En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 7 min 14 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 19 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 26 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 24 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 50 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 50 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 47 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 45 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 55 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 6 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 34 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 50 min
© Reuters
Afin de relancer le secteur très porteur qu'est celui du bâtiment, le Premier ministre chinois Xi Jinping a mené une grande réforme du système résidentiel national en vigueur depuis 1958, le "hukou", afin de redonner un coup de fouet à l'urbanisation.
© Reuters
Afin de relancer le secteur très porteur qu'est celui du bâtiment, le Premier ministre chinois Xi Jinping a mené une grande réforme du système résidentiel national en vigueur depuis 1958, le "hukou", afin de redonner un coup de fouet à l'urbanisation.
Immobilité sociale

Comment les mégapoles chinoises empêchent les communautés rurales, pas assez éduquées à leur goût, de s'installer en ville

Publié le 22 septembre 2016
Afin de soutenir la croissance et doper la consommation intérieure, le gouvernement chinois a décidé de reformer la très critiquée politique résidentielle du "hukou" qui compliquait sérieusement la tâche des populations rurales désirant migrer en ville. Désormais, les villes accueillent davantage de provinciaux, à condition qu'ils soient un minimum éduqués.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Afin de soutenir la croissance et doper la consommation intérieure, le gouvernement chinois a décidé de reformer la très critiquée politique résidentielle du "hukou" qui compliquait sérieusement la tâche des populations rurales désirant migrer en ville. Désormais, les villes accueillent davantage de provinciaux, à condition qu'ils soient un minimum éduqués.

La Chine a connu une croissance économique à deux chiffres depuis le début des années 2000. Cependant, celle-ci commence à s'infléchir sérieusement depuis 2010. Afin de relancer le secteur très porteur qu'est celui du bâtiment, le Premier ministre chinois Xi Jinping a mené une grande réforme du système résidentiel national en vigueur depuis 1958 (sous Mao Zedong), le "hukou", afin de redonner un coup de fouet à l'urbanisation du pays, aux constructions et à la consommation. Entrées en vigueur le 1er janvier 2016, ces mesures devaient ainsi permettre de régulariser les quelque treize millions de migrants intérieurs qui attendent d'obtenir leur statut, huit rien que pour la ville de Pékin. Seulement, sans réellement résoudre le problème, elles en ont créé un autre : l'accentuation des inégalités entre les catégories socioprofessionnelles. Voici pourquoi.

Héritage communiste

C'est le site américain The Atlantic qui met le doigt sur ce point de détail, qui a toute son importance. Comme l'article l'explique bien, cette réforme est paradoxale. Car si la Chine veut redonner de l'allant à son marché de l'immobilier, elle a toute les peines du monde à accueillir davantage de monde dans ses plus grandes agglomérations, chargées par la pollution et le trafic routier. Les statistiques sont parlantes : alors que la population chinoise a augmenté de 6% entre 2000 et 2010, celle de Pékin s'est envolée de 40%. Et d'ici 2020, la capitale aux 21 millions d'habitants devrait accueillir encore deux millions de personnes supplémentaires.

Dans les années 1970, quelque 80% de la population chinoise vivait encore à la campagne. Pour cause, il était interdit de changer de ville sans se plier à une procédure très contraignante. Comme le stipulait (et le stipule encore) le "hukou", chaque habitant de se devait de posséder une sorte de passeport intérieur dans lequel était renseigné toutes sortes d'informations. Directement inspiré de la propiska russe, ce permis obligatoire de résidence était pour le régime un instrument permettant de planifier et de contrôler la redistribution des ressources, surtout alimentaires, mais également de créer une base de données sur la population afin de la classer selon le danger qu'elle représentait pour le gouvernement, explique Le Journal International.

Exode rural

Mais à partir des années 1980, des réformes ont permis aux populations rurales de se rendre en ville, notamment pour y vendre leurs produits, sans pour autant pouvoir y habiter, en théorie. Car en pratique, ces mesures ont déclenché un véritable exode rural, motivé par l'envie de devenir citoyen urbain. Pour cause, les détenteurs d'un "hukou" urbain, habitants citadins de longue date, se voyaient attribuer une protection sociale, un système de retraite, un accès facilité à l'éducation et aux soins, une assurance maladie, choses dont les populations rurales ne bénéficiaient pas. Mais s'exiler en ville n'a, évidemment, pas suffi aux populations rurales pour obtenir leur sésame comme par magie. De là sont nés les "mingongs", qui se traduit littéralement par paysans ouvriers, les "provinciaux" qui venaient travailler en ville sans aucune couverture sociale, la plupart du temps dans des conditions de vie très précaires et à un salaire équivalent à 60% celui des populations urbaines "de souche", précise l'universitaire Chloé Froissart dans l'une de ses études sur le "hukou".

Pékin a donc décidé de réagir par le biais de ces nouvelles réformes permettant de régulariser ces migrants ruraux, tout en évitant que les mégapoles déjà surpeuplées ne finissent par devenir invivables. Un jeu d'équilibriste, que le gouvernement veut tenir en sélectionnant sur le volet ces potentiels nouveaux citadins, et en privilégiant leur accueil dans les villes de moins de 500 000 habitants. Pour ces agglomérations-là, il suffira d'occuper un logement légal et stable et d'avoir un emploi déclaré pour être éligible au "hukou" local. En revanche, pour les plus grandes villes, les conditions sont plus contraignantes, et donnent lieu à un accroissement des inégalités.

Système de points

Il s'agit pour le gouvernement d'effectuer une relocalisation des populations selon le potentiel de chaque habitant. Pour cela, un système de points a été mis en place, dans lequel les individus qui en comptent le plus sont ceux qui bénéficient du plus large choix de destinations urbaines. Une élite qui n'est pas accessible à n'importe qui. Pour pouvoir "concourir", il faut préalablement avoir déjà été embauché et avoir cotisé durant sept années consécutives au régime de sécurité sociale local. Une fois ce premier tri effectué, les points sont attribués selon le niveau de diplôme dont bénéficient les individus. Ainsi, une Licence équivaut à 15 points, un Master à 26 points, et un doctorat à 37 points.

Or, plus le diplôme est prestigieux, plus il y a de chances que son détenteur soit issu d'une classe socioprofessionnelle aisée. En effet, dans les régions rurales, les agriculteurs des classes modestes ne peuvent pas se permettre de financer les études de leurs enfants, qui de plus ne pourront pas les aider au champ. De la sorte, difficile de permettre la mobilité sociale.

En agissant de la sorte, le gouvernement chinois organise une fuite des cerveaux à grande échelle qui à terme, donnera lieu à des villes splendides, hauts lieux de culture et d'économie, mais également à des régions nécrosées, où la misère continuera de régner. Ce qui, on le devine, provoquera à nouveau un afflux migratoire des zones rurales vers les villes et continuera de façonner les banlieues des agglomérations, entre bidonvilles et tours d'ivoire.

La Chine est grande. Peut-être trop grande, pour un pouvoir et des institutions aussi centralisés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires