En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 3 heures 18 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 4 heures 42 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 6 heures 53 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 9 heures 6 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 9 heures 38 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 11 heures 9 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 11 heures 38 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 3 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 4 heures 28 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 5 heures 25 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 8 heures 56 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 9 heures 8 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 10 heures 57 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 11 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 11 heures 44 min
© Reuters
© Reuters
Entretien

Jean-Pierre Gorges : “J'ai fait la démonstration à Chartres que l'on peut investir et maîtriser la dette tout en baissant la fiscalité, cette formule peut sauver la France”

Publié le 07 octobre 2016
Le député-maire de la ville de Chartres, Jean-Pierre Gorges, est candidat à l'élection présidentielle. Issu de la société civile, il revient dans cet entretien sur les politiques qu'il a menées à Chartres et qu'il compte appliquer à l'échelle nationale s'il est élu. L'occasion également d'évoquer l'attrait que pourrait exercer sa candidature auprès d'électeurs qui se tournent de plus en plus vers les extrêmes.
Jean-Pierre Gorges
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien cadre dirigeant d'entreprise privée, Jean-Pierre Gorges est maire de Chartres depuis 2001. Il est également député de la première circonscription d'Eure-et- Loir depuis 2002.Son livre La France c'est vous ! vient de paraîtres aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le député-maire de la ville de Chartres, Jean-Pierre Gorges, est candidat à l'élection présidentielle. Issu de la société civile, il revient dans cet entretien sur les politiques qu'il a menées à Chartres et qu'il compte appliquer à l'échelle nationale s'il est élu. L'occasion également d'évoquer l'attrait que pourrait exercer sa candidature auprès d'électeurs qui se tournent de plus en plus vers les extrêmes.

Atlantico : Quel bilan dressez-vous de votre action en tant que député-maire de la ville de Chartres ? En quoi jugez-vous votre expérience suffisante pour prétendre à la plus haute fonction de l'Etat ?

Jean-Pierre Gorges : Le parallélisme de situation entre ce qu'étaient la ville de Chartres et son agglomération il y a 15 ans et la France est intéressant.

Quand j'ai été élu maire, Chartres avait une dette très importante et il fallait de nombreuses années d'autofinancement brut pour la payer. La ville n'investissait plus et la fiscalité était très élevée. En 15 ans, Chartres s'est très largement développée : les équipements publics ont été améliorés et augmentés, des emplois ont été créés. Par ailleurs, la dette est  maîtrisée – elle correspond à huit années d'autofinancement brut –, les investissements sont conséquents - Chartres est certainement la ville qui investit le plus par habitant -, et depuis 15 ans la fiscalité a baissé.

J'ai fait la démonstration à Chartres que l'on peut investir, maîtriser la dette et en même temps baisser la fiscalité. A ce titre et au vu de la qualité de la vie dans la ville de Chartres aujourd'hui, je prétends que ce modèle, sur de nombreux points, peut être applicable à la France.

Pensez-vous que les méthodes qui ont fait leurs preuves à Chartres puissent s'appliquer à la France et produire les mêmes effets ?

Il faut remettre la France dans une philosophie d'investissement et arrêter de financer à crédit le fonctionnement du pays, donc oui, la formule de Chartres peut sauver la France. Si on continue en France d'avoir 70 milliards structurels de déficit qui viennent grossir la dette chaque année, dans dix ans le pays sera dans une situation catastrophique.

Quelles sont les politiques que vous avez menées à Chartres et qui selon vous fonctionneraient au niveau national ?

Tout d'abord, il me semble que sur le logement, Chartres peut être un très bon exemple au niveau national. A Chartres, nous avons répondu à des questions centrales en matière de logement : comment créer de la mixité sociale, comment construire du logement social, comment transformer l'urbanisation d'une ville en s'appuyant uniquement sur les acteurs locaux et sans occasionner de coûts pour l'Etat.

A Chartres, nous avons transformé les quartiers, détruit les structures communautaristes, car  le communautarisme dans une ville crée soit de la délinquance, soit un repli des populations sur leur religion. A Chartres, nous avons remis la République dans tous les quartiers.

Outre le logement, sur de nombreux points, tels que l'organisation d'un territoire de santé ou le développement économique, qui sont les problèmes de la France aujourd'hui, il me semble que Chartres a pris de l'avance en termes de réflexion.

