En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 44 min 1 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 58 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 56 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 6 heures 20 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 52 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 23 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 8 heures 38 sec
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 30 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 37 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 37 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 7 heures 13 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 43 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 8 heures 20 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 36 min
Bye bye

Départs en cascade à la CPI : les institutions mondiales nées après 1945 en pleine crise de légitimité

Publié le 28 octobre 2016
Après le Burundi et l'Afrique du Sud, la Gambie s'apprête elle aussi à se retirer de la Cour pénale internationale. Une décision qui s'inscrit dans la perte de légitimité croissante de cette institution ainsi que de toute la galaxie onusienne. Reste à savoir si l'ordre mondial serait vraiment déstabilisé en cas de désertion continue des instances internationales.
Alexandre Del Valle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre del Valle est un géopolitologue et essayiste franco-italien. Ancien éditorialiste (France Soir, Il Liberal, etc.), il intervient à l'Ipag,  pour le groupe Sup de Co La Rochelle, et des institutions patronales et européennes, et est chercheur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le Burundi et l'Afrique du Sud, la Gambie s'apprête elle aussi à se retirer de la Cour pénale internationale. Une décision qui s'inscrit dans la perte de légitimité croissante de cette institution ainsi que de toute la galaxie onusienne. Reste à savoir si l'ordre mondial serait vraiment déstabilisé en cas de désertion continue des instances internationales.

Atlantico : Après le Burundi et l'Afrique du Sud, la Gambie s'apprête elle aussi à se retirer de la Cour pénale internationale, faisant notamment valoir une inégalité de traitement entre les pays africains et les pays occidentaux. Qu'est-ce que cela dénote de la légitimité de cette institution ?

Alexandre del Valle : La Cour pénale internationale était assez légitime au début, puisque contrairement aux Tribunaux pénaux internationaux de La Haye créés ad hoc pour l'ex-Yougoslavie ou le Rwanda – tribunaux peu légitimes car ils étaient parties prenantes et à charge –, elle était beaucoup plus objective et était censée traîner n'importe qui devant les tribunaux. Le problème, c'est que comme toute organisation internationale, elle ne fonctionne que par le pouvoir que lui donnent les États qui adhèrent. Dès lors que ces États membres contestent sa légitimité ou s'en retirent, elle devient beaucoup plus faible.

Par ailleurs, dès sa création, la Cour pénale internationale a connu de grandes déceptions. La Russie n'a pas signé, les États-Unis non plus, etc. Des pays ne voulaient pas voir leurs dirigeants traînés devant les tribunaux après des guerres telles qu'en Irak, certains ont signé mais n'ont pas ratifié, etc. Tout cela fait qu'elle n'a pas un poids universel – elle ne l'a jamais eu –, et qu'elle est de plus en plus illégitime, car pratiquement uniquement des chefs d'État africains ont été condamnés.

Il ne faut pas confondre la CPI avec les TPI pour l'ex-Yougoslavie ou le Rwanda, qui n'avaient pas le cachet d'un traité international. Ces tribunaux étaient un peu à charge. Pour l'ex-Yougoslavie, le sultanat du Brunei, la Ligue islamique mondiale, Georges Soros et d'autres finançaient l'opération : on était assez loin d'un tribunal objectif. La CPI était donc plus légitime que ces cours ad hoc, mais malheureusement les États ne veulent plus être parties prenantes.

Quels étaient les objectifs de l'Onu lors de sa création en 1945 ? Où en sommes-nous aujourd'hui dans la réalisation de ces objectifs ? Quel est le cheminement qui nous a amené à la dégradation de la légitimité des institutions onusiennes ?

En 1945, le but de l'Onu était d'instaurer un ordre mondial essayant de limiter au maximum la violence et les guerres dans la politique internationale, et d'instaurer une sorte d'harmonie universelle de concertation suite au drame de la Seconde Guerre mondiale et aux nationalismes qui avaient défiguré l'Europe. Certains disent qu'il y avait un objectif sous-jacent de gouvernance mondiale. Certains accusent même l'Onu d'être à l'origine d'un projet mondialiste. 

L'Onu s'est vite heurtée à des obstacles. Premièrement, alors que cette organisation internationale devait donner une perspective de monde multipolaire, ce sont les Occidentaux qui détiennent les clés du système. L'Onu est restée pilotée par les cinq grands membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Etats-Unis) et la part du gâteau n'a pas été élargie : l'Inde, le Brésil etc. sont toujours exclus. Deuxièmement, le droit international, notamment porté par l'Onu, et les décisions de l'Onu en matière de maintien de la paix (interventions militaires en vertu du chapitre 7 de la charte des Nations unies) ont été considérées comme orientées uniquement dans le sens des intérêts des Occidentaux. Les pays du tiers monde ont reproché à l'Onu d'être univoque. 

