En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 12 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 37 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 17 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 1 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 21 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 2 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 12 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 45 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 20 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 27 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 25 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 14 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 27 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 26 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 9 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 22 heures 46 min
THE DAILY BEAST

Des tonnes d'obus égarés en plein Moscou... Vladimir Poutine perdrait-il le contrôle de son propre État (malgré ses postures va-t-en-guerre à l'international)?

Publié le 11 novembre 2016
Des cargaisons contenant des tonnes d’obus de chars de combat se sont égarées en train jusqu'à Moscou de façon inexpliquée. Une affaire qui pose la question de la stratégie du président russe, porteur d'une parole ferme à l’international mais qui paraît perdre le contrôle dans son propre pays.
Anna Nemtsova
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anna Nemtsova est reporter pour The Daily Beast. Elle est basée à Moscou.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des cargaisons contenant des tonnes d’obus de chars de combat se sont égarées en train jusqu'à Moscou de façon inexpliquée. Une affaire qui pose la question de la stratégie du président russe, porteur d'une parole ferme à l’international mais qui paraît perdre le contrôle dans son propre pays.

Copyright The Daily Beast - Anna Nemtsova

Moscou. Cela pourrait être la première scène d’un thriller. Des responsables politiques de premier plan, aux Etats-Unis et en Russie, discutent du risque d’une Troisième Guerre mondiale. Il y aura peut-être une confrontation en Syrie. Ou peut-être dans les pays baltes. Ou dans le cyberespace. Et là…

Aux premières lueurs de l’aube, un inspecteur de la gare de Perovo de Moscou vérifie le contenu d’un train de marchandises en provenance de la ville d'Orel, à 276 kilomètres au sud. Un des wagons est arrivé vide lundi dans la capitale russe - du moins, c’est ce que disent les documents administratifs. Il n’y a pas de verrou sur la porte, seulement un morceau de câble qui la maintient fermée. L’inspecteur tire sur le câble. Il ouvre la lourde porte, et c’est là qu’il découvre, gisant à même le sol du wagon, des obus de char de 125 mm et des boîtes vertes empilées en hauteur contenant beaucoup d’autres obus – des tonnes d’obus.

Que faisaient des explosifs sans surveillance dans cette ville de plus de 12 millions d'habitants ? L’inspecteur a appelé la police ; la police a appelé le Service fédéral de sécurité, le FSB ; il a à son tour joint le ministère de la Défense. Mais personne n’a pu déterminer qui était responsable de l’envoi de ce mystérieux arsenal à Moscou. Etait-ce un officier militaire insouciant et trop saoul pour s’en souvenir le lendemain ? Quelqu’un avait-il volé les armes ? Ou, dans le pire scénario, un groupe terroriste préparait-il un attentat de masse ?

L’enquête préliminaire a duré deux jours. Mercredi, des rapports ont conclu que la cargaison de sept tonnes de munitions explosives avait pu voyager au maximum sur 3 000 kilomètres, de l'Extrême-Orient russe à travers toute la Russie et jusqu’à Moscou, sans convoi spécial pour la protéger. Le voyage a duré deux semaines. Mais pendant tout ce laps de temps, aucun responsable du ministère de la Défense ne semble s’être inquiété de la cargaison mortelle, ni d’ailleurs avoir remarqué sa disparition.

L’agence Life News a rappelé à ses lecteurs que 350 kilos d'explosifs avaient suffi à souffler un immeuble d‘habitations à Moscou en 1999, l’année où Vladimir Poutine est arrivé au pouvoir. L’agence a publié une infographie montrant la zone d'un rayon de 3 kilomètres qui aurait pu être ravagée par l’explosion si quelqu’un avait fait exploser le wagon à Moscou. "Si les obus avaient explosé à la gare de Perovo, les dégâts auraient pu se compter en centaines de victimes", a conclu Life News.

A minima, l’incident a mis en évidence de sérieux problèmes de sécurité tout au long des milliers de kilomètres de chemins de fer russes, ainsi qu’un manque de professionnalisme parmi les responsables militaires de premier plan. Mais il y a bien d’autres raisons de s’inquiéter.

Après tout, pendant que les généraux du ministère de la Défense cherchaient un responsable à blâmer pour cet incident, plusieurs sous-marins russes supposément équipés de missiles de croisière étaient censés être en route en direction de la Syrie.

Le président Vladimir Poutine a sorti l’artillerie lourde. Mais quelle est sa stratégie ? Et quels sont les risques ?

"Un incident de bien plus grande ampleur pourrait se produire en Syrie, en Europe ou ici en Russie, à cause de l’effrayante corruption qui règne parmi les autorités", a déclaré au Daily Beast l’ancien capitaine du KGB et actuel leader de l’opposition russe Gennady Gudkov. "Notre inquiétude vient du fait que le président Vladimir Poutine n’est plus capable de contrôler ne serait-ce que l’armée. Il garde seulement le contrôle du processus électoral et des flux financiers, tandis que toutes les institutions qui détiennent le pouvoir se dégradent à tous les niveaux".

Mais cela n’empêche pas les soutiens de Vladimir Poutine d’adopter des postures encore plus agressives. "Moscou prévoit de prendre le contrôle de l’Est l’Alep durant la période entre les élections américaines et l’investiture du nouveau président, dans un geste symbolique pour infliger un soufflet à Barack Obama", a affirmé au Daily Beast Sergei Markov, un membre de la Chambre civique de Russie. Sergei Markov a expliqué qu’il préparait des "recommandations" destinées à Vladimir Poutine, qu’il a livrées aux services du président.

"En déployant nos forces en Syrie, Vladimir Poutine a rappelé à l’Occident l’ampleur du pouvoir militaire que la Russie est capable d’employer", a déclaré Sergei Markov. "Washington nous attaque en soutenant le coup d’Etat en Ukraine, en appliquant des sanctions économiques, en organisant une guerre d’information, et en versant de l’argent à notre opposition, et Poutine défend la Russie contre les Etats-Unis, comme Churchill avait défendu le Royaume-Uni contre Hitler", affirmait Sergei Markov dans une interview mercredi.

Pourtant, Vladimir Poutine lui-même semble mettre la pédale douce. Au forum du Club de Discussion Valdaï de la semaine dernière, il a prononcé un discours insistant sur le fait que la Russie ne prévoyait aucune attaque en Occident. "C’est impensable, insensé et complètement irréaliste", a-t-il assuré. "Les membres de l’Otan, Etats-Unis compris, représentent une population totale de 600 millions, probablement, mais la Russie a une population de seulement 146 millions", a calculé Poutine. "Il est tout simplement absurde ne serait-ce que d’envisager une telle idée".

Très peu de médias internationaux ont couvert le forum de Valdaï, qui est perçu comme un évènement ennuyeux. Mais les réponses de Vladimir Poutine reflètent les messages contradictoires qu’il envoie à l’international. Fedor Lukyanov, directeur de recherche au Club de Discussion Valdaï, a expliqué au Daily Beast que le Kremlin s’est trouvé à court d’idées stratégiques après l’échec diplomatique pour trouver un accord en Syrie que Moscou puisse accepter. "Il est inutile de penser à la stratégie, car le monde moderne est trop imprévisible, alors Vladimir Poutine applique des tactiques, cherche la bonne façon de réagir et de trouver des solutions aux problèmes", a ajouté Fedor Lukyanov.

Après avoir tenté de comprendre Vladimir Poutine pendant dix-sept ans, le rédacteur en chef de L’Écho de Moscou, Aleksei Venediktov, reconnait qu’il a arrêté de prêter attention aux déclarations du président.

"Ce que Poutine a à dire ne m’intéresse pas. Seuls ses actes réels m’intéressent car, le connaissant bien, je vois qu’il n’a pas de réelle stratégie. Il réagit au quart de tour à tout ce qui peut se passer dans le monde", a déclaré Aleksei Venediktov au Daily Beast plus tôt cette semaine.

Aleksei Venediktov a insisté sur le fait que ce sont les réactions rapides de Poutine qui pourraient s’avérer les plus inattendues et les plus dangereuses. "Je suis sûr que les forces de la Russie et de l’Otan peuvent entrer en conflit, mais pas en Syrie. Plus probablement dans les pays baltes. La crainte d’une guerre à venir n’est pas de l’ordre de la paranoïa. Il y a une inquiétude sérieuse : une guerre en Europe pourrait partir d’un simple incident, par exemple si quelques ressortissants russes se sentaient malmenés par des responsables lettons, ou si une explosion accidentelle tuait des officiers", affirme Aleksei Venediktov. "Un seul homme prend les décisions en Russie : Poutine, qui n’a qu’un seul conseiller, en la personne de Vladimir Vladimirovitch Poutine."

On ne peut qu’imaginer comment il aurait réagi si sept tonnes d’obus avaient explosé au milieu de Moscou. Heureusement, grâce à un inspecteur ferroviaire, nous n’aurons jamais à le savoir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 06/11/2016 - 19:44
la memoire humaine est courte
Les 55.000 morts du vietnam sont deja oublies. Le bordel temporaire cause par l'effondrement deux high rise aussi. Voyons si quelques megatonnes sur des villes laissera une memoire permanente. Crapahuter a travers 10000 km de Siberie devrait etre un challenge interessant pour nos nouvelles soldates sous le drapeau arc en ciel.
fanfoué
- 06/11/2016 - 18:46
On nous conditionnerait ?
Ne serait-on pas en train de nous conditionner pour accepter l'idée qu'un conflit avec la Russie est inévitable ? Nos amis américains en rêvent depuis longtemps pour des raisons évidentes : garder le contrôle de la planète quitte à sacrifier des millions d'européens ... Qu'ils se rassurent, la "mère Clinton va t-en guerre" va le leur offrir sur un plateau
ikaris
- 06/11/2016 - 17:28
Pour utiliser un obus il faut un char d'assaut ...
ça relativise la portée de l'événement. Si je tombe sur une caisse de munition pour FAMAS en me promenant dans la campagne je ne vais pas pouvoir en faire grand chose ... pour faire sauter tout ça il faut d'abord le plastiquer à mort et c'est la poule qui a fait l'oeuf. La réussite militaire russe on la mesure à la longévité du régime de Bachar El Assad, pas aux conneries d'un fonctionnaire qui a forcé sur la Vodka.