En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

ça vient d'être publié
pépites > Europe
A contre courant
Pour Dominique Strauss-Kahn, le brexit pourrait être une chance pour l'Europe
il y a 8 heures 13 min
pépites > Education
Urgence
Violence scolaire : "entre 20 et 30 incidents graves" chaque jour, selon Jean-Michel Blanquer
il y a 8 heures 44 min
pépites > International
Danger
Syrie : 800 proches de djihadistes se seraient échappés d'un camp
il y a 9 heures 37 min
pépite vidéo > International
Catastrophe
Japon : images de désolation après le passage du typhon Hagibis
il y a 10 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

« Les sanglots longs », ou l’art et la manière de passer l’automne en compagnie des meilleurs esprits de ce temps

il y a 14 heures 36 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Connecter les habitats naturels : un véritable espoir pour sauver la biodiversité
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Société
Monde malade

De Mickaël Harpon, au pilote de Germanwings, en passant par les tueurs de masse : la crise du sens qui ébranle le monde occidental

il y a 15 heures 28 min
décryptage > Media
Tribune

Lynchage sur les réseaux, retour sur l'affaire de la Ligue du LOL

il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Coûteux principe de précaution

Lubrizol : qui va payer l’addition pour les exploitations agricoles touchées ?

il y a 16 heures 26 min
light > People
Carnet rose
Nabilla a accouché d’un petit garçon
il y a 8 heures 27 min
pépites > Environnement
Pas désintéressés
A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine
il y a 8 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Islam
L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demander à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > Histoire
Historique
Israël : découverte d'une grande cité vieille de 5.000 ans
il y a 10 heures 34 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
On ne migrera pas vers d'autres planètes selon Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019 ; Sur Mars, Curiosity découvre les traces des dernières étendues d’eau ; Saturne a plus de lunes que Jupiter : découverte de 20 nouveaux satellites naturels
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Santé
Perte de chance

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Environnement
Mutins de Panurge

Cette épidémie de pensée magique qui se répand chez les activistes de l’environnement

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Sport
Surhumain

Un marathon en moins de deux heures : jusqu’où pourra-t-on repousser le corps humain en matière d’exploits sportifs ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Sans vision

Budget 2020, une occasion ratée

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de de la tête de Renault en quelques heures

il y a 16 heures 26 min
© wikimini
© wikimini
Cot-cot-codéc

L’Europe empêtrée dans la stratégie de la poule mouillée

Publié le 25 septembre 2016
Tafta, migrants, etc. : autant de sujets importants sur lesquels les partenaires européens ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente comme cela a été mis en évidence lors du sommet de Bratislava sur l'avenir de l'Europe le 16 septembre dernier. Une situation qui met davantage en péril le projet européen.
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe. Agrégé de philosophie et de sciences politiques, il enseigne à la faculté de droit de l’université de Paris-X.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Tafta, migrants, etc. : autant de sujets importants sur lesquels les partenaires européens ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente comme cela a été mis en évidence lors du sommet de Bratislava sur l'avenir de l'Europe le 16 septembre dernier. Une situation qui met davantage en péril le projet européen.

Des policiers belges qui font passer en douce treize migrants sur le territoire français : l’Europe s’enlise chaque jour davantage dans la crise, sinon dans le ridicule. Depuis le Brexit, la désagrégation européenne n’en finit plus.  Chacun pour soi, Dieu pour tous ? Pas même de référence à Dieu : chacun pour soi suffit. Sur les migrants, sur les accords de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canda, sur la fiscalité, sur la croissance, sur tout, la chienlit s’accentue.

