En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Ce qui compte le plus, c’est le ciblage : ou plus précisément, cibler deux groupes de personnes. Le noyau dur des électeurs d’Hillary et son staff de campagne feront en sorte qu’ils aillent bien voter, sans oublier les indécis.
THE DAILY BEAST
Qu’elle rate ou qu’elle réussisse son duel avec Trump, Hillary Clinton dispose d’une arme secrète pour gagner (malgré tout…)
Publié le 30 septembre 2016
Oui, l’écart dans les sondages s’est resserré. Mais ces derniers ne comptent pas par rapport au ciblage. Et sur ce front, Hillary Clinton est à des années lumière devant Donald Trump.
Rob Shepardson est l'un des cofondateurs de l'agence de marketing SS+K à laquelle a eu recours l'équipe de Barack Obama pour cibler sa campagne auprès des jeunes. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rob Shepardson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rob Shepardson est l'un des cofondateurs de l'agence de marketing SS+K à laquelle a eu recours l'équipe de Barack Obama pour cibler sa campagne auprès des jeunes. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oui, l’écart dans les sondages s’est resserré. Mais ces derniers ne comptent pas par rapport au ciblage. Et sur ce front, Hillary Clinton est à des années lumière devant Donald Trump.

Rob Shepardson. The Daily Beast

Mes amis sont presque morts de peur à cause de l’écart qui diminue dans les intentions de vote entre Hillary Clinton et Donald Trump, mais aussi parce que les jeunes n’iront pas voter à cause d' un soi-disant "écart d’enthousiasme". Si vous avez peur aussi, rassurez-vous. Voici pourquoi Hillary va gagner :

1) Les sondages nationaux sont généralement sans importance. Le New York Times le sait bien d’ailleurs, et ne met jamais les résultats des sondages nationaux en première page le vendredi. Les sondages nationaux ne comptent pas ;

2) Les sondages traditionnels ne sont pas précis : à la fin de la campagne d’Obama en 2012, on n’utilisait pas les sondages traditionnels pour évaluer l’état de la course présidentielle. Pourquoi ? Parce que la méthodologie est moins fiable que jamais, étant donné la très large utilisation des téléphones portables, et l’antipathie du public envers des questionnaires dont le temps de réponse est en moyenne de 20 minutes. Mais plus important encore, les sondages traditionnels ne captent pas ce qui compte réellement à huit semaines de la campagne ;

3) Ce qui compte le plus, c’est le ciblage : ou plus précisément, cibler deux groupes de personnes. Le noyau dur des électeurs d’Hillary et son staff de campagne feront en sorte qu’ils aillent bien voter, sans oublier les indécis ;

4) L’équipe de campagne d’Hillary connait ses électeurs, un par un : en 2008 et 2012, l’équipe d’Obama a inventé et perfectionné l’utilisation du Big Data rien que pour cet usage. Cela combine l’extrême sophistication de l’historique de vote de chaque électeur avec les tactiques de persuasion et de mobilisation des électeurs les plus efficaces et les plus originales jamais inventées : le contact personnel ;

5) Comment ça marche ? Exactement comme les entreprises. L’équipe de campagne va suivre et analyser votre comportement en ligne – pas celui de votre frère ou de votre ami, non le votre : Facebook, Amazon, sites d’information en ligne, agences de voyages, etc. Ils connaissent vos centres d’intérêt, vos préférences, votre niveau de revenus, votre niveau d’éducation et bien plus. Ils savent si vous êtes dans un Etat en ballotage ou pas. Et si vous avez fait un don de 10 dollars à la campagne d’Hillary, ou si vous avez acheté son t-shirt, et encore bien davantage. Mais surtout, et le plus important, ce qui compte le plus pour vous, politiquement : peut-être êtes-vous passé juste quelques secondes sur sa page d’accueil, puis le reste de votre temps en ligne sur sa page dédiée au changement climatique. Ensuite, ils utilisent des bases de données publiques qui ont enregistré votre affiliation politique et si vous avez voté aux dernières élections – pas pour qui vous avez voté mais si vous avez voté. Ensuite, ils donneront toutes ces données à leur armée de militants sur le terrain pour être utilisées lors des rencontres avec les électeurs. Ils font du porte à porte, en laissant tomber les sympathisants républicains, et ceux qui ne votent jamais, et en faisant quasiment l’impasse sur les militants d’Hillary.

Ils vont  contacter souvent les indécis durant les huit dernières semaines de la campagne pour savoir s’ils se sont décidés. Si ce n’est pas le cas, ils vont leur demander de quel type d’informations ils ont besoin pour prendre une décision, ou s’ils aimeraient parler à quelqu’un à propos d’un sujet qui leur tient à cœur. S’ils sont certains de voter pour Hillary, ils leur demanderont s’ils savent quand ils iront voter (avant d’aller au travail, en journée, ou après le travail), pour savoir s’ils ont besoin qu’on les dépose au bureau de vote, s’ils iront avec Madame Durand, la voisine d’à côté parce qu’elle va en conduire d’autres jusqu’au bureau de vote, etc. Les données passées montrent que la personne a plus de chances d’aller voter si elle a déjà planifié sa journée de vote, ou si la personne sait que des amis ou des connaissances iront voter

1) Tout cela a une valeur inestimable et est d'une grande efficacité : l’équipe de campagne fait des sondages en ligne toutes les nuits avec des échantillons choisis parmi les électeurs, puis utilisent des milliers de modèles mathématiques en fonction du taux de participation et des préférences. Ces sondages sont incroyablement précis, bien plus que les sondages classiques. Beaucoup de professionnels de la politiques pensent que 2012 a signé l’arrêt de mort des sondages classiques, à part lorsqu’il s’agit de tester un nouveau message politique ;

2) Le Parti républicain est clairement à la traine dans ce domaine ; Trump n’a aucun de ces moyens. Les démocrates ont toujours eu recours aux militants, étant donné leur philosophie communautariste, leur ancrage dans les foyers des travailleurs, et leur historique qui manque de fonds pour les campagnes présidentielles. Les Républicains n’ont pas investi dans l’action militante du tout. 2008 fut le réveil pour eux lorsqu’ils ont découvert la puissance du Big Data combinée à l’action militante. Et en 2012, malgré les progrès de Mitt Romney, ils étaient encore loin derrière. Et en tant que parti politique, ils sont loin derrière, mais Trump lui-même est encore bien plus à la traine : il n’a pas de stratégie militante, ni d’équipe Big Data digne de ce nom. C’est l’arme secrète d’Hillary ;

3) Vous vous souvenez à quel point Mitt Romney et Karl Rove avaient tout faux le soir des élections 2012 ? Romney pensait qu’il allait gagner et Rove s’est couvert de ridicule sur Fox News en annonçant que l’élection n’était pas encore jouée. Pas encore jouée ? Obama avait gagné avec quatre points d’avance et cent vingt-six grands électeurs ;

4) En parlant de grands électeurs – c’est l’autre raison pour laquelle les sondages nationaux ne comptent pas. Ce qui a de l'importance, ce sont certains Etats indécis : la Floride, l’Ohio, la Pennsylvanie, le New Hampshire, l’Iowa, la Caroline du Nord, et l’Arizona surtout. L’avantage d’Hillary dans le collège des grands électeurs est si important que Trump pourrait gagner cinq de ces sept Etats (Floride, Ohio, Caroline du Nord, Arizona, Iowa) et quand même perdre au final ;

5) Et une dernière chose :  les jeunes gens iront voter en masse pour Hillary. Oui, il y a un écart d’enthousiasme (comme il y en avait un en septembre 2012 pour Obama), mais il y a une bonne raison à cela : pour les jeunes gens, la campagne n’a pas encore vraiment commencé. Beaucoup ont un certain dédain de la politique. Ceux qu’on appelle les électeurs peu informés, ceux qui suivent passivement le déroulement de l’élection à travers le fil d’information de Facebook, ceux-là sont vraiment occupés : ils font des études à l'université, ils travaillent pour payer les factures, ils se lancent dans une carrière, ou fondent une famille. Généralement, ils commencent à s'occuper de l’élection deux semaines avant. Ils partagent des valeurs communes avec Clinton, des valeurs aux antipodes de Trump : la tolérance, la justice, l’ouverture d’esprit, l’optimisme, etc. Cela se manifeste concrètement dans la vie de tous les jours : mariage pour tous, égalité des salaires entre hommes et femmes, justice sociale, égalité des sexes, etc. Ce sont des électeurs avec des nouvelles valeurs. Ils sont dégoutés par ce que Trump représente et vont naturellement s’aligner derrière Clinton. Ils vont voter pour elle – mais ça, ils ne le savent pas encore.

De plus, les jeunes votent en tant que bloc social : quand leurs amis sur le campus ou sur le lieu de travail votent, ils y vont également. On l’a vu en 2008 bien sûr, et aussi en 2012. Cela a fait la différence en Pennsylvanie, en Floride, en Virginie, et dans l’Ohio, mettant le président Obama en tête. Ce n’est pas facile de faire face à l’obsession des médias pour les sondages. Mais détendez-vous, elle va remporter cette élection.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Ne l’appelez plus Shinzo Abe mais Abe Shinzo
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
07.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 27/09/2016 - 18:56
Bourrage de crâne
Et pendant ce temps , les média multiplient les émissions en faveur d'Hillary , tel France 5 avec C dans l'air où parmi les participants on ne trouve pas un pro Trump qu'ils passent leur temps à démolir .
hannibal barca
- 27/09/2016 - 16:14
les americains ont bouffe du clintonisme pendant 30 ans
il y a fort a prier qu ils veulent autre chose que les mensonges d hillary et sa rethorique guerriere.
TRUMP a cree une vague qui va s amplifier et ce n est pas la methode COUE qui va l empecher d etre le prochain president US
brennec
- 27/09/2016 - 13:09
Je vais garder cet article
Je vais garder cet article pour prendre date. On verra après les élections. Pour l'instant je suis assez d'accrord pour penser que les sondages ne comptent pas; je suis très dubitatif sur l'efficacité de ce traitement des big data qui a mon avis convaincra les convaincus.