En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

03.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 31 min 2 sec
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 4 heures 49 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 5 heures 51 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 6 heures 6 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 6 heures 27 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 19 heures 12 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 50 min 38 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 4 heures 2 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 5 heures 31 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l’hydrogène : l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 5 heures 57 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 6 heures 16 min
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 18 heures 16 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 20 heures 32 min
© Reuters
Les hôpitaux sont des structures publiques, gérées par l'État de façon centralisée. Ce management s’est de plus en plus éloigné d'un management humain auquel on devrait pourtant s'attendre dans une structure qui repose sur l'humain.
© Reuters
Les hôpitaux sont des structures publiques, gérées par l'État de façon centralisée. Ce management s’est de plus en plus éloigné d'un management humain auquel on devrait pourtant s'attendre dans une structure qui repose sur l'humain.
Démission collective au CHU d’Avignon

Urgence sur les urgences : y aura-t-il enfin quelqu’un pour traiter la crise aigüe des médecins hospitaliers ?

Publié le 07 octobre 2016
La moitié du service des urgences de l'hôpital d'Avignon a déposé sa démission, invoquant une dégradation des conditions de travail. Le symbole est fort et met en lumière la crise à laquelle l'ensemble du secteur hospitalier français est confronté.
Frédéric Bizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bizard est économiste de la santé et enseignant à Sciences Po Paris. Il est un expert reconnu du secteur de la santé en France et à l'international. Il dirige la société Salamati Consulting, société de conseil en stratégie de santé.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La moitié du service des urgences de l'hôpital d'Avignon a déposé sa démission, invoquant une dégradation des conditions de travail. Le symbole est fort et met en lumière la crise à laquelle l'ensemble du secteur hospitalier français est confronté.

Atlantico : À Avignon, 13 des 26 médecins du service des urgences viennent de présenter leur démission à la direction de l'hôpital. Ils mettent en cause une dégradation des conditions de travail, notamment liée aux rabotages économiques ; ainsi que des tensions avec la direction. Ce genre de situation constitue-t-elle un exemple isolé ou s'agit-il à l'inverse d'une menace pour l'ensemble du secteur hospitalier français ? Dans quelle situation se trouvent les hôpitaux de France aujourd'hui ? Peut-on assister à une réaction en chaîne ? 

Frédéric Bizard : Les hôpitaux de France se trouvent aujourd'hui dans une situation de tension sociale croissante. Elle n'est peut-être pas inédite, mais elle reste très préoccupante. Il y a deux semaines, les infirmiers s'étaient mis en grève suite au suicide de cinq de leurs collègues cet été. La semaine passée, les praticiens hospitaliers se sont mis en grève à leur tour pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. Il y a là un très grand paradoxe : nous sommes en situation de sur-dépense et de surcapacité hospitalière. Nous dépensons en moyenne 20 milliards d'euros de plus que les autres pays membres de l'OCDE, toutes choses étant égales par ailleurs. C'est donc tout sauf un problème de moyens ! 

Il y a plusieurs causes à cette situation. Il s'agit avant tout d'un problème de répartition des ressources. On dépense beaucoup trop sur les structures et trop peu sur les hommes. Nous disposons, en matière d'hôpitaux, de 75 millions de m². Nous avons augmenté cette surface de 15 millions de m² en dix ans alors que nous devrions aller vers une réduction des surfaces hospitalières. Concrètement, nous avons soviétisé le système : on conserve de grands hôpitaux, de grandes façades, de grandes surfaces immobilières ; mais on rabote de plus en plus les moyens de fonctionnement de ces hôpitaux. Prenons pour exemple le projet de loi finance de 2017. Ce dernier prévoit 845 millions d'euros d'économies sur les achats des hôpitaux. Concrètement, cela veut dire 505 millions d'euros d'économies sur des les achats tels que la lingerie et la maintenance informatique. Cela sert au quotidien, au confort des malades comme à la qualité du travail des praticiens. Les hôpitaux font face à un archaïsme de leur système informatique très préoccupant. Cela freine et pénalise la productivité du personnel hospitalier. On demande à l'ensemble du personnel hospitalier d'être davantage productif sans leur en donner les conditions. La numérisation des hôpitaux est un levier essentiel pour améliorer cette productivité. L'inadéquation de la stratégie hospitalière, menée depuis vingt ans avec l'évolution de l'environnement est patente. Le nouveau monde nous conduit vers des hôpitaux plus petits, plus flexibles, connectés vers l'extérieur et orientés vers l'ambulatoire. Il n'évolue pas vers les grands hôpitaux généralistes et relativement peu connectés au monde extérieur que nous avions déjà au siècle précédent.

