En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Un mal pour un bien ?
Pourquoi les médicaments anti-Alzheimer font plus de mal que de bien
Publié le 27 octobre 2016
Les médicaments prescrits dans le traitement de la maladie d’Alzheimer sont en majorité des inhibiteurs réversibles de l’enzyme qui régule la production d’acétylcholine dans certains neurones du cerveau en cause dans les démences séniles. Malheureusement, le donépezil (Aricept), la galantamine (Reminyl), la rivastigmine (Exelon), ont peu d’impact sur l’évolution de la maladie et la profondeur des symptômes.
François Chast est professeur de pharmacie, Université Paris Descartes – USPC
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Chast
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Chast est professeur de pharmacie, Université Paris Descartes – USPC
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les médicaments prescrits dans le traitement de la maladie d’Alzheimer sont en majorité des inhibiteurs réversibles de l’enzyme qui régule la production d’acétylcholine dans certains neurones du cerveau en cause dans les démences séniles. Malheureusement, le donépezil (Aricept), la galantamine (Reminyl), la rivastigmine (Exelon), ont peu d’impact sur l’évolution de la maladie et la profondeur des symptômes.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, vient d’annoncer, le 26 octobre sur RTL, qu’elle n’allait pas suivre la Haute autorité de santé dans sa recommandation de dérembourser les médicaments actuellement prescrits dans la maladie d’Alzheimer. Dans l’extrait du livre « Les médicaments en 100 questions » que nous publions ici, l’auteur, professeur de pharmacie, explique en quoi ces traitements, pourtant, entraînent trop d’effets indésirables au regard de leur modeste bénéfice. Et encourage plutôt à stimuler les facultés intellectuelles des patients.

Les démences du sujet âgé constituent un ensemble complexe au sein duquel on compte la maladie d’Alzheimer. Les médicaments ne peuvent apporter que des résultats modestes et parfois si peu consistants que les effets indésirables fréquemment observés ruinent l’intérêt d’une trop rare stabilisation chez les patients.

Parmi les traitements, la prévention au moyen d’une stimulation cognitive des patients par des personnes motivées – proches, animateurs sociaux ou professionnels de santé – et déployant une attitude positive, respectueuse, centrée sur la personne, semble être un élément cardinal tant chez les malades restés à peu près autonomes que chez ceux qui ont été définitivement « institutionnalisés », c’est-à-dire placés dans un établissement médicalisé. C’est un complément systématique des approches pharmacologiques, même si les améliorations sont modestes.

Peu d’impact sur l’évolution de la maladie

Les médicaments prescrits dans le traitement de la maladie d’Alzheimer sont en majorité des inhibiteurs réversibles de l’enzyme qui régule la production d’acétylcholine dans certains neurones du cerveau en cause dans les démences séniles. Ces médicaments ont vocation à « recharger » le cerveau en acétylcholine, un médiateur qui joue un rôle clé dans ces démences. Malheureusement, le donépezil (Aricept), la galantamine (Reminyl), la rivastigmine (Exelon), ont peu d’impact sur l’évolution de la maladie et la profondeur des symptômes. La mémantine (Ebixa), un antagoniste d’une autre famille de récepteurs, le N-méthyl D-aspartate, affecte la transmission nerveuse dans d’autres neurones. Sans davantage de résultats.

L’efficacité du donépezil, de la galantamine et de la rivastigmine pour le traitement des états modérés à modérément sévères, et de la mémantine dans les états modérément sévères à sévères, reste modeste. Ce sont précisément ces médicaments dont la Haute autorité de Santé (HAS) a recommandé, le 21 octobre, le déremboursement.

Des essais cliniques qui posent question

Ces médicaments ont obtenu une autorisation de mise sur le marché sur la base d’essais cliniques qui, rétrospectivement, posent question. Comme le suggérait pudiquement la HAS dès 2011 dans sa recommandation de bonne pratique sur la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : « Le traitement médicamenteux spécifique est une option dont l’instauration ou le renouvellement est laissé à l’appréciation du médecin prescripteur. Cette appréciation doit prendre en compte les préférences du patient et le rapport bénéfice/risque du traitement médicamenteux envisagé. »

Malgré le million de malades atteints par la maladie d’Alzheimer, en France, les industriels préservent difficilement un marché à bout de souffle. Plus personne ne croit vraiment à l’intérêt de ces médicaments, même si les médecins se satisfont de la rédaction d’une ordonnance et que les patients – et surtout leur entourage – sont rassurés par l’idée que « la Faculté a une réponse ». Qu’importe si cette réponse n’a que peu d’impact sur la maladie ni ne retarde l’« admission en institution ».

Ginkgo biloba, rauwolfia, dérivés de l’ergot de seigle

Dans ce contexte, tout ou presque a été proposé. Du point de vue des plantes, le fameux Ginkgo biloba (Tanakan) a eu les faveurs médicales et a distancé le rauwolfia (Iskedyl) et les dérivés de l’ergot de seigle (Hydergine) dans le traitement du « déficit pathologique cognitif et neurosensoriel ». Ces médicaments d’origine « naturelle » présentent de supposés effets vasoprotecteurs qui n’ont jamais été démontrés. Un certain nombre d’extraits, dérivés et composés, sont vendus et même pour certains remboursés, leur seul intérêt étant de laisser un peu d’espérance. Les vitamines, antioxydants et autres supplémentations sont une autre forme d’accompagnement. Mais d’efficacité thérapeutique, il n’y en a pas.

Couverture du livre, paru le 15 septembre. Tallandier

The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
06.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
07.
Vous ne croyez pas au choc des civilisations ? Intéressez vous alors au sort de l'iranienne Nasrin Sotoudeh!
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
alize55
- 10/08/2017 - 11:28
Prévention
car une fois que les neurones sont morts, c'est irréversible, par contre en prévention prendre 3 cuillers à café d'huile de coco pressée à froid, par jour, depuis que je pratique cela, j'ai une amélioration très nette de ma mémoire courte.
vangog
- 27/10/2016 - 14:42
Ah, ces professeurs de pharmacie!!!!
conseiller de l'Iskedyl, à la place des inhibiteurs d'acetylcholinestérase, qui ont beaucoup moins d'effets secondaires et une certaine efficacité (moderée, il est vrai!). Quand au gingko, il a été déremboursé par les Agences régionales de santé socialiste. Inutile de faire appel à lui, car il participe à la médecine à deux vitesses instaurée par le socialisme, et seuls les patients aisés pourront se soigner, si leur médecin n'oublie pas de leur conseiller...