensive lors du débat.

Points forts

- Son refus de participer aux polémiques a été très apprécié.

- Alain Juppé est jugé équilibré, complet et convainquant. Ses points forts restent très rationnels.

Bruno Le Maire

Bruno Le Maire suscite peu d’activité dans les réseaux, donc très peu d’émotions également. Ce sont ses attaques envers Nicolas Sarkozy qui ont généré le plus d’émotions : de la joie pour ses supporters et de la colère pour les autres.

Nathalie Kosciusko-Morizet

Nathalie Kosciusko-Morizet, au contraire de Bruno Le Maire, génère plus de controverses et d’activité dans les réseaux. L’émotion positive en tête est la joie, c’est-à-dire un certain plaisir chez les internautes d’assister à ses attaques répétées contre son ancien mentor Nicolas Sarkozy.

En revanche, elle n’en profite pas pour gagner de la confiance auprès des internautes. Cette émotion reste à un niveau faible, comme l’ensemble de son activé comparée aux trois leaders.

Points forts

- Ses allusions au Grenelle de l’environnement et aux femmes

- Sa fraîcheur et son courage

Points faibles

- Le parrainage de Robert Ménard

- Son manque de compétence

Jean-François Copé

L’activité de Jean-François Copé est équivalente à celle de Nathalie Kosciusko-Morizet mais avec une majorité d’émotions négatives. Il suscite crainte et colère essentiellement. Sa stratégie "anti-Sarkozy" ne convainc pas les internautes. Jean-François Copé a perdu en crédibilité lors de ce second débat, notamment à cause du lapsus.

Jean-Frédéric Poisson

Jean-Frédéric Poisson 
n’a visiblement pas réussi 
à créer une communauté significative autour de sa candidature. Sa position manque de clarté et les internautes ne le suivent pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 11/11/2016 - 00:24
Nous ne pouvons pas nous permettre un quinquennant Juppé
Fillon doit absolument arriver au 2ème tour. Et là, il battra Juppé. Sur le terrain je milite pour convaincre ceux de droite à s'engager, c'est notre seule chance pour éviter la chute définitive.
lafronde
- 10/11/2016 - 23:04
La roue tourne
Fillon avait toutes les billes en 2012, pas de Sarko ni de Juppé. Un seul adversaire : Copé. A eux deux ils ont réussi à couler l'UMP. Maintenant Sarko et Juppé occupent (encombrent) le terrain. C'est une regresion pour l'UMP-LR !
Deudeuche
- 10/11/2016 - 17:16
Il est le seul crédible face à Le Pen
si ce n'est pas lui nous voterons pour la blonde plutôt que le chauve.