En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Mi-figue, mi-raisin

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 52 min 27 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 24 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 22 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 19 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 29 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 24 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 9 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 2 heures 53 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 57 sec
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 24 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 5 heures 59 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Censeurs

Bourdin réprimandé pour les propos d’une ministre : le CSA ou la nouvelle police de la pensée

Publié le 24 septembre 2016
Le CSA a demandé à Jean-Jacques Bourdin de contrôler la parole de ses invités après la bourde de la ministre des Familles Laurence Rossignol qui avait parlé de "nègres" à la télévision. On peut se demander à quoi sert un organisme qui demande de mettre en place une censure dans une démocratie.
Christian Combaz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Combaz, romancier, longtemps éditorialiste au Figaro, présente un billet vidéo quotidien sur TVLibertés sous le titre "La France de Campagnol" en écho à la publication en 2012 de Gens de campagnol (Flammarion). Il est aussi l'auteur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le CSA a demandé à Jean-Jacques Bourdin de contrôler la parole de ses invités après la bourde de la ministre des Familles Laurence Rossignol qui avait parlé de "nègres" à la télévision. On peut se demander à quoi sert un organisme qui demande de mettre en place une censure dans une démocratie.

Atlantico : Le CSA vient de demander à Jean-Jacques Bourdin, à la suite de la déclaration polémique de Laurence Rossignol sur certains "nègres" qui étaient pour l'esclavage, de "maîtriser son antenne". Ne s'agit-il pas d'une grossière bévue de la part de l'organisme, qui semble se muer en police de la pensée plutôt qu'en défenseur de la liberté d'expression ?

Christian Combaz : Le CSA est un organisme d'attribution des fréquences, d'orientation du service public et de contrôle des contenus qui ne remplit pratiquement que la première de ses missions, et encore, on se demande toujours sur quels critères, à part un coup de fil bien placé. Il n'oriente rien du tout, et au lieu de contrôler le contenu moral des programmes pour éviter de heurter la foule en laissant diffuser de la violence, ou des émissions sordides, ou des jeux orientés vers le voyeurisme ou la cupidité, il se mêle de réformer l'usage du langage. L'exemple que vous citez est particulièrement grotesque puisqu'à l'époque de l'esclavage  les livres, les journaux, les auteurs de théâtre et de chansons employaient le mot nègre. Et qu'en se référant à cette époque-là Mme Rossignol, certes de manière un peu irréfléchie, ne fait pratiquement que de l'histoire, et son vocabulaire ne reflète évidemment aucun préjugé racial. Oui mais on va me dire, on craint qu'elle ne les éveille par cette maladresse et c'est pourquoi on a demandé au présentateur qui la recevait de contrôler le vocabulaire de ses invités. Donc si je traduis bien le CSA joue le même rôle que le pion dépassé par un chahut dans un collège, il dit si ça continue, je vais punir le délégué des élèves, le tout évidemment pour une faute extrêmement vénielle à côté des séries violentes comme Disparue qu'il laisse diffuser à 20 heures 30. Donc une fois de plus il s'agit pour cet organisme grotesque, sur-payé, nommé par copinage et totalement incompétent, de plaire, ou plutôt de ne pas déplaire, à ceux qui l'ont nommé, et non de protéger la morale publique, la civilité, l'humanisme, dont il se fiche totalement. Plus il défend le politiquement correct, plus on peut être sûr qu'il est moralement douteux. Si vous cherchez dans internet les aventures de Françoise Laborde au pays de la morale personnelle, par exemple, vous verrez à quel point nous sommes dans le haut-de-gamme.

Vous avez été candidat à un poste au CSA que vous n'avez pas obtenu. Vous aviez la moindre chance ?
 