Les rares décisions qui ont été prises par l'Onu en matière de maintien de la paix et d'utilisation de la violence ont été au profit des pays membres permanents du Conseil de sécurité. C'est une organisation qui a donc été considérée soit comme trop occidentalo-centrée, soit comme injuste puisque ne profitant qu'aux Etats puissants. 

Quelles seraient les conséquences d'une perte de légitimité de l'institution internationale suprême et de ses différentes déclinaisons ?

L'Onu a déjà perdu toute crédibilité : les interventions militaires qu'elle permet sont souvent détournées, comme on l'a vu en Irak et en Libye et le Conseil de sécurité est monopolisé par les 5 grands depuis 1945. En revanche, le Conseil de droits de l'homme, l'Unesco et l'Assemblée générale, dominés par des Etats non occidentaux, sont aux antipodes. Il y a donc d'un côté les cinq grands, qui ont une vision plutôt impérialiste du monde, et de l'autre, le monde multipolaire, les émergents. Cette institution est totalement divisée : des deux côtés, la représentativité de l'institution est contestée. 

Par ailleurs, l'Assemblée générale comme l'Unesco votent de plus en plus de résolutions extrêmement violentes envers les Occidentaux. La dernière résolution de l'Unesco concernant Jérusalem est assez ubuesque car elle a été motivée par les pays islamiques de l'Organisation de la conférence islamique dans une logique d'effacement de l'identité juive de Jérusalem au profit d'une vision purement islamique, qui veut s'accaparer les lieux saints. L'Onu est donc l'objet de convoitises et de rivalités entre pôles de civilisations opposés, notamment l'Occident et le reste du monde, mais aussi entre les grandes puissances et entre les civilisations. 

Finalement, l'Onu ne s'est imposée qu'à des petits États, à l'instar de la Cour pénale internationale où il y a aujourd'hui un déficit total de légitimité et même de justice auquel s'ajoutent des problèmes de cacophonie et de divisions internes. 

Cela engendrerait-il forcément selon vous un déséquilibre et une instabilité de l'ordre mondial ?

L'ordre mondial ne serait pas vraiment plus instable dans la mesure où l'Onu n'a jamais vraiment réussi à empêcher ni les génocides ni les grands carnages. Son efficacité en matière de maintien de la paix est extrêmement manifeste, donc ça ne changerait pas grand-chose. Il y aurait un peu moins d'hypocrisie, on reviendrait au pouvoir souverain des nations et on abandonnerait le mythe de la gouvernance mondiale, qui malheureusement n'a jamais existé. Ceux qui la voulaient, notamment les Etats-Unis au sortir de la Seconde Guerre mondiale, souhaitaient surtout légitimer avec un vernis humanitaire un leadership, sinon une hégémonie américaine. Cette organisation ne représente plus grand-chose, n'est pas compétente pour véritablement empêcher les guerres et elle apparaît totalement injuste. Si elle disparaissait cela ne changerait pas grand-chose politiquement. En revanche, pour les opérations humanitaires pures elle est très utile et efficace. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 27/10/2016 - 17:49
Eh oui!
on voudait ( les occidentaux ) que toute la terre soit peuplee de gentils, mais messieurs les dirrigeants occidentaux, ouvrer les yeux! Nous ne vivons pas au pays des bisounours! Pour qui nous prenons nous?
Marie Esther
- 27/10/2016 - 09:42
l'ONU et toutes les organisations
internationales n'ont plus de légitimité. A sa création oui, mais aujourd'hui ce ne sont que des chambres d'enregistrement pour certains pays qui règlent leurs comptes : totalement vérolés par les 50 pays musulmans et 22 pays arabes, par les non alignés, plus aucun intérêt sauf à dire et faire n'importe quoi sauf effectivement les missions humanitaires car pour le maintien de la paix : hier à la fronytière israélo libanaise, un soldat a été blessé alors la Finul elle est où ?
Hier le Conseil de l'Unesco à bulletins secrets a voté pour que les lieux saints de Jérusalem pour le judaïsme c'est à dire le Mont du Temple et le Mur Occidental ne soient plus nommés que par leur dénomination arabe à la demande palestinienne, la Palestine étant membre de l'Unesco mais non membre de l'ONU et pas encore un pays.: 8 pour, 2 contre et 10 abstentions.
NULLITE de tous ces organismes qui si on ne les arrête pas vont continuer à voter n'importe quoi et surtout des résolutions anti israéliennes alors qu'à côté on massacre allègrement.