En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Bilan peu reluisant
Journée mondiale de la santé mentale : mais pourquoi les traitements ont-ils si peu progressé en 50 ans ?
Publié le 14 octobre 2016
Malgré des années de pratique, aucune discipline en rapport avec la santé mentale n'a connu, ces dernières décennies, d'évolution notable dans le traitement de troubles tels que l'autisme, la bipolarité ou la schizophrénie. Un constat qui s'explique en partie par le fait que nous ne connaissons toujours pas les mécanismes neurologiques en jeu dans ces troubles.
Psychiatre, praticien hospitalier, Alexandre Baratta est expert auprès de la Cour d'appel de Metz, et expert associé à l'Institut pour la Justice. Il est également correspondant national de la Société médico-psychologique.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Baratta
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Psychiatre, praticien hospitalier, Alexandre Baratta est expert auprès de la Cour d'appel de Metz, et expert associé à l'Institut pour la Justice. Il est également correspondant national de la Société médico-psychologique.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré des années de pratique, aucune discipline en rapport avec la santé mentale n'a connu, ces dernières décennies, d'évolution notable dans le traitement de troubles tels que l'autisme, la bipolarité ou la schizophrénie. Un constat qui s'explique en partie par le fait que nous ne connaissons toujours pas les mécanismes neurologiques en jeu dans ces troubles.

Atlantico : La Journée mondiale de la santé mentale a lieu ce lundi 10 octobre. Selon l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (Icm), les disciplines relevant de la santé mentale n'ont pas connu d'évolution majeure depuis les années 1960. Ce constat vous semble-t-il véridique ? Comment expliquer ce décalage avec la médecine en général ?

Alexandre Baratta : En effet, les trois principales familles de  psychotropes utlisés en psychiatrie sont les neuroleptiques, les antidépresseurs, et le lithium. L'efficacité de chacune de ces familles de molécule en psychiatrie est le fruit de découvertes fortuites, entièrement liées au hasard. Ainsi, le premier antidépresseur est issu d'un échec cuisant des antituberculeux. Sans action sur l'agent de la tuberculose, les médecins ont observé qu'il améliorait le moral des malades. L'action sur la sérotonine de ce médicament a permis d'orienter ensuite le modèle sérotoninergique de la dépression. Il s'agissait de l'Iproniazide, dans les années 1957.

Parallèlement,  en 1951, est synthétisé le Largactil: il est alors utilisé en chirurgie à visée anesthésiante. Là encore, les observations médicales rapportent un effet de "desinteressement" chez les patients. Les premiers tests de cette nouvelle molécule en psychiatrie sont concluants: le Largactil ouvre la voie des traitements modernes des psychoses, dont la schizophrénie. 

Quant au lithium, traitement de référence du trouble bipolaire, son histoire est encore plus ancienne. A la fin des années 1800, l'une des théories des maladies mentales était un déséquilibre en oligo éléments et en sels minéraux de tout genre: sodium, potassium, lithium, magnésium, etc. Ainsi, en 1880, des eaux minérales enrichies en lithium sont utilisées. Son utilisation spécifiquement psychiatrique débute en 1949 dans le traitement du trouble bipolaire.

Depuis ces découvertes liées au hasard, les laboratoires pharmaceutiques ont développé des molécules améliorées, mieux tolérées avec moins d'effets secondaires. Mais aucune révolution notoire n'est à noter depuis cette période charnière. 

Cette absence d'évolution s'explique simplement : malgré les nombreux modèles théoriques existants, nous ne savons toujours pas comment le cerveau de patients schizophrènes ou bipolaires fonctionne (ou plutôt dysfonctionne). Le cerveau est l'organe le plus complexe du corps humain, ne l'oublions pas...

 

Peut-on pour autant dire que la psychiatrie demeure une discipline "efficace" ? Quelles sont les conséquences de ce manque d'évolution dans la discipline ?

Tout dépend de ce que l'on appelle efficace ! A ce jour, il est admis que les principales maladies mentales (schizophrénie, trouble bipolaire, trouble autistique) sont incurables: on ne peut en soigner que les symptômes, mais pas les guérir.  Concernant l'autisme, les méthodes éducatives et comportementales ont démontré une efficacité certaine. Il aura fallu plusieurs générations d’enfants "sacrifiés" sur l’hôtel de la psychanalyse, à l'époque (pas si lointaine) où les gourous de la psychiatrie pensaient l'autisme comme secondaire à un lien défaillant avec la mère. 

Les patients souffrant de schizophrénie et de trouble bipolaire sont condamnés à prendre un traitement à vie. Certains auront une vie sociale relativement préservée. Mais la plupart connaissent des hospitalisations itératives à chaque décompensation. 

 

Comment favoriser l'innovation en matière de santé mentale ? Quels sont encore les secteurs qui nous échappent ?

Cette question n'est pas simple lorsqu'on souligne le rôle du hasard dans la découverte des trois familles de psychotropes utilisés en psychiatrie. Personne ne s'est dit un jour: "Tiens, et si la schizophrénie était iée à un problème de dopamine dans le cerveau ? Hop, je vais créer un bloqueur de dopamine que je vais baptiser Largactil...". 

Les futures molécules seront probablement liées à l'avancée des recherches en science fondamentale dans le domaine de la neurobiologie: communication neuronale, développement foetal, et différenciation cellulaire du cerveau, mais aussi amélioration des techniques d'imagerie cérébrale fonctionnelle, apports de la génétique. Cependant à ce jour, aucune nouvelle cible pharmacologique n'est développée par les laboratoires: pas d'avancée miracle donc à attendre pour la prochaine décennie au moins.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
06.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
07.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
LION
- 10/10/2016 - 12:12
Le résultat de la psychanalyse
La psychanalyse qui prétendait guérir les malades mentaux a freiné les recherches médicamenteuses.
Or il ressort aujourd'hui que de nombreuses maladies mentales peuvent être soignées par des médicaments. Il semble que l'autisme traité avant l'âge de 3 ans en fasse partie. De même que l'on commence à disposer de moyens thérapeutiques pour lutter contre l'épilepsie.
La R&D en neurosciences devrait nous aider à trouver les molécules qui traitent les psychotiques et les phobiques. Mais Freud et Jung nous ont fait prendre un siècle de retard.
emem
- 10/10/2016 - 10:52
Il n'y a pas que la santé mentale
Les maladies curables sont très rares. Seules celles provoquées par un agent extérieur, comme les maladies infectieuses, le sont. La plupart des maladies nécessitent un traitement à vie : l'hypertension, le diabète, l'insuffisance pulmonaire, l'arthrose etc..
emem
- 10/10/2016 - 10:52
Il n'y a pas que la santé mentale
Les maladies curables sont très rares. Seules celles provoquées par un agent extérieur, comme les maladies infectieuses, le sont. La plupart des maladies nécessitent un traitement à vie : l'hypertension, le diabète, l'insuffisance pulmonaire, l'arthrose etc..