En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

06.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

07.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 6 heures 38 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 12 heures 33 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 15 heures 5 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 17 heures 8 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 17 heures 36 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 18 heures 19 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 18 heures 37 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 6 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 7 heures 38 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 17 heures 49 sec
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 17 heures 28 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 18 heures 13 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 18 heures 32 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 18 heures 45 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 19 heures 3 min
© . REUTERS/Charles Platiau
© . REUTERS/Charles Platiau
Sondages vintage

Flashback 1994 : si une primaire avait eu lieu au mois de novembre précédant la présidentielle, Édouard Balladur l’aurait gagnée contre Jacques Chirac

Publié le 21 octobre 2016
Alors qu'Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se livrent un duel au sommet dans le cadre de la primaire de la droite, le précédent de 1994 entre Edouard Balladur et Jacques Chirac nous enseigne la subtile différence entre être vainqueur en novembre et être vainqueur en mai.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'Alain Juppé et Nicolas Sarkozy se livrent un duel au sommet dans le cadre de la primaire de la droite, le précédent de 1994 entre Edouard Balladur et Jacques Chirac nous enseigne la subtile différence entre être vainqueur en novembre et être vainqueur en mai.

Atlantico : Alors qu'on assiste aujourd'hui à un duel sondagier entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, la droite a déjà été animée en 1994-1995 par un duel à portée présidentielle entre deux leaders. Quels étaient les rapports de force entre les deux leaders Edouard Balladur et Jacques Chirac entre les mois de septembre et de novembre 1994 ? 

Bruno Cautrès : Pendant l’automne 1994, Edouard Balladur disposait alors toujours d’une avance confortable sur Jacques Chirac dans les intentions de vote : un écart de l’ordre d’une dizaine de points, parfois même allant jusqu’à 14 points. Ainsi, selon l’enquête mensuelle de la Sofres, fin novembre 1994 Edouard Balladur réunissait 25% d’intentions de vote et Jacques Chirac seulement 15%. On observe néanmoins déjà que durant cet automne 1994 les intentions de vote en faveur du premier ont quitté la zone des 30% (début septembre 1994) pour se stabiliser autour de 25%. Mis à part cette tendance, l’automne 1994 est toujours très clairement une période dans laquelle la victoire d’Edouard Balladur à l’élection présidentielle semble irrésistible. 

Longtemps favori des sondages, Édouard Balladur a finalement été devancé au soir du premier tour de la présidentielle 1995 par Lionel Jospin et Jacques Chirac. À quand peut-on dater la bascule entre les deux candidats de droite ? Quelle a été l'intensité des mouvements d'opinion entre la fin du mois de novembre 1994, et l'élection elle-même ?

Bruno Cautrès : La bascule a lieu au cours du premier trimestre 1995 et notamment vers la fin février/début mars 1995. Edouard Balladur n’est plus crédité fin février 1995 que de 23,5% et Jacques Chirac remonte à 19%. Peu de temps après, début mars, c’est la fameuse "inversion de la courbe" : Jacques Chirac 24% et Edouard Balladur 20%. On voit donc une forte évolution des intentions de vote entre l’automne 1994 et l’élection présidentielle du mois de mai 1995. Contrairement à ce que les médias et les entourages politiques pensaient huit ou neuf mois avant, l’élection présidentielle n’était pas "pliée" à l’automne 1994. La prudence doit donc toujours être de mise en matière de commentaires d’intentions de vote mesurées hors du contexte de la campagne électorale. C’est la dynamique d’opinions donnée par la tonalité de la campagne, ses évènements et son contexte qui peuvent expliquer l’écart entre les intentions et le comportement de vote le jour de l’élection. Edouard Balladur n’a jamais semblé trouver son rythme dans la campagne électorale. Sa déclaration de candidature dans un style "vieux jeu" était venue conforter l’image d’un homme politique au style trop guindé ; par ailleurs, il était Premier ministre et avait donc était exposé fortement au vote "sanction" contre le chômage et sa politique, et ce d’autant plus que F. Mitterrand alors président-cohabitant ne se représentait pas : le mécontentement populaire et l’évaluation rétrospective de la politique économique conduite entre 1993 et 1995 ne pouvait donc que se retourner contre Edouard Balladur.

Ne peut-on pas voir ici un "défaut" des primaires, qui peut se matérialiser par le fait que le vainqueur de novembre 1994 n'a pas été le vainqueur du mois de mai 1995 ?

Bruno Cautrès : Il est tentant de comparer les situations de l’époque à celle d’aujourd’hui à propos de la position de favori de l’élection présidentielle d’Alain Juppé et de son opposition avec Nicolas Sarkozy pour la primaire de la fin novembre. Mais avant de le faire, il faut se rappeler quelques importantes différences entre ces deux contextes : pour la présidentielle de 1995 non seulement Edouard Balladur était Premier ministre, mais Premier ministre de cohabitation avec F. Mitterrand comme Président. Par ailleurs, c’est alors le premier tour de la présidentielle qui avait joué la fonction de la primaire puisque le RPR de l’époque n’avait pas organisé de primaire sur le modèle de celle que nous connaissons aujourd’hui. Mais quelques similitudes existent néanmoins entre les deux contextes : ainsi en 1995 les centristes de l’UDF n’ont pas présenté de candidat et avaient le choix de soutenir Edouard Balladur comme aujourd’hui François Bayrou vis-à-vis d’Alain Juppé. De même, comme c’est aujourd’hui le cas pour Alain Juppé, Edouard Balladur semblait survoler la compétition avec son rival pendant de longs mois. Enfin, comme Nicolas Sarkozy aujourd’hui, beaucoup de monde à l’intérieur de sa famille politique considérait Jacques Chirac comme ne pouvant se relever et gagner ce combat.  

De tout ceci on peut engager à la prudence quant à l’effet de "catapulte" que peut jouer la primaire de 2016 : si François Hollande a incontestablement bénéficié de cet effet en 2011, rien ne nous dit qu’il se produira à nouveau en 2016. Que la primaire du mois de novembre désigne Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, son vainqueur devra ensuite s’engager dans une nouvelle bataille contre Marine Le Pen et contre le vainqueur de la primaire du PS. Et la primaire laissera des traces….Par ailleurs, sous l’effet de la campagne, de la découverte par les électeurs des principales propositions économiques du vainqueur de la primaire, des évolutions dans les intentions de vote sont à attendre. La sociologie électorale montre que si des mouvements d’opinions de fond existent, très structurés dans l’électorat et peu sensibles aux fluctuations de court terme, la dynamique de la campagne électorale compte néanmoins. Une campagne électorale c’est aussi un agenda, une suite d’évènements qui sont très exposés à l’attention des électeurs. La campagne électorale actualise chez les électeurs et parfois réveille en eux leurs "vraies" préférences politiques fondées sur leurs préférences en matière de politiques publiques, que les intentions de vote mesurées des mois avant ne captaient pas bien. Ainsi, peut-on croire sérieusement que les électeurs de gauche, dont pourtant certains disent vouloir aller voter Juppé à la primaire, adhèrent au programme économique de celui-ci ? Les préférences de politiques publiques (dépenser plus ou moins sur tel ou tel domaine de l’action publique) continuent d’être très fortement structurées par le clivage gauche-droite. C’est tout le pari de François Hollande en fait : qu’en cas de victoire d’Alain Juppé à la primaire les électeurs de gauche, même s’ils ont voulu barrer la route à Nicolas Sarkozy, réalisent une fois la primaire passée qu’Alain Juppé a bien un programme économique … de droite.  Si tel était le cas, alors effectivement le vainqueur de novembre 2016 pourrait souffrir un peu plus au cours du printemps 2017….
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires