En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 12 heures 41 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 15 heures 59 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 17 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 18 heures 3 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 18 heures 23 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 20 heures 58 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 22 heures 56 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 16 heures 8 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 17 heures 44 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 23 heures 13 min
© REUTERS/Stringer
© REUTERS/Stringer
Bonnes feuilles

"Le danger est qu’une civilisation globale se mette un jour à produire des barbares nés de son propre sein" : quand les craintes de Hannah Arendt se réalisent

Publié le 24 septembre 2016
L'islamisme marque le retour de la barbarie, et ceci dans une dynamique croissante après le 11 septembre. Nous avons vaincu les barbares d'autrefois : saurons-nous vaincre ceux d'aujourd'hui ? Que l'islam soit le terreau de l'islamisme n'explique pas tout. Il est le symptôme d'un mal plus profond, dont il nous faut chercher les causes. Nous pourrons alors peut-être lui trouver un remède. Extrait de "Barbares : le retour", de Vincent Aucante, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2
Vincent Aucante, docteur en philosophie, ancien Directeur du Centre Saint-Louis à Rome et ancien Directeur culturel du Collège des Bernardins à Paris, est spécialiste de Descartes et d'Edith Stein.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Aucante
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Aucante, docteur en philosophie, ancien Directeur du Centre Saint-Louis à Rome et ancien Directeur culturel du Collège des Bernardins à Paris, est spécialiste de Descartes et d'Edith Stein.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'islamisme marque le retour de la barbarie, et ceci dans une dynamique croissante après le 11 septembre. Nous avons vaincu les barbares d'autrefois : saurons-nous vaincre ceux d'aujourd'hui ? Que l'islam soit le terreau de l'islamisme n'explique pas tout. Il est le symptôme d'un mal plus profond, dont il nous faut chercher les causes. Nous pourrons alors peut-être lui trouver un remède. Extrait de "Barbares : le retour", de Vincent Aucante, aux éditions Desclée de Brouwer 1/2

Et maintenant ?

Sous une apparence déconcertante au premier abord, la culture barbare s’est révélée plus qu’un oxymore: l’analyse serrée des groupes considérés historiquement comme des barbares, des Vandales aux Mongols, a en effet révélé des traits communs à tous ces peuples.

La confrontation de la nouvelle barbarie à celle d’autrefois révèle que la seconde n’était pas choisie: elle était celle de communautés homogènes, frappées d’un puissant mimétisme les structurant socialement et politiquement. Et les civilisations, qui restent travaillées par une violence profonde, peuvent régresser vers une telle barbarie spontanée lorsque les conditions sont favorables. Mais la nouvelle barbarie se révèle au contraire une alternative choisie, dans des civilisations qui ont atteint un indéniable niveau culturel élevé. Ce sont des choix individuels qui