En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Mondial 2018 de foot : deux affaires de corruption présumées

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 12 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 4 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 7 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 7 heures 47 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 11 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 10 heures 49 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 11 heures 24 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 4 heures 34 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 6 heures 37 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 7 heures 30 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 11 heures 54 min
C’est la luuuutte

Karl Marx, le retour : comment l'hyper-capitalisme, les inégalités, et le blues des classes moyennes ont remis les diagnostics du penseur allemand au goût du jour (mais pas ses solutions!)

Publié le 05 mai 2018
Sans réhabiliter la théorie de Karl Marx, il apparaît néanmoins que le diagnostic qu'il a pu prévoir est en train de devenir réalité dans les conditions actuelles de notre système économique, financier et politique. De quoi se poser de sérieuses questions...
Gaël Giraud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Giraud est directeur de recherche au CNRS, et directeur de la Chaire Energie et Prospérité (Ecole normale supérieure, Ecole Polytechnique et Ensae). Après deux années passées au Tchad, où il fonde un centre d'accueil pour les enfants de la rue...
Voir la bio
Branko Milanovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans réhabiliter la théorie de Karl Marx, il apparaît néanmoins que le diagnostic qu'il a pu prévoir est en train de devenir réalité dans les conditions actuelles de notre système économique, financier et politique. De quoi se poser de sérieuses questions...

Atlantico : En 1980, le philosophe Peter Singer publiait un livre dans lequel il listait certaines prédictions de Karl Marx, inhérentes au capitalisme : l'accroissement des inégalités, la plongée des indépendants dans le prolétariat, des niveaux de salaire stagnant au niveau de subsistance, pour finir par une faillite du capitalisme lui-même et par la survenance de révolutions. Si un tel constat pouvait sembler absurde lors de la publication de ce livre, comment en est-on arrivé à une situation où certaines de ces prédictions pourraient trouver un écho ?

Gaël Giraud : En effet, le "retour des rentiers" auquel nous avons assisté dans la plupart des économies avancées au cours des quatre dernières décennies pourrait sembler donner raison au prophétisme de Marx. Mais un examen plus attentif montre que ce qui est en cause, aujourd'hui, n'a pas grand-chose à voir avec la vision apocalyptique de Marx, aussi bien celle des Grundrisse que celle du Capital. La raison profonde pour laquelle les taux de croissance sont en baisse quasiment partout depuis deux décennies (hormis dans un certain nombre de pays qui bénéficient de gains de rattrapage comme la Chine, la Côte d'Ivoire, etc.) et pourraient continuer de rester très faibles à l'avenir a trait à la raréfaction progressive des ressources naturelles que nous exploitons. Il faut de plus en plus d'énergie pour extraire des minerais indispensables à la civilisation industrielle, et il faut également de plus en plus d'énergie pour extraire de l'énergie (l'Eroi, le rendement de l'investissement énergétique, baisse de manière continue depuis le début du XXème siècle).

Cet aspect a largement échappé à Marx, tout comme les prodiges de l'industrie du pétrole étaient impossibles à anticiper en 1830. Mais ces prodiges sont, pour l'essentiel, derrière nous. La chute des taux de croissance s'accompagne de celle de l'investissement, faute de perspectives de profit pour alimenter ces derniers. À cette tendance structurelle de long terme s'ajoute, à présent, la pente déflationniste sur laquelle glissent plusieurs économies majeures : le Japon se débat dans la déflation depuis vingt-cinq ans ; le Sud de l'Europe y est enlisé à son tour ; les taux d'intérêt négatifs qu'exhibent les marchés financiers internationaux et que répercutent les Banques centrales sur le secteur bancaire privé traduisent la possibilité d'un enlisement généralisé. Cela, c'est le problème de l'excès d'endettement privé (et non pas public) qui a été parfaitement compris par Irving Fisher dans les années 1930, et qui n'a pas grand-chose à voir avec la théorie monétaire de Marx.

Branko Milanovic : Je ne crois pas que ces prédictions soient beaucoup plus vraisemblables aujourd'hui qu'elles ne l'étaient dans les années 1980. En effet, le niveau de revenus, dans l'ensemble des pays occidentaux, est beaucoup plus élevé aujourd'hui qu'il ne l'était à l'époque. En France, le Pib par habitant s'est accru de 50% depuis lors. Même les plus pauvres s'en sortent mieux aujourd'hui.

A mon sens, le problème est différent. Il y a un double malaise. Économique, d'une part, lié au fait que les classes moyennes ont réalisé la faible vitesse d'augmentation de leurs revenus comparée à celle des plus riches. Politique, d'autre part, du fait du manque de confiance en la classe politique, qui ne semble se soucier que de ses propres intérêts. C'est là quelque chose que Marx avait en effet compris assez facilement, en dépit de toutes les erreurs qu'il a pu faire et que Singer a listé. Le cœur du problème selon Marx, c'est l'hyper-capitalisme. C'est un modèle qui augmente systématiquement les inégalités et prête une valeur commerciale à tout types de relations humaines. En conséquence, les politiques n'ont pas besoin de se soucier de l'intérêt d'autres individus que les plus riches. C'est pourquoi ils se comportent comme le "comité exécutif de la bourgeoise" : les classes supérieures les payent régulièrement directement et presque tout le temps indirectement, au travers du financement de leurs campagnes.

La grille d'analyse de Karl Marx est donc très à jour, en effet, quand il est question des sociétés occidentales contemporaines. J'imagine même quelle délectation il aurait ressenti en réalisant à quel point il avait raison. Et il aurait très certainement signé des éditos acides mais plein d'espoir.

Dans quelle mesure est-il possible de mettre en cause la financiarisation de l'économie et le sentiment de l'opinion d'une toute puissance des marchés financiers ou des multinationales pouvant sembler plus puissantes que le pouvoir politique ? Les dirigeants politiques ont-ils trop "laissé faire" pour en arriver à une situation devenue incontrôlable, et produisant des effets correspondant aux prédictions de Karl Marx ?

Branko Milanovic : Je n'ai pas l'impression que le problème vienne de multinationales devenues plus puissantes que les pouvoirs et les hommes politiques. Je crois davantage que l'époque dans laquelle nous vivons est un temps de collusion entre les différentes élites. Les hommes politiques deviennent d'importants financiers, les financiers deviennent des hommes politiques, et les millionnaires redessinent les politiques publiques à l'aide de cadeaux et de ressources financières considérables.

Nous avons besoin d'un regard beaucoup plus empirique et beaucoup plus systématique sur ce qui est devenu une pratique des plus communes...Les secrétaires du Trésor américain sont invariablement des individus en provenance de Wall Street ou de Goldman Sachs comme c'est le cas de Bob Rubin. Le récent retournement de veste de Barrosso a attiré l'attention en raison du poste qu'il occupait auparavant, mais de tels événements sont monnaie courante à des positions à peine moins élevées. Il est également intéressant de souligner que Barrosso n'a rien fait d'illégal : dans les faits, le système considère normal que les élites politiques et financières coexistent et évoluent dans ce que les marxistes désignent comme une "union personnelle".

Si l'on ajoute à cela le fait que les élites financières achètent les médias, décident quelles maladies il convient de combattre, quels genres d'arts méritent d'être exposés, on réalise assez rapidement la situation dans laquelle on se trouve : celle d'une élite fortunée qui dirige seule.

Gaël Giraud : À vrai dire, la sphère financière est en grande difficulté aujourd'hui. Le gouverneur de la Banque centrale d'Angleterre, Mark Carney, lance des appels tragiques pour que ses collègues financiers prennent enfin conscience de la gravité du risque climatique. Les assureurs ont compris que le monde risque de n'être plus assurable d'ici quelques décennies (en gros, lorsque nous aurons dépassé les +2°C que nous nous sommes pourtant fixés comme plafond absolu à la Cop21 de Paris, l'an dernier). Les taux d'intérêt négatifs que j'évoquais à l'instant ne sont absolument pas "viables" pour la sphère financière à moyen terme. Donc, certes, la financiarisation de nos économies a atteint des niveaux inouïs au cours des dernières années (et cet aspect est conforme à ce que Marx avait envisagé) et menace de s'autodétruire en ruinant l'économie réelle avec elle. Le rapport que j'ai rendu l'an dernier à Klaus Welle pour le Parlement européen montre que l'Union bancaire européenne ne protège aucunement les contribuables européens contre un prochain krach bancaire. Autrement dit, si l'affaire Deutsche Bank, par exemple, s'aggrave dans les jours ou les semaines qui viennent, les contribuables allemands, mais aussi français, etc., seront sollicités d'une manière ou d'une autre pour sauver ce monstre bancaire. Un nouveau krach ne manquerait pas de plonger l'Europe dans une récession épouvantable.

