En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 1 min 16 sec
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 49 min 43 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 1 heure 11 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 1 heure 28 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 4 heures 13 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 23 min 14 sec
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 1 heure 3 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 2 heures 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 4 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 4 heures 13 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 heures 37 min
© Reuters
La pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion.
© Reuters
La pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion.
Néologisme

La Pauvrophobie, dernière invention en date de ceux qui s’attaquent aux symptômes et jamais aux causes

Publié le 18 octobre 2016
ATD Quart Monde propose d'introduire dans le langage commun le mot de "pauvreté", afin de lutter contre les discriminations que provoque l'état de misère. Si l'intention paraît bonne, on peut se demander si les effets seront aussi positifs en matière de lutte réelle contre la pauvreté.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
ATD Quart Monde propose d'introduire dans le langage commun le mot de "pauvreté", afin de lutter contre les discriminations que provoque l'état de misère. Si l'intention paraît bonne, on peut se demander si les effets seront aussi positifs en matière de lutte réelle contre la pauvreté.

Atlantico : L'association ATD Quart Monde, qui lutte contre la misère dans le monde, a mis en place un néologisme, "pauvrophobie", pour désigner la discrimination que subissent les populations du fait de leur situation sociale. Le terme de "pauvrophobie" venant s'ajouter à la longue liste des nouvelles "phobies", en quoi une telle vision du problème conduit à se détourner du problème réel de la pauvreté ?

Eric Verhaeghe : Il fut en effet une époque pas si lointaine où l'objectif collectif était de lutter contre la pauvreté. Les politiques publiques affichaient une ambition : éradiquer la misère. L'invention du mot "pauvrophobie" constitue un cap : on ne cherche désormais plus à combattre la misère, mais on l'accepte comme une donnée et on cherche simplement à aménager une coexistence satisfaisante avec elle. Cette évolution en profondeur est un signe des temps. L'ambition sociale que nous avions à une époque, que la société dans son ensemble avait à une époque, est bel et bien passée. Il ne reste désormais plus qu'un horizon collectif : accepter la misère et ne plus en avoir peur. Il faut d'ailleurs ici mesurer ce qu'ATD Quart Monde nous fait passer comme message : il ne faut pas avoir peur de la pauvreté. C'est curieux. En soi, la pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion. On se surprendra en tout cas à voir qu'ATD Quart Monde oeuvre aujourd'hui pour instaurer une sémantique qui vise à banaliser la misère et à l'intégrer à notre langage quotidien, même si c'est sous une forme bienveillante.

N'est-il pas également contre-productif d'enfermer la pauvreté, phénomène pouvant être temporaire, dans une notion de phobie bien plus structurelle, comme peut l'être la xénophobie, l'homophobie, etc. ? 

Là aussi, un peu de sémantique n'est pas inutile. La multiplication des "phobies" reconnues comme telles par la société française montre bien l'état d'hystérisation dans lequel nous vivons aujourd'hui. La société française est déboussolée et elle a peur. Disons même qu'elle a peur de tout. La phobie est devenue une sorte de pilier incontournable de notre organisation collective. La société française passe son temps à parler de ses phobies et à chercher à les maîtriser. C'est un peu comme si les Français étaient placés dans un processus de psychanalyse permanente, comme si nous étions tous sur un divan, à parler de nous, de notre moi, de notre surmoi, de nos peurs, de nos angoisses. Au fond, la France est entrée dans une phase étrange d'effondrement narcissique, qui la fait se détester et se mettre sous surveillance permanente. Progressivement, il ne sera plus possible d'exprimer la moindre pensée critique sans être accusé d'être phobique du fait ou de la personne dont on parle. Et vous avez raison de souligner le glissement de sens. D'ordinaire, la phobie désigne une structure psychique qui a peur de situations structurelles. La pauvrophobie est une extension de sens injuste. En réalité, elle laisse croire que la pauvreté est une trappe dont on ne sort jamais. Elle nourrit l'idée que la pauvreté est un état contre lequel on ne peut rien, et auquel on n'échappe jamais.

En quoi cette question de "pauvrophobie" est-elle également à nuancer du point de vue des pauvres eux-mêmes ? Dans quelle mesure une telle approche pourrait conduire, en partie, à une déresponsabilisation, en enfermant les "pauvres "dans une position exclusivement victimaire ?

Là aussi, vous avez raison. La notion de pauvrophobie fait abstraction des causes de la pauvreté. Autant, dans le cas de l'homophobie ou de la xénophobie, les victimes ne portent guère de responsabilité dans le rejet dont elles font l'objet, dans le cas de la pauvrophobie, la situation est plus complexe. Cela ne signifie pas que la pauvreté soit un choix ou le résultat d'une stratégie des pauvres eux-mêmes. En revanche, tous les pauvres ne font pas l'objet d'une stigmatisation, et tous ne portent pas sur eux les stigmates de la pauvreté qui permettent de les identifier. En outre, quoiqu'on en dise, dans la pauvreté, il existe souvent une part de choix. Je mets ici à part les situations d'exception, comme les migrations ou les accidents de la vie, et je prends les situations de pauvreté dans leur ensemble. La pauvreté peut être le produit de comportements individuels non contraints. Laisser croire qu'ils sont uniquement le résultat du regard des autres est évidemment très contre-productif, dans la mesure où il ne facilite pas l'identification des causes de la pauvreté. Là encore, on voit bien que la sémantique prépare une déresponsabilisation des individus.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 19/10/2016 - 17:44
Grec
Surtout, on ne s'est pas donné la peine de chercher comment se dit pauvre en grec afin de former un néologisme moins abâtardi.
adroitetoutemaintenant
- 19/10/2016 - 09:57
@MIMINE 95
Merci de votre compliment. Tout ce que je publie est sous nom d’emprunt à tel point que pas un membre de ma famille ou un seul de mes amis ne sait quel nom et n’achète mes livres. Même mes livres de médecine sont publiés sous nom d’emprunt et sont édités par moi-même. Mais je sais qu’un jour le pouvoir politique et ses laquais mettront la pression sur un journal pour avoir accès a mes données.
mirin
- 18/10/2016 - 12:53
misère et pauvreté.
Ce sont deux états à ne pas confondre: l
a misère est la pauvreté absolue telle que définie par l'ONU : un individu est dit en état de pauvreté absolue quand il n'a pas les moyens de se procurer un "panier" de biens considérés comme indispensables à sa survie. En France, en 2002, l'estimation était d'environ 10 euros par jour.
la pauvreté relative est définie comme étant un niveau de revenu inférieur à 50 ou 60% du revenu médian (2000 Euro?); celà donne un taux de pauvreté de 8 ou 14% en 2013 'derniers chiffres disponibles.
Je pense que cet article traite de la pauvreté absolue et non de la pauvreté relative