En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Flickr
Selon une expérience, avant que l'animal décède, des composés neurochimiques sont relâchés par le cerveau. De quoi expliquer les expériences surréalistes des personnes passées près de la mort, comme celle d'un tunnel au bout duquel parvient une lumière.
Dead
A quoi cela ressemble, de mourir ? Ces scientifiques qui étudient de près la question
Publié le 30 septembre 2016
Que ressent-on lorsque la vie nous quitte ? Années après années, la science s'en fait une idée un peu plus précise. Et apparemment, cela ne serait pas douloureux, au contraire.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ressent-on lorsque la vie nous quitte ? Années après années, la science s'en fait une idée un peu plus précise. Et apparemment, cela ne serait pas douloureux, au contraire.

Mourir. Voilà l'une des peurs existentielles, si ce n'est la plus grande, qui habite l'homme. Que se passe-t-il après ? Y a-t-il seulement un "après" ? Personne ne peut dire mot sur le sujet. Quitte à ne pas pouvoir percer ce mystère-là, que se passe-t-il au moment de la mort, à l'instant précis où l'on laisse s'échapper notre dernier souffle ? Que ressent-on, quand, tel un équilibriste au-dessus du vide, on bascule du royaume des vivants à celui des morts – à supposer qu'il y en ait un ? C'est un sujet que la science explore encore, aidée des témoignages de personnes qui, l'espace d'un instant, ont bien failli trépasser. Alors que se passe-t-il dans cette salle d'attente qui précède la mort définitive ? Et est-ce douloureux ? Le média The Atlantic nous donne quelques éléments de réponse.

"Mort active"

Grâce aux avancées de la science, nous sommes capables de garder des patients souffrants en vie plus longtemps. Là où la fièvre ou des blessures physiques pouvaient nous emporter en une nuit, les soins prodigués dans les hôpitaux permettent maintenant de nous faire tenir le temps de la guérison. Pour les maladies les plus résistantes, comme le cancer, une médecine lourde peut rallonger le fil de la vie. Ce qui nous a amenés à pouvoir observer la mort plus précisément, dans un processus plus lent et décomposé, à force d'efforts de la part des médecins pour nous garder en vie et nous préserver de la douleur.

On peut considérer que la mort est annoncée par quelques signes avant-coureurs. "Environ deux semaines avant le dernier souffle, les personnes mourantes deviennent trop malades, trop confuses, ou trop inconsciences, pour nous dire ce qu'elles expérimentent", indique à The Atlantic Margaret Campbell, une infirmière à l'Université de Wayne State, à Detroit (Michigan, États-Unis). La mort est décrite par les personnes qui l'observent, mais qu'en est-il pour celles qui s'en rapprochent ? Comme le remarque James Hallenbeck, un spécialiste des soins palliatifs de l'Université de Stanford (Californie, États-Unis), la mort est comme un trou noir : une fois son horizon dépassé, il n'y a pas de retour en arrière, et nul ne peut dire ce qui s'y trouve au-delà. Les instants qui précèdent la mort clinique sont appelés "mort active", bien que la personne puisse encore se tenir debout selon ce que la maladie dont elle souffre lui permet de faire. "À ce moment-là, les mourants commencent à perdre leurs sens et leurs désirs dans un certain ordre. Tout d'abord la faim, puis la soif. Vient le tour de la parole, suivie de la vision. Les dernières facultés abandonnées sont généralement l'écoute et le toucher", explique Hallenbeck dans son livre Palliative Care Perspectives.

