En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© wikimini
Cot-cot-codéc
L’Europe empêtrée dans la stratégie de la poule mouillée
Publié le 25 septembre 2016
Tafta, migrants, etc. : autant de sujets importants sur lesquels les partenaires européens ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente comme cela a été mis en évidence lors du sommet de Bratislava sur l'avenir de l'Europe le 16 septembre dernier. Une situation qui met davantage en péril le projet européen.
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tafta, migrants, etc. : autant de sujets importants sur lesquels les partenaires européens ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente comme cela a été mis en évidence lors du sommet de Bratislava sur l'avenir de l'Europe le 16 septembre dernier. Une situation qui met davantage en péril le projet européen.

Des policiers belges qui font passer en douce treize migrants sur le territoire français : l’Europe s’enlise chaque jour davantage dans la crise, sinon dans le ridicule. Depuis le Brexit, la désagrégation européenne n’en finit plus.  Chacun pour soi, Dieu pour tous ? Pas même de référence à Dieu : chacun pour soi suffit. Sur les migrants, sur les accords de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canda, sur la fiscalité, sur la croissance, sur tout, la chienlit s’accentue.

Dernière tentative de retrouver un semblant de cohésion, le 16 septembre dernier, à Bratislava, Slovaquie. 31° Celsius, journée ensoleillée, vent 51 km/h : une bonne nouvelle pour les vingt-sept dirigeants européens réunis pour sauver l’Europe, en "situation critique" dit Angela Merkel, en danger de "dislocation" surenchérit François Hollande. Avec une telle météo, ils purent gambader autour du château et profiter de leur croisière sur le Danube pas très bleu. Au moins, ils n’auront pas totalement perdu leur journée et on est contents pour eux. Surtout pour le couple franco-allemand, incapable de gérer le départ du Royaume-Uni et sussurrant à l’oreille des nations européennes une  vague "feuille de route" et des "pistes" ouvertes. Et découvrant qu’il n’y a bien qu’une seule stratégie, celle de la poule mouillée.

Flux migratoires, protection des frontières, sécurité, islamisme radical : entre la crainte de déplaire au politiquement correct de l’Europe du Sud, et celle de voir l’Europe de l’Est décréter la sécession, il fut décidé de ne rien décider.  Résultat : la dislocation a continué.

Sur ces questions d’immigration et de sécurité, à gauche, les pays du "Club Med", plutôt socialisants : Grèce, Italie, Portugal, Chypre et Malte, l’Espagne s’étant retirée. Depuis leur "déclaration d’Athènes", ils persistent à ne pas vouloir porter seuls le poids de l’afflux des réfugiés. Oui, au mécanisme de solidarité disent-ils, qui prévoit des "quotas" de réfugiés pour chaque État. Avec un corps européen de garde-frontières, des contrôles, un fichier antiterroriste, un dispositif d'informations pour filtrer les terroristes, c’est jouable dit François Hollande qui les soutient. Et le politiquement correct d’applaudir.

A droite, non au "diktat de la Commission européenne" répliquent la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, pays dit "du groupe de Visegrad". Le terrorisme n’est pas le seul problème disent-ils, les migrants arrivent avec une identité forte. En face : le multiculturalisme. "L’Union européenne est actuellement riche et faible, la pire des combinaisons" pour des migrants qui viennent d’abord à cause du niveau de vie , rappelle le hongrois Viktor Orbán. Ils pourront donc ne pas assimiler ces identités culturelles faibles.

Idée d’extrême-droite ? De bon sens seulement. Le président tchèque, Milos Zeman, socialiste pourtant, ne pense pas différemment. Il reproche à l’Allemagne une "politique dénuée de sens". Tous ces pays arrêtent le regroupement familial, ferment leurs frontières, rappellent leurs références chrétiennes, refusent le fédéralisme. Et ils ont le soutien de leur population quand Merkel et les pays du "Club Med" connaissent une crise de légitimité. La Hongrie organise même un référendum dont nul ne doute de l’issue, le 2 octobre : "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois ?".

