En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Lois bioéthiques : l’embryon est-il un être humain ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 39 min 42 sec
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 1 heure 12 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 2 heures 38 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 5 heures 42 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 54 min 19 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 3 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 4 heures 15 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 4 heures 48 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 5 heures 30 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 6 heures 56 min
© Regis Duvignau / Reuters
La pharmacie est aussi l'exemple même d'un secteur à haute valeur ajoutée qui dépend d'une main d'oeuvre très qualifiée.
© Regis Duvignau / Reuters
La pharmacie est aussi l'exemple même d'un secteur à haute valeur ajoutée qui dépend d'une main d'oeuvre très qualifiée.
Petit miracle français

L'industrie de la mode désormais plus forte que l'automobile et l'aéronautique réunies : quelques leçons "Made in luxe" pour le reste de l'économie

Publié le 07 octobre 2016
Avec Eric Dor
Le secteur de la mode et du luxe est très dynamique : il représente 1.7% du PIB, selon une étude de l'IFM (Institut Français de la Mode). Sa contribution à l'économie nationale est plus importante que celle de certains secteurs subventionnés de l'industrie. Un constat qui interroge sur les dysfonctionnements de notre modèle économique.
Eric Dor
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Dor est docteur en sciences économiques. Il est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management qui a des campus à Paris et Lille. Ses travaux portent sur la macroéconomie monétaire et financière, ainsi que sur l'analyse...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le secteur de la mode et du luxe est très dynamique : il représente 1.7% du PIB, selon une étude de l'IFM (Institut Français de la Mode). Sa contribution à l'économie nationale est plus importante que celle de certains secteurs subventionnés de l'industrie. Un constat qui interroge sur les dysfonctionnements de notre modèle économique.
Avec Eric Dor

Atlantico : La publication d’une étude intitulée "les chiffres clés inédits de la mode et de son économie" a pu mettre en avant le fait que ce secteur représente à lui 150 milliards de chiffre d’affaires, 33 milliards d’exportations ; 580 000 emplois directs, ou encore 1.7% du PIB du pays, soit un total plus élevé que les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique réunis. Alors que les dossiers du type Peugeot, ou encore Alstom occupent le devant de la scène politique et économique, quelles sont les leçons à apprendre de cette situation ? Quelles sont les leçons de cette situation pour l'économie française ? 

Eric Dor : Les résultats obtenus par l’IFM sont dûs à leur méthodologie, et plus particulièrement à la manière dont ils ont définis les secteurs qu’ils comparent. Le secteur de la mode, tel qu’il est défini par l’IFM, recouvre d’abord une vaste gamme d’activités, puisque ce sont celles liées aux lunettes, parfums et cosmétiques, textiles et vêtements, chaussures et articles en cuir, montres et bijouterie. Ensuite l’IFM regroupe aussi bien les activités de production manufacturière de ces articles en France, que les activités de commerce de gros et de détail de ces produits, ainsi que tous les services utilisés dans la cadre de leur design, et commercialisation, y compris la publicité, le transport, la logistique et la communication. Donc forcément cela regroupe énormément d’activités et d’emplois. La production de tels articles en France n’en est qu’une petite partie.

Or, il semblerait que les secteurs automobiles et aéronautiques, auquel la mode est comparée, sont définis de manière beaucoup moins expansive. Par exemple l’IFM indique que l’automobile représente 0,5% du PIB en France. Mais cela, c’est simplement la part de la valeur ajoutée de l’activité de production de voitures en France. Pour que la comparaison soit cohérente, il faudrait aussi y ajouter les activités de commerces de gros et détails d’automobiles, et tous les services liés.

Pour le reste, il est évident que les secteurs de la mode et du luxe sont des secteurs où des marques françaises ont une renommée internationale, et où la valeur ajoutée est surtout concentrée sur les aspects de design et de commercialisation, qui peuvent encore être localisées en grande partie en France, même si la partie fabrication est partiellement délocalisée dans des pays à bas coûts salariaux. Comme la France est un pays à salaires relativement élevés, dans un monde où les processus de productions ont été très segmentés internationalement, c’est évidemment sur ces parties de la chaîne de production que le pays a intérêt à se concentrer.

Alors que les aides, diverses subventions, contrats aidés, semblent être orientées principalement vers des secteurs fragilisés, ne serait-il pas plus efficace, d’un point de vue économique, que la France parie plus fortement sur ses atouts ? Le secteur de la mode est-il délaissé ?

Confrontée à la concurrence des pays à bas salaires, la France peut difficilement garder des emplois de masse dans le secteur manufacturier ou certains services que l'on peut délocaliser, sauf sur des activités à haute valeur ajoutée comme en Suisse et en Allemagne. Ces secteurs, dont la mode de luxe par exemple, doivent être privilégiés. Le problème principal de la France est un niveau de gamme moyen trop bas des produits, même si elle a quelques niches de très haute technologie. Sur ces niveaux de gamme moyens, la France est concurrencée par les pays à bas salaires, et déjà en Europe par des pays du sud. Remonter le niveau de gamme doit être une priorité mais c'est difficile. Cela requiert énormément d'investissements à encourager fiscalement. Cela requiert également un gros effort dans l'éducation, pour élever les qualifications en partenariat avec certains secteurs. 

Le CICE profite à une large palette de secteurs en France. Le secteur de la mode, et de tous les services qui y sont liés, en profite.  De manière générale la rentabilité s'est améliorée en France.

Quels sont les autres secteurs de l’économie française qui mériteraient d’être plus soutenus, en raison d’un positionnement favorables des entreprises locales ?

Le secteur agroalimentaire, et particulièrement ses déclinaisons haut de gamme. La pharmacie est aussi l'exemple même d'un secteur à haute valeur ajoutée qui dépend d'une main d'oeuvre très qualifiée. Une attention particulière doit être portée aux secteurs exportateurs de services. la France est un des principaux pays exportateurs de services au monde. Il y a bien sûr le tourisme, pour lequel la France est très bien placée. L'emploi augmente dans les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration. Mais les exportations de services financiers et d'assurance sont également très dynamiques. Il y a bien évidemment tous les services liés aux nouvelles technologies, où la France dispose de personnels très qualifiés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 06/10/2016 - 11:10
La mode c'est frime
C'est superficiel, bling bling et chiant.
Occidentale
- 06/10/2016 - 10:56
Contre la sovietisation
La Mode, entre autres c'est pas mal.
Deudeuche
- 06/10/2016 - 09:53
La mode????
Déprimant.
Préfère les voitures, les trains, les sous-marins et les avions. La mode, un article parisien je suppose.