En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Atlantico Business

Alerte rouge pour les boursiers, la BCE devrait ralentir la planche à billets pour préparer un retour à la "normale"

Publié le 06 octobre 2016
La BCE va changer de politique. La conviction des analystes anglo-saxons est que la banque centrale va diminuer le montant mensuel de ses rachats d’actions...
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La BCE va changer de politique. La conviction des analystes anglo-saxons est que la banque centrale va diminuer le montant mensuel de ses rachats d’actions...

Ça sonne comme un coup de tonnerre pour les marchés financiers qui ont passé un début de semaine un peu chahuté après que les agences financières américaines aient annoncé le probable changement de pied de Mario Draghi qui pourrait ralentir progressivement son QE-presse, c’est-à-dire qu’il projetterait de réduire progressivement la vitesse de fonctionnement de la planche à billets et donc de diminuer la mise en circulation de liquidités, en allégeant son programme de rachat d'actifs.

Techniquement, la BCE va sans doute ralentir progressivement ses rachats d'emprunts avant de mettre un terme à son assouplissement quantitatif et plus précisément encore, elle pourrait procéder à des coupes de 10 milliards d'euros par mois. C'est ce que rapporte l'agence Bloomberg, citant des responsables de banques centrales de la zone euro. L'agence américaine n'a pas été démentie.

L'objectif de cette stratégie serait de revenir progressivement à la normale avec un marché monétaire qui retrouverait une corrélation avec l'économie réelle, c'est-à-dire une création monétaire en phase avec la création de richesses et non pas comme c'est le cas actuellement, une création monétaire sur-abondante.

Pratiquement, le montant des liquidités en circulation devrait donc diminuer et, conséquences immédiates, les taux d'intérêt devraient augmenter progressivement.

C'est donc bien un changement de pied que prépare la Banque centrale européenne dans le sillage de la Banque fédérale américaine.

Depuis des années maintenant, les banques centrales sont venues au secours des systèmes bancaires et des Etats pour permettre aux économies de survivre et de redémarrer. Les banques centrales ont donc développé ce qu’on a appelé des politiques non conventionnelles de QE "quantitative easing".  Très concrètement, les banques centrales ont racheté massivement des actifs bancaires, des dettes, ce qui les autorisait à émettre des nouvelles liquidités en circulation.

En théorie, ces liquidités devaient permettre aux banques de faire de nouveaux crédits aux entreprises pour que le système puisse redémarrer. Le bilan est ambiguë.

1er point : Après la crise mondiale terrible en 2009-2010, certains pays ont redémarré ; les Etats-Unis, la Grande Bretagne, l'Europe du nord, mais beaucoup d'autres pays, faute de réformes de structure, sont restés en panne, ce qui est le cas de la France.

2e point : Ces masses de liquidités ont surtout alimenté les marchés financiers et donné à la spéculation des moyens considérables. La hausse des cours boursiers n'était pas mauvaise en soi, cela dit, dans bien des cas, elle n'a pas toujours reflété le redressement des économies réelles. Plus grave, elle a donné l'illusion d'une prospérité retrouvée mais très volatile parce que dès que le robinet à liquidités se ferme, les valeurs boursières piquent du nez.

Parallèlement, la baisse des taux d'intérêt a été utilisée par certains Etats pour s'endetter encore davantage et s'exonérer des réformes qui pouvaient être douloureuses. La France est évidemment dans ce cas.

Maintenant si les marchés monétaires reviennent à un fonctionnement plus conventionnel, les taux d’intérêt vont forcément remonter. C'est bon pour les épargnants, pour les investisseurs qui ont besoin de rendement, ça n'est pas mauvais pour les entreprises qui savent qu'elles doivent rémunérer le risque.

Mais si les taux remontent, ça va être épouvantable pour les Etats endettés, les collectivités locales, les administrations et les entreprises publiques... Du coup, l'Etat français, les grandes villes, les conseils généraux, la SNCF, EDF et beaucoup d'administrations sociales vont être gênés aux entournures avec des frais financiers en augmentation rapide.

Actuellement avec de l'argent gratuit à taux zéro, tout est possible. Si demain cet argent a un coût normal, tout craque, ou alors il va falloir refaire les comptes dans les dépenses publiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 06/10/2016 - 15:30
Désastre dans le désastre
Zouk, je vous réponds sur plusieurs lignes de commentaires : votez pour Marine Le Pen. Elle seule sera capable de représenter dignement la France dans la négociation qui s'engagera entre les pays européens. Le ''désastre dans le désastre'' serait que, lorsque cet événement se produira, nous soyons encore gouvernés par le président actuel ou par l'un des sinistres guignols Ripoublicains !

zouk
- 06/10/2016 - 13:47
Changement de la politique de la BCE?
Nécessaire, même si cela ne manquera pas d'entraîner de gros pb sur toutes les Bourses européennes et peut être l'abandon de l'euro, donc le retour peu souhaitable à tous les égoïsmes nationaux. Saurons nous nous rassembler sur quelques grands principes?
Ganesha
- 06/10/2016 - 10:19
On va enfin pouvoir respirer !
La BCE s'est enfin décidée à provoquer le gigantesque Krach boursier tant attendu ! Cela va entrainer la faillite des principales banque européennes : italiennes, espagnoles, allemandes… mais aussi, chers amis, je vous préviens une fois de plus, françaises. L'avantage, c'est que les dettes d’État seront annulées. Bien entendu, l'euro va disparaître et la construction européenne sous sa forme actuelle va s'effondrer. On va enfin pouvoir respirer et bâtir un réel avenir !