En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 43 min 38 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 16 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 13 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 20 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 41 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 19 sec
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 15 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 1 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 2 heures 44 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 4 heures 52 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 15 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 5 heures 50 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 7 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Orwell

Quand Vladimir Poutine n'hésite pas à réécrire l’histoire russe comme aux plus grandes heures de la propagande soviétique

Publié le 21 octobre 2016
L'Histoire peut s'avérer être une arme puissante pour tout dirigeant souhaitant renforcer et pérenniser son pouvoir. C'est ce qu'a très bien compris Vladimir Poutine qui a développé ces dernières années des outils juridiques lui permettant de contrôler l'histoire russe, et tout particulièrement les événements survenus au cours de la période soviétique.
Jean-Sylvestre Mongrenier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Sylvestre Mongrenier est docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).Il est membre de l'Institut Thomas More.Jean...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Histoire peut s'avérer être une arme puissante pour tout dirigeant souhaitant renforcer et pérenniser son pouvoir. C'est ce qu'a très bien compris Vladimir Poutine qui a développé ces dernières années des outils juridiques lui permettant de contrôler l'histoire russe, et tout particulièrement les événements survenus au cours de la période soviétique.

Atlantico : Dans son livre 1984, George Orwell a écrit : "Qui contrôle le passé contrôle le futur ; qui contrôle le présent contrôle le passé". Dans quelle mesure cette citation s'applique-t-elle à la relation qu'entretient Poutine avec l'histoire russe ? 

Jean-Sylvestre Mongrenier : Si 1984 de George Orwell est considéré comme une dystopie, c’est-à-dire une contre-utopie, il a pour arrière-plan historique le phénomène totalitaire, bien plus concret qu’une anticipation de l’avenir. Lorsque l’ouvrage paraît, en 1949, le totalitarisme brun a été vaincu, mais le totalitarisme rouge recouvre la moitié de l’Europe et menace l’Occident. Depuis l’arrivée au pouvoir des Bolcheviks et la victoire de Staline sur Trotsky, l’histoire est remaniée en fonction de l’idéologie marxiste-léniniste et des luttes politiques dans la direction du Parti. Le pouvoir soviétique et ses incarnations successives s’emploient à réécrire le passé et à falsifier l’Histoire afin de contrôler le présent et déterminer le futur. Sous Mikhaïl Gorbatchev, la désorganisation du pouvoir et l’implosion idéologique ont permis une approche plus objective de l’Histoire. La dynamique libérale à l’époque de Boris Eltsine a entraîné la reconnaissance des crimes du communisme, bien au-delà du "rapport Khrouchtchev" (février 1956), centré sur les purges internes au Parti. L’association "Mémorial" d’Andreï Sakharov a pu conduire un travail de mémoire sur le Goulag. La vérité historique semblait alors triompher de l’idéologie et du mensonge (l’association "Mémorial" est désormais considérée comme "agent de l’étranger").

Indubitablement, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine a inversé le cours des choses. Rapidement, l’histoire immédiate est manipulée afin de bâtir la légitimité du nouveau président. Il importe ici de rappeler les circonstances de son ascension politique, jusqu’au Kremlin. Intégré à l’administration présidentielle, Poutine a été promu à la tête du FSB (les services secrets), puis du gouvernement russe, afin de protéger les intérêts politiques et matériels de la "famille Eltsine" et des oligarques qui entouraient le président russe. Il est ensuite mis sur orbite et propulsé à la tête du pays, au début de l’année 2000, afin de couvrir les arrières de Boris Eltsine et de lui assurer que ni ses proches, ni lui, ne seront poursuivis pour corruption. Sitôt élu, en mars 2000, Poutine s’exécute et amnistie son "parrain" et prédécesseur. Envers et contre les faits, la propagande du régime pose Boris Eltsine comme un repoussoir, destiné à valoriser la figure de Poutine, présenté comme l’ennemi des "oligarques", des puissances d’argent et du crime organisé. Simultanément, les années 1990, période au cours de laquelle Poutine était chargé des affaires économiques à la mairie de Saint-Pétersbourg, avec ses compromissions et ses zones d’ombre, ne peuvent plus être traitées en toute objectivité. Historiens, journalistes et biographes sont dissuadés. Cela n’aura été qu’un début. 

Récemment, un blogueur russe a été accusé d'avoir nié des faits historiques établis par le tribunal de Nuremberg en affirmant que "les communistes et l'Allemagne ont envahi conjointement la Pologne, événement déclencheur de la Deuxième Guerre mondiale." L'article 354.1 du Code criminel russe de mai 2014 a permis sa mise en accusation. Quels sont les outils juridiques et législatifs dont dispose Vladimir Poutine pour exercer un contrôle sur l'histoire russe à son profit ? Que retire-t-il personnellement de ce contrôle ? 

L’article du Code criminel dont il est ici question interdit de remettre en cause la vision néo-soviétique de la "Grande Guerre patriotique" (1941-1945). Il doit être replacé dans un contexte politico-institutionnel élargi. L’entreprise de manipulation historique évoquée plus haut ne se limite pas à l’histoire immédiate et à la falsification de la biographie politique de Poutine. La machine de propagande du Kremlin attache une grande importance à ce que Vladimir Medinski, ministre de la Culture de Russie, qualifie de "mythologie historique". Selon ces idéologues et propagandistes du poutinisme, l’histoire de la Russie est le lieu et l’objet d’un complot de l’étranger qui viserait à culpabiliser et frapper d’impuissance la défunte superpuissance. Nonobstant Lénine, Trotsky, Staline et consorts, les crimes du communisme et les millions de victimes du Goulag, il faut la réécrire de manière positive. En juin 2007, Poutine convoque un groupe d’historiens au Kremlin et il leur communique des instructions sur la manière dont le passé russo-soviétique doit être présenté et enseigné aux jeunes générations. Il menace de censurer les éditions qui publieraient des manuels "non patriotiques". En mars 2013, il ordonne la rédaction d’un nouveau manuel historique écrit sous la direction de Vladimir Medinski, nommé plus haut : "Chaque page de notre passé doit être traitée avec respect". Parallèlement, deux organisations sont chargées de faire la police dans le monde des historiens : la Société d’Histoire russe, dirigée par Sergueï Narychkine, un guébiste, président de la Douma (2011-2016), nommé le 22 septembre dernier à la tête de l’espionnage russe (le SVR) ; la Société d’Histoire militaire présidée par Vladimir Medinski.

Ce système global de contrôle de l’Histoire ne sert pas les seuls intérêts politiques personnels de Poutine. A cet égard, on peut penser que l’une des erreurs commises par les Occidentaux, lors de la politique de "reset" pratiquée par l’Administration Obama, a été de voir en lui une sorte de chef mafieux, principalement motivé par le lucre et la recherche d’avantages matériels. Poutine est habité par un projet de puissance, porte une vision du monde, frustre mais robuste, et conduit une stratégie. Selon ce schéma, la "mythologie historique" a pour fonction de produire une forme d’unanimisme dans la population russe, de mobiliser les énergies et de servir le culte de la puissance, ce que les Russes nomment la "derjavnost". A l’évidence, cela n’a aucun rapport avec le souci de l’objectivité et de la vérité historique. Aussi le recours à l’Histoire est-il purement instrumental : les faits sont manipulés, sortis de leur contexte historique, recomposés selon l’effet recherché. Pour exemple, lorsque le Kremlin a rattaché manu militari la Crimée à la Russie, il n’a pas hésité à dresser un parallèle entre ce territoire, passé sous différentes souverainetés au fil des siècles et arraché à l’Ukraine, et la Jérusalem du peuple juif. Au total, Poutine fait un usage post-moderne de l’Histoire, considérée comme un simple récit, sans fondement scientifique et manipulable à volonté. Cynisme et relativisme débouchent sur le mensonge éhonté et le nihilisme. Les propagandistes du Kremlin expliquent ainsi que le Royaume-Uni serait le vrai responsable de la Deuxième Guerre mondiale.

>>>>> A lire aussi : L’URSS tient-elle sa vengeance posthume avec un Vladimir Poutine prêt à précipiter l’explosion de l’Union européenne ? 

