En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 11 min 48 sec
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 1 heure 42 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 4 heures 19 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 5 heures 7 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Politique
Milliardaires contre milliardaires

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Société
Entretien

Chantal Delsol : "L’Occident est passé de l’humanisme à l’humanitaire"

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 46 min 54 sec
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 2 heures 28 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 4 heures 50 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 7 heures 49 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 8 heures 31 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Politique
La révolution sera cruelle ou ne sera pas

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Santé
Usine du monde

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

il y a 13 heures 24 min
© Capture d'écran / France 2
© Capture d'écran / France 2
Si les femmes s'y mettent aussi...

Corneille violé par une femme…Derrière le chanteur, une agression taboue beaucoup plus répandue qu’on ne le croît

Publié le 14 octobre 2016
Parmi les tabous qui demeurent encore dans nos sociétés réside le phénomène de la pédophilie féminine. Trop souvent sous-estimé, il est pourtant plus fréquent qu'on ne le croit, comme en témoigne le récent témoignage du chanteur Corneille, victime d'agression sexuelle de la part de sa tante à l'âge de six ans.
Philippe Genuit est psychologue clinicien au Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (Criavs) de Midi-Pyrénées à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Genuit
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Genuit est psychologue clinicien au Centre Ressource pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles (Criavs) de Midi-Pyrénées à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les tabous qui demeurent encore dans nos sociétés réside le phénomène de la pédophilie féminine. Trop souvent sous-estimé, il est pourtant plus fréquent qu'on ne le croit, comme en témoigne le récent témoignage du chanteur Corneille, victime d'agression sexuelle de la part de sa tante à l'âge de six ans.

Atlantico : Dans son autobiographie sortie ce jeudi, le chanteur Corneille évoque les abus sexuels dont il a été victime de la part de sa tante étant alors âgé de six ans. Un témoignage qui révèle, une fois de plus, qu'il s'agit là d'un phénomène plus fréquent qu'on ne le croit. Pour quelle(s) raison(s) la pédophilie féminine est-elle autant sous-estimée (en comparaison notamment avec la pédophilie masculine) ? 

Philippe Genuit : Il existe plusieurs raisons à cette sous-estimation. Commençons par les raisons sociologiques : à partir du moment où la femme est conçue dans une sorte de minora politique, et même si elle a acquis de nombreux droits ces dernières décennies, certaines choses perdurent du fait de cette ancienne  position. Par ailleurs, biologiquement, la femme n’a, bien évidemment, pas les mêmes attributs sexuels que le mâle auxquels on associe l’agressivité et l’agression sexuelle dans nos pré-requis.

L’autre raison qui découle de celle-ci afin d’expliquer la sous-estimation de la pédophilie féminine, c’est le fait que l’on va moins chercher du côté de la femme dans les affaires de pédophilie.

Ensuite, il faut savoir qu’une procédure est instruite que si on est sûr d’aller au bout. Dans les cas de pédophilie féminine, c’est très rarement le cas.

Enfin, je terminerai sur l’éprouvé sexuel. Celui-ci a fini par être mis en avant publiquement, mais cela a pris du temps. En Allemagne, le processus commence à peine : pour prouver que la personne victime d’une agression sexuelle n’était pas dans le consentement, il faut des preuves de cette absence de consentement. Pour consentir, il faut généralement être en position de majorité : par exemple un mineur, ou une personne vulnérable comme un patient psychiatrique, sont considérés comme ne pouvant pas consentir ; la femme n’est pas non plus capable de consentir. Là-dessus, l’éprouvé d’une agression par un homme est aujourd’hui entendu, on se le représente, on l’accepte, même si l’agression n’a pas eu lieu par le sexe mais par des objets. La mauvaise représentation de l'abus fait qu'il n’est pas forcément vécu comme tel au moment où il a lieu. Si l’on prend le cas de Corneille, bien que je ne le connaisse pas, on pourrait imaginer qu’à l’âge de six ans, au moment où il a vécu cet abus, il ne devait pas y penser selon les représentations que l’on s’en fait actuellement. Il lui a fallu le temps de l’élaboration pour se rendre compte qu’il a été abusé. Dans certains cas, lorsque cela provient d’une femme de la famille, l’enfant victime d’abus peut apparenter cela à une forme de soins, bien que déplacés. Il y a trente ou quarante ans, ces choses-là n’étaient pas dites, elles n’étaient pas entendables socialement. Il y a un effet entre le psychologique et le sociologique : on se représente les choses psychologiquement parce qu’elles sont entendables socialement ; parce qu’elles n’étaient pas entendables avant, elles n’étaient donc pas entendues. Dans les années 1970, lorsqu’on a commencé à accepter le viol de la femme et à le pénaliser, on s’est rendu compte, à travers la parole de ces femmes violées, que celles qui l’avaient été en tant qu’adultes l’avaient également été, dans la plupart des cas, étant enfants. C’est alors qu’on a commencé à envisager le viol des enfants/mineurs, à en faire un crime, et à permettre aux personnes ayant été victimes d’abus sexuels en tant qu’enfant de porter plainte dix ans, puis vingt ans actuellement après que les faits aient été perpétrés.

Il ne faut pas non plus sous-estimer le sentiment de honte quand on est un garçon de dire qu’on a été victime d’une agression sexuelle. D’ailleurs, le mot "victime" est féminin et il était encore synonyme de "femme" dans certains dictionnaires il y a cinquante ans environ.

On voit donc bien à quel point le social et la question de la représentation jouent un rôle important. J’ai eu des patients, hommes et femmes, qui se sont rendus compte qu’ils avaient été abusés après avoir eux-mêmes abusés. C’est une manière de se représenter ce que ces personnes ont subi alors que cela n’était pas très bien formalisé au moment où elles ont subi l’abus.

Pour revenir sur l’aspect sociologique évoqué plus haut, on pourrait également considérer la place de la femme dans la société et son rôle de mère. Bien que la mère a toujours été considérée comme une victime potentielle, cette figure a également souvent été suspectée. Le terme de "mauvaise mère" apparaît dans les tribunaux à la fin du XIXème siècle ; dans les années 1960/70/80, on pouvait parler de "mère pathogène" dans l’univers psychiatrique ; et surgit actuellement, sans doute, la "mère incestueuse". Mais tout cela remonte à bien plus longtemps : il n’y a qu’à lire Sophocle pour s’en apercevoir. Dans la Grèce antique, ce n’est pas l’inceste dans sa représentation actuelle qui posait problème  - d’ailleurs le terme n’existait même pas – mais le fait qu’il était inconcevable de pouvoir toucher la mère. Toutefois, on se rend compte que la femme était déjà suspectée dans le monde antique, ce que révèlent notamment les dictionnaires latins où le terme "incestus" apparait et est associé à l’adultère féminin. 

Malgré le tabou que représente la pédophilie féminine, existe-t-il des estimations du nombre de victimes en France ? Quelles sont les recours qui s'offrent à elles ? 

En France, vous n’aurez que les statistiques de la Justice, qui ne portent que sur les personnes sanctionnées et condamnées. Chez les Anglo-Saxons en revanche, pour les enquêtes d’opinion menées, les données quantitatives sont rentrées, ce qui peut donc permettre de faire ressortir la pédophilie féminine. Du fait que les femmes sont très rarement condamnées en France pour ce genre d’acte, cela explique qu’il existe très peu de statistiques sur ce phénomène qui tend alors à être sous-estimé. Toutefois, au niveau de la Justice, on peut constater le nombre de personnes mises en cause et le nombre de condamnations : on s’aperçoit alors, comme l’avait révélé dans un travail européen Coline Cardi, professeure en sociologie, qu’il y a une très grande perte entre la mise en cause et la condamnation au niveau de la population féminine contrairement à la population masculine.

Pour toute victime de pédophilie, qu’elle soit féminine ou masculine, la personne ayant été victime peut porter plainte jusqu’à ses 38 ans. Elle a donc désormais le temps de la maturation alors qu’avant, cet âge était porté à 18 ans. Il faut savoir que ce n’est pas une démarche simple. La majorité des affaires de pédophilie (90%) se passent dans la sphère domestique. Ainsi, dans ces cas, lorsque vous portez plainte, vous risquez de vous mettre à mal le reste de la famille; une situation qui pourrait raviver ou créer des tensions. 

Y-a-t-il des pays plus en avance sur la perception et le traitement de la pédophilie féminine ? 

Je ne sais pas si l’expression "en avance" est celle qui correspond le mieux. Ce qui est certain, ce que les Anglo-Saxons traitent cela différemment de nous, en raison notamment de leur système juridique lié à la Common Law. Compte tenu la situation actuelle, je dirais plutôt que la France est dans la mouvance. Il faut aussi tenir compte du fait que la place de la femme n’est pas la même d’un pays à l’autre : par exemple, en France, la femme travaille beaucoup plus qu’en Allemagne. De ce fait, la femme étant plus indépendante en France, celle-ci se trouve alors confrontée aux devoirs et aux responsabilités associés à leur autonomie ; puisqu’elles ont désormais une place, il est possible de leur poser des questions qu’on ne leur posait pas avant. 

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

06.

Vers une surprise Michael Bloomberg ?

07.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/10/2016 - 03:31
Cela signifie quoi "la France est dans la mouvance"?
ben...cela signifie qu'elle est en retard (normal avec les gauchistes arrières qui ont conduit notre justice). A propos...si la commun Law est plus moderne et plus adaptative à la globalisation, 0pourquoi ne pas nous en inspirer? Parceque franchement, de notre justice gauchiste...il n'y a pas grand chose à conserver! Alors...mouvance vers la common law, ou pas mouvance?