En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 8 heures 29 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 9 heures 31 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 14 heures 17 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 17 heures 49 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 18 heures 31 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 8 heures 56 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 10 heures 53 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 19 heures 14 min
© Reuters
© Reuters
Traumatisé de l'euro

Congrès de Debout la France : comment Nicolas Dupont-Aignan est devenu un autre homme

Publié le 02 octobre 2016
Candidat à l'élection présidentielle pour la deuxième fois après 2012, Nicolas Dupont-Aignan pourrait bien mener cette fois une campagne électorale différente des précédentes. Le souverainiste s'est déjà dit "traumatisé de l'euro" et pourrait en faire un thème prépondérant de sa campagne.
Dominique Jamet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Jamet est journaliste et écrivain français.Il a présidé la Bibliothèque de France et a publié plus d'une vingtaine de romans et d'essais.Parmi eux : Un traître (Flammarion, 2008), Le Roi est mort, vive la République (Balland, 2009) et Jean...
Voir la bio
David Desgouilles
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Desgouilles est chroniqueur pour Causeur.fr, au Figaro Vox et auteur de l'ouvrage Le Bruit de la douche aux éditions Michalon (2015).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidat à l'élection présidentielle pour la deuxième fois après 2012, Nicolas Dupont-Aignan pourrait bien mener cette fois une campagne électorale différente des précédentes. Le souverainiste s'est déjà dit "traumatisé de l'euro" et pourrait en faire un thème prépondérant de sa campagne.

Atlantico : Alors que Nicolas Dupont-Aignan est candidat à l'élection présidentielle de 2017, se pourrait-il que sa campagne soit moins axée que d'habitude sur la question de l'euro et du souverainisme, un créneau par ailleurs également occupé par le Front national ? A-t-il tiré des leçons de ses précédentes campagnes ? Doit-on s'attendre à un "nouveau" Nicolas Dupont-Aignan ?

Dominique Jamet : La campagne présidentielle que Nicolas Dupont-Aignan a commencé, qu'il va mener et dont le meeting de demain sera un événement important ne sera effectivement pas la même que les précédentes. Il m'apparaît important de rappeler l'existence d'un socle commun aux adhérents, aux militants et aux électeurs de Debout La France. C'est sur ce socle que Nicolas Dupont-Aignan a construit son parti et ce socle ne change pas. Cette base, c'est celle du souverainisme que personne ne perd de vue au sein du parti Debout La France. Elle est essentielle et nourrit l'ensemble des objectifs : que la France récupère la maîtrise de ses frontières, de ses lois, de son budget voire de sa monnaie.

Le deuxième élément de discours de cette campagne ne sera pas le plus surprenant. Face aux fortes menaces qui pèsent désormais sur la France, entre djihadisme, communautarisme et immigration incontrôlée, la position de Debout La France est partagée, avec des nuances,  par différents acteurs et mouvements politiques. Le Front National, bien sûr, mais pas seulement. La droite des LR et même un pan des socialistes. Aujourd'hui, sur ces questions, il n'y a pas de différence très sensible entre Manuel Valls, par exemple, Nicolas Dupont-Aignan et d'autres personnalités politiques.

La particularité de la campagne de Nicolas Dupont-Aignan se fera sur plusieurs éléments. Tout d'abord, l'idée que si un ordre public, social et moral est évidemment essentielle ; cet ordre ne saurait faire sens sans justice sociale. Pour dire les choses schématiquement, Debout La France se rattache à sa filiation et à l'histoire de la droite traditionnelle, ce qui fait naturellement de l'ordre une thématique importante, primordiale. Cependant, la notion de justice sociale n'en est pas moins indispensable, comme elle l'était au gaullisme social. La France ne peut pas traiter ses précaires, ses chômeurs ou ses travailleurs pauvres comme elle le fait actuellement. Il faut évidemment veiller à éviter la fraude, mais il est important que tout un chacun puisse vivre décemment. Pour cela, on ne peut pas se reposer sur les diminutions d'impôts, qui coupent des ressources aux services publics. Il faut, à l'inverse, augmenter les salaires. Trop de gens sont réduits à des allocations insuffisantes pour vivre, sans compter les travailleurs qui ne parviennent pas à toucher un salaire décent. Sans justice sociale, il ne peut y avoir d'ordre social stable.

Un autre des thèmes de la campagne de Nicolas Dupont-Aignan concerne l'hypocrisie à laquelle adhère l'intégralité des hommes politiques. Tous, confrontés à une situation de la France qui est catastrophique, estiment avoir les méthodes et les remèdes nécessaires pour revenir à la situation d'avant-crise sans que rien ne change. Ils bercent d'illusions un vaste public, quand ils font croire aux Français que ceux d'entre eux dont les emplois n'existent plus retrouveront un travail dans les mêmes filières ou les mêmes conditions qu'il y a 20 ans. C'est faux et il nous incombe de réinventer la société, de la rééquilibrer. Les équilibrages professionnels ne seront plus jamais les mêmes. C'est pourquoi Debout La France estime qu'il faut poursuivre deux objectifs. D'abord, dans la mesure du possible, une ré-industrialisation de la France qui s'impose d'autant plus que sous les quinquennats de Nicolas Sarkozy comme François Hollande, de nombreuses entreprises ont émigré à l'étranger, emportant avec elles de nombreux savoir-faire.  En deuxième lieu, il apparaît nécessaire d'anticiper et d'organiser l'apparition de nouveaux métiers, de nouvelles techniques, qui représenteront évidemment d'immenses bastions d'emplois à l'avenir. La part des emplois classiques dans l'agriculture ou dans l'industrie va mécaniquement se réduire et il faut préparer la France, amorcer la transition. Il est nécessaire de se projeter davantage dans l'innovation, d'accorder plus de crédits de recherches à la R&D ; de rénover l'enseignement… 

