En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la fraise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 13 min 19 sec
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 39 min 31 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 18 heures 55 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 45 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 21 heures 40 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 23 heures 54 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 25 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 51 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 24 min 47 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 15 heures 55 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 27 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 21 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 21 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 23 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 39 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 18 heures
© Reuters
Dans cette France dont Obertone trace un nouveau portrait, romancé cette fois, une opération de police pouvait à tout moment dégénérer en "incident". C’est le point de départ. Celui qui fait éclater la colère communautariste.
© Reuters
Dans cette France dont Obertone trace un nouveau portrait, romancé cette fois, une opération de police pouvait à tout moment dégénérer en "incident". C’est le point de départ. Celui qui fait éclater la colère communautariste.
Apocalyptique

Guerilla, le dernier roman d'anticipation subversif de Laurent Obertone : plongée dans une France qui s'embrase

Publié le 06 octobre 2016
A l'heure de la mondialisation, le terrorisme se promet d'être "low cost" pour mieux toucher la masse. Laurent Obertone nous invite dans son dernier ouvrage "Guerilla" à imaginer notre vie au moment où elle est percutée de plein fouet par le chaos. Avis aux lecteurs, aucune cellule de soutien psychologique n'a encore été mise sur pied pour venir en aide à ceux qui voudraient que, cette fois-ci, Laurent Obertone n’ait pas vu juste.
Laurent Obertone
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’ESJ de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s'est consacré à l'écriture de "La France orange mécanique" (2013, Editions Ring). Il est l'auteur de "La France Big Brother"...
Voir la bio
Dominique Dumont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Dumont est une journaliste belge.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'heure de la mondialisation, le terrorisme se promet d'être "low cost" pour mieux toucher la masse. Laurent Obertone nous invite dans son dernier ouvrage "Guerilla" à imaginer notre vie au moment où elle est percutée de plein fouet par le chaos. Avis aux lecteurs, aucune cellule de soutien psychologique n'a encore été mise sur pied pour venir en aide à ceux qui voudraient que, cette fois-ci, Laurent Obertone n’ait pas vu juste.

Guerilla, le dernier ouvrage de Laurent Obertone publié aux Editions RING est sorti ce 22 septembre en librairie. Depuis lors, et malgré le boycott absolu des grands médias, il se maintient en tête des ventes sur Amazon dans la catégorie "Littérature française". Après La France orange mécaniqueUtøya et La France Big Brother, la plume de Laurent Obertone ne faiblit pas. Le ton est toujours aussi acerbe et l'auteur continue d'appuyer là où ça faisait déjà très mal. 

C’est un roman d'anticipation subversif. Celui d’une France qui s’embrase. Mais pas comme lors des émeutes de 2005. Car c’était sans compter avec Charlie, le Bataclan, la jungle de Calais, Nuit Debout, le djihadisme et le zadisme. Plus de dix ans se sont écoulés. Taubira est parvenue à implémenter sa politique de l’excuse. Cela passait par le bannissement de la case prison. Tous les éléments de la démonstration que l’auteur fait dans la France orange mécanique alimentent désormais l’univers dans lequel évolue l’action de Guerilla.

Dans cette France dont Obertone trace un nouveau portrait, romancé cette fois, une opération de police pouvait à tout moment dégénérer en "incident". C’est le point de départ. Celui qui fait éclater la colère communautariste renforcée par l’indignation agissante d’une jeunesse autochtone éduquée dans la détestation de soi. Non sans cynisme, l’auteur lui glisse un mot, son mot d’ordre : "Remplacez-nous !". Quant à l’étouffoir médiatique il ne parvient plus à contenir l’incendie.

Ce jour là, le jour où démarre Guerilla, la question ne se posait donc plus. Paris brûlait. Quelques heures avant d’être lynché, son insignifiant président prenait son bain et "(…) tweetait son soutien à l’association des Ivoiriens de Paris victimes de trichomoniase, tout en se malaxant les testicules (…)". (p. 41) 

Le climat est apocalyptique. Le sort des protagonistes va basculer en révélant toute la plasticité de la nature humaine et ses formidables capacités d’adaptation. Jeunes, vieux, enfants, honnêtes, fourbes, innocents, filles ou garçons, "petits blancs des champs", "petits blancs des villes", rien ne pouvait prédire lesquels étaient les moins mal placés dans cette loterie à la gloire de la grande faucheuse. Dans Guerilla, les personnages ont des comptes à rendre.

Zoé, qui tenait un blog influent, "Le devoir de savoir sous titré le Le nombril de Zoé (…), passait son temps à s’y lamenter du malheur des autres. Ses écrits reflétaient une sorte de naïveté péremptoire, une bonté simple et grandiloquente, une insouciance très sûre d’elle, qui plaisait beaucoup à ses 'lecteur-rice-s'. (…) Elle se laissait pousser les poils, pour se réapproprier son corps, échapper au diktat des hommes et au marché des cosmétiques" (p. 29 sq.). Grâce à Laurent Obertone, Zoé peut pleinement mesurer la rencontre avec l’ "Autre" et en tirer toutes les conséquences.

Et Jawad ? Terroriste accompli, tout étonné de ne pas avoir déjà atteint le paradis, parviendrait-il à surmonter son overdose de violence ? "Il lui fallait une photo de revendication. (…) Jawad se plaça devant le cadavre du vigile. Il cadra au plus large. Mais quelle pose prendre ? (…) Il se décida pour la sobriété, prit une série de clichés et retourna l’écran. (…). Il essaya d’envoyer la photo, plusieurs fois, mais n’y arriva pas. Pas de réseau." (p. 224 sq.)

Dépassés par les événements, "Quraych Al-Islam, (…) un leader d’opinion talentueux, qui propageait son islam avec suffisamment de modération pour tranquilliser la ménagère (…) [et] Bruno Fourier, le bel activiste au catogan (…)" (p. 68 sq.), étaient quant à eux sur le point de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens de la pondération.

A la campagne, elle aussi gagnée par le désordre, "Justin Létang pleurait, couché sur la carcasse de sa bête. Elle avait encore son odeur, mais elle était déjà froide. C’était une prim’holstein. La Mignonne, sa préférée. (…) En pleine nuit, la voiture avait fracassé la barrière du pré, pour foncer sur les vaches (…)." (p. 379) Le bonheur n’était plus dans le pré. 

Pour garder l’église au milieu du village, il restait encore le vaillant colonel Fourreau, officier à la retraite, que l’on imagine sans peine nostalgique d’une France où, place Beauvau ce sont les rires de Pasqua qui font encore autorité. Mais quel avenir pour cet homme du passé, démobilisé ?

Dans ce récit fellinien, le gore rattrape les personnages où qu’ils soient. A l’intérieur d’un zoo, sur une sortie d’autoroute, à l’entrée d’un port ou terré à l’hôpital, dans un faux plafond, le danger est partout. Dans Guerilla, la rencontre entre l’antifa niais et le daechien ne se solde pas sans ses morceaux de tripes à l’air, ni sa dose d’humour noir. Dans ce livre, les rebelles de salon baissent pavillon plus vite encore que le pantalon et la vérité explose avec autant d’éclat que la cervelle d’un suicidé. Tout ce que l’on redoutait depuis si longtemps finit par se produire.

A vrai dire, s’il fallait rapprocher l’œuvre de Laurent Obertone du cinéma, ce serait certainement du côté de David Lynch qu’il faudrait regarder pour retrouver ces cruels tours de passe-passe entre le réel et l’imaginaire ainsi qu’une continuité dans un travail dont chaque fragment est interconnecté.

Guerilla fait défiler au cours des pages une parade macabre qui traverse Paris comme un tableau de James Ensor. Ramenez les éléphants dans leur enclos, faites planer l’Airbus, déplacez légèrement le curseur de la désobéissance et vous aurez un pays assez ressemblant à celui dans lequel vous vivez. Celui où la police vient tendre un voile pudique devant la tête décapitée d’un mécréant, victime de l’un des premiers déséquilibrés à être passé à l’action. C'était en Isère, à Saint-Quentin-Fallavier.  

Le livre est rapide. Dès les premières lignes, il génère le sentiment d’une chute libre. L’accélération est tellement brusque qu’elle peut provoquer la nausée. Son auteur maîtrise parfaitement les codes d’une époque qu’il n’a pourtant cesse de dénoncer. Le récit prend la forme d’une fresque hyperréaliste sur fond de drapeau noir. Il livre l’image à l’instant "T" d’une foule en pagaille dont sont extraits les destins de quelques uns pour figurer celui de l’humanité toute entière. Guerilla est doté d’un pouvoir addictif comparable à celui d’un jeu vidéo et se lit d’une traite.

Le caractère universel du récit est renforcé par l’importance accordée aux citations qui introduisent chacun des cinquante-sept chapitres que compte le livre. A l’image d’un agenda de la Pléiade, dans Guerilla, les jours s’écrivent sous la supervision de l’histoire et des classiques. Ovide, Platon, Léonard de Vinci, Balzac, Cioran, Shakespeare, Catulle, la sagesse populaire et même un François Mitterrand, qui dit au sommet de sa lucidité et à la page 41 du livre : "L’habitude, ce confort mortel", viennent définir le cadre dans lequel évoluent les personnages du roman.

 

Atlantico : Quelle est la part de Breivik dans le personnage de Vincent Gite, l’un des principaux protagonistes de Guerilla  ?

Laurent Obertone : Ils sont faits du même bois, de la même haine. L’un et l’autre sont des "loups solitaires", des individus inconnus de la justice, totalement radicalisés qui préparent leur coup, tout seuls, avec une détermination sans faille. C’est une forme de terrorisme inversé. Ce qui différencie ces deux types de violence extrême tient principalement au degré de complexité de la pensée qui anime un Breivik ou un Gite. Ils inscrivent leur action dans un projet préparé avec minutie, dans un cadre extrêmement pensé, contrairement aux terroristes du 13 novembre qui perdent en puissance par manque de connaissance. Dans le roman, on a du mal à comprendre le sens de l’action de Vincent Gite. Alors qu’on arrive justement au moment où tout est sur le point changer, lui, il s’acharne sur l’ancien monde. Sa soif de vengeance est plus forte que la raison et que la logique. Son intransigeance est absolue. Dans le monde anglo-saxon, on appelle cela un "Violent True Believer". Chez lui, le fanatisme oblitère toute faculté d’adaptation au réel. Ces profils cherchent à susciter la fascination, à se faire vénérer, quitte à incarner le diable. Breivik a totalement perturbé la société norvégienne qui se demande encore aujourd’hui comment elle a pu engendrer une telle monstruosité. Des cas comme celui-là ne concernent pas encore vraiment la France. Pourtant, je pense qu’ils ont une belle marge de croissance dans une société qui n’offre finalement que très peu de perspectives à une jeunesse baignée dans l’ultra violence.

Dans votre récit, les attaques terroristes sont décrites avec beaucoup de précision. D’où vous vient-elle et ne craignez-vous pas qu’elle inspire le modus operandi de prochaines attaques?

Les policiers, les agents des services de renseignements et les experts qui travaillent sur le terrorisme ont le sentiment d'être du mauvais côté des choses. L'augmentation du nombre d'individus radicalisés qui appellent un suivi spécifique est vertigineuse et dans le même temps, les scénarios qui arrivent aujourd'hui reposent sur des modes opératoires de plus en plus simples à mettre en oeuvre et cela avec des moyens de moins en moins importants. Des éléments qui relevaient encore de la fiction lorsque j'ai entamé mon livre ont basculé dans le réel avant que je ne le termine...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 07/10/2016 - 00:17
Demain, un film?
Cela nous changerait des films à l'eau de rose fanée avec bécasses pleurnichardes et humoristes reconvertis dans la comédie de basse qualité...Mais inutile de réclamer l'avance sur recettes, car le ministère de la propagande ( le CSA) veille à l'orthodoxie gauchiste...et ce film serait vraiment trop extrême pour leur cerveau monolithique et monophasique!
Leucate
- 06/10/2016 - 22:55
22 septembre 2016
Le livre d'Obertone est sorti le 22 septembre dernier et s'est vendu essentiellement par le bouche à oreille.
Aujourd'hui 6 octobre Atlantico met en ligne un article, c'est le premier.
Rien dans les autres médias papier.
cloette
- 06/10/2016 - 16:37
@Alain Proviste
J'approuve !!!