En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

07.

Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

02.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

03.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

04.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 7 min 20 sec
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 1 heure 52 sec
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 2 heures 26 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 19 heures 14 min
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Politique
La famille Le Pen saison 3

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

il y a 22 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Bug dans la politique environnementale : les leçons de la crise de la betterave
il y a 1 jour 29 min
décryptage > France
Litté-confiné

Joseph Macé-Scaron : « Avec le Coronavirus, la mort nous a rendu une part de nous-mêmes que nous avions perdue de vue »

il y a 1 jour 53 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 27 min 17 sec
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 2 heures 13 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 16 heures 51 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 18 heures 2 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 22 heures 22 min
décryptage > Economie
Billet vert

Le Dollar est-il en crise?

il y a 22 heures 50 min
pépite vidéo > Santé
Chemin de traverse
La Suède toujours réticente à imposer le port du masque
il y a 23 heures 54 min
décryptage > France
Loi bioéthique

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

il y a 1 jour 46 min
décryptage > France
Récalcitrants au port du masque

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

il y a 1 jour 1 heure
Super Mario

La méthode Monti : comment réussir à faire passer un plan d'austérité tout en restant populaire

Publié le 13 février 2012
Le successeur de Silvio Berlusconi est un austère économiste qui met en oeuvre une politique de rigueur. Adoubé par Nicolas Sarkozy comme par Barack Obama, il semble être en mesure de redresser l'Italie.
Manuel Maleki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Maleki est Docteur en Sciences Economiques à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.Il est spécialiste des questions de réformes. Il a travaillé à Londres dans une grande institution financière avant de rejoindre les équipes de la recherche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le successeur de Silvio Berlusconi est un austère économiste qui met en oeuvre une politique de rigueur. Adoubé par Nicolas Sarkozy comme par Barack Obama, il semble être en mesure de redresser l'Italie.

 « Si nous voulons que tout continue il faut que tout change » Comment oublier le sourire narquois d’Alain Delon prononçant cette phrase dans le Guépard où il incarne le neveu du riche aristocrate planté par Burt Lancaster. Peut-être que les Italiens ont fait leur, ces mots de l’auteur du Guépard, le Prince de Lampedusa…Plus généralement, le soutien à des réformes difficiles mené par le nouveau gouvernement de Mario Monti peut surprendre. Il s’appuie pourtant sur plusieurs dimensions qui peuvent être complémentaires aussi bien qu'antagonistes. Toutefois, l’axe central touche à la notion de crise et procède de la séquence suivante : on ne change pas une équipe qui gagne… et quand l’équipe ne gagne plus on change.

Tentons d'y voir plus clair. Ici on a des mauvais résultats qui sont visibles et qui nous dérange. De ces mauvais résultats naît le désir de réformes : ce serait donc la crise qui ferait la réforme, mais tout de suite se pose alors une autre question : qu’est-ce qu’une crise ?  Et là tout se complique… A partir de combien de chômeurs suis-je en crise, quel taux d’inflation, combien de jours sans gouvernement etc. ?

Pour résumer, dès lors que l’on veut donner de la substance au concept de crise le mystère s’épaissit grandement. Toutefois, on peut s’orienter en partant du principe qu’il faut un grand nombre de perdants pour accepter de remettre en cause l’ordre établi, plus une part importante des individus se trouvent dans le domaine des pertes plus ils sont prêts à prendre des risques pour retrouver leur situation d’avant et donc à accepter des pertes qu’ils espèrent temporaires dans l’espoir de « se refaire ».

Ainsi, la présence d’aspects cognitifs et psychologiques rend difficile la détermination d’un niveau objectif de crise. Par contre, ce que nous enseignent les études empiriques est qu’il existe des éléments très favorables à la mise en place de réformes car ils font naître le sentiment de crise. Parmi les éléments les plus efficaces, on trouve l’hyperinflation qui poussent quasiment tout le monde dans le domaine des pertes en cassant toute anticipations et en augmentant le sentiment d’incertitude.

Par contre, le chômage est une variable bien moins efficace pour réformer puisqu’il ne touche qu’une partie de la population et que ceux qui sont épargnés n’ont aucune envie de changer les règles : il faut donc atteindre un niveau de chômage pour voir émerger des réformes. Bien que les variables économiques jouent un rôle il ne faut pas négliger les structures institutionnelles (formelles et informelles) d’un pays : une majorité peut voir sa situation se dégrader sans voir apparaître de réformes car cette majorité est silencieuse ou n’a pas les moyens de se faire entendre alors que d’autres n’auront aucun mal à obtenir des réformes car le Prince est prompt à les entendre.  

Mario Monti met des réformes en place en Italie, non pas suite à une dégradation soudaine de l’économie italienne mais bien plus suite à un long délitement de sa compétitivité et de ses structures économiques que la crise de 2008 a mis en évidence. Ce changement à permis à une partie de la population d’exprimer son mécontentement et de se faire entendre au détriment de groupes corporatistes comme les taxis ou les pharmaciens. En fin politique, Mario Monti profite de l’occasion pour non seulement casser ses corporatismes mais aussi pour mettre en place des réformes plus larges qui causeront des pertes de bien-être à une grande partie de la population mais qui est prête à l’accepter car elle se « sent » en crise et espère que cela les aidera à revenir au niveau d’avant crise ou au moins de stopper la chute.  

Mario Monti est populiste mais propose une qualité de service que Berlusconi (populiste aussi mais au sens négatif du terme) ne proposait pas. Il offre aux italiens un discours empreint de pédagogie et  joue sur son image d'homme sérieux et rigide ; ce qui lui donne une crédibilité importante. De plus, il y a une certaine pondération dans son discours, il ne fait pas de promesse intenable. cet homme fait preuve d'un certain réalisme politique : c'est son angle de communication. Il décrit la réalité de la situation aux Italiens et leur explique que ces réformes sont ce qu'il y a de mieux à faire. 

Il a une gestion très subtile de ses réformes. Il propose des réformes dures mais intelligentes. Monti a une très grande connaissance de l’économie politique, qu'il arrive à mettre en pratique. C'est assez rare. En général, les hommes qui ont de grandes connaissances théoriques ont beaucoup de mal avec la pratique. Pas Monti. C'est une thérapie de choc qu'il applique à l' Italie, tout en allant dans des considérations de long terme. Mais, on ne connait pas ses intentions pour la suite. Envisage t-il une carrière politique ? Où se considère t-il en intérim ? On ne le sait pas vraiment et il n'en parle pas pour l'instant.

En revanche il peut en être victime de cette image trop sérieuse, s'il n'obtient pas de résultat assez vite. Les Italiens attendent un retour sur investissement. Le risque de déception est donc très fort si les reformes sont infructueuses.

Il est bien sûr encore trop tôt pour dire si ces réformes obtiendront les résultats escomptés, car réussir à faire passer une réforme est une chose être sûr de son résultat en est une autre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Atlante13
- 14/02/2012 - 00:08
Et nous alors,
Ils pourraient peut-être nous le prêter?
cqoiqéqon
- 13/02/2012 - 19:05
Appelons un chat un chat,
Appelons un chat un chat, Berlusconi c'est fait gicler pour avoir été trop mafieu.
Pour y remédier un bon technocrate suffit. et oui il vont s'en remettre.
En revanche leur cousins latin du Nord, devraient avoir plus de mal à résoudre leur équation favorite qui consiste à travailler moins pour dépenser plus.
Nanard10
- 13/02/2012 - 17:51
les Italiens sont moins abrutis que les Français
ils ne croient plus à tous les âneries gauchistes
et ils ont bien raison
ils vont s'en remettre, pas nous