En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 min 48 sec
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 1 heure 28 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 11 heures 43 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 12 heures 42 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 50 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 48 min 35 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 1 heure 26 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 55 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 57 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 19 heures 12 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 21 heures 9 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 21 heures 34 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 22 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Futur incertain

Bientôt orphelins ? À quoi se préparent électeurs et élus de la droite-vraiment-de-droite face à une victoire d'Alain Juppé

Publié le 21 octobre 2016
Alors que l'écart ne cesse de se creuser dans les sondages entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, et ce en faveur du maire de Bordeaux, la question de l'avenir des partisans de la droite "dure", pouvant être associée à Nicolas Sarkozy, est d'ores et déjà posée.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'écart ne cesse de se creuser dans les sondages entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, et ce en faveur du maire de Bordeaux, la question de l'avenir des partisans de la droite "dure", pouvant être associée à Nicolas Sarkozy, est d'ores et déjà posée.

Atlantico : Au lendemain du débat de la primaire de la droite et du centre, un sondage Sofres pour LCI, Le Figaro, et Public Sénat donnait Alain Juppé vainqueur du débat de la primaire de la droite et du centre à 36% contre 22% pour Nicolas Sarkozy. Jeudi, c'est un sondage Opinionway pour Atlantico qui créditait Alain Juppé de 42% d'intentions de vote lors du 1er tour de la primaire contre 28% pour Nicolas Sarkozy (voir ici). Ces chiffres laissent de plus en plus présager de la victoire d'Alain Juppé à cette primaire. Dans ce cas, qu'adviendrait-il des partisans de la droite "dure", pouvant notamment être associée à Nicolas Sarkozy, aussi bien du côté des électeurs que de celui des élus ? 

Bruno Cautrès : Il y aura bien sûr après les résultats de la primaire un temps de digestion de ceux-ci pour les électeurs et les élus proches de Nicolas Sarkozy si Alain Juppé gagne. Le score réalisé par Nicolas Sarkozy, dans ce cas de figure, jouera un rôle majeur sur la climat de l’après primaire : si Nicolas Sarkozy sort en tête du premier tour et qu’il est battu au second tour par une coalition du ‘tout sauf Sarkozy’ les dommages créés par la primaire seront plus délicats à réparer que si Nicolas Sarkozy sort second du premier tour et avec un écart significatif avec Alain Juppé. Les partisans de la ‘droite dure’, en fonction de ces deux hypothèses, n’auront pas le même poids et la même capacité à peser sur le programme et la campagne présidentielle d’Alain Juppé. Mais les choses dépendront aussi de l’attitude d’Alain Juppé s’il gagne la primaire et du climat de celle-ci : les tensions avant l’élection et l’attitude du vainqueur (rassembleuse ou non) joueront un rôle important.

De fortes tensions avant et une attitude non-rassembleuse après l’élection seraient de nature à créer des divisions ultérieures dans une droite qui en a déjà connu beaucoup depuis 2012. Les attitudes politiques et les demandes des partisans de la ‘droite dure’ ne disparaitront pas avec l’éventuelle victoire d’Alain Juppé à la primaire. Les questions de tolérance culturelle, d’identité (‘heureuse’ ou pas), continueront également de créer des clivages internes à la droite qui, même en cas de victoire à la présidentielle, continuera d’être sous la pression des scores du FN lors des élections intermédiaires du mandat présidentiel 2017-2022. Il s’agit là de clivages assez lourds et assez structurés qui s’inscrivent dans un temps plus long que celui de la primaire et qui sont liés aux effets perturbateurs de l’intégration économique européenne et globale sur les partis et les électeurs en France. 

Malgré une tendance à l'unité que l'on pourrait observer dans les rangs des Républicains à l'issue de la primaire, et ce quelle que soit le résultat entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, n'y aurait-il tout de même pas, à l'instar de Laurent Wauquiez, des élus LR qui n'auraient rien à perdre à ne pas suivre Alain Juppé malgré son élection à l'issue de la primaire ? 

Si les élus les plus engagés en faveur de Nicolas Sarkozy et les plus proches de ses thèmes de prédilection auront un peu de mal avec une candidature Juppé à la présidentielle, je ne crois pas à l’hypothèse d’une dissidence clairement assumée. D’une part, Nicolas Sarkozy, comme tous les participants à la primaire, s’est engagé à soutenir le candidat finalement choisi. D’autre part, la dissidence se ferait payer très cher ultérieurement même si, dans le cas de Laurent Wauquiez, certains soutiens de Nicolas Sarkozy sont solidement installés dans le paysage politique et disposent de mandats locaux ou nationaux leur permettant de voir venir. Enfin, la dynamique donnée au vainqueur de la primaire par le résultat de celle-ci semblera difficile à vouloir contrecarrer : comment justifier auprès des électeurs de la droite que l’on ne suit pas cette dynamique ? Je pencherais plutôt sur l’idée que ce serait après l’élection et notamment si le programme de réformes s’avérait plus compliqué et long à mettre en œuvre que prévu que les partisans de la ligne Sarkozy se rappelleraient au bon souvenir d’Alain Juppé. 

