En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 11 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 47 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 13 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 53 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 29 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 55 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 56 min
© Reuters
© Reuters
Référendum Renzi

En route pour l'Exitalie ?

Publié le 07 octobre 2016
Avec Marc Lazar
Voilà maintenant plusieurs mois que les Italiens se préparent à se prononcer "pour" ou "contre" la réforme du système politique italien à travers un référendum prévu le 4 décembre prochain. Dans le même temps, les mécontentements contre l'actuel Premier ministre, considéré par certains de ses détracteurs comme étant à la solde de Bruxelles, se sont accrus, transformant le référendum de décembre en un référendum "pour" ou "contre" Matteo Renzi, et par extension "pour" ou "contre" l'UE.
Marc Lazar est professeur d’histoire et de sociologie politique à Sciences Po où il dirige le Centre d’Histoire. Il est aussi Président de la School of government de la Luiss (Rome). Avec IlvoDiamanti, il a publié récemment, Peuplecratie. La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Lazar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Lazar est professeur d’histoire et de sociologie politique à Sciences Po où il dirige le Centre d’Histoire. Il est aussi Président de la School of government de la Luiss (Rome). Avec IlvoDiamanti, il a publié récemment, Peuplecratie. La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà maintenant plusieurs mois que les Italiens se préparent à se prononcer "pour" ou "contre" la réforme du système politique italien à travers un référendum prévu le 4 décembre prochain. Dans le même temps, les mécontentements contre l'actuel Premier ministre, considéré par certains de ses détracteurs comme étant à la solde de Bruxelles, se sont accrus, transformant le référendum de décembre en un référendum "pour" ou "contre" Matteo Renzi, et par extension "pour" ou "contre" l'UE.
Avec Marc Lazar

Atlantico : Le 4 décembre prochain se tiendra en Italie un référendum visant à modifier structurellement le système politique italien. Quels sont les problèmes que pose en l'état ce système ? A quoi fait référence exactement Matteo Renzi lorsqu'il parle de "blocage institutionnel" ? 

Marc Lazar : Voilà maintenant près de quarante ans qu'on envisage en Italie de modifier la Constitution adoptée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et mise en application à partir de 1948. A l'époque, les constituants avaient deux préoccupations : faire en sorte que les conditions qui avaient permis au régime libéral de favoriser l'arrivée au pouvoir de Mussolini ne soient plus réunies, et limiter en tout état de cause la possibilité d'un pouvoir personnalisé et fort du point de vue de l'exécutif, précisément à cause des vingt années de fascisme. Ils ont donc inventé un système dit du "bicaméralisme parfait" ou 'intégral", qui prévoit l'instauration de deux Chambres élues au suffrage universel, exerçant les mêmes pouvoirs, réduisant du coup la marge de manœuvre du président du Conseil en limitant ses capacités à voter des lois de manière rapide. C'est de cela dont parle Matteo Renzi lorsqu'il évoque ce "blocage institutionnel" parce qu'en permanence, le président du Conseil doit obtenir une double investiture, celle de la Chambre des députés et celle du Sénat ; d'autre part, tout texte de loi est obligé de passer par les deux Chambres dans un circuit extraordinairement long, et qui explique donc la lenteur de l'exécution des lois en Italie. L'idée du référendum de décembre est donc de sortir de cette situation.

Les adversaires à cette réforme, qui vise à réduire considérablement les pouvoirs du Sénat – des sénateurs seraient désormais élus parmi les conseillers régionaux et les maires des grandes villes, et ce sans indemnité parlementaire – développent deux raisonnements distincts : pour les "traditionnalistes", on ne doit pas toucher à la Constitution de 1948, qu'ils considèrent comme "la plus belle" et "la plus démocratique du monde" ; l'autre critique que l'on peut entendre consiste à reconnaître la nécessité de la réforme institutionnelle, mais pas telle qu'elle est proposée. C'est pour cette raison que le débat sur le contenu du texte est particulièrement sévère, même s'il est vrai que d'autres sujets se mêlent au contenu du référendum. Comme on a pu le voir lors du référendum français sur la Constitution européenne en 2005 ou lors du Brexit, on sait que les électeurs ne se prononcent pas uniquement sur le texte soumis au vote mais sur d'autres facteurs également. 

Ce référendum a cristallisé progressivement les mécontentements à l'égard de Matteo Renzi, et par extension vis-à-vis de l'Union européenne, certaines régions d'Italie - notamment le Sud - associant étroitement les deux. Qu'est-ce qui explique cette association ? Comment est-on passé finalement d'un référendum visant à changer le système politique italien, à un référendum pour ou contre Matteo Renzi, et surtout pour ou contre l'Union européenne ? 

Pour les opposants à la réforme constitutionnelle, ce référendum est clairement devenu un référendum "pour" ou "contre" Matteo Renzi. Cette dimension anti-Matteo Renzi a au moins deux aspects : tout d'abord, la critique contre une personnalité suspectée de vouloir, par cette réforme, obtenir un pouvoir extraordinairement important, ce que permettrait, en effet, cette réforme par le renforcement de l'exécutif. Matteo Renzi est ainsi suspecté d'autoritarisme, de césarisme, voire de bonapartisme comme on le dirait en France. Il s'agit là d'une critique récurrente en Italie du fait de l'histoire du fascisme, adressée notamment à Silvio Berlusconi lorsqu'il était au pouvoir.

Parmi les adversaires à ce référendum, il y a des acteurs politiques qui critiquent Matteo Renzi également en tant que symbole d'une Union européenne qu'ils rejettent. Depuis 2013, trois formations politiques italiennes ont mis au cœur de leur communication politique une critique sévère de l'Union européenne : Forza Italia de Silvio Berlusconi, la Ligue du Nord de Matteo Salvini, et le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo. Il convient de préciser par ailleurs que depuis vingt ans, le sentiment critique des Italiens contre l'Union européenne n'a cessé de croitre, à tel point que les Italiens sont presque actuellement davantage eurosceptiques que les Français – alors qu'ils comptaient, il y a plusieurs décennies de cela, parmi les peuples les plus europhiles du continent. 

Conscient de cette association faite entre sa personne et l'Union européenne, Matteo Renzi a multiplié ces derniers temps les discours fustigeant Bruxelles sur la crise migratoire et les politiques d'austérité. Cette stratégie peut-elle le sauver politiquement ? 

Depuis qu'il est président du Conseil, Matteo Renzi a toujours mené une politique à l'égard de l'Union européenne reposant sur deux piliers. On retrouve déjà ces deux piliers lorsqu'il a remporté les élections européennes au printemps 2014 avec près de 41% des voix. Le premier de ces piliers consiste en la présentation de sa personne comme un grand européen fédéraliste, dans la tradition italienne qui remonte, entre autres, à Altiero Spinelli et Alcide de Gasperi. C'est dans cette optique qu'il a organisé cet été une rencontre avec Angela Merkel et François Hollande sur l'île de Ventotene. Il s'agit là d'un lieu symbolique puisque c'est à cet endroit qu'a été rédigé le manifeste de Ventotene en 1942 afin de promouvoir une idée européenne, et ce en pleine Seconde Guerre mondiale. Cette année également, le gouvernement italien, par l'intermédiaire de son ministre de l'Economie, a fait une série de propositions visant à sortir de la crise européenne et en faveur d'une plus grande intégration européenne.

Le deuxième pilier de la politique à l'égard de l'Union européenne de Matteo Renzi consiste en une critique sévère de cette Union depuis 2014 pour sa politique d'austérité, sa bureaucratie, et sa cécité sur la question des migrants. Cette critique visait à constituer une alliance avec les pays européens du Sud, dont la France, l'Espagne et la Grèce, afin de faire bouger les lignes au sein de l'Union. Cette politique n'a jamais été couronnée de succès pour le moment, notamment en raison de la faiblesse structurelle désormais chronique de la position française incarnée par François Hollande.

Sur le plan intérieur, cette critique de l'Union européenne vise à contenir le vote protestataire, et notamment à prendre des suffrages au Mouvement 5 étoiles, qui est, suivant les sondages, le premier ou le deuxième parti du pays en termes d'intentions de vote. 

Dans quelle mesure le résultat du référendum sur le Brexit et la démission de David Cameron qui a suivi peuvent-ils avoir des conséquences sur l'annonce faite par Matteo Renzi en début d'année selon laquelle il démissionnerait en cas de victoire du "non" au référendum de décembre ?

On remarquera que désormais, Matteo Renzi ne tient plus du tout ce discours de démission. Ceci est dû notamment au résultat du référendum sur le Brexit qui lui a montré qu'il était tout à fait possible de perdre un référendum. Il a également pris en compte le fait que son parti a perdu les dernières élections municipales en Italie, avec les villes de Rome et de Turin qui sont tombées dans les mains du Mouvement 5 étoiles. Les derniers sondages révèlent par ailleurs une forte cote d'impopularité pour le président du Conseil, ainsi qu'une avance du "non" au référendum.

Sa position actuelle consiste à dire qu'en cas de victoire du "non", il remettra sa démission au président de la République italienne. Dans ces conditions, tous les scénarios sont possibles. Cela signifierait sans doute que Matteo Renzi conserverait, malgré tout, la tête de son parti dont il est déjà le Secrétaire. On peut même penser que le président de la République fera tout pour éviter de dissoudre les deux Chambres. Dans le cadre de ce qu'est actuellement le gouvernement italien, on ne voit pas d'autre hypothèse qu'un "Renzi bis" quand bien même le "non" au référendum l'aurait remporté.

Il ne faut pas non plus oublier que toute l'Europe attend le résultat du référendum italien. Il y a une crainte qu'après le Brexit, Matteo Renzi soit battu au référendum, et que la réforme de la Constitution italienne soit ainsi repoussée. Les différentes capitales européennes et les milieux financiers interpréteraient cela comme une incapacité, de la part de l'Italie, à poursuivre des réformes nécessaires. Il existe également un risque d'effet domino sur les prochains scrutins européens de 2017, notamment en France et en Allemagne. Ce référendum italien a donc une immense portée européenne. 

En tenant compte de la situation actuelle (difficultés économiques et financières) et de l'histoire de l'Italie (l'un des pays fondateurs de l'Union européenne), et en comparant avec celles de la Grande-Bretagne, un "Exitalia" est-il probable à l'issue du référendum du 4 décembre ? 

Clairement, un "Exitalia" n'est pas à envisager à l'issue du référendum de décembre. Si jamais le "oui" l'emporte, Matteo Renzi sera renforcé et mettra ainsi de l'ordre au sein de son parti. Il pourrait même être tenté d'obtenir des élections anticipées pour transformer sa victoire. Il espérera également renforcer sa crédibilité au sein de l'Union européenne afin d'imposer sa voix sur les deux questions fondamentales qui l'occupent : l'assouplissement des règles financières pour combattre l'austérité, et la résolution de la crise migratoire. Dans le cas où il serait battu, c'est l'incertitude qui gagnera, à la fois en Italie et en Europe.

Pour en revenir sur la possibilité d'un "Exitalia", il convient de préciser que même les formations politiques qui critiquent sévèrement l'Union européenne ne veulent pas d'une sortie de l'Union européenne, ni même de la zone euro. Le Mouvement 5 étoiles, qui a pu pendant un temps avancer l'idée d'un retour à la lire, prône aujourd'hui un discours emprunté – à sa plus grande rage – au prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, développant l'idée d'une zone euro pour les pays du Nord et d'une autre pour les pays du Sud de l'Europe même si on voit mal concrètement comment cela pourrait se réaliser.

Propos recueillis par Thomas Sila

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/10/2016 - 13:27
Une chambre de trop, c'est évident!
Tout ce qui peut accélérer la vitesse d'élaboration des lois réformatrices est bon à prendre, notamment dans les états sudistes, d'influence arabe et les plus réfractaires à la réforme...mais Matteo Renzi a commis deux erreurs majeures, typiques de ces dirigeants sudistes, centristes girouette et europeistes: il s'est soumis à l'union europeiste, les yeux fermés, à cause de son centrisme mou, sensible aux thèses fédéralistes des gourous mondialistes type Kalergi. Et il a attendu de devenir impopulaire pour déclencher un référendum audacieux. Ces deux erreurs devraient m'éjecter de la politique italienne, mais il semble que les pays plombés par l'UE soient condamnés à une fuite en avant sur le chemin de l'erreur fédéraliste...tant pis pour les Italiens!
zouk
- 01/10/2016 - 12:42
Italie
Les Italiens seraient bien mal inspirés que de chasser M. Renzi, un vrai leader qui a compris la situation de son pays.