En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

07.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 11 heures 26 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 12 heures 26 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 13 heures 1 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 14 heures 52 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 15 heures 30 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 12 heures 13 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 12 heures 45 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 14 heures 36 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 15 heures 12 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 17 heures 42 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 6 heures
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment créer une Europe sans guerre alors que le monde qui nous entoure est dangereusement instable et menaçant

Publié le 24 octobre 2016
Les Européens sont en proie à la division. Un Nord rigoureux sur les dépenses contre un Sud désireux d'abandonner l'austérité. Un Ouest luttant contre le dumping social contre un Est cherchant à profiter d'un faible coût du travail. Partout, les partis populistes font campagne pour quitter une Union européenne considérée comme une nouvelle Union soviétique imposant des diktats sur l'accueil des migrants. Et le Brexit s'est produit en juin 2016. Il faut redonner une souveraineté au peuple français. Extrait de "Faites l'Europe pas la guerre", de Jean-Luc Sauron, aux éditions Lextenso 1/2
Jean-Luc Sauron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Sauron est haut fonctionnaire en charge d’affaires européennes. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le droit de l’Union et le droit de la Convention Edh, parmi lesquels récemment Les droits protégés par la Convention européenne des droits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Européens sont en proie à la division. Un Nord rigoureux sur les dépenses contre un Sud désireux d'abandonner l'austérité. Un Ouest luttant contre le dumping social contre un Est cherchant à profiter d'un faible coût du travail. Partout, les partis populistes font campagne pour quitter une Union européenne considérée comme une nouvelle Union soviétique imposant des diktats sur l'accueil des migrants. Et le Brexit s'est produit en juin 2016. Il faut redonner une souveraineté au peuple français. Extrait de "Faites l'Europe pas la guerre", de Jean-Luc Sauron, aux éditions Lextenso 1/2

Un accord international entre les 27 États membres et un État tiers ne peut ni bénéficier à la seule UE, ni être signé au profit de la totalité des différents secteurs économiques de chacun des 27 États membres. Il faut bien un arbitrage entre les perdants d’un côté et les gagnants de l’autre. C’est la Commission européenne qui le réalise et l’assume sous le contrôle des 27 États membres. Il serait impossible, même pour la France ou l’Allemagne, d’obtenir d’aussi bonnes conditions que celles obtenues par la Commission européenne se prévalant du poids économique des 27. Les Britanniques pensent obtenir, tout seuls, des conditions économiques satisfaisantes dans les accords qu’ils vont devoir négocier avec les autres États tiers à l’Europe. Affirmation de campagne référendaire ! Hors de l’Union européenne, un État pèse son poids économique, démographique et militaire.

La défiance, qui se répand dans les opinions publiques nationales sur l’honnêteté de la Commission européenne lors des négociations internationales, n’est qu’une balle supplé- mentaire que les Européens se tirent dans le pied. Toutefois, certaines critiques doivent être entendues selon lesquelles la Commission européenne réagit de manière par trop institutionnelle et bureaucratique dans les négociations commerciales, pour affirmer sa compétence exclusive. Une expertise commune aux États et aux institutions de l’Union pourrait être faite sur les modalités utilisées en cette matière. Des réformes des procédures de négociation de l’Union européenne pourraient être envisagées.

Les classes politiques nationales feraient bien d’arrêter de "refiler" le mistigri de la crise à Bruxelles. À force, cette (im)posture politique conduira à multiplier les crises démocratiques nationales et aboutira à fragiliser ou à détruire le bouclier collectif de l’Europe à 27.

Notre mode de vie (accès de tous à la santé, la culture, l’éducation, la sécurité quotidienne, la liberté de ses choix religieux ou de son orientation sexuelle) garde sa spécificité dans le monde. Ce n’est pas en s’enfermant dans le cadre national que les Européens trouveront les moyens de le sauvegarder. Parmi ces spécificités européennes, il y a le fait de confier à des juridictions supranationales européennes (Cour européenne des droits de l’Homme de Strasbourg et Cour de justice de l’Union européenne de Luxembourg) le soin d’être garant du plein respect de principes ambitieux, principes auxquelles chacun des 27 États membres a souscrit volontairement. Soutenir que nos démocraties auraient atteint un tel niveau de développement des droits sans ces deux cours et leurs jurisprudences est un mensonge. Chaque juge national sait combien le délibéré enrichit son jugement. Le "délibéré" entre juridictions nationales et européennes affine l’expression des valeurs portées par nos sociétés. Combien d’êtres humains, par le monde, aimeraient pouvoir bénéficier de l’État de droit qui règne au travers de notre Europe ! Ensemble, les Européens protégeront leur civilisation qui, comme nous le verrons plus loin, en vaut la peine. Le seul cadre national épuise rapidement le "stock de neurones". Mais cette défense a un coût qui doit être identifié, débattu et décidé entre ceux qui veulent maintenir une certaine vision de l’Homme.

Enfin, la démocratie parlementaire – la démocratie repré- sentative – est un trésor qu’il faut conforter et défendre. Elle a trouvé ses premières expressions en Europe, d’abord au Royaume-Uni, puis après dans les autres États, avant de s’exporter dans ce qui allaient devenir les États-Unis. Les populistes en Europe la trouvent inadaptée aux contraintes de la mondialisation, à la technicité des questions à traiter, trop lente à prendre des décisions s’appliquant à des flux financiers ultra-rapides. Les premières attaques ont été exprimées lors de la crise de la zone euro. Pour contrer les mouvements spéculatifs, il fallait, selon eux, être capable de prendre des décisions politiques au même rythme et jeter par la fenêtre les délais nécessaires du débat démocratique. Plus récemment, les attentats qui ont frappé l’Europe poussent certains politiques à modifier les constitutions pour pouvoir, temporairement disent-ils, mettre entre parenthèses l’État de droit et engager des mesures liberticides d’exception. Dans la foulée, les mêmes demandent de se désengager de la Convention européenne des droits de l’homme et de ne plus appliquer la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme.

Extrait de "Faites l'Europe pas la guerre", de Jean-Luc Sauron, publié aux éditions Lextenso, le 25 octobre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 22/10/2016 - 12:28
La cour européenne des droits
de l'homo et des bobos. Oui il faut sortir de ce merdier strasbourgeois!