Les pouvoirs publics ont-ils été trop laxistes ? Oui, certainement. Une partie des élites économiques européennes, de droite comme de gauche, sont fascinées par les marchés financiers. Ceux-ci ont incarné pour certains une sorte de dépassement ("aufhebung", pour parler la langue de Hegel, et donc de Marx) de la lutte des classes : les banques n'ont pas d'usine, pas d'ouvrier, pas de syndicat, et sont d'emblée internationales...

En abandonnant la théorie marxiste, quelles sont les priorités actuelles des gouvernements permettant aux économies de retrouver un certain équilibre, notamment au travers d'une croissance permettant de profiter à tous, et ce, dans un cadre d'économie de marché ?  

Gaël Giraud : L'alternative n'est pas entre la "théorie marxiste" et une croissance équilibrée au sein des économies de marché telles que nous les connaissons aujourd'hui. Marx avait tort parce que sa vision est entièrement fondée sur une théorie de la valeur travail qui a été maintes fois réfutée (notamment par l'école de Piero Sraffa, et en particulier par Steedman) : les ressources naturelles, par exemple, contribuent de manière essentielle à la création de valeur, même si la "nature" ne se fait pas payer pour les services qu'elle nous rend. Mais la croissance ne peut plus être l'objectif politique numéro un des économies avancées : elle est incompatible avec les engagements pris par la communauté internationale à Paris, en décembre dernier. Du moins, tant que nous n'aurons pas réalisé la transition écologique et sociale vers des économies bas-carbone. Cette transition devrait être la priorité actuelle des gouvernements : elle crée des emplois, donne du sens (transmettre à nos enfants une société où il fera meilleur vivre qu'aujourd'hui), répond au défi climatique. Bien sûr, cela suppose que la sphère financière finance les énormes dépenses en infrastructures vertes dont le monde a besoin, au Nord comme au Sud. Et cela exige des consommateurs du Nord qu'ils réapprennent la sobriété. Recycler nos déchets, réduire considérablement notre consommation d'énergie et de ressources naturelles, réduire notre consommation de viande bovine... Ces gestes sont fondamentaux et, qui plus est, participent d'une désintoxication indispensable des corps : l'alimentation des classes moyennes occidentales ressemble, aujourd'hui, à un empoisonnement collectif, en grande partie responsable, non seulement de maladies cardio-vasculaires bien identifiées, mais aussi de maladies auto-immunes beaucoup moins bien connues.

Le pape François parle, à ce sujet, d'une "culture du déchet". La personne humaine n'est pas un déchet, et n'a pas à se nourrir de déchets. Et le monde (les océans en particulier) n'est pas une gigantesque poubelle. C'est tout cela que nous devons apprendre, et qui fait partie de la transition écologique. La réduction des inégalités fait partie intégrante de ce processus car nous savons aujourd'hui que les catégories riches sont celles qui polluent le plus, et qu'une société inégalitaire tend à rendre tout le monde plus facilement malade (même les plus riches). C'est ce qu'ont montré deux épidémiologues britanniques, Pickett et Wilkinson.

Enfin, le Pib n'est plus capable de rendre compte de la révolution digitale qui est en train d'envahir nos usages. Or cette révolution peut apporter le pire (la réduction du salariat à une forme d'esclavage, dans une version sauvage de l'upérisation de nos sociétés) et le meilleur (un confort de vie pour tous, dont l'usage de la photographie numérique, comparée à l'argentique d'il y a trente ans, donne une petite idée). Cela dépendra notamment de la manière dont nous régulerons le "capitalisme cognitif", c'est-à-dire l'idée que l'intelligence de chacun est une externalité positive pour tous. Ceci dans un monde où, désormais, les gains de productivité s'obtiennent dans des "industries" dont le principal coût réside dans l'investissement initial en capital, le coût marginal de fonctionnement apparent étant proche de zéro tant que l'on n'explicitera pas le coût écologique du numérique. Il est urgent que nous changions d'instrument de mesure du bien-être collectif et que nous abandonnions la croissance du Pib comme objectif.