Dernière tentative de retrouver un semblant de cohésion, le 16 septembre dernier, à Bratislava, Slovaquie. 31° Celsius, journée ensoleillée, vent 51 km/h : une bonne nouvelle pour les vingt-sept dirigeants européens réunis pour sauver l’Europe, en "situation critique" dit Angela Merkel, en danger de "dislocation" surenchérit François Hollande. Avec une telle météo, ils purent gambader autour du château et profiter de leur croisière sur le Danube pas très bleu. Au moins, ils n’auront pas totalement perdu leur journée et on est contents pour eux. Surtout pour le couple franco-allemand, incapable de gérer le départ du Royaume-Uni et sussurrant à l’oreille des nations européennes une  vague "feuille de route" et des "pistes" ouvertes. Et découvrant qu’il n’y a bien qu’une seule stratégie, celle de la poule mouillée.

Flux migratoires, protection des frontières, sécurité, islamisme radical : entre la crainte de déplaire au politiquement correct de l’Europe du Sud, et celle de voir l’Europe de l’Est décréter la sécession, il fut décidé de ne rien décider.  Résultat : la dislocation a continué.

Sur ces questions d’immigration et de sécurité, à gauche, les pays du "Club Med", plutôt socialisants : Grèce, Italie, Portugal, Chypre et Malte, l’Espagne s’étant retirée. Depuis leur "déclaration d’Athènes", ils persistent à ne pas vouloir porter seuls le poids de l’afflux des réfugiés. Oui, au mécanisme de solidarité disent-ils, qui prévoit des "quotas" de réfugiés pour chaque État. Avec un corps européen de garde-frontières, des contrôles, un fichier antiterroriste, un dispositif d'informations pour filtrer les terroristes, c’est jouable dit François Hollande qui les soutient. Et le politiquement correct d’applaudir.

A droite, non au "diktat de la Commission européenne" répliquent la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie, pays dit "du groupe de Visegrad". Le terrorisme n’est pas le seul problème disent-ils, les migrants arrivent avec une identité forte. En face : le multiculturalisme. "L’Union européenne est actuellement riche et faible, la pire des combinaisons" pour des migrants qui viennent d’abord à cause du niveau de vie , rappelle le hongrois Viktor Orbán. Ils pourront donc ne pas assimiler ces identités culturelles faibles.

Idée d’extrême-droite ? De bon sens seulement. Le président tchèque, Milos Zeman, socialiste pourtant, ne pense pas différemment. Il reproche à l’Allemagne une "politique dénuée de sens". Tous ces pays arrêtent le regroupement familial, ferment leurs frontières, rappellent leurs références chrétiennes, refusent le fédéralisme. Et ils ont le soutien de leur population quand Merkel et les pays du "Club Med" connaissent une crise de légitimité. La Hongrie organise même un référendum dont nul ne doute de l’issue, le 2 octobre : "Voulez-vous que l'Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non hongrois en Hongrie sans l'approbation du Parlement hongrois ?".

Face aux poules mouillées, la théorie des jeux le montre : le courage paie. La Commission a dû accepter la "solidarité flexible", cette autorisation de refuser les quotas. Et le courage est contagieux. L'Autriche, les pays baltes et la Roumanie ne craignent plus de dire "non". "La question des migrants ne doit pas se résumer à un nombre à répartir, ils doivent pouvoir s’intégrer dans la culture et la société des pays d’accueil", rappelle le premier ministre centriste Dacian Ciolos. Le Danemark même a lâché l’Allemagne : le pays doit être "protégé" contre cet "énorme flux de réfugiés qui défie l’Europe et exerce des pressions sur notre société et sa cohésion", déclare le Premier ministre libéral, Lars Loekke Rasmussen.

Le pire est devant nous. A Bratislava, l’Europe s’étripe à présent sur le Tafta, accords de libre-échange avec les Etats-Unis, et le Ceta, mêmes accords - ou peu s’en faut - avec le Canada. Les pays du "Club Med" ont explosé, le groupe de Visegrad aussi. La France, la Hongrie, la Slovaquie et bien d’autres pays exigent la fin des négociations de la Commission européenne avec les Etats-Unis, mais celle-ci veut les poursuivre avec l’appui de la Tchéquie, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne et j’en passe;  sur le Ceta, douze pays sont pour, les autres sont contre ou exigent que cet accord - comme d’ailleurs le Tafta - soit ratifié par les Parlements.  Une bataille de boutiquiers pour savoir si ces accords sont "mixtes", c’est-à-dire s’ils concernent aussi les domaines des Etats, ou non mixtes, ce qui permettrait à la Commission de se moquer des avis des populations  et de poursuivre seule son petit bonhomme de chemin.

La crise est devant nous je vous dis. Et avec les élections qui se profilent, en Allemagne, en France, en Autriche, les référendums en Italie et en Hongrie, rien ne sera décidé. Aux Etats-Unis même, que va-t-il se passer pour le Tafta ? Trump est plutôt contre, Hilary Clinton plutôt pour, mais Nancy Pelosi, leader démocrate à la Chambre des représentants est contre, et le Parti républicain est plutôt pour.

L’Europe va donc continuer cette stratégie de la poule mouillée qui lui va si bien au teint, cette poule, comme le disait Henri IV, que les populations finissent par mettre au pot le dimanche, celui des élections.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Japon : une lueur d'espoir au milieu du chaos

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

04.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

05.

Arabie saoudite : ces rumeurs sur une possible destitution de MBS

06.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

01.

Cette dénonciation frénétique de l’islamophobie qui masque si souvent un islamo-mépris qui s’ignore

02.

Savez-vous qu'Éric Zemmour, Élisabeth Lévy, Natacha Polony et Jean-Pierre Chevènement sont antisémites ? Sans doute pas, mais Jacques Attali, lui, le sait !

03.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

04.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Débat sur l’immigration : le gouffre d’une société moralement désarmée

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
joke ka
- 26/09/2016 - 10:51
l'Europe est morte
Vive l'Europe! enterrons cette Europe devenue folle, aux mains des technocrates et des financiers mondialistes et créons une nouvelle Europe des nations qui mettrait en valeurs ce qui nous réunit : notre histoire, notre civilisation ,nos racines judéo chrétiennes ....
exit les commissaires politiques, les Moscovici, Juncker ,Sigmar Gabriel, Viviane Reding, Malströem etc etc..tous ces profiteurs de ce pactole qui enrichit ces fonctionnaires technocrates avec leurs diktats
joke ka
- 26/09/2016 - 10:20
l'Europe est morte
Vive l'Europe! enterrons cette Europe devenue folle, aux mains des technocrates et des financiers mondialistes et créons une nouvelle Europe des nations qui mettrait en valeurs ce qui nous réunit : notre histoire, notre civilisation ,nos racines judéo chrétiennes ....
exit les commissaires politiques, les Moscovici, Juncker ,Sigmar Gabriel, Viviane Reding, Malströem etc etc..tous ces profiteurs de ce pactole qui enrichit ces fonctionnaires technocrates avec leurs diktats
lexxis
- 26/09/2016 - 09:32
DES DIRIGEANTS SUSPECTS
Et avec l'actuel Président Juncker englué dans le scandale Luxlinks, le précédent, Barroso et ses accointances anciennes avec Goldman Sachs, la falsification éhontée par cette dernière des comptes de la Grèce sans sanction aucune, l'implication d'une Commissaire dans des sociétés écrans logées dans les paradis fiscaux et enfin le scandale VolksWagen, on ne parle pas de la grave crise de légitimité que traverse la Commission et à travers elle l'institution européenne toute entière.

Comment confier son sort à des gens dont on apprend chaque jour qu'ils sont trop souvent en conflit d'intérêts, pour ne pas dire plus? Comment confier son sort à une institution qui a conçu béatement Schengen, sans prendre aucune des mesures nécessaires à son application? On a trop souvent l'impression que, faute de bon sens, faute de réflexion, faute de cohérence, l'Europe joue les apprentis sorciers...