Activité cérébrale débordante

Les moments qui précèdent la mort sont-ils douloureux ? On peut notamment penser, pour ceux qui l'ont déjà observé, à ces râles que poussent les personnes à l'agonie, suivant les soubresauts de la respiration. Graves, macabres, effrayants, ils hérissent le poil et signent souvent les derniers instants du malade, qui se dit-on, doit souffrir malgré son état généralement inconscient. La réponse des scientifiques à ce sujet est réconfortante : ils estiment que ces bruits rauques sont dus à l'asséchement de la gorge du patient, incapable de tousser ou de déglutir, et n'entraînent pas de souffrance. Les instants qui précèdent la mort sont-ils douloureux ? Parfois oui, parfois non, explique Campbell : "Il existe des conditions dans lesquelles la douleur est inévitable, et d'autres dans lesquelles les patients s'assoupissent tranquillement, sans paniquer". Également, une maladie impliquant des douleurs chroniques n'implique pas forcément une mort douloureuse, et inversement. Par exemple, les malades de cancer – une maladie qui peut ne pas être douloureuse – ont généralement besoin de soins palliatifs dans leurs derniers instants pour se sentir à l'aise.

Si la science ne sait pas si les patients vivant leurs dernières heures sont dans un état inconscient ou celui d'une conscience partielle, il apparaît que le cerveau, pour résister à la mort, décide de mettre hors service les autres organes les uns après les autres, comme si le vieillissement était brutalement accéléré. "Il sacrifie les zones qui sont les moins critiques à la survie", précise à The Atlantic David Hovda, directeur au Centre de recherche des maladies du cerveau à l'Université de Californie à Los Angeles (États-Unis). Et c'est au moment où le cerveau commence à faiblir que la mort est proche. Jimo Borjigin, neuroscientifique à l'Université du Michigan (États-Unis), a remarqué chez les animaux qu'elle étudiait que l'activité cérébrale connaissait un pic juste avant leur mort. À la suite d'une autre étude, Borjigin a conclu que peu avant que l'animal décède pour de bon, de nombreux composés neurochimiques étaient relâchés par le cerveau. De quoi expliquer les expériences surréalistes des personnes passées à deux doigts de la mort, notamment celle d'un long tunnel au bout duquel parvient une lumière blanche. "Et soudain, toutes les régions du cerveau sont montées en puissance et se sont synchronisées", raconte-t-elle. Des caractéristiques que l'on associe à la cohérence. Et de continuer : "Ces paramètres sont très utilisés pour analyser l'état de conscience d'humains éveillés. Nous pensons donc que lorsque vous êtes alertes ou excités, il se passe la même chose dans votre cerveau que dans celui d'une personne en train de mourir".

Sentiment de compréhension absolue du monde

Et ce qui se passe dans la tête de ces personnes est stupéfiant. Les patients qui ont été ramenés à la vie à ce moment-là témoignent de visions surréalistes, durant lesquelles ils se sentaient sortir de leur enveloppe corporelle et observent leur propre corps allongé sur le lit d'hôpital, revivaient des souvenirs enfouis dans leur mémoire, ou bien retrouvaient leurs proches précédemment décédés. Des visions plus vraies que nature, que ceux et celles qui les ont expérimentées disent accompagnées d'un sentiment profond d'apaisement et d'une compréhension absolue du monde. Des moments extrêmement plaisants malgré les circonstances, qui seraient expliqués par les hormones relâchées dans le cerveau à ce moment-là, telles que la dopamine, un neurotransmetteur associé au bonheur.

Cette vidéo explique bien les visions dont sont témoins ces personnes passées tout près de la mort :

La mort, dit Hallenbeck, est comparable aux vagues qui s'échouent sur la plage. Chaque respiration de la part du malade en est une. Jusqu'à ce que l'une de ces déferlantes, trop puissante, finisse par emporter la vie avec elle.

De quoi rappeler que la mort ne doit pas être crainte. Comme le disait Montaigne, elle n'est que l'achèvement de la vie. L'important est de la connaître, pour véritablement profiter de ce qui la précède. Maintenant que l'on sait qu'elle n'implique pas de douleur, mais plutôt une sorte d'élévation spirituelle, il convient d'être rassuré. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 02/10/2016 - 12:10
sous un drap?
coquine va
Septentrionale
- 01/10/2016 - 21:08
eueueueuh,
hoooouou!!hoooouooou! moneo
cloette
- 30/09/2016 - 21:24
@emem
mais le plus embêtant n'est- ce pas qu'on le sache ?