Par rapport aux autres candidats issus de la société civile, en quoi votre projet est-il différent ? Quel est le sens de votre démarche présidentielle ?

Je n'ai vu aucun candidat de la société civile proposer un projet aussi abouti que le mien. J'ai écrit un livre-projet La France c'est vous ! qui servira de base à mon programme présidentiel. Je suis le seul à avoir eu une telle démarche.

L'autre avantage de mon profil est que je viens de la société civile : j'y ai passé 25 ans et cela fait 15 ans que je suis maire et député. Je pense avoir un parcours sans équivalence.

Vous avez lancé un mouvement, La France, c'est vous, pour enclencher une dynamique autour de votre candidature. Quelles sont vos chances de réussite sans le soutien du parti LR ?

Je ne suis pas membre du parti Les Républicains. Je suis un député rattaché au groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale. Mais je ne donne d'argent à aucun parti.

Aujourd'hui, 78% des Français disent qu'ils en ont assez de ce système politique très  jacobin, très parisien. Ils veulent une autre offre. Le problème est que l'offre qui séduit n'est plus celle de l'alternance mais de l'alternative. En effet, cela fait 40 ans que nous sommes dans le jeu de l'alternance et le risque est qu'en 2017 il y ait une alternative vers le Front national. On donne M. Mélenchon à 12-13 % et le FN à 30%. On se rapproche donc des 50% détenus par des figures qui proposent une alternative aux extrêmes.

Je pense incarner une autre alternative, une trajectoire différente qui s'appuie sur la société civile et notamment ses élus locaux, qui au quotidien font marcher le pays.

Pour vous présenter à la présidentielle, vous devez réunir 500 signatures d'élus. Pensez-vous en être capable sans appareil de parti derrière vous ? Qui vous soutient aujourd'hui ?

La première étape consiste à vérifier comment mon projet est perçu par mon conseil municipal, comment cela est perçu dans l'agglomération, puis dans le département.

Au niveau des élus locaux, si quelques-uns ne me soutiennent pas en raison de leur appartenance à des partis, d'autres, qui sont également dans des partis, ont un regard très positif sur ma démarche.

Je vais commencer par "faire le plein" dans mon département, c’est-à-dire obtenir 50 signatures dans mon département. Je suis en contact avec d'autres départements en France et un certain nombre de partis citoyens me proposent de m'aider pour aller chercher ces signatures.

Aujourd'hui les élus locaux n'ont pas envie de se marquer soit à droite soit à gauche. La primaire de la droite et du centre fait beaucoup de dégâts puisqu'on demande à des élus locaux de dire "je soutiens Juppé", "je soutiens Sarkozy", "je soutiens Fillon" : dans leur propre famille politique, ils sont forcés de prendre position, ce qui est très coûteux pour eux.

"Avec moi, vous n'êtes pas certains du résultat, avec les autres, vous êtes certains que ça ne marche pasDans le doute, essayez-moi ! " C'est avec ce slogan que vous avez gagné Chartres. Quelle sera votre formule pour séduire la France ?

Ce qui a fait la force de la France, c'est son système centralisateur, jacobin. Dans le cadre de la mondialisation, ce système-là ne peut pas résister. Pour que l'Etat reste une nation, il faut absolument faire une décentralisation importante. Je suis le seul candidat à proposer une organisation différente, qui n'est pas une organisation jacobine mais girondine qui s'appuie sur les régions, les intercommunalités, la société civile et les élus locaux.

Je pourrais synthétiser cela dans une formule telle que "Un Etat protecteur est garant des libertés individuelles. Aujourd'hui, l'Etat n'est pas protecteur et il confisque les libertés individuelles".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
artesan
- 03/10/2016 - 07:49
incomplet
La philosophie de la démarche est intéressante, mais l'article ne présente pas assez les moyens et les méthodes, notamment celles utilisées à Chartres, pour remettre le pays sur les rails de la croissance et du plein emploi. C'est incomplet..
Lazydoc
- 03/10/2016 - 00:22
Je vote Gorges
Je ne connais pas ce Monsieur. Mais je connais les autres et je suis sûr qu'avec les autres, ça ne marche pas!