En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 57 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 17 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 32 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 28 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 39 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 43 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 52 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 4 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 6 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 29 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 40 min
© Reuters
La mondialisation n'est pas si "heureuse" pour les classes moyennes occidentales.
© Reuters
La mondialisation n'est pas si "heureuse" pour les classes moyennes occidentales.
Effet papillon

Mondialisation : la facture économique du déclin des classes moyennes des pays occidentaux est nettement plus salée que prévu

Publié le 07 octobre 2016
La mondialisation est loin d'être aussi heureuse qu'on le prétend parfois. D'après une récente étude du FMI, elle induit une polarisation des classes moyennes occidentales, et donc des inégalités de revenus considérables, qui pèsent sur la croissance de nos économies.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mondialisation est loin d'être aussi heureuse qu'on le prétend parfois. D'après une récente étude du FMI, elle induit une polarisation des classes moyennes occidentales, et donc des inégalités de revenus considérables, qui pèsent sur la croissance de nos économies.

Atlantico : Selon une étude publiée en juin 2016 par les équipes du FMI, la mondialisation des économies aurait eu un effet de polarisation sur la distribution des revenus aux Etats-Unis, augmentant à la fois le poids des hauts et des bas revenus, mais laissant de côté ceux  des classes moyennes. Or, ces classes moyennes ont une plus grande propension à consommer que les revenus élevés. Une situation qui aurait coûté 3 points de consommation aux Etats Unis, soit l'équivalent de 400 milliards de dollars par an. Dès lors, peut-on considérer que le développement des inégalités impacte négativement l'équilibre de la croissance ? Cette situation s’observe-t-elle également en France ? 

Jean-Paul Betbeze : L’étude du FMI qui vient de sortir sur la polarisation des revenus aux Etats-Unis est importante mais, selon moi, partielle. Elle est importante dans la mesure où elle met l’accent sur la polarisation et non les écarts de revenus, ou les inégalités. Une distribution plus polarisée des revenus augmente la part des plus hauts revenus et aussi des plus bas, au détriment de ceux intermédiaires. On a pu parler de "disparition de la classe moyenne" ou, en anglais, de "hollowing out". Mais il faut faire attention à ces expressions extrêmes.

De fait, selon l’étude, la part des ménages ayant des revenus intermédiaires (entre 50% et 150% du revenu médian) est passée de 58% de leur nombre en 1970 à 47% en 2014. 9% des ménages ne sont donc plus dans la classe moyenne. Où sont-ils allés ? Pour la moitié d’entre eux, soit 4,5%, dans la catégorie des hauts revenus (plus de 150% du revenu médian). Ils ont donc "réussi". En revanche, la part des bas revenus (moins de 50% du revenu médian) est passée de 16% à 21,5%. Il y a donc eu dans la période récente, en liaison avec la crise de 2008, une montée des déclassements sociaux aux Etats-Unis. On retrouve d’ailleurs les effets de cette évolution sociale dans la campagne pour les élections présidentielles. Il n’est pas surprenant que cette évolution ait pesé sur la consommation des ménages, donc sur la croissance (mais tel n’est plus le cas).

Cependant, cette étude est partielle. En effet, cette polarisation ne vient pas nécessairement, en tout cas pas uniquement, de la globalisation, mais plutôt de la crise financière et des subprimes. Nombre de ménages, en effet, endettés pour leur maison, ont dû la revendre à perte et, au pire des cas, la voir saisie par leur banque. Leur patrimoine a évidemment chuté, donc leur consommation. Ajoutons les effets de la crise liés à l’évolution des technologies : certains salariés peu qualifiés ont été licenciés et n’ont pas encore trouvé de nouveau travail. Derrière le taux de chômage américain à 4,9%, il y a en effet une baisse de la population active. La politique monétaire de la Fed, en bonne part, prolonge ses taux bas pour réduire autant que possible ce sous-emploi.

Ceci n’est pas le cas français où, malheureusement, ce qui pèse sur la croissance est la persistance du taux de chômage. Elle a évidemment des effets sur l’évolution de la classe moyenne. Mais ceci n’est pas imputable à la baisse des prix du logement (il n’y en a pas eu) ou à des effets de surendettement. C’est la faible croissance de l’économie française qui pèse de tout son poids.

Philippe Waechter : L'étude du FMI constate qu'i y a eu une polarisation des revenus aux USA entre 1970 et 2014. Autrement dit, la part dans le revenu global des ménages payés autour du revenu médian a reculé de façon significative sur la période. D'un peu moins de 50% au début des années 70, la part des revenus de cette classe moyenne est tombée à 35%. Dans le même temps la part des hauts revenus est passée d'environ 50% à 60%. La part des faibles revenus a été quasiment stable sur la période.

Les auteurs font ce constat et en tirent des conclusions sur l'impact macroéconomique de ce changement notamment sur la consommation. Les dépenses globales des ménages ont été plus réduites que celles que ce qui aurait été observé en cas de stabilité dans la distribution des revenus.

A aucun moment les auteurs ne souhaitent expliquer les raisons de ce changement profond. La mondialisation est une explication possible indiquent ils mais ils évoquent aussi des changements sur le marché du travail, la dynamique des innovations, la fiscalité, l'éducation, la structure des ménages ou encore l'immigration. Ils indiquent d'ailleurs que c'est la prochaine étape des travaux à mettre en œuvre. Ils n'ont fait qu'un constat.

Le lien avec la mondialisation peut éventuellement s'opérer via les travaux de Branko Milanovic qui récemment expliquait que la hausse des revenus des pays émergents (principalement la Chine et l'Inde) avait pu se faire en pénalisant les revenus les plus faibles dans les pays développés. C'est la fameuse courbe en éléphant qui a déjà été évoqué dans les colonnes de votre site. Mais les auteurs de l'étude du FMI n'y font pas référence.

Ce qu'indique ce document est que les changements au sein d'un pays dans la distribution des revenus ont un impact fort et durable. Cette question que les économistes orthodoxes ne souhaitaient pas aborder il y a 10 ou 15 ans est maintenant au cœur des développements macroéconomiques et c'est très bien. 

Cette étude nous dit que la classe moyenne a eu moins de moyens pour dépenser tout au long de ces années et que cela a eu une incidence sur le profil de la croissance américaine.

On ne dispose pas d'étude de ce type sur la France et donc il serait hâtif de conclure de la même façon. La dynamique des inégalités a été moins marquée en France qu'aux USA et donc sans données claires sur ce thème on ne peut pas conclure.

Peut-on également considérer qu'une telle baisse relative de la consommation, par rapport à son potentiel, entraînerait également une pression à la baisse sur le développement des prix, et donc des taux d'intérêts ? Peut-on en conclure que cette distribution inégalitaire des revenus peut expliquer, au moins en partie, les anomalies actuelles de l'économie mondiale, entre taux bas et inflation faible ?

Philippe Waechter : Un tel changement pénalise la demande privée et donc modifie l'allure du PIB dans la durée. Larry Summers évoque sur ce point un argument supplémentaire à l'hypothèse de stagnation séculaire et on ne peut pas être en désaccord. La stagnation séculaire pour des raisons liées à la démographie, l'endettement privé et la baisse du prix de l'investissement notamment se traduit par une croissance plus lente qu'auparavant, une inflation plus réduite que ce que l'on avait l'habitude d'observer et en conséquence d'une politique monétaire dont le taux d'intérêt d'équilibre est plus faible. La polarisation des revenus participe à cela.

La distribution inégalitaire explique probablement ces éléments aux USA, il faudrait avoir des études plus exhaustives sur les autres pays développés pour lui donner un poids explicatif aussi important que celui que vous voulez évoquer. Il est encore trop tôt pour le dire mais le papier du FMI ouvre une voie intéressante qui permettrait peut-être de mieux comprendre la dynamique des économies occidentales.

Jean-Paul Betbeze : Selon moi, la source majeure de la faible reprise mondiale est la combinaison de la révolution technologique et de la globalisation. Apple + Chine si l’on veut, à une vitesse telle qu’elle dépasse souvent nos capacités d’adaptation humaine. C’est pour cela que la politique budgétaire a été sollicitée et que la politique monétaire l’est toujours. Les taux bas viennent donc d’une croissance faible, qui entraîne une inflation faible. Dans ce contexte, l’épargne reste élevée, notamment sous une forme liquide. La politique des taux bas réduit les revenus de l’épargne (notamment ceux des plus hauts patrimoines) et pousse les ménages vers la trappe à liquidité. Ceci pèse sur la consommation, à côté du chômage, mais sans doute moins que lui.

Au fond, la polarisation des revenus au détriment de la classe moyenne, en d’autres termes la panne relative de l’ascenseur social, vient largement des difficultés à maîtriser les technologies nouvelles. Pour en sortir, ce sont donc surtout des formations initiales et dans l’entreprise qu’il faut mener.

Comment est-il possible de modifier cette tendance, et ainsi de permettre un rétablissement plus homogène des effets de la mondialisation sur les emplois, et ainsi de revenir à une croissance plus équilibrée, et une normalisation de la situation ? S'agit-il d'un vœu pieux ? 

Jean-Paul Betbeze : D’abord, il faut partir des derniers chiffres américains. Ils montrent une évolution plus favorable, réduisant d’autant cette thèse de la polarisation. Les Etats-Unis semblent en train de sortir de la crise, après y être entrés les premiers (et nous y avoir précipités). Mais, aujourd’hui, regardons ce qui se passe. Le nombre de logements est pratiquement revenu au niveau d’avant crise et leur prix l’a largement dépassé. La population active est en train, peu à peu, de remonter. Les très hauts salaires et bonus, ceux de Wall Street, n’ont pas disparu mais diminué, et surtout sont bien moins nombreux. Viennent les ingénieurs et spécialistes en métadonnées (big data) dont les salaires grimpent régulièrement de 5 à 7% l’an.

Ce qui est nouveau, et très positif, c’est qu’un regain est en train d’apparaître aux Etats-Unis pour les emplois intermédiaires. Entre 2010 et 2013, 20% seulement de ceux qui avaient été créés se trouvaient dans les niveaux de salaires intermédiaires, soit entre 30 000 et 60 000 dollars par an. Désormais, depuis 2013, ce sont 40% des nouveaux emplois créés qui sont dans cette catégorie. William Dudley, le président de la Fed de New York, en vient même à dire que "la marée est en train de se retourner". En chiffres absolus, entre 2010 et 2013, un peu plus de 2,1 millions d’emplois ont été créés dans les deux catégories des hauts et des bas salaires, contre 1,2 million pour les salaires intermédiaires. Entre 2013 et 2015, la situation change du tout au tout, avec 1,5 million de salariés supplémentaires touchant des salaires élevés, 1,6 million des salaires bas et 2,3 millions des salaires intermédiaires. (Federal Reserve Bank of New York : Job Growth in the Region, 2016).

Pour la première fois depuis longtemps, nous voyons ainsi plus de créations d’emplois avec des salaires intermédiaires que d’emplois correspondant à des salaires élevés ou faibles. Bien sûr, il est trop tôt pour en déduire que l’affaiblissement de la classe moyenne est achevé, mais la tendance semble se mettre en place, en liaison avec plus de formation, notamment dans les industries de services : distribution, restaurants, hôtels et santé.

Tout passe donc par la formation et la motivation. La situation s’améliore ailleurs. Il faut voir devant et non derrière, pour les Etats-Unis et plus encore pour nous. Ce n’est évidemment pas un vœu pieux !

Philippe Waechter : Comme je l'évoquais à la première question, de nombreux travaux ont mis en avant cette idée de polarisation au sein de la société américaine. On peut voir aussi en politique une polarisation plus marquée. Cela a souvent été mis en avant dans la campagne présidentielle actuelle.

Parmi les points qui peuvent expliquer ce phénomène sur les revenus, il me semble que les développements de l'économie mondiale ne sont pas neutres. David Autor du MIT met en avant l'impact négatif fort et persistant du choc chinois sur le marché du travail américain et notamment sur les gens peu et moyennement qualifiés. Il me semble difficile de faire machine arrière sauf à se barricader derrière des frontières au risque de se renfermer sur soi et de ne plus être capable de participer à la dynamique globale notamment sur les innovations qui y sont associés (pas seulement sur l'industrie mais aussi sur la santé ou les progrès récents sont phénoménaux mais dont l'origine n'est pas forcément française ou européenne). Le retour en arrière n'est jamais bonne conseillère et c'est pour cela qu'il faut adapter notre économie à ce nouvel environnement car on ne fera pas reculer les chinois et les indiens. A nous, dans les pays développés de développer nos propres capacités dans ce monde ouvert. Il est là le challenge. Il faut s'appuyer sur l'éducation et l'investissement pour gagner en autonomie et être ainsi capable de participer à la dynamique globale. C'est un défi redoutable car il oblige à se remettre en question. Et ne pas le faire, c'est accepter que le monde se développe et croisse sans nous les européens. Ce serait dommage.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lafronde
- 04/10/2016 - 10:32
Paupérisation et coût des politiques publiques.
Comme facteur décisif sur la perte d dynamisme économique, cet article tait la consommation des administrations publiques, et plus encore le coût de leurs interventions. Cette dépense se fait à crédit (au delà du consentement présent à l'impôt) mais se fait tout de même car c'est un impératif électoral pour nos gouvernants. Consulter le budget de l'Etat (sur gouv.fr) permet de vérifier que la dépense sociale est prépondérante (y inclus le rabais sur les charges sociales). Nous avons donc un Etat a trois facettes. Démocratique, il distribue des rentes électorales (clientélisme). Prédateur, par sa fiscalité confiscatoire et non compétitive, il paye ses promesses électorales. Socialiste, avec outils grossiers, il tâche de réparer les dégâts commis aux points précédents. C'est cela la social-démocratie, elle touche particulièrement l'Occident, à des degrés divers, mais en s'aggravant en France depuis 1974.
zouk
- 03/10/2016 - 19:15
Baisse des revenus de la calsse moyenne
Il est probable que les phénomènes observés aux Etats Unis nous touchent également. Et le remède est une fois de plus la formation DANS l'entreprise et non la formation "académique", fû-elle dispensée dans des organisations professionnelles.
Labarthe
- 03/10/2016 - 11:47
Mauvaise analyse
30 000 à 60 000$ annuel, c'est très faible comme salaire aux USA. N'oublions pas que c'est brut, ils doivent tout se payer, et c'est très cher, beaucoup plus qu'en Europe et même de plus en plus exhorbitant, notamment les assurances sociales, retraites etc. En fait on assiste, comme en Europe et notamment en France, à une paupérisation rampante de la classe moyen'en.