Certaines personnalités à la droite de l'échiquier politique français, comme Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan ou Henri Guaino, pourraient-elles profiter tout particulièrement de la défaite de Nicolas Sarkozy, et ainsi d'un report de voix d'électeurs et de soutiens d'élus se réclamant de la droite dure ? Quel rapport de forces cela instaurerait-il à droite ? Quelles pourraient en être les conséquences pour l'élection présidentielle de 2017 ?

Une défaite de Nicolas Sarkozy à la primaire priverait de son candidat la frange des électeurs de droite les plus sensibles aux thèmes mis en avant par Nicolas Sarkozy durant sa campagne, ceux de l’identité et de la protection des frontières nationales. Si les enquêtes d’intentions de votes ne testent pas pour le moment l’hypothèse d’une candidature de Henri Guaino à la présidentielle, on peut néanmoins voir que Marine Le Pen et plus encore Nicolas Dupont-Aignan bénéficieraient de l’absence de l’ancien chef de l’Etat de la présidentielle.

Grâce à la très grande enquête électorale du CEVIPOF qui est en cours, on peut analyser les reports de voix entre la primaire et la présidentielle. Dans la dernière vague de cette enquête (vague 6, septembre 2016), si l’on ne retient que ceux qui se déclarent certains d’aller voter à la primaire et que l’on fait varier la sûreté de leur choix, on obtient les résultats suivants : parmi ceux qui se déclarent certains d’aller voter à la primaire et sûrs de leur choix en faveur de Nicolas Sarkozy au premier tour, 53.6% ont l’intention de voter Alain Juppé au premier tour de la présidentielle si c’est lui le candidat de la droite ; parmi ceux qui se déclarent certains d’aller voter et sûrs de leur choix en faveur de Nicolas Sarkozy au second tour de la primaire, les chiffres sont à peu près les mêmes pour leur report de voix en faveur d’Alain Juppé à la présidentielle. Ces chiffres sont à comparer aux intentions de vote en faveur d’Alain Juppé à la présidentielle, en moyenne : 33.9%.

On voit donc qu’un peu plus de la moitié, seulement, des électeurs sarkozystes de la primaire se reportent sur le candidat Juppé à la présidentielle, ce qui n’est pas si élevé que cela. Leurs reports de voix en faveur de Marine Le Pen à la présidentielle sont à un niveau au-dessus du score moyen d’intentions de vote pour la présidente du FN : alors qu’elle obtient 30.2% d’intentions de vote en moyenne, de l’ordre de 35 à 36% de ceux qui sont certains de voter et sûrs de leur choix en faveur de Nicolas Sarkozy au premier ou second tour de la primaire souhaitent voter en sa faveur. Mais le grand bénéficiaire d’une non-candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle semble être encore davantage Nicolas Dupont Aignan. Alors qu’un peu moins de 5% ont l’intention de voter pour lui à la présidentielle en moyenne, ils sont 10.1% et 10.5% parmi ceux qui sont sûr de voter à la primaire et certains de voter Sarkozy au premier ou second tour. Ils sont même 11.3% parmi sont dont le choix en faveur de Nicolas Sarkozy peut encore changer à la primaire (second tour). 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 02/11/2016 - 15:24
Labeliser les politiciens?
Pour éviter, comme cela se présente aux U.S., de focaliser les débats sur des postures, des attitudes ou des comportements au détriment des vraie questions de fond, il faudrait une sorte de "sur-parti" qui garantit le contrôle de la qualité psychiatrique des candidats comme le ferait un label. 
Ce "label" garantirait au citoyen qu’un candidat -quelle que soit sa couleur politique- validé par ce label serait psychologiquement sain. 
Le premier critère serait l'aptitude à l'empathie. 
Un candidat sans empathie n'est intéressé que par lui-même et le pouvoir à n'importe quel prix et ça, si l’on peut l’éviter…
pierre de robion
- 16/10/2016 - 23:13
Certitude et hésitations!
Au 1er tour c'est NDA, au second, on verra!
JG
- 16/10/2016 - 23:07
N'écoutez pas les médias corrompus
Votez avec votre tête (après avoir lu des choses intelligentes) pas la bouillie antiFN cuite et recuite ("au FN, ce sont tous des fachistes et des nazis") que l'ensemble des médias nous sert depuis tant d'années avec la complicité objective de la droite molle (Giscard, Chirac, Sarkozy, tous pareils, une fois au pouvoir, on fait le contraire de ce que l'on a promis aux militants qui les ont élus...)
Et si vous n'arrivez pas à voter avec votre tête , votez avec vos tripes : TSJH : TOUT SAUF JUPPE ET HOLLANDE (Ali Juppé - le déjà dhimmi dans sa tête- n'est que le clone de Hollande au sein de la droite molle)