En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Ça craint un peu là...
Risque de nouvelles législatives en Espagne, menace persistante du référendum italien : l’Europe du Sud est-elle encore gouvernable ?
Publié le 23 octobre 2016
Aussi bien la réunion du comité fédéral du Psoe ce dimanche que le référendum italien du 6 décembre constituent un double risque : pérenniser l'ingouvernabilité de l'Espagne et de l'Italie, et envoyer des signaux négatifs à Bruxelles et aux marchés.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aussi bien la réunion du comité fédéral du Psoe ce dimanche que le référendum italien du 6 décembre constituent un double risque : pérenniser l'ingouvernabilité de l'Espagne et de l'Italie, et envoyer des signaux négatifs à Bruxelles et aux marchés.

Atlantico : Ce dimanche doit se tenir un conseil fédéral du Psoe en vue de décider de l'abstention ou non du parti lors du prochain débat d'investiture devant permettre à Mariano Rajoy de devenir chef du gouvernement espagnol et éviter ainsi de nouvelles élections législatives. D'autres pays européens présentent des difficultés politiques à l'instar de l'Italie qui doit tenir un référendum visant à changer les institutions en décembre prochain. Comment expliquer que ces pays peinent à avoir une dynamique de gouvernement qui parvienne à s'imposer ? 

Christophe Bouillaud : Chaque pays a bien sûr ses spécificités, mais il faut bien constater que l’ordre électoral et politique a été bouleversé dans ces deux pays par la crise économique qui y a été particulièrement forte depuis 2008. Les forces politiques traditionnelles restent certes dominantes dans l’électorat, mais elles ne sont plus capables de former une majorité parlementaire, et bien plus encore, d’incarner une majorité sociologique.

En Espagne, le quasi-bipartisme (Pp/Psoe) est affaibli : le Pp résiste, certes bien mieux que le Psoe, mais il ne réussit plus à convaincre qu’une grosse minorité d’électeurs espagnols – d’où les tractations avec le parti libéral Ciudadanos pour former une majorité gouvernementale, et la nécessité d’obtenir l’abstention des députés du PSOE pour investir ce gouvernement minoritaire au Parlement.

En Italie, le Pd (Parti démocrate) de Matteo Renzi est majoritaire à lui seul à la Chambre des députés, mais il doit compter sur des alliés au Sénat, élus sur les listes de la droite berlusconienne en 2013. Le Pd est en plus maintenant très divisé en interne entre partisans et adversaires de la réforme constitutionnelle – ou pour le dire plus simplement entre alliés et adversaires de Renzi. Surtout, aucun parti ou coalition de partis ne peut prétendre actuellement en Italie incarner la majorité sociologique du pays.

De fait, en Espagne et en Italie, la crise économique a fait trop de perdants pour qu’un bloc qui représenterait une majorité de gagnants puisse encore se former sans difficulté, et, en même temps, les perdants sont tellement divisés – régionalement par exemple – qu’il est presque impossible de les regrouper, sauf évidemment sur une question référendaire… 

Quelles sont les conséquences en interne de telles situations politiques pour les pays concernés ? Quel impact cela a-t-il à l'échelle de l'UE ? 

La situation est différente entre les deux pays. En Italie, le gouvernement de Matteo Renzi a pu mettre en œuvre son programme depuis les débuts de 2014. En Espagne, celui de Rajoy doit se contenter d’expédier les affaires courantes depuis sa défaite aux premières élections espagnoles. De fait, sur le plan économique, il est piquant de noter que l’Espagne semble être repartie de l’avant. Le très haut de chômage atteint au plus fort de la crise et les réformes du marché du travail engagées par le gouvernement Rajoy ont réussi à faire s’écrouler la rémunération des Espagnols, et donc à rendre le "site Espagne" très compétitif, que ce soit pour l’industrie ou le tourisme. La "dévaluation interne" a donc réussi – même si les Espagnols vivent en moyenne moins bien qu’avant 2007, et si le pays n’a pas retrouvé le Pib de l’époque. En Italie, malgré les réformes de Matteo Renzi, précédées d’ailleurs par celles des gouvernements Monti (2011-2012) et Letta (2013), rien ne se passe : l’économie est atone, et elle ne repart décidément pas, restant encalminée à moins 10% de son plus haut point. Cet écart tend d’ailleurs à prouver que les gouvernements ne peuvent pas tout : les structures de long terme d’une économie et d’une société comptent aussi. La crise italienne est une très longue histoire qui commence sans doute dès les années 1970…