Aucune évidemment,  mais je suis allé voir les présidents du Sénat et de l'Assemblée (le troisième pilier était la Présidence de la république, qui nomme le président du CSA et un tiers des membres, et qui s'est fendue d'une lettre). Dans mon propre courrier dont j'ai adressé copie à l'AFP qui n'en a tiré évidemment aucun communiqué même de deux lignes, j'expliquais que ma candidature se voulait une protestation contre des nominations politiques gouvernées par des choix qui n'avaient rien à voir avec la compétence, par exemple je tiens du président du Sénat que je n'avais aucune chance "puisqu'il fallait une femme". En outre je réclamais exactement la moitié du salaire d'un membre ordinaire du CSA pour montrer que les 11 000 euros mensuels étaient un outrage au bon goût dans un pays en crise. A part Atlantico, aucun écho dans la presse, ne fut-ce que sur cet aspect salarial qui me paraissait pourtant un excellent sujet de débat. Mais sur ces questions-là le courage des journalistes est assez rare.

Qu'est-ce qui légitime encore l'existence du CSA aujourd'hui ? Ont-ils un quelconque pouvoir ? Sont-ils seulement écoutés par ceux qu'ils réprimandent régulièrement ?

Ils n'ont aucun pouvoir, à part celui de servir les groupes de télédiffusion selon les recommandations du ministre. Ils sont écoutés, je veux dire surveillés, par ceux qui les ont nommés, à qui ils doivent de justifier la faveur qui leur a été faite, en jouant les béni-oui-oui sur les questions de société, le sexisme, le racisme réel ou supposé, etc. Comme ils ne peuvent pas s'inventer une compétence intellectuelle qu'ils n'ont pas (je ne cite pas de noms mais il suffit de lire leurs tweets pour être édifié sur la pauvreté de leur expression), ils se rattrapent sur la conformité idéologique, à défaut de sens de la morale ou  d'élégance dans le verbe. Le commerce gouverne la plupart des choix du service public, les sociétés de production du style de celle qu'avait fondée le défunt Delarue, ou celle qui dirige le destin de Ruquier s'enrichissent sur l'argent du contribuable, on ne demande jamais leur avis aux gens sur ce qu'ils souhaitent . A part quelques parlementaires en commission on ne voit personne se pencher sérieusement sur la question des contenus. On nous dit (Matthieu Gallet président de Radio France encore récemment) que le service public a pour mission de contenir les extrémismes. Mais dans l'esprit de ce genre de personnages l'extrémisme c'est quand on écrit que la cruauté est un outrage inadmissible sur le service public et qu'il y a trop de productions violentes. Ils disent que ça fait réactionnaire. Du coup ce sont les défenseurs de la bonté et de l'humanisme qui passent pour des extrémistes. Je vous rappelle que faute de mieux il y a deux ans le CSA s'est attaqué aux plaisanteries de Candeloro sur le tutu des patineuses - alors qu'on voit saigner des gens en prime time.

Je préconise une augmentation des membres de moitié , et la diminution de leur salaire des deux tiers. Si vous comptez bien, on économise, et on rend la décision plus collégiale. Vous allez me dire: mais qui siègerait dans cet organisme pour trois mille euros par mois ? 

Moi par exemple et si vous me chargez du recrutement à la place de Bartolone (encore une sommité morale) je vous en trouve dix-huit en une semaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 26/09/2016 - 08:33
Sera-t-elle (la ministre)
poursuivie en justice et condamnée comme l'a été et célèbre parfumeur ?
assougoudrel
- 25/09/2016 - 09:05
C'est vrai
Dans "The Voice" sur TF1, celui qui chante en français, n'a aucune chance. Il parait que le CSA parle d'y remédier suite a beaucoup de contestations.
Jean-Benoist
- 24/09/2016 - 18:56
jai la nausée en
Constatant une fous de plus que la liberté d'expression est interdite..
le Csa et le wcrqn vont ils porter plainte, eux qui sont si prompts a trainer en justice Zemmour?
dans quel pays vivons nous? Le Cas devrzit plutôt s'intéresser a préserver et développer l'utilisation de la langue française a la tele car dans de nombreuses emi, ce sont les expressions anglaises qui sont legion
ras le bol de ces censeurs