En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

La Panthère rose jaune

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 2 heures 14 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 2 heures 58 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 5 heures 26 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 6 heures 10 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 8 heures 40 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 9 heures 15 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 9 heures 33 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 2 heures 39 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 4 heures 9 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 5 heures 41 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 6 heures 38 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 9 heures 7 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 9 heures 25 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 9 heures 37 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Depuis mai 2015, des centaines de migrants se sont installés sous l'arche du métro Stalingrad. Il y a des tentes par centaines, des matelas devant les portes des commerçants. Impossible d'accéder au siège de la Sécurité sociale : du linge sèche partout.
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Depuis mai 2015, des centaines de migrants se sont installés sous l'arche du métro Stalingrad. Il y a des tentes par centaines, des matelas devant les portes des commerçants. Impossible d'accéder au siège de la Sécurité sociale : du linge sèche partout.
Crise des migrants

Pendant que la Jungle de Calais est démantelée, les habitants de la place Stalingrad à Paris souffrent de moins en moins en silence

Publié le 28 octobre 2016
Depuis presque deux ans, des centaines de migrants se sont installés sous l'arche du métro Stalingrad. Une situation qui pousse de plus en plus d'habitants du quartier à exprimer leur colère. Rencontre avec l'une d'entre eux.
Marie Léon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Léon est journaliste et riveraine du quartier des Flandres à Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis presque deux ans, des centaines de migrants se sont installés sous l'arche du métro Stalingrad. Une situation qui pousse de plus en plus d'habitants du quartier à exprimer leur colère. Rencontre avec l'une d'entre eux.

Atlantico : Vous habitez aux alentours de la station Stalingrad, dans le 19e arrondissement de Paris. Depuis quelques années, votre quartier connaît des difficultés. Décrivez-nous votre quotidien.

Marie Léon : Depuis mai 2015, des centaines de migrants se sont installés sous l'arche du métro Stalingrad. Ce phénomène n'a eu de cesse de s'amplifier, le campement progressant jusqu'au bout de l'avenue de Flandres. Il y a des tentes par centaines, des matelas pourris devant les portes des commerçants. Impossible d'accéder au siège de la Sécurité sociale : du linge sèche partout. Aujourd'hui, cela s'étend jusqu'au canal Saint-Martin…
Notre quotidien c'est ça : se lever pour aller au travail, et ne pas pouvoir se rendre au métro certains jours, ou, quand on y va, subir les odeurs d'urine et plus. Il y a de l'agressivité, de plus en plus souvent – à mon avis, et je ne suis pas la seule à le penser, montée par les associations dites humanitaires. Je peux comprendre certaines choses, mais on n'a plus d'empathie aujourd'hui. Nous vivons dans un arrondissement très très modeste, et la plupart des gens se débrouillent pour vivre avec dignité. C'est un mot qui revient souvent ici, celui de dignité : les riverains trouvent cela assez choquant de voir ces gens toute la journée, quand bien même ils comprennent leur situation. Il faut dire que beaucoup de gens dans le quartier ont eux aussi fui leur pays. Il y a des Asiatiques, des Africains, des Indiens… qui essayent de se débrouiller, et se débrouillent dans l'ensemble très bien. Ma rue, c'est le monde entier. Eux sont choqués. Et particulièrement par rapport à la situation économique de la France : ils ont l'impression qu'il y a une espèce d'installation de plus en plus difficile à supporter. 

Quand vous sortez de chez vous, et que malgré le passage quotidien des services de propreté de la Mairie de Paris, il y a des matelas partout, que le sol est jonché de crasse, d'ordures, et qu'on voit ces gens assis dans des flaques, en train d'écouter la musique à fond sur les portables que leur ont donnés les associations… On vous interpelle pour vous demander de l'argent, et quand vous êtes une femme, un peu plus… 

Voilà le quotidien depuis un an et demi, et c'est pire depuis juillet. À chaque fois qu'il y a une évacuation, les associations agressent la police, tentent de nous monter contre la police et de nous faire manifester, les migrants sont évacués… mais trois heures après, ils sont de retour. 

En dehors de cela, il y a les commerçants. Je connais tout le monde, j'habite ici depuis 9 ans. Ils en ont assez de la crasse, ils essayent d'obtenir une action des pouvoirs publics. Ce que je vois, c'est que la plupart d'entre eux envisagent aujourd'hui de fermer. Parce que plus personne ne vient. Les gens ont peur de la gale et de la tuberculose. Plus personne ne rentre dans le centre d'analyse médicale, les gens plus jeunes sont perturbés, ne comprennent pas. Les gens veulent travailler, et en sont empêchés…

J'avais participé à un collectif anti-crack il y a quelques années, qui s'était occupé de la situation désastreuse qu'avait provoqué la présence de nombreux drogués dans le quartier. A l'époque on avait gagné. Puis les riverains sont partis, et on a dissous l'association. Mais ce n'est rien par rapport à ce qu'on connait aujourd'hui. 

La situation a-t-elle particulièrement évolué depuis juillet 2016 ?

En juillet, ils étaient 1600. La police les évacuait régulièrement, et cela continue aujourd'hui, mais ce sont les gendarmes, du fait des événements liés à la police en ce moment. En septembre, je n'en ai pas cru mes yeux, ils étaient partout ! Comprenez-moi, j'adore ce quartier, car quand ce quartier va bien, c'est un quartier super, avec des commerçants très gentils, avec des habitants chaleureux qui viennent partout, avec le Canal de l'Ourcq, avec des cinémas, un théâtre… 

Aujourd'hui on n'a plus rien, on n'a plus de touristes… ils commençaient à venir, mais c'est terminé. Je crains aujourd'hui pour le quartier une catastrophe économique.

Que font aujourd'hui les pouvoirs publics, mairie d'arrondissement, de Paris, associations ?

La mairie de Paris ? Anne Hidalgo s'en fout. Elle vient ici de temps en temps au 104 [ndlr : lieu culturel du quartier] pour assister à un événement en voiture blindée. Le maire du XIXe est quelqu'un de très gentil, mais je crois que le pauvre est totalement dépassé par les événements. Je les ai rencontrés, ils ne savent pas quoi faire, ils ne sont pas aidés. Ils nous envoient des lettres régulièrement. J'en ai reçu une hier dans laquelle il expliquait que les habitants sont tellement à bout que ça va mal finir. Et ça va mal finir. J'ai été abordée plusieurs fois dans la rue par des habitants qui ont monté une association car ils n'en peuvent plus. Ils ont été reçus à la préfecture de Police avec un tel dédain et un tel mépris que certains d'entre eux ont littéralement pété les plombs. Les gens ne supportent plus. Fermez-les yeux et imaginez-vous un instant. Vous avez là, devant vos fenêtres, cent tentes Quechua, des urinoirs, des saletés, des gens qui dorment, qui hurlent, qui écoutent leur musique.

Que demandez-vous aujourd'hui ?

On aimerait tous que ça se termine. Retrouver notre quartier comme avant. Quand les gens nous disent "oui, mais qu'est-ce qu'on va faire d'eux ?", comme me l'a dit mon fils, j'ai envie de dire : "nous, on souffre et on a rien demandé". Les migrants, c'est le problème des politiciens, des ministres, du gouvernement. Nous on subit tout ça de plein fouet. On veut bien être humain, on l'a tous été au début. Mais maintenant, on veut qu'on nous reconnaisse, qu'on nous écoute, et qu'enfin on mette fin à cette situation.
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 27/10/2016 - 08:57
Gotham City
Et il n' y a pas un mec sensé pour leur dire à ces illégaux que dans les 3e et 4e Arrondissements , c' est encore plus accueillant . Du côté du Marais , la population de hipsters est encore plus compréhensive .
emends30
- 27/10/2016 - 06:25
Ce n'est qu'un début
Les incivilités vont s'accroître et les gens partiront Paris intra-muros va devenir une banlieue où le non droit s'installe Les Parisiens ont le choix de se battre ou fuire ou se soumettre .Ils ont fait le choix en bon Bien pensant de se soumettre. Paris c'est mort
Orchidee31
- 26/10/2016 - 23:21
Les parigos bobos
Ils l'ont élue, la mère hidalgo, ils l'ont eue - mais c'est triste pour les gens de ces quartiers qui eux, ne sont pas forcément des bobos - d'ailleurs les bobos ne vivent pas dans ces quartiers, ils sont pas fous........