Branko Milanovic : Je pense que l'on peut commencer par des observations très simples. Il est clair que l'économie de marché est le modèle le plus approprié pour encourager les gens à créer de la richesse. Cependant, nous ne pouvons pas le laisser s'implémenter dans toutes les sphères de l'activité humaine, et tout particulièrement dans celles de la santé, de l'éducation, de l'assurance sociale, du droit... et bien sûr de la politique.

Un rôle plus important et plus constructif du secteur public me semble désirable. Cela vaut aussi pour la séparation complètement étanche entre les domaines de la politique et de la finance. En vérité, je suis en faveur d'une séparation draconique de ces deux domaines. Il faut que ceux qui choisissent de servir l’État au travers de la politique disposent d'un salaire considérable mais abandonnent définitivement l'idée que leur carrière politique constitue la base d'une autre carrière, plus lucrative, dans le secteur privé.

Il me semble qu'un individu ne devrait pas pouvoir passer de la politique au secteur privé, et inversement, avant dix ans. Du moins, pas en gardant le même niveau de responsabilité. C'est la seule façon de mettre un terme à ce fléau qui dévore peu à peu la confiance du peuple pour les politiques, discrédite la gouvernance démocratique.

Autre sujet, qui n'en est pas moins essentiel à mes yeux : les gouvernements devraient vraiment se concentrer sur comment égaliser au maximum l'accès à l'éducation pour tous. Ils devraient également se focaliser sur la réduction de la très forte concentration des ressources financières. Ce deuxième aspect pourrait être réalisé en cumulant de fortes taxes sur l'héritage, et des avantages fiscaux pour les petits investisseurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/10/2016 - 16:18
@ganesha
On peut toujours vivre d'espoir......mais l'histoire montre que lors des krachs boursiers ce sont toujours les petits boursicoteurs et épargnants qui trinquent et se suicident, les vrais financiers jouent la baisse et gagnent encore plus quand la bourse s'effondre.
Alors très mauvais calcul @ganesha, là Marine ne pourra rien faire pour vous, et elle n'aura plus les moyens de verser le RSA, de tondre les "riches" qui se sont tirés ou les moins riches qui partent aussi.
Et moi je regarderai tout ce gâchis avec tristesse, depuis le Maroc, en pensant que certains ont vraiment pas de chance....car ils font toujours les mauvais choix !
Ganesha
- 11/10/2016 - 12:19
Paulquiroule...
Vous êtes manifestement arrivé à un âge où l'on est ''trop vieux pour changer'' ! J'ai des souvenirs précis des lieux où j'étais lors de quelques grands événements historiques. J'espère être encore en vie pour en assister encore à deux autres : l'élection de Marine Le Pen et le prochain krach boursier. J'espère seulement que les gouvernements tiendront leur promesse : quand toutes nos banques seront en faillite, ils garantiront au moins les dépôts des particuliers modestes !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 11/10/2016 - 11:39
Petit c.n de la dernière averse..vieux c.n des neiges d'antan..
Pas très sain à votre âge @ganesha de croire encore au père noël ... L'histoire de l'humanité nous montre qu'il y a toujours eu et dans toutes les sociétés les exploiteurs, et les exploités (les plus nombreux). Alors croire, ou faire semblant de croire que l'éducation peut changer la nature humaine relève de l'inconscience ou de la malhonnêtetée intellectuelle.
Comme disait notre grand philosophe: le capitalisme c'est "l'exploitation de l'homme par l'homme" ....et le communisme...exactement le contraire.
Alors rien de mieux qu'une démocratie bien libérale, dans laquelle "on est tous égaux"..même s'il y en a qui sont plus "égaux que les autres"...