En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

04.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

07.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 4 heures 59 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 6 heures 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 8 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 9 heures 13 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 9 heures 58 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 10 heures 24 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 12 heures 51 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 13 heures 55 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 5 heures 25 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 7 heures 52 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 8 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 22 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 14 heures 25 min
Tout le projet de loi n'est qu'un curieux bricolage entre les baisses d'un côté et les augmentations de l'autre. On y trouve le respect affirmé de la liberté d'installation des médecins et la suppression du régime social unique des indépendants...
Tout le projet de loi n'est qu'un curieux bricolage entre les baisses d'un côté et les augmentations de l'autre. On y trouve le respect affirmé de la liberté d'installation des médecins et la suppression du régime social unique des indépendants...
Atlantico business

Sécurité sociale : en bonne logique, il faudra tout raser et reconstruire un nouveau modèle. Tous les responsables politiques le savent mais aucun n’a le courage d’en parler

Publié le 03 novembre 2016
Les députés ont voté un projet qui colmate les brèches de la Sécurité sociale. C'est un progrès considérable, mais le vrai courage aurait été de tout raser pour reconstruire un système nouveau et adapté.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés ont voté un projet qui colmate les brèches de la Sécurité sociale. C'est un progrès considérable, mais le vrai courage aurait été de tout raser pour reconstruire un système nouveau et adapté.

Pour une fois, les députés de gauche et de droite ont été relativement responsables. La majorité parlementaire s'est rangée à l'avis du gouvernement et a accepté les points de réforme qui leur paraissaient strictement nécessaires. Même si les points de réforme étaient passablement indigestes au regard du dogme de la gauche. 

Sur la liberté d'installation, ils ont oublié un peu de leurs réflexes corporatistes. Sur les travailleurs collaboratifs, ils ont admis qu'il fallait faire respirer cette économie. Enfin, sur l'aide aux "chômeurs – entrepreneurs", ils ont reconnu que cela n'irait pas forcément engraisser des gens déjà enrichis. 

Bref, la gauche a avalé des vieilles lunes idéologiques pour accepter un minimum de pragmatisme. 

Le résultat de toutes ces contorsions est que le gouvernement a réussi a présenter des comptes de la sécurité sociale en voie d'équilibre. Un fragile compromis, entre le coup de frein sur les remboursements de médicaments d'un côté et la baisse de la CSG pour 500 000 retraités modestes. 

Compromis entre la cotisation demandée aux chauffeurs Uber et l'aide rognée aux chômeurs entrepreneurs, etc.

Tout le projet de loi n'est qu'un curieux bricolage entre les baisses d'un côté et les augmentations de l'autre. On y trouve le respect affirmé de la liberté d'installation des médecins (ils seront contents) et la suppression du régime social unique des indépendants pour disfonctionnement informatique du RSI ... etc. (ils seront contents aussi). 

Du bricolage et rien d'autre.

Alors l'opposition se tait, c'est mieux que rien. Mais, puisqu'elle n'a pas le courage de proposer une solution alternative elle accepte, elle aussi, de donner du temps au temps. 

La majorité avait le choix entre accepter la mise en faillite de certaines branches ou la mise en condition d'une survie préalable à la mort lente. Elle a préféré sauver les apparences lors d'un débat sans saveur mais en organisant, sans le dire ni le savoir, la mort lente du système. Et comme les maladies qui rongent les organisations publiques et sociales sont à évolution très lente, les députés se sont dits qu'eux-mêmes seraient morts avant les organismes. Leurs héritiers se feront alors un plaisir de revoir la copie. 

Ça fait 25 ans que les gouvernements successifs balaient ainsi la poussière sous le tapis du système social le plus généreux du monde pour reprendre la fierté récurrente des partenaires sociaux. 

Le vrai courage n'est pas là, il eut été de détricoter les ordonnances de 1945 et de tout raser pour reconstruire un système social qui tienne compte des contraintes actuelles.

Tout raser et tout reconstruire. 

  • Le système des retraites par répartition est condamné à cause de la démographie, des changements économiques, de la mondialisation et des mutations dans l'organisation du travail. Moins de salariés, plus d'indépendants. Le système de retraite est fondé sur la répartition entre les actifs qui travaillent et cotisent et les inactifs qui reçoivent les pensions. Le système va s'asphyxier. Forcément.

Alors on peut, certes, retarder l'âge de départ à la retraite. On peut augmenter les cotisations (c'est à dire le coût du travail) ou baisser les pensions. On peut, mais cela ne changera rien à un système qui a complètement déresponsabilisé les bénéficiaires.  

Il faut donc urgemment passer à la retraite par points où l'on achète des points retraites en fonction de ses revenus et de ses projets. Il faut urgemment passer à des retraites par capitalisation, les réserves seraient alors gagées par le dynamisme des entreprises et fourniraient des moyens de financement à l'économie. Les fameux fonds de pension à la française, qui auraient au moins le mérite de freiner l'invasion des fonds anglo-saxons. 

  • Le système d'assurance maladie est condamné, au moins tel qu'il fonctionne actuellement. Tout se passe comme si le malade possédait une carte de crédit qui ne débite pas son compte propre mais celui de la collectivité. Nous sommes au cœur d'un système de solidarité où les dépenses sont de plus en plus gigantesques. Les recettes, elles, sont corrélées à l'activité économique. Donc en baisse. Nous sommes dans un système de solidarité qui fonctionne selon le principe, "à chacun selon ses moyens". Les besoins sont illimités, et les moyens plafonnés.

Il faut urgemment passer à un système d'assurance où chacun cotise selon les risques qu'il veut couvrir. Ce qui veut dire que les sociétés d'assurances et les mutuelles agiront sur le secteur de santé pour obtenir des gains de compétitivité. Les organismes de santé peuvent se mettre en concurrence. La concurrence n'est pas une maladie honteuse et mortelle. Au contraire elle est porteuse de progrès. Le passage de la solidarité à la responsabilité individuelle doit obliger l'État à définir le périmètre de la santé qui restera sous la solidarité nationale. 

Il est urgent de transférer le financement de l'assurance maladie des cotisations sur travail (comme c'est le cas actuellement) à des primes d'assurances privées et/ou à l'État.

  • Le régime d'assurance chômage doit, forcément, être remis à plat. Avec une gestion déléguée en partie au privé, ainsi qu'un rapprochement avec les organismes de formation (la clef du réveil de l'emploi). Et, pour finir, un financement partagé entre les entreprises, les salariés et l'État. 

Ces grandes reformes-là sont construites sur trois piliers, trois logiques. 

D'abord, la primauté de la responsabilité individuelle dans la gestion de grands risques de la vie. Sortir de cette logique d'assistance qui se justifiait au lendemain de la guerre mais qui n'a pour effet, aujourd'hui que d'endormir et paralyser le système social qui l'est de moins en moins.

Ensuite, un allègement du coût du travail en remplaçant des cotisations sociales par des contributions fiscales. C'est sans doute le seul moyen d'accroitre la compétitivité coût et de protéger l'emploi. Le facteur travail et le statut de salarié portent l'essentiel du financement social. 

Enfin, de telles réformes préparent le terrain à la mise en place d'un revenu universel qui paraît une voie possible et intéressante d'améliorer le système de protection sociale. Offrir à tout être humain sans conditions de ressources ou d'emploi, un revenu minimum qui devrait lui permettre de survivre. En contrepartie, on supprimerait toutes les autres prestations.

À charge pour chacun de travailler ou pas, de prendre des assurances complémentaires ou pas. 

Le temps viendra où il faudra cesser de penser que "le peuple n'est pas capable de décider ce qui est bon ou pas bon pour lui". On revendique son avis pour construire un aéroport ou pour participer à un débat européen. Et pourtant on négligerait son avis pour décider de ses assurances sociales. Il y a là une contradiction que ni la droite ni la gauche n'ont su lever.

Ces grandes questions qui dominent toute la réflexion sur la réforme du système de sécurité sociale sont sous-jacentes à certains programmes de quelques candidats à la présidentielle.

  • À droite, François Fillon et Nicolas Sarkozy n'excluent pas la nécessite d'ouvrir de tels chantiers. Les autres en restent à des mesures d'ajustement comptable. 

  • À gauche, Emmanuel Macron, Manuel Valls (mais ils ne sont pas encore candidats) sont prêts à renverser la table. Arnaud Montebourg a parfaitement conscience de la faillite prochaine du système. 

Les hommes politiques ne sont ni sourds, ni aveugles. Sont-ils assez courageux – ou suicidaires – pour se lancer dans de telles rénovations ? Pour l'instant, aucun n'a précisé la façon dont ils peuvent bouger ces chefs d'œuvre en périls que sont les organismes de sécurité sociale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

04.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

07.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/11/2016 - 22:15
C'est marrant de demander à ceux qui ont construit
ce système branlant, mal planifié, mal réformé et rafistolé avec des bouts de ficelles de le détruire pour le remplacer par un autre...Sarko-le-tricheur, son ministre Fillon, Macron-Rothschild et Valls-la-fuhrer...tous ont été aux affaires longtemps! Bêtement, Sylvestre s'adresse à ceux qui ont gouverné pendant les dix dernières années et abouti à cette dette insupportable de la SS: 146 milliards de dette cumulée, sans compter les dettes des hôpitaux, les heures supplémentaires non payées, et à cette déliquescence de notre système de santé! S'ils sont les plus lucides sur le désastre qu'ils ont provoqué, ils ne sont pas les mieux placés pour le modifier. Un peu de courage, Sylvestre! Adressez-vous à ceux qui n'ont pas gouverne la SS vers son mur infranchissable: les patriotes du Front National! Eux sont vierges des erreurs du passé LRPS...
emem
- 03/11/2016 - 20:00
Jean-Marc Sylvestre Président
Y'a qu'à
La santé des autres a un prix.
La mienne et celle de ma famille n'a pas de prix
emem
- 03/11/2016 - 20:00
Jean-Marc Sylvestre Président
Y'a qu'à
La santé des autres a un prix.
La mienne et celle de ma famille n'a pas de prix