En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 36 min 35 sec
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 59 min 35 sec
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 12 heures 30 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 15 heures 31 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 16 heures 22 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 19 heures 39 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 heures 33 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 21 heures 49 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 53 min 23 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 1 heure 42 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 15 heures 57 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 19 heures 25 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 19 heures 58 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 21 heures 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 22 heures 21 sec
© Reuters
© Reuters
Diviser pour mieux régner ?

EELV, communistes, radicaux… : avoir un candidat ou pas à la présidentielle, quelle est la meilleure stratégie pour ne pas disparaître corps et âmes aux législatives ?

Publié le 11 novembre 2016
Le PCF, l'extrême-gauche et les écologistes devraient présenter leurs candidats à la présidentielle, quitte à prendre le risque de disqualifier la gauche pour le second tour. C'est un calcul qui, à leur échelle, n'est pas préjudiciable : un score honorable au premier tour offre de réels arguments de négociations pour les élections intermédiaires.
Jean-Daniel Lévy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Daniel Lévy est directeur du département politique & opinion d'Harris Interactive.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le PCF, l'extrême-gauche et les écologistes devraient présenter leurs candidats à la présidentielle, quitte à prendre le risque de disqualifier la gauche pour le second tour. C'est un calcul qui, à leur échelle, n'est pas préjudiciable : un score honorable au premier tour offre de réels arguments de négociations pour les élections intermédiaires.

Atlantico : Yannick Jadot, candidat déclaré des Verts, a récemment déclaré vouloir réaliser un score "à deux chiffres à la présidentielle". De son côté, le PCF a finalement refusé une alliance avec Jean-Luc Mélenchon… Pour peser dans les négociations relatives aux élections intermédiaires comme les législatives, quelle est la meilleure attitude à adopter à la présidentielle ? Présenter un candidat est-il toujours la meilleure idée ?

Jean-Daniel Lévy : Le fait de présenter un candidat à l'élection présidentielle assure, dans la grande majorité des cas, une dynamique pour les élections législatives. On le constate dans la quasi-intégralité des cas. Il y a une réelle cohérence dans le fait de se présenter à l'élection présidentielle puis aux législatives. D'ailleurs, la majorité est pratiquement toujours donnée à la famille politique du nouveau président de la République. Pour les autres partis – et tout spécialement pour les partis les moins conséquents – le score est généralement maximisé (lorsque l'on compare aux formations politiques non présentes à l'élection présidentielle).

Malgré tout, l'enjeu des législatives repose sur la notoriété du ou des candidats nationaux pour les petits partis. Il peut également dépendre de l'ancrage local. Pour les écologistes, il y a très peu d'acteurs politiques implantés localement, à l'exception de Noël Mamère. Pour les communistes comme pour le Front de Gauche, ils sont plus nombreux. Cependant, cet enracinement local tend à diminuer, dans la mesure où les "bastions communistes" sont issus de ce qu'on appelait le "communisme municipal". Il y a généralement un lien intime entre le résultat aux élections législatives et le fait de se présenter à l'élection présidentielle. Cela témoigne indubitablement du fait, pour un parti, qu'il s'agit d'une force qui existe. Cela ne suffit pas pour autant à réaliser un score électoral manifeste par la suite. Bien évidemment, en général, présenter un candidat est payant. En 2007, après l'élection présidentielle, le NPA avait pu s'assurer un "bon" score aux élections intermédiaires grâce à la notoriété (et à l'image) de son représentant, Olivier Besancenot.

Bien sûr, présenter un candidat permet aussi de négocier avec le Parti socialiste ensuite, mais pas que. Il est important de penser à tous les autres aspects, notamment à la possibilité de faire valoir une formation, des idées, et de... gagner en notoriété. Tant que tout cela ne s'épuise pas, présenter un candidat constitue toujours une bonne idée. Pour autant, il apparaît parfois que des alliances politiques soient plus efficaces. Les écologistes, en 2012, font office de très bon exemple. Eva Joly a fait un faible score, mais Europe Écologie - Les Verts a tout de même bénéficié d'un groupe à l'Assemblée, d'un second groupe au Sénat, de deux ministres… C'était le fait d'accords pré-électoraux et non du score de la candidate.