A l’échelle de l’Union européenne, il est probable que les autres dirigeants anticipent désormais que Rajoy va rester à son poste et que Renzi a de fortes chances de perdre le sien en décembre prochain. Du coup, la situation ne doit pas leur paraitre si mauvaise : le gêneur Renzi, qui a critiqué depuis 2014 l’austérité poussée par l’Allemagne et ses alliés, va bientôt quitter la scène, et le bon élève de l’austérité Rajoy restera à gouverner l’Espagne pour quelques années encore. La preuve sera donc faite qu’il n’existe qu’une "one best way" en Europe. Le parti Podemos n’aura en plus pas réussi à changer la donne, tout comme son allié Syriza d’ailleurs en Grèce. Ce genre de calculs paraitra sans doute juste à court terme, mais il néglige que, dans les deux pays,  surtout en Italie, on observe la montée en puissance de partis tenant un discours anti-européen, et aussi de faiseurs d’opinion hostiles à cette façon-là de gérer l’Europe. Pour l’instant, la droite italienne n’a pas totalement choisi son camp de ce point de vue, mais cela pourrait arriver le jour où Silvio Berlusconi doit arrêter toute vie politique. Je me demande aussi ce qui se passera le jour où l’Europe exigera du futur gouvernement italien qu’il sacrifie les petits porteurs des banques italiennes au nom de l’Union bancaire, ou qu’il accepte la vente du secteur bancaire à des opérateurs étrangers.

Comment la vie politique de ces pays est-elle amenée à évoluer ? Risquent-ils de devenir chroniquement ingouvernables ? Quels risques cela comporte-t-il à terme ?

Le caractère gouvernable ou non d’un pays dépend  beaucoup à court terme, tout au moins, de son mode de scrutin.

De fait, si Matteo Renzi gagne son référendum et s’il peut appliquer la loi électorale qu’il a conçue et fait voter par le Parlement, l’ "Italicum", l’Italie deviendra aussi gouvernable qu’elle ne l’a jamais été. En effet, dans cette éventualité, le chef d’un seul parti, même disposant d’une faible majorité relative dans l’électorat, disposera de presque tous les pouvoirs – sauf changer la Constitution. Et s’il perd, je parierai que les députés et sénateurs de son actuelle majorité sauront le remplacer pour pouvoir finir leur mandat qui s’achève en 2018.

En Espagne, si Rajoy réussit à être de nouveau investi, avec l’abstention des socialistes, son gouvernement pourra durer là aussi des années.

Cependant, à terme, ce genre d’évolutions risque d’éloigner de plus en plus la majorité politique de ce que j’appelle la majorité sociologique. En Italie, l’explosion de l’abstention biaise de plus en plus le scrutin en faveur des plus de 45/50 ans, alors même que la jeunesse est la partie de la population la plus touchée par la crise économique. Pourra-t-on encore parler de "démocratie" si seule une grosse minorité de gens, satisfaits du statu quo, vote,  et  ainsi fait et défait les majorités politiques?  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/10/2016 - 09:37
Espagne
En Espagne, les Socialistes se sont conduits de façon infiniment plus respectable que les Socialistes français : pas de ''Front Républicain'' ! Dire que de nombreux lecteurs d'Atlantico n'ont toujours pas intégré la notion que les Socialauds et les Ripoublicains ne sont que deux branches d'une même Mafia ! Cependant, Podemos ne semble pas encore prêt à prendre le pouvoir et les socialistes espagnols viennent de décider d'offrir un répit à cette crapule de Rajoy en lui permettant de former un gouvernement minoritaire.
vangog
- 23/10/2016 - 15:01
Oui à l'Italicum de Renzi!
Les analystes biberonnes à la pensée unique neo-marxiste n'ont pas compris que la bipolarité était morte, dans les pays sudistes d'influence arabe qui ont continué à la préserver, croyant ainsi se préserver des réformes. Non, le multipartisme n'est pas un danger! Il existe dans la plupart des pays anglo-saxons qui tolèrent cette forme de démocratie moderne, la proportionnelle, et sont beaucoup moins ingouvernables que les pays sudistes. La proportionnelle, partielle ou intégrale, devient la seule issue démocratique d'un monde multipolaire qui devrait s'attacher à respecter toutes les opinions. La solution de Renzi, de laisser le pouvoir executif au parti majoritaire est la meilleure...
zouk
- 23/10/2016 - 12:09
Et la France
Quel est notre futur après les destructions systématiques de notre cohésion nationale: "lois "sociétales", anticatholicisme virulent dissimulé en laïcité, faiblesse insigne pour la "gauche des plus faibles", tout ceci sous les applaudissements bruyants d'une presse confisquée par les "intellectuels de gauche". Le futur de notre cohésion nationale est bien sombre.