Face aux poules mouillées, la théorie des jeux le montre : le courage paie. La Commission a dû accepter la "solidarité flexible", cette autorisation de refuser les quotas. Et le courage est contagieux. L'Autriche, les pays baltes et la Roumanie ne craignent plus de dire "non". "La question des migrants ne doit pas se résumer à un nombre à répartir, ils doivent pouvoir s’intégrer dans la culture et la société des pays d’accueil", rappelle le premier ministre centriste Dacian Ciolos. Le Danemark même a lâché l’Allemagne : le pays doit être "protégé" contre cet "énorme flux de réfugiés qui défie l’Europe et exerce des pressions sur notre société et sa cohésion", déclare le Premier ministre libéral, Lars Loekke Rasmussen.

Le pire est devant nous. A Bratislava, l’Europe s’étripe à présent sur le Tafta, accords de libre-échange avec les Etats-Unis, et le Ceta, mêmes accords - ou peu s’en faut - avec le Canada. Les pays du "Club Med" ont explosé, le groupe de Visegrad aussi. La France, la Hongrie, la Slovaquie et bien d’autres pays exigent la fin des négociations de la Commission européenne avec les Etats-Unis, mais celle-ci veut les poursuivre avec l’appui de la Tchéquie, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne et j’en passe;  sur le Ceta, douze pays sont pour, les autres sont contre ou exigent que cet accord - comme d’ailleurs le Tafta - soit ratifié par les Parlements.  Une bataille de boutiquiers pour savoir si ces accords sont "mixtes", c’est-à-dire s’ils concernent aussi les domaines des Etats, ou non mixtes, ce qui permettrait à la Commission de se moquer des avis des populations  et de poursuivre seule son petit bonhomme de chemin.

La crise est devant nous je vous dis. Et avec les élections qui se profilent, en Allemagne, en France, en Autriche, les référendums en Italie et en Hongrie, rien ne sera décidé. Aux Etats-Unis même, que va-t-il se passer pour le Tafta ? Trump est plutôt contre, Hilary Clinton plutôt pour, mais Nancy Pelosi, leader démocrate à la Chambre des représentants est contre, et le Parti républicain est plutôt pour.

L’Europe va donc continuer cette stratégie de la poule mouillée qui lui va si bien au teint, cette poule, comme le disait Henri IV, que les populations finissent par mettre au pot le dimanche, celui des élections.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
04.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
05.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
06.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
07.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
01.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joke ka
- 26/09/2016 - 10:51
l'Europe est morte
Vive l'Europe! enterrons cette Europe devenue folle, aux mains des technocrates et des financiers mondialistes et créons une nouvelle Europe des nations qui mettrait en valeurs ce qui nous réunit : notre histoire, notre civilisation ,nos racines judéo chrétiennes ....
exit les commissaires politiques, les Moscovici, Juncker ,Sigmar Gabriel, Viviane Reding, Malströem etc etc..tous ces profiteurs de ce pactole qui enrichit ces fonctionnaires technocrates avec leurs diktats
joke ka
- 26/09/2016 - 10:20
l'Europe est morte
Vive l'Europe! enterrons cette Europe devenue folle, aux mains des technocrates et des financiers mondialistes et créons une nouvelle Europe des nations qui mettrait en valeurs ce qui nous réunit : notre histoire, notre civilisation ,nos racines judéo chrétiennes ....
exit les commissaires politiques, les Moscovici, Juncker ,Sigmar Gabriel, Viviane Reding, Malströem etc etc..tous ces profiteurs de ce pactole qui enrichit ces fonctionnaires technocrates avec leurs diktats
lexxis
- 26/09/2016 - 09:32
DES DIRIGEANTS SUSPECTS
Et avec l'actuel Président Juncker englué dans le scandale Luxlinks, le précédent, Barroso et ses accointances anciennes avec Goldman Sachs, la falsification éhontée par cette dernière des comptes de la Grèce sans sanction aucune, l'implication d'une Commissaire dans des sociétés écrans logées dans les paradis fiscaux et enfin le scandale VolksWagen, on ne parle pas de la grave crise de légitimité que traverse la Commission et à travers elle l'institution européenne toute entière.

Comment confier son sort à des gens dont on apprend chaque jour qu'ils sont trop souvent en conflit d'intérêts, pour ne pas dire plus? Comment confier son sort à une institution qui a conçu béatement Schengen, sans prendre aucune des mesures nécessaires à son application? On a trop souvent l'impression que, faute de bon sens, faute de réflexion, faute de cohérence, l'Europe joue les apprentis sorciers...