En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

ça vient d'être publié
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 min 49 sec
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 34 min 46 sec
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 52 min 13 sec
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 2 heures 13 min
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 18 heures 29 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 19 heures 31 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 20 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 22 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 27 min 29 sec
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 40 min 44 sec
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 53 min 6 sec
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Economie
Consensus

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

il y a 3 heures 1 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 18 heures 49 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 19 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 22 heures 32 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 22 heures 54 min
© Reuters
La pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion.
© Reuters
La pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion.
Néologisme

La Pauvrophobie, dernière invention en date de ceux qui s’attaquent aux symptômes et jamais aux causes

Publié le 18 octobre 2016
ATD Quart Monde propose d'introduire dans le langage commun le mot de "pauvreté", afin de lutter contre les discriminations que provoque l'état de misère. Si l'intention paraît bonne, on peut se demander si les effets seront aussi positifs en matière de lutte réelle contre la pauvreté.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
ATD Quart Monde propose d'introduire dans le langage commun le mot de "pauvreté", afin de lutter contre les discriminations que provoque l'état de misère. Si l'intention paraît bonne, on peut se demander si les effets seront aussi positifs en matière de lutte réelle contre la pauvreté.

Atlantico : L'association ATD Quart Monde, qui lutte contre la misère dans le monde, a mis en place un néologisme, "pauvrophobie", pour désigner la discrimination que subissent les populations du fait de leur situation sociale. Le terme de "pauvrophobie" venant s'ajouter à la longue liste des nouvelles "phobies", en quoi une telle vision du problème conduit à se détourner du problème réel de la pauvreté ?

Eric Verhaeghe : Il fut en effet une époque pas si lointaine où l'objectif collectif était de lutter contre la pauvreté. Les politiques publiques affichaient une ambition : éradiquer la misère. L'invention du mot "pauvrophobie" constitue un cap : on ne cherche désormais plus à combattre la misère, mais on l'accepte comme une donnée et on cherche simplement à aménager une coexistence satisfaisante avec elle. Cette évolution en profondeur est un signe des temps. L'ambition sociale que nous avions à une époque, que la société dans son ensemble avait à une époque, est bel et bien passée. Il ne reste désormais plus qu'un horizon collectif : accepter la misère et ne plus en avoir peur. Il faut d'ailleurs ici mesurer ce qu'ATD Quart Monde nous fait passer comme message : il ne faut pas avoir peur de la pauvreté. C'est curieux. En soi, la pauvreté est bien une réalité effrayante lorsqu'elle n'est pas choisie. Cette banalisation du phénomène, cette façon de réclamer une tolérance vis-à-vis de la pauvreté et des pauvres me paraît à double tranchant et manquer un peu de réflexion. On se surprendra en tout cas à voir qu'ATD Quart Monde oeuvre aujourd'hui pour instaurer une sémantique qui vise à banaliser la misère et à l'intégrer à notre langage quotidien, même si c'est sous une forme bienveillante.

N'est-il pas également contre-productif d'enfermer la pauvreté, phénomène pouvant être temporaire, dans une notion de phobie bien plus structurelle, comme peut l'être la xénophobie, l'homophobie, etc. ? 

Là aussi, un peu de sémantique n'est pas inutile. La multiplication des "phobies" reconnues comme telles par la société française montre bien l'état d'hystérisation dans lequel nous vivons aujourd'hui. La société française est déboussolée et elle a peur. Disons même qu'elle a peur de tout. La phobie est devenue une sorte de pilier incontournable de notre organisation collective. La société française passe son temps à parler de ses phobies et à chercher à les maîtriser. C'est un peu comme si les Français étaient placés dans un processus de psychanalyse permanente, comme si nous étions tous sur un divan, à parler de nous, de notre moi, de notre surmoi, de nos peurs, de nos angoisses. Au fond, la France est entrée dans une phase étrange d'effondrement narcissique, qui la fait se détester et se mettre sous surveillance permanente. Progressivement, il ne sera plus possible d'exprimer la moindre pensée critique sans être accusé d'être phobique du fait ou de la personne dont on parle. Et vous avez raison de souligner le glissement de sens. D'ordinaire, la phobie désigne une structure psychique qui a peur de situations structurelles. La pauvrophobie est une extension de sens injuste. En réalité, elle laisse croire que la pauvreté est une trappe dont on ne sort jamais. Elle nourrit l'idée que la pauvreté est un état contre lequel on ne peut rien, et auquel on n'échappe jamais.

En quoi cette question de "pauvrophobie" est-elle également à nuancer du point de vue des pauvres eux-mêmes ? Dans quelle mesure une telle approche pourrait conduire, en partie, à une déresponsabilisation, en enfermant les "pauvres "dans une position exclusivement victimaire ?

Là aussi, vous avez raison. La notion de pauvrophobie fait abstraction des causes de la pauvreté. Autant, dans le cas de l'homophobie ou de la xénophobie, les victimes ne portent guère de responsabilité dans le rejet dont elles font l'objet, dans le cas de la pauvrophobie, la situation est plus complexe. Cela ne signifie pas que la pauvreté soit un choix ou le résultat d'une stratégie des pauvres eux-mêmes. En revanche, tous les pauvres ne font pas l'objet d'une stigmatisation, et tous ne portent pas sur eux les stigmates de la pauvreté qui permettent de les identifier. En outre, quoiqu'on en dise, dans la pauvreté, il existe souvent une part de choix. Je mets ici à part les situations d'exception, comme les migrations ou les accidents de la vie, et je prends les situations de pauvreté dans leur ensemble. La pauvreté peut être le produit de comportements individuels non contraints. Laisser croire qu'ils sont uniquement le résultat du regard des autres est évidemment très contre-productif, dans la mesure où il ne facilite pas l'identification des causes de la pauvreté. Là encore, on voit bien que la sémantique prépare une déresponsabilisation des individus.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

03.

Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

07.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

02.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

05.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

06.

Pas de pub pour Zemmour : ce piège dans lequel vient de s’enfermer Nutella

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 19/10/2016 - 17:44
Grec
Surtout, on ne s'est pas donné la peine de chercher comment se dit pauvre en grec afin de former un néologisme moins abâtardi.
adroitetoutemaintenant
- 19/10/2016 - 09:57
@MIMINE 95
Merci de votre compliment. Tout ce que je publie est sous nom d’emprunt à tel point que pas un membre de ma famille ou un seul de mes amis ne sait quel nom et n’achète mes livres. Même mes livres de médecine sont publiés sous nom d’emprunt et sont édités par moi-même. Mais je sais qu’un jour le pouvoir politique et ses laquais mettront la pression sur un journal pour avoir accès a mes données.
mirin
- 18/10/2016 - 12:53
misère et pauvreté.
Ce sont deux états à ne pas confondre: l
a misère est la pauvreté absolue telle que définie par l'ONU : un individu est dit en état de pauvreté absolue quand il n'a pas les moyens de se procurer un "panier" de biens considérés comme indispensables à sa survie. En France, en 2002, l'estimation était d'environ 10 euros par jour.
la pauvreté relative est définie comme étant un niveau de revenu inférieur à 50 ou 60% du revenu médian (2000 Euro?); celà donne un taux de pauvreté de 8 ou 14% en 2013 'derniers chiffres disponibles.
Je pense que cet article traite de la pauvreté absolue et non de la pauvreté relative