Quels peuvent être les risques, pour de petits partis de gauche, de présenter un candidat à l'élection présidentielle ? Agacer le PS et s'assurer un renouveau idéologique ne risque-t-il pas de couper court à des alliances nécessaires ?

Tout dépend de la manière dont on considère les élections législatives. Il me semble important, d'entrée de jeu, de rappeler qu'il s'agit d'une source de financement pour les différentes formations politiques. Elles offrent par conséquent différentes possibilités, et assurent en un sens la pérennité du parti. C'est un apport indispensable, à ce titre, pour le Parti Communiste Français. En outre, dans certaines circonscriptions, une opposition avec le PS n'est pas toujours une mauvaise chose : elle permet l'organisation d'une forme de "primaire" à gauche. Dans ce cas de figure, le candidat de gauche le moins bien placé au deuxième tour se retire au profit du premier.

Évidemment, pour des petits partis, il peut être dangereux de s'attirer les "foudres" des cadres dirigeants du Parti socialiste. Cependant, la politique est avant tout une affaire de rapport de force. Le risque pour le PS, c'est celui d'une disqualification de la gauche. Dans certaines circonscriptions, sur la base des élections régionales, on voit clairement que la dispersion des candidatures de gauche lui est préjudiciable pour le deuxième tour. Ce n'est pas nécessairement préjudiciable à d'autres formations comme le NPA et, d'un point de vue cynique, cela peut même les arranger.

Cependant, la confrontation avec le Parti socialiste peut poser un réel danger. Elle ne menacera pas, en tant que telle, l'existence d'un parti à l'échelon national, mais elle est susceptible de grandement la complexifier à l'échelon local.

L'attitude que ces partis devraient adopter dépend de la vision qu'ils ont. S'ils pensent sur le long terme et essayent de mettre en place une réelle stratégie électorale, les alliances ne doivent pas se faire au détriment du renouveau idéologique. La réflexion du PCF ne s'arrête d'ailleurs pas à 2017 : elle prépare l'après. Sur le moyen-long terme, il vaut mieux privilégier le renouveau idéologique, qui reste le seul moyen de remporter des victoires politiques.

Sur le long terme, le risque de voir ces sensibilités absorbées par des partis plus importants existe-t-il ? En un sens, toutes ces stratégies ne consistent-elles pas seulement à retarder l'inéluctable ?

Je ne crois pas. On ne peut d'ailleurs pas avoir de certitudes dans l'immédiat, compte tenu de l'état du Parti socialiste aujourd'hui. Bien évidemment, l'absorption de sensibilités minoritaires à gauche par le PS ne dépend pas que de lui. Cela dépend du score qu'il va réaliser, mais aussi du comportement des autres formations politiques de gauche à son égard. Il est difficile de dire si un échec à la présidentielle constitue une défaite idéologique de l'ensemble de la gauche ou un échec du PS seul. Le deuxième scénario pourrait rebattre les cartes au sein d'une gauche plus globale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 09/11/2016 - 14:15
Les ''Verts'' sont ''Rouges''
et comme tous les gauchistes ils ne désapprouvent pas les ''Rouges'' qui utilisent des armes ou des chars pour tuer des ''innocents'' tels les Russes lors du ''Printemps de Prague''...Le compagnon de Cécile Duflot n'a pas voulu assister à notre fête patriotique du 14 juillet. .On ne les entend pas critiquer le F.L.N. qui torture des musulmans ''innocents'', ils sont pleins d'indulgence pour les djihadistes qui sont les ennemis des ''vrais'' Français...Pendant la seconde Guerre Mondiale, les gauchistes applaudissaient les Russes et Hitler qui envahissaient la Pologne,, ils ont encouragé les Kmers Rouges à torturer des ''innocents'' ,en Indochine,et ils donnaient des armes aux fellouzes (pendant la guerre d'Algérie) afin que ceux-ci tuent nos soldats et des civils désarmés voir http://jose.castano.over-blog.com/2016/05/le-role-des-communistes-Français-dans-la-guerre-d-Indochine.html Les gauchistes sont collabos avec les ennemis de la France, ils désirent le déclin de l'Etat français et l'islamisation de notre pays!