Les principales manipulations de l'histoire russe par Vladimir Poutine concernent en particulier la période soviétique. Pour quelles raisons ? Quels éléments relatifs à cette période (et au stalinisme en particulier) retrouve-t-on dans le mode de gouvernance et la pratique du pouvoir par Poutine ?

La propagande du Kremlin met en scène l’identité slave, le tsarisme et l’orthodoxie, afin d’abuser ceux qui, en Occident, sont sensibles aux racines longues et aux grands rythmes de l’Histoire, mais tout cela ressemble à un mauvais péplum. En dernière analyse, Poutine est un produit de l’ère Brejnev et un nostalgique de l’Urss. Convaincu du fait que la Guerre froide n’est pas terminée (les années 1990 ne seraient qu’un long armistice), il est animé par l’esprit de revanche et son projet géopolitique est explicitement révisionniste. Dans cette représentation géopolitique globale, la superpuissance soviétique fait figure de principale référence historique et le dessein général est de rassembler la plus grande part de territoires autrefois soviétiques, dans le cadre d’une "Urss new-look". Bien que contrarié par le retournement géopolitique de l’Ukraine, ce projet donne sens et substance à l’Union eurasienne, officiellement fondée le 1er janvier 2015. Soulignons à ce propos que le manuel d’histoire écrit sous la direction de Vladimir Medinski est censé unifier le "monde russe" et s’imposer dans tous les Etats membres de l’Union eurasienne.

Ainsi, l’histoire officielle et le discours propagandiste mettent-ils en avant le personnage de Staline, présenté en "manager efficace" et bâtisseur de la Russie-Soviétie. Considérée comme un modèle du genre, une biographie de Staline lui sait gré d’avoir débarrassé le parti des "sionistes", empêché ces derniers de détruire l’appareil d’Etat et partant l’Urss (cf. Vladimir Karpov, Generalissimus, Kaliningrad, 2002). Le manuel d’histoire pour les enseignants, rédigé par Alexandre Filippov, explique que Staline était "l’un des dirigeants les plus efficaces de l’Urss" et que l’objectif de son entreprise consistait en "la restauration politique et territoriale de l’Empire russe". Dans la même veine, Alexandre Filippov poursuit : "Le résultat des purges de Staline a été la formation d’une nouvelle classe dirigeante, capable de mener à bien la modernisation malgré la pénurie des ressources". Bref, "les lendemains qui chantent" justifient le "génocide de classe" (Stéphane Courtois). Parallèlement, la diplomatie russe s’est employée à interdire au Conseil de l’Europe de condamner le communisme en tant qu’idéologie liberticide et meurtrière. Enfin, si l’on revient au Pacte germano-soviétique du 23 août 1939, il constitue un pacte de guerre, d’anéantissement de la Pologne, et de partage de l’Europe. Après sa mise en œuvre, ledit pacte a été renforcé par un traité d’amitié et de coopération entre l’Urss et l’Allemagne national-socialiste (28 septembre 1939). La volonté de justifier cet infâme traité exprime la vision poutinienne de l’Europe. La propagande contre l’Ukraine est d’ailleurs similaire à celle maniée contre la Pologne de 1939 : une même logomachie au service d’un dangereux projet géopolitique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 21/10/2019 - 14:38
Les manipulations
Les habitués de Spunick ne sont pas contents. Oser rattacher Poutine au passé communiste soviétique et pas trop à la Sainte Russie, quelle horreur !! Il est vrai que l'on a chez nous des manipulations, notamment beaucoup autour de " notre" seconde guerre mondiale. Mais c'est un peu de l'artisanat à côté, même si voir la France comme ayant des racines musulmanes semble de même niveau et pouvoir concurrencer ces revisites incroyables de l'histoire.
cloette
- 19/10/2016 - 19:01
nous devrions raser les murs
avec comme le dit ras la coiffe, la police de la pensée des officines.
raslacoiffe
- 19/10/2016 - 18:22
Au jeu de l'Histoire revisitée qui est le plus fort ???
L'auteur nous dit que Poutine a convoqué des historiens au Kremlin pour réécrire l'histoire à son avantage. Dans le même temps Hollande invite deux journalistes pour écrire son histoire mais à son désavantage. Cherchez l'erreur!!!