David Desgouilles : Il faut attendre que le programme présidentiel soit dévoilé pour s’en rendre compte, mais j’ai peine à croire que Nicolas Dupont-Aignan abandonne ce qui constitue l’ADN de sa démarche politique depuis qu’il est député. Et le fait que le "créneau" soit déjà occupé par le Front National serait une très mauvaise raison pour amorcer un tel virage. D’abord parce qu’il a précédé Marine Le Pen sur le sujet et a fortiori Florian Philippot sur ces thèmes souverainistes ; rappelons qu’il fut un compagnon de route de Philippe Séguin et Charles Pasqua. Mais aussi en termes de sociologie électorale. Lorsqu’on observe par exemple les résultats aux régionales par commune, on s’aperçoit que bien souvent, son parti fait des bons scores quand le FN en fait aussi. Cela signifie qu’on vote pour les deux partis souvent pour les mêmes raisons. Et cela signifie surtout qu’une partie des électeurs, alors qu’ils ont les mêmes aspirations que ceux qui votent FN, ne souhaitent pas le faire, certainement en raison qui ont trait  à leur tradition politique, souvent gaulliste, qui s’accommode mal de l’histoire du parti lepéniste, même dirigé par son actuelle présidente. Cela leur apparaît comme une transgression encore impossible. Dès lors, le revirement que vous décrivez pousserait tous ces gens dans l’abstention.

Ce qui a changé, en revanche, et qui peut énormément aider Nicolas Dupont-Aignan à réaliser un meilleur score qu’en 2012, c’est la structuration de son parti et sa participation aux diverses échéances électorales depuis lors. La participation de Debout La France aux élections régionales sur tout le territoire et son score intéressant donne une très bonne base à l’aube de la campagne présidentielle. Habituer les électeurs à voter pour vous, y compris dans les scrutins locaux alors que vous êtes d’habitude attendu uniquement aux européennes et à la présidentielle, c’est très important. Dès lors, surtout si c’est Alain Juppé qui est désigné à la primaire, Nicolas Dupont-Aignan peut raisonnablement conquérir des électeurs supplémentaires.

A quoi peut-on s'attendre de sa part en matière de discours dans la campagne qui s'annonce ? Quels sont les grands axes sur lesquels il pourrait s'appuyer (institutions, transparence, économie…) ?

Dominique Jamet : Cette première question faisait déjà, partiellement au moins, office de réponse. Le programme de Nicolas Dupont-Aignan reposera essentiellement sur le mérite et sur l'avenir. A l'inverse de bien d'autres personnalités politiques, Nicolas Dupont-Aignan ne prétend pas toucher aux institutions de la Vème République qu'il estime solides et efficace. En réalité, il estime davantage que ce sont les partis et les hommes politiques qui se sont succédés au pouvoir qui les fragilisent. S'il propose des réformes, ça n'est pas tant pour critiquer ces institutions que pour revenir sur leur utilisation actuelle et prôner un retour à l'esprit originel des institutions de la Vème République. Somme toute, un retour à la vérité de nos institutions.

Il s'agit, par exemple, de mettre un terme au quinquennat et organiser le retour au septennat. En revenant ainsi à l'origine de la Constitution de 1958, on rend au président de la République une dignité, une légitimité qui n'est plus seulement électorale, mais qui s'ancre également dans le temps (et dans sa gestion) et qui lui permet d'être non plus un Premier ministre bis, mais l'homme des grandes orientations, des grandes impulsions.

Il est également question de permettre au Parlement de recouvrer ses attributions. Il s'en est laissé déposséder par des majorités de partis, inféodées aux présidents de la République issus de leurs camps. Le Parlement a parfaitement le droit de censurer le gouvernement et de légiférer. La Vème République prévoyait effectivement un pouvoir fort de l'exécutif, mais pas seulement et certainement pas une humiliation du Parlement. Nous devons revenir à l'esprit original de ce régime politique, qui n'abbaisait pas le Parlement. 

​David Desgouilles :  Il devrait continuer à s’appuyer sur la nécessité de recouvrir les moyens d’une politique mais il est en effet nécessaire de ne pas en rester là et définir de quelle politique il s’agit. Selon mes informations, il souhaiterait s’appuyer sur deux thèmes, l’ordre et la justice sociale. L’ordre, c’est évidemment tout ce qui a trait à la sécurité, en particulier dans le contexte terroriste, mais aussi l’ordre dans les institutions : c’est tout le sens des propositions qu’il a commencé à évoquer sur la probité des élus, par exemple. Quant à la justice sociale, cela devrait être aussi l’occasion d’autres propositions. Il a d’ailleurs commencé à en faire sur le sujet des petites pensions de retraite.

Ce dimanche a lieu à Paris un grand congrès du parti Debout la France. Quels sont les principaux enjeux de ce congrès, à moins de 7 mois de l'élection présidentielle ?

Dominique Jamet : Ce congrès, qui se tient ce dimanche 2 octobre, a plusieurs caractéristiques dont deux principales. D'abord, il est désormais clair qu'il ne s'agit plus d'un congrès groupusculaire. Il suffit de prêter un minimum attention à la presse, d'ouvrir un journal ou de lire quelques écrits pour réaliser que le monde médiatique comme le monde politique prennent désormais Nicolas Dupont-Aignan, ainsi que son parti Debout La France, au sérieux. Et pour cause ! Son mouvement ne pèse plus le même poids qu'en 2012, où il avoisinait les 1,70% à l'élection présidentielle. Désormais, Debout La France atteint les 5% dans l'ensemble des sondages – et c'est un score qui a été confirmé à deux reprises, électoralement, lors des élections régionales en Bourgogne-Franche Comté et en Île de France. Ce faisant, cela ferait de Nicolas Dupont Aignan le 6ème ou le 5ème candidat de l'élection de 2017, selon les enquêtes. Dans les circonstances actuelles, avec la montée du FN et des scores globalement très serrés, ces 5% sont susceptibles de faire réfléchir, y compris des partis concurrents.

Cette base de 5% apparaît comme acquise, et Debout La France espère bien progresser. Cette prise de considération est plus satisfaisante qu'auparavant, d'autant plus que le parti bénéficie aujourd'hui d'un flux de nouvelles adhésions qui s'il n'est pas torrentiel demeure appréciable. La conjoncture semble en effet favorable à Nicolas Dupont-Aignan : on constate un rejet de plus en plus fort des grands partis de gouvernement, couplé à un besoin de renouveau, susceptible de profiter à Debout La France. Le courant semblait évidemment porteur pour le Front National, qui s'est largement dé-diabolisé. La question que cela pose désormais, c'est bien de savoir si le diable ne s'est pas fait ermite !

Beaucoup de Français se demandent en effet si une victoire du FN peut-être compatible avec la paix civile, avec la cohésion nationale. Ces individus se disent que pour diverses raisons, souvent liées à l'image (et l'image qu'on s'en fait) du FN, ce parti ne pourra probablement pas arriver au pouvoir ; et que s'il le faisait cela ne pourrait pas être sans conséquences sur la paix civile. Debout La France apparaît comme une alternative, dont le programme souverainiste peut parfois se rapprocher des thèses défendues par le Front National, sans pour autant générer les mêmes risques ou les mêmes craintes. Nicolas Dupont-Aignan n'effraie personne en cela qu'il est Républicain. En outre, sa candidature incarne une certaine forme de renouveau, un clivage qui se dessine autour de ceux dont on pense qu'ils ne pourront pas apporter quelque chose de neuf (ou qu'ils ne pourront pas le faire sans une part de danger) et ceux qui pourront le faire. Parmi ces derniers, on retrouve notamment Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron peut-être, et Nicolas Dupont-Aignan.

​David Desgouilles : Il s’agit de lancer la campagne présidentielle de Nicolas Dupont-Aignan  mais aussi les élections législatives qui suivront. J’ai lu que Manuel Valls lui-même avait déclaré qu’un score à deux chiffres était possible pour le candidat de Debout La France. La primaire de droite va laisser des traces dans l’électorat de droite et un espace politique plus important  peut s’ouvrir. Surtout si Alain Juppé, le favori euro-compatible et libéral, l’emporte. Dans ce contexte, les élections législatives qui suivraient pourraient installer durablement ce parti dans le paysage politique, et le rendre plus difficilement contournable.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 02/10/2016 - 21:42
@Babaswami laissez dire les médias...
Dominique Jamet incarne un très vieux journalisme qui a eu son heure de gloire en décidant qui seraient les candidats "valables" issus des primaires médiatiques. Ce journalisme est moribond et le FN l'achèvera dans six mois...
clint
- 02/10/2016 - 13:13
Au moins avec NDA la catastrophe économique serait moindre !
Pour résoudre les problèmes de travail, de chômage et même d'islamisation tout doit être orienté pour améliorer les conditions économiques de la France. En ce sens la déroute serait certainement moins dramatique qu'avec le programme gaucho-souverainiste de l'ex FN
Babaswami
- 02/10/2016 - 12:31
NDA républicain
M. Jamet, vous écrivez: "Dupont-Aignan n'effraie personne en cela qu'il est Républicain." J'aimerai comprendre ENFIN pourquoi le FN, un parti légal, n'est PAS , lui, comme le répètent inlassablement les médias, républicain