En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 6 heures 30 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 7 heures 4 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 54 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 10 heures 4 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 11 heures 13 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 15 heures 11 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 15 heures 29 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 54 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 7 heures 43 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 9 heures 27 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 48 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 16 heures 4 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 11 heures
© Flickr
L’acné est liée avant tout à une hyper séborrhée (hyper stimulation des glandes sébacées) : le sébum qui est produit en forte quantité a tendance à engorger les follicules pileux à la base desquels il est déversé.
© Flickr
L’acné est liée avant tout à une hyper séborrhée (hyper stimulation des glandes sébacées) : le sébum qui est produit en forte quantité a tendance à engorger les follicules pileux à la base desquels il est déversé.
Acné mortifère

Gare aux ongles tueurs : éclater un bouton pourrait vous envoyer au cimetière et voilà comment

Publié le 08 novembre 2016
L'habitude de presser ses boutons d'acné est un très mauvais réflexe. Selon Vishal Maden, dermatologue britannique, faire ce geste aurait des conséquences néfastes pour la santé. Dans le pire des cas, les symptômes sont une perte de la vision et une paralysie permanente. Les problèmes les plus fréquents peuvent être des thromboses et des caillots sanguins qui peuvent obstruer les vaisseaux qui irriguent le cerveau.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'habitude de presser ses boutons d'acné est un très mauvais réflexe. Selon Vishal Maden, dermatologue britannique, faire ce geste aurait des conséquences néfastes pour la santé. Dans le pire des cas, les symptômes sont une perte de la vision et une paralysie permanente. Les problèmes les plus fréquents peuvent être des thromboses et des caillots sanguins qui peuvent obstruer les vaisseaux qui irriguent le cerveau.

Atlantico : Selon un dermatologue britannique, le docteur Vishal Maden, la mauvaise habitude qui consiste à faire éclater ses boutons d'acné peut entraîner des infections. Le spécialiste évoque une zone qui va du nez à la lèvre inférieure en forme de triangle. Les infections non traitées dans cette zone pourraient provoquer selon lui des thromboses, soit des caillots sanguins. Ces infections pourraient-elles provoquer des abcès au cerveau ou même la méningite, comme il le suggère ?

Stéphane Gayet : Le retour veineux de cette zone proche de l’aile du nez s’effectue vers une veine large dans laquelle la thrombose (formation d’un thrombus, équivalent du caillot, mais à l’intérieur d’un corps vivant) s’effectue plus facilement que dans la plupart des autres veines. Un « bouton » d’acné ne doit surtout pas être pressé, car cela aggrave son inflammation et favorise sa surinfection (super infection ou deuxième infection). La sur-infection d’un « bouton » d’acné peut se faire avec un staphylocoque doré. S’il s’agit d’une souche virulente et produisant une toxine thrombosante, et si de plus l’on se trouve dans ladite zone, il existe un risque particulièrement grave, celui que se développe une staphylococcie maligne de la face. Cette infection se manifeste par une fièvre assez élevée, une sensation de malaise général, une rougeur et un œdème (gonflement) du visage au voisinage de l’aile du nez. Cette staphylococcie maligne de la face est souvent associée à une thrombose veineuse. Le thrombus qui se forme peut se fragmenter et gagner le cerveau ou bien la méninge nourricière (vascularisée), et ainsi être à l’origine d’un abcès cérébral ou d’une méningite à staphylocoque doré, qui sont très graves. Fort heureusement, cette staphylococcie maligne de la face est peu fréquente, mais elle est suffisamment dangereuse pour qu’il soit impératif de l’éviter.

Face à des « boutons » d’acné, il faut surtout résister à la tentation de les évacuer par pressage : cela ne peut qu’aggraver la situation et ne se révèle en aucun cas bénéfique. Ces « boutons » doivent sécher en restant clos et c’est ainsi qu’ils évoluent le mieux et laissent le moins de cicatrices.

Quelles pourraient être les conséquences d'une infection non-traitée dans cette zone ? A quelles séquelles les patients peuvent-ils être confrontés ?

La complication la plus à craindre est la staphylococcie maligne de la face (voir question précédente). Dans sa forme la plus grave, cette infection donne une septicémie avec risque élevé de localisation secondaire dans le cerveau (abcès cérébral) ou dans la méninge nourricière (vascularisée), ce qui donne une méningite. Un abcès cérébral laisse toujours des séquelles : ce peut être une hémiplégie (paralysie d’un côté du corps), un déficit moteur d’une petite partie du corps, des troubles de la parole, de la mémoire ou de la pensée, ou encore des crises d’épilepsie. La méningite bactérienne à staphylocoque doré est également très grave et risque de laisser des séquelles cérébrales. Comme l’abcès cérébral, elle peut aboutir au décès.

Les « boutons » d’acné, situés au voisinage de l’aile du nez, doivent donc être considérés et soignés avec beaucoup d’attention et ne pas être aggravés par un pressage.


Quels sont les meilleurs remèdes pour traiter l'acné ? Existe-t-il des cas (mains propres, certaines zones du corps) où percer ces boutons est sans danger ?

L’acné est liée avant tout à une hyper séborrhée (hyper stimulation des glandes sébacées) : le sébum qui est produit en forte quantité a tendance à engorger les follicules pileux à la base desquels il est déversé. Cet engorgement provoque une inflammation des follicules pileux, qui elle-même favorise leur infection par des bactéries de la peau. Ce sont le plus souvent des bactéries peu pathogènes qui sont en cause, comme Propionibacterium acnes. Un « bouton » d’acné guérit en principe seul, en se desséchant. La complication la plus redoutable des « boutons » d’acné est leur super infection ou sur infection par un staphylocoque doré, l’une des bactéries les plus pathogènes que l’on connaisse. L’hyper séborrhée est elle-même provoquée par des taux très élevés d’hormones sexuelles qui résultent de l’hyper stimulation des glandes sexuelles (ou gonades) par l’hypophyse, pendant toute la période pubertaire. L’acné juvénile ou pubertaire est presque un phénomène « normal » : elle survient chez pratiquement tous les adolescents, mais avec des niveaux de sévérité bien sûr très variables.

Face à un « bouton » d’acné, le pressage ne peut être que délétère (nuisible), mais c’est une forte tentation, car l’adolescent pense que l’évacuation mécanique du sébum va lui être bénéfique, ce qui n’est pas le cas, au contraire. Il est donc important de s’abstenir de cette pratique néfaste. Il faut dire que la tension ressentie au niveau d’un « bouton » d’acné est parfois pénible, ce qui peut y inciter. Dans les cas peu sévères d’acné juvénile, certaines solutions moussantes pour le visage peuvent améliorer la situation. Les cas sévères d’acné peuvent bénéficier d’un traitement médical pouvant être hormonal ou antibiotique. Mais il est toujours délicat de traiter une acné juvénile, car chaque cas ou presque est différent des autres. Une chose est certaine, c’est qu’elle finit par guérir toute seule, mais parfois au prix de cicatrices cutanées et de perturbations psychiques, dans les formes vraiment disgracieuses.

Propos recueillis par Nicolas Martinet

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires