En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Alain Juppé reste largement favori auprès de l'ensemble des votants pour le premier et le deuxième tour de la primaire, mais il doit se défendre
C'est mieux, mais pas top
Primaire de la droite : un débat plus vif que le premier, mais pas de quoi faire bouger les lignes
Publié le 04 novembre 2016
Les sept candidats se sont différenciés sur le nombre de postes de policiers à créer et de places de prisons à construire... Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à imposer son leadership à ses anciens ministres devenus concurrents-adversaires, même si sa stratégie s'avère payante auprès du noyau dur de son électorat.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les sept candidats se sont différenciés sur le nombre de postes de policiers à créer et de places de prisons à construire... Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à imposer son leadership à ses anciens ministres devenus concurrents-adversaires, même si sa stratégie s'avère payante auprès du noyau dur de son électorat.

L'esprit du lieu - la salle Wagram était dédiée aux combats de boxe - a soufflé sur le deuxième débat entre les candidats de la primaire de droite du centre. Nettement plus animée que la première rencontre,  la confrontation n'a permis à aucun des protagonistes de s'imposer,  malgré des coups portés sans retenue. Il n'y a pas eu cette avalanche de statistiques qui ont pu lasser lors du premier débat; le débat a porté sur le droit à la légitime défense pour les policiers, l'immigration avec la renégociation des accords du Touquet,  - pardon de Canterbury,  comme a rectifié Nicolas Sarkozy avec condescendance pour marquer qu'il était le co-signataire de cet accord sur la retenue des migrants voulant se rendre en Angleterre,  sur le territoire français. Les sept candidats se sont différenciés sur le nombre de postes de policiers à créer et de places de prisons à construire...

Nicolas Sarkozy n'a pas réussi à imposer son leadership à ses anciens ministres devenus concurrents-adversaires, même si sa stratégie s'avère payante auprès du noyau dur de son électorat, (le nom de François Bayrou est hué dans tous les meetings LR), comme l'ont montré les sondages post-débat : l'ancien président reprend la place de favori chez les sympathisants LR, ce qui prouve que sa campagne contre "les promesses d'Alain Juppé à François Bayrou", commence à porter ses fruits. Il applique la stratégie du rassemblement de son camp avant de tenter d'élargir sa base,  indispensable pour gagner au second tour. Alain Juppé reste largement favori auprès de l'ensemble des votants pour le premier et le deuxième tour de la primaire, mais il doit se défendre : "Je serai élu sur mon projet, pas sur celui de Bayrou", a-t-il répété. Le maire de Bordeaux est littéralement pilonné par Nicolas Sarkozy et ses proches qui le soupçonnent de vouloir pratiquer "une alternance molle", fustigent "l'identité heureuse" en tentant de la ridiculiser,  et brandissent le spectre du Président du Modem, (dont le nom est hué dans les meetings LR),  responsable à leurs yeux de la défaite de Nicolas Sarkozy en 2012. Alain Juppé se défend en rappelant à juste titre que LR,  sous la houlette de Nicolas Sarkozy,  a conclu des accords avec le Modem aux régionales et que ses représentants siègent dans tous les exécutifs de droite.

>>> A lire aussi : Le dernier débat de la primaire de la droite et du centre

>>> A lire aussi : Débat de la primaire : ceux qui parlaient DES Français, ceux qui parlaient AUX Français

>>> A lire aussi : Primaire de la droite et du centre : les réactions des candidats et de la classe politique

Pour l'heure le match Juppé-Sarkozy continue de dominer cette bataille. Les deux "troisième homme",  François Fillon et Bruno Le Maire sont entrés sur le ring mais leurs coups n'ont pas été décisifs. L'ancien premier ministre du quinquennat Sarkozy s'est efforcé de consolider sa remontée dans les sondages en gardant la hauteur qui sied (théoriquement), à la fonction présidentielle,  en rejetant des propositions, démagogiques à ses yeux : "Personne ne pourra éluder la question des finances publiques,  qui seront dans un état qui rendra très difficile de créer des postes de fonctionnaires supplémentaires",  a-t-il lancé à l'adresse de ceux (Jean-François Copé, Jean- Frédéric Poisson, Bruno Le Maire) qui veulent créer des postes de policiers supplémentaires; solidaire du bilan du quinquennat 2007/2012, il n'a pas pour autant volé au secours de Nicolas Sarkozy à propos de ce qui semble être la principale préoccupation de l'ancien président,  le rôle de François Bayrou dans la campagne des primaires, "alors que la France compte 6 millions de chômeurs, 100% de dette", et que "le totalitarisme islamique est à nos portes". Les deux favoris ne l'ont pas attaqué car ses voix seront décisives pour le vainqueur du deuxième tour,  si le vote confirme les sondages.

Quant Bruno Le Maire, (qui portait une cravate), il est passé à l'offensive en mettant en avant le Renouveau, sa marque de fabrique, voire sa jeunesse : après avoir rappelé à Nicolas Sarkozy qu'il avait promis de quitter la politique après son échec, de 2012,  il a expliqué que s'il était élu, il ne commencerait pas par annoncer qu'il effectuera un seul mandat (comme le font Alain Juppé, 71 ans, et Nicolas Sarkozy,  62 ans) car lui aurait le temps (et, sous-entendu la force physique) d'en briguer un second, il s'en est pris à l'ouverture à gauche, mais s'est vu rétorquer : "Tu as participé au gouvernement, et non seulement tu voulais y rester mais tu postulais même pour être Premier ministre".

Même reprise de volée à l'encontre Nathalie Kosciusko-Morizet qui insistait sur ses divergences avec l'ancien président en lui reproche d'avoir abandonné le Grenelle de l'Environnement : "Si j'avais été réélu en 2012, je pense que Nathalie se serait fait violence pour m'accompagner encore",  a-t-il glissé. "Tu n'auras pas à le refaire" s'est- il vu répliquer. Aujourd'hui tout les oppose. Ironisant sur " l'invasion centriste" brandie par Nicolas Sarkozy,  elle a enfoncé le clou en refusant le "ni- ni",  (ni Parti Socialiste,  ni Front National),  prôné par l'ensemble des protagonistes, et défendu le Front républicain au nom de la droite humaniste. Jean- François Copé a continué de mettre l'accent sur la sécurité et la création de 50.000 postes de policiers et gardiens de prison,  sans vraiment convaincre. Quant à Jean-Frédéric Poisson, empêtré dans ses prises de position successives à propos d'une alliance éventuelle avec le Front National, il n'aura été qu'une révélation éphémère de cette campagne. Le prochain débat est programmé pour le 18 novembre. D'ici là Alain Juppé aura tenu sa "grande" réunion à Paris, Nicolas Sarkozy continuera de "taper" sur François Bayrou, François Fillon va tenter de montrer que les sondages le sous estiment, Bruno Le Maire continuera de plaider pour le renouveau, et Nathalie Kosciusko-Morizet de défendre le Grenelle de l'Environnement et... la parité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
04.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
05.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
06.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
07.
Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Européennes : François-Xavier Bellamy a exposé sa vision de l'Europe face à Nathalie Loiseau lors d'un débat organisé par l'Institut Montaigne
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
arcole 34
- 05/11/2016 - 14:00
@assougoudrel - 05/11/2016 - 11:25
Entièrement d'accord avec vous car on ne peut que brûler que ce que l'on avait adorer la veille. Cordialement
assougoudrel
- 05/11/2016 - 11:25
@ arcole34
C'est vrai ce que vous dites, mais, je crois qu'il faut écarter les "voraces" qui crachent à présent dans la soupe comme ceux qu'on a vu, a part Sarkozy et Fillon, qui sont des ingrats et des aigris. Il faut refondre ce parti et garder des centristes droits (au sens propre et au figuré) et non les tristes centristes de gauche genre Juppé, NKM et surtout rayer Bayrou des mémoires. Des Pécresse n'ont pas leur place. Il y trois semaines de cela, j'ai entendu un journaliste demander à Bachelot si elle voudrait être ministre de Sarkozy; elle a répondu "plutôt mourir". Ce sont ces gens qu'il faut rayer et les militants sauront le faire. Le nom LR sera mort, mais une pomme, si elle n'a qu'une tache, on peut l'enlever et quand même la manger. Il en reste beaucoup de bon dans ce parti, il suffit de virer les nuisibles et tout refonder. Pour reconstruire une maison, si les fondations sont bonnes ont les garde.
arcole 34
- 05/11/2016 - 10:50
@assougoudrel - 05/11/2016 - 07:06
Mis à part dans ce débat Nicolas Sarkozy et François Fillon , les autres étaient plutôt des glands . Quand au parti LR ne tombé dans la chronique d'une mort annoncée . le parti à une base solide qui est ses adhérents qui eux vont systématiquement aux votes . Je sais que cela fait beaucoup envie et que certains et certaines tablent sur cette pseudo mort pout tenter de récupérer cette base mais en vain d'ailleurs. Car il ne vous aura pas échapper que lors des élections partielles passées à quelques exceptions prés ce sont des LR qui ont été élus . Après je rappelle que les primaires remontent aux années 1990 et qu'elles étaient l'idée de Charles Pasqua qui voulait d'une part empêcher le retour de VGE et peser sur le RPR pour essayer de faire pression sur Jacques Chirac avec lequel il était en désaccord majeur sur l'orientation politique du mouvement . sans pour autant oublier de faire barrage à Alain Juppé qui était alors secrétaire général du RPR et qui guignait à défaut de Chirac la candidature à l'élection présidentielle et cela sois l'œil bienveillant d'un François Mitterrand. comme vous le voyez la situation n'est jamais simple et trouve ses racines dans le passé politique RPR .