Le deuxième point est propre au management hospitalier. Les hôpitaux sont des structures publiques, gérées par l'État de façon centralisée. Ce management s’est de plus en plus éloigné d'un management humain auquel on devrait pourtant s'attendre dans une structure qui repose sur l'humain. Ces managements sont très technocratiques, très bureaucratiques. Ils découragent et étouffent les initiatives et nivellent par le bas. Il ne manque pas de bonne volonté dans les hôpitaux (aussi bien au sein du corps infirmier que chez les praticiens hospitaliers ou chez les urgentistes), mais ces bonnes volontés sont découragées par le management que nous évoquons. Nous parlons d'un travail humain et psychologiquement très sensible (maladie, mort…). Un cadre de travail hospitalier qui n'est pas particulièrement attentif à l'humain ne peut pas donner des résultats satisfaisants. Or, le management hospitalier actuel est défaillant sur cet prise en compte de l’humain, les hauts fonctionnaires qui l’ont mis en place devraient réfléchir à des solutions mais encore faut-il qu’ils acceptent le diagnostic !

Comment en sommes-nous arrivés à une telle crise ? Quelle part des choses peut être faite entre raisons structurelles et raisons conjoncturelles ?

Sur les causes structurelles, il m'apparait que l'État fait un piètre gestionnaire et un piètre stratège. Il n'a pas su adapter les structures. Je pense que la solution doit être globale : il faut créer une distance entre l'État et la gestion hospitalière au quotidien. Par essence, l'État ne peut pas être un bon opérateur hospitalier. Il est pris entre de de multiples conflits d'intérêt, il n’a pas de vision sur la réforme hospitalière qui serait adéquate et c'est un piètre manager.

Il faut avancer dans le sens de l'autonomie des hôpitaux. Nous l'avons d'ores et déjà fait avec les universités. Il est primordial de rendre ces structures le plus autonomes possible, faire confiance au personnel de terrain. Il faut leur fixer des objectifs (ce qui passe par des contrats d'objectifs et de moyens) et les responsabiliser. Il faut donc les gratifier quand ils surperforment et leur demander des comptes quand ils sous-performent. 

Je suggère de mettre les hôpitaux sous la responsabilité du financeur, qui est l'assurance-maladie. La direction générale d'organisation des soins, qui pilote les hôpitaux, doit être décentrée de l'Etat, placée sous la tutelle de l'assurance-maladie. Cette dernière pilote d'ores et déjà les soins de ville (qu'elle finance largement à hauteur de 63%), mais elle ne gère pas les hôpitaux… qu'elle finance pourtant à 92%. Cela n'a pas de sens. Il est important que l'État se repositionne sur le seul rôle de définition des règles du jeux, de la stratégie, de fixation des objectifs. Il ne peut pas être dans la gestion au quotidien. Il ne peut pas décider, comme il le fait aujourd'hui, de l'organisation d'un service, du choix des hommes… C'est un mélange des genres qui se traduit par le découragement et la déresponsabilisation des acteurs de terrain. Cela ne peut que dégrader les performances de l'institution. 

En ayant conscience des problèmes systémiques du fonctionnement des hôpitaux et de la santé en France, quelles sont les éventuelles réponses qu'il est possible d'apporter ? Comment réformer l'hôpital en France pour éviter un nouveau malaise comparable à celui d'Avignon ?

Il faut commencer par réformer sa gouvernance, ses modèles d'organisation. Il est important également de faire évoluer son financement. Outre l’hôpital, il faut réorganiser les parcours de soin des patients chroniques qui doivent être coordonnés en instaurant une relation contractuelle entre un médecin coordinateur, le patient et l’assurance maladie. L'hôpital ne doit plus être le cœur du dispositif, mais devenir son dernier recours. L'hôpital, en particulier pour les personnes âgées, peut constituer un endroit agressif, voire dangereux. La dégradation des conditions de travail, couplée au malaise social qu'elle entraîne, augmente indéniablement ce risque.

Dire que l'hôpital ne doit plus être le cœur du dispositif ne veut pas dire que l'hôpital doit être dévalorisé. Il faut qu'il se repositionne sur son cœur de métier. Pour le CHU, c'est l'excellence. Nous avons toujours besoin de lieux d'excellence, ne serait-ce que pour ce qu'ils apportent en matière d'innovation. Aujourd'hui, le CHU fait 80% de proximité et 20% d'excellence. Concrètement, cela signifie que nous payons la proximité au prix de l'excellence. Repositionner le CHU sur l'excellence, tant en soins qu'en recherche et en enseignement est indispensable.

Il faut aussi faire évoluer les modèles d'organisation des autres hôpitaux. Ceux-ci doivent, à mon sens, être soit orientés vers l'ambulatoire en chirurgie (structures souples, tournées sur l'extérieur, orientée sur les services) soit être destinés à l’hospitalisation classique avec lits pour la médecine. Il s'agit de gens qui n'ont pratiquement pas besoin de lit : ils viennent généralement se faire opérer le matin et repartent dans l'après-midi. Je pense que le public comme le privé doivent se concurrencer sur l'ambulatoire. Une des forces du système hospitalier français, c'est d'avoir organisé une mixité public-privé des structures dans un esprit de délégation de service public, qu'il faut conserver. Les deux sont complémentaires.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 07/10/2016 - 20:40
Faisons du sociââââl et parlons des malades pôôôvres
Parlons cash - Les urgences hospitalières sont embolisées par des parasites sociaux inciviques. Des clodos, des sans-abri, des ethniques qui cognent parce que le petit frère qui a pris un mauvais coup dans un bastion n'est pas soigné assez vite, des névrosés qui s'inventent des bobos, des fatmas qu'il faut soigner sans les déshabiller, des punks à chiens qui se chopent des coma éthyliques. Et TOUS engueulent le personnel ! Les urgentistes savent faire le tri, mais je pense que s'il y avait des vigiles un peu rugueux aux urgences de certains hôpitaux, cela aiderait.
Deneziere
- 07/10/2016 - 20:24
Confirmé, hélas, mais les résultats sont encore là
Ce que dit l'auteur est confirmé mezzo voce part tous ceux qui côtoient de près ou de loin ce mammouth, à savoir que l'hôpital, et surtout l'AP-HP, est un des pires foutoirs bureaucratiques et managériaux de notre si cher socialo-étatisme. Cela étant dit, sur le terrain, ça tient encore le coup. J'ai eu la malchance d'aller me faire soigner aux urgences du public 5 fois en 18 mois, et pour des sujets assez sérieux. J'ai tout vu : du CHU, du CHR, et même un hôpital d'un pays voisin. L'admin est globalement médiocre (voire archi-nulle à la Pitié), mais pour le reste, j'ai été tout le temps très bien soigné par du personnel sympa compétent et bien équipé. Et en plus le Wifi fonctionnait.
gerint
- 07/10/2016 - 16:51
A Vangog
Le système hospitalier Français n'est pas si moche que cela. Il y a des mesures à prendre pour le consolider en le modernisant en effet en en revalorisant l'humain (en terme de répartition adéquate des moyens et de reconnaissance-valorisation comme partout) et il faut renforcer le partenariat Public-Privé pour équilibrer les tâches.