En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 34 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 12 heures 54 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 16 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 17 heures 20 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 21 heures 36 sec
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 22 heures 14 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 40 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 16 heures 6 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 16 heures 52 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 17 heures 47 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 33 min
© wikipédia
Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il n'y a pas eu de progression de pouvoir d'achat pour plus de la moitié de la population en l'espace de 10 ans. Cela s'explique notamment par l'augmentation du coût du logement et donc du taux d'effort.
© wikipédia
Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il n'y a pas eu de progression de pouvoir d'achat pour plus de la moitié de la population en l'espace de 10 ans. Cela s'explique notamment par l'augmentation du coût du logement et donc du taux d'effort.
Faucille et marteau

Comment la stagnation des revenus a favorisé la résurgence de la lutte des classes dans l’esprit de 64% des Français

Publié le 14 octobre 2016
Non seulement la stagnation des revenus pèse sur la consommation et donc sur la croissance mais elle favorise le sentiment d'appartenance sociale. Ainsi, 64% des Français considèrent que la lutte des classes est une réalité, soit 20 points de plus qu'en 1967.
Régis Bigot est directeur du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis Bigot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis Bigot est directeur du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Non seulement la stagnation des revenus pèse sur la consommation et donc sur la croissance mais elle favorise le sentiment d'appartenance sociale. Ainsi, 64% des Français considèrent que la lutte des classes est une réalité, soit 20 points de plus qu'en 1967.

Atlantico : Dans une note récente (voir ici), le Centre d'observation de la société fait état de la stagnation, depuis 2008, du revenu médian pour une personne seule à 1 700 euros. Cette stagnation touche aussi bien les classes populaires que les classes moyennes. Comment expliquer ce phénomène ? 

Régis Bigot : La crise économique a touché la société dans son ensemble, mais il est vrai que ceux qui se trouvent dans une situation intermédiaire de distribution des richesses l'ont été particulièrement. C'est quelque chose qui est récurrent dans les crises économiques.

Ce qui est sans précédent en revanche, c'est que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, il n'y a pas eu de progression de pouvoir d'achat pour plus de la moitié de la population en l'espace de 10 ans. Cela s'explique notamment par l'augmentation du coût du logement et donc du taux d'effort (le prix du logement a été multiplié par deux en une vingtaine d'années), et cette situation affecte de surcroit les locataires qui sont de plus en plus pauvres, les locataires les plus riches ayant réussi à accéder à la propriété. Cela crée un choc dans l'opinion, une grande frustration qui confirme une impression lancinante selon laquelle l'ascenseur social ne fonctionne plus, voire qu'il y a un risque de déclassement social aujourd'hui.

Selon une étude publiée ce mercredi par France Stratégie (voir ici), 64% des Français pensent que la lutte des classes est une réalité, soit une progression de 20 point par rapport à 1967. Alors que la thématique de la lutte des classes semblait appartenir au passé, il semble que cette grille de lecture continue de structurer les perceptions des Français. Comment la lutte des classes se décline-t-elle aujourd'hui ?  

Le terme de lutte de classe est extrêmement connoté marxisme, 19e siècle : cette vision du monde n'a pas tellement de sens dans l'esprit des Français aujourd'hui. Ou alors on considère qu'il y a deux classes sociales, la première réunissant  95% de la population et l'autre les 5% restants dont les niveaux de vie sont très éloignés de l'ensemble de la population.

En réalité, les Français ne voient pas des classes et les distinctions cols bleus-cols blancs ne sont plus très opérantes. Par ailleurs, les différences de statuts professionnels sont de plus en plus floues : 20% de la population est cadre mais les trois quarts n'encadrent pas vraiment ; parmi les ouvriers, on distingue les qualifiés et les non qualifiées, qui n'ont pas du tout le même niveau de vie ; auparavant, les employés étaient dans la hiérarchie sociale supérieurs aux ouvriers, or, aujourd'hui, on trouve parmi les employés énormément de personnels peu qualifiés (caissiers, assistantes maternelles, agents de sécurité etc.).

En revanche, les sentiments d'injustice et d'inégalité sont extrêmement forts : 8 à 9 personnes sur 10 aujourd'hui en France considèrent que les inégalités augmentent, que les riches sont de plus en plus riches et que les pauvres sont de plus en plus pauvres. Ce ne sont plus tellement les statuts, les classes, les professions ni même les diplômes qui sont en jeu mais les divergences de niveaux de vie, les revenus perçus, le pouvoir d'achat, l'accès aux loisirs.

L'argent joue donc un rôle considérable dans les perceptions d'autant qu'il y a une explosion des inégalités de revenus par le haut. En effet, si le niveau de vie des plus pauvres a cessé de s'écarter de la moyenne car la revalorisation du SMIC, les minima sociaux etc. ont permis aux personnes les plus précaires de ne plus être marginalisées comme elles l'étaient dans les années 1970, chez les plus riches, les revenus ont explosé. C'est cela qui nourrit ce sentiment de "lutte de classes" : les gens ont le sentiment d'une augmentation des inégalités parce que les plus riches s'enrichissent alors qu'eux ils stagnent. C'est aussi pour cela que le sentiment d'appartenir à la "classe moyenne" est fort. 

Dans quelle mesure cette stagnation des revenus redéfinit-elle les rapports sociaux ? Comment cela se traduit-il politiquement ? La stagnation des revenus n'est-elle finalement pas révélatrice d'une société conflictuelle, en proie à la lutte des classes ?

Ce que l'on peut dire, c'est qu'il n'y a plus de sentiment de classe "ouvrière" en France depuis longtemps. Au Credoc, nous demandons aux sondés s'ils pensent faire partie des catégories populaires, des privilégiés… La plupart d'entre-eux considèrent qu'ils font partie des classes moyennes, même s'ils ont des revenus bien supérieurs à la moyenne. De la même manière, ceux qui gagnent le SMIC répondront qu'ils ne sont pas les plus défavorisés mais font partie de la classe moyenne inférieure.

Le terme de classe moyenne est un peu piégeant. Il n'y a pas de compartimentation claire des catégories les unes par rapport aux autres. Il y a plutôt un continuum de situations diverses et variées. Dans les représentations sociales, on mettait les employés au-dessus des ouvriers. Or aujourd'hui un nombre important d'employés sont dans une situation plus précaire (vendeurs, caissiers) que les ouvriers, puisque cette catégorie comprend aussi les travailleurs qualifiés notamment. De même, s'il a pu y avoir 15 ou 20% de personnes qui travaillaient à leurs comptes (avec une forte proportion d'artisans) il y a quelques décennies, il y a aujourd'hui 92% de salariés en France, ce qui participe à une homogénéisation des modes de vie. Les transformations au cours des 50 dernières années ont changé le paysage social. Aujourd'hui, la nomenclature traditionnelle est de moins en moins pertinente.

Mais il est vrai qu'un ensemble de la population partage des problèmes très similaires comme ceux que nous évoquions (sentiment de déclassement etc). Et les personnes qui gagnent entre 1 200 et 2 500 euros, ce qui pourrait constituer la classe moyenne, représentent 50% de la population totale.

Ce qui est encore plus ressenti dans la population, c'est un sentiment de déclassement. Ce sentiment fait écho au ralentissement de la croissance économique qui n'est pas digéré par la population, il y a eu un deuil des trente glorieuses. Si un doublement du niveau de vie était possible en une quinzaine d'années alors, c'est impossible aujourd'hui avec nos niveaux de croissance. Et ce ralentissement, subi par la population est couplé d'une augmentation des charges contraintes, qui pourrait faire émerger ce sentiment de classe. 

Quelles sont les perspectives pour les revenus des Français ?

Difficile à dire pour le long terme. Les statisticiens les plus aguerris sont bons pour prévoir à 3 mois mais moins pour aller plus loin. Ce que l'on peut dire c'est que plusieurs indicateurs s'orientent vers le vert, et les ménages sont moins déprimés qu'avant. Et la consommation est un des moteurs principaux de notre croissance, qui détermine aussi le niveau d'investissement de la part des entreprises.

Le niveau de chômage sera primordial pour voir si une reprise (sa longueur et aussi son ampleur) s'annonce vraiment. Mais cette convergence des indicateurs est bien sûr aussi soumise à des éléments de contexte, comme les carnets de commande des entreprises chinoises.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 13/10/2016 - 15:53
Lafronde
Peut-être est-ce du à la limitation de la longueur des commentaires ? Vous négligez de nous raconter le dernier épisode. Dans les années 1980, a commencé une nouvelle ''Lutte des Classes'': Sous l'influence de Thatcher et Reagan, la revanche des riches sur les pauvres. Excédés par les progrès matériels et sociaux des ''Trente Glorieuses'', les riches ont décidé de faire perdre au peuple, autant que possible, les ''Avantages Acquis''. Le problème est qu'ils ont aujourd'hui réussi au-delà de tout niveau raisonnable ou ou même tolérable : comme vous le savez, les 1 % les plus riches possèdent désormais plus de 50 % des avoirs. L'explosion est imminente et inéluctable !

lafronde
- 13/10/2016 - 14:52
La lutte des classes à trravers les ages.
Chacun se rappelle la formule de Sièyès "Qu'est-ce que le Tiers Etat ?" C'était la lutte des classes urbaines dans l'Ancien Régime. Oubliant la lutte des classes des paysans vis à vis des propriétaires fonciers des trois ordres (le Tiers, en fait c'étaient les bourgeois). Puis vint la formule de Marx, la lutte des classes de la société industrielle : ouvriers contre patrons. Avec la croissance continue de l'Etat arrive le lutte libérale des classes : les producteurs (ou payeurs d'impôts) contre les politiciens et les fonctionnaires (ou mangeurs d'impôts). Enfin le cocktail Etat-Providence + migrations amène la lutte des classes selon origine : ethnie d'accueil versus ethnies migrantes, notamment à cause de la redistribution sociale inter-ethnique. La mondialisation quant à elle amène le lutte des classes ouvrières : ouvrier chinois, corvéable de l'atelier du monde, contre ouvrier de France au travail et à l'entreprise surtaxés. Notre déclassement réel, vient de politique publique inadéquate. Notre sphère publique , trop centralisée, a tout simplement échappé au contrôle du citoyen, et oeuvre de plus en plus contre lui. Reste à s'expatrier, pour qui le peut !
Ganesha
- 13/10/2016 - 09:27
Attention Atlantico
Attention Atlantico, n'oubliez pas que la majorité de vos abonnés paient pour lire en permanence dans tous vos articles que le Capitalisme Libéral est non seulement le meilleur, mais aussi le seul système économique possible ! Un doute lancinant leur transperce en permanence l'estomac : est-t-on vraiment 100 % certain d'avoir définitivement terrassé l'Hydre monstrueux du Socialaud-Communisme ? Ne seriez-vous pas en train de nous faire une forme particulièrement perverse, parce que cachée, de propagande pour Cuba et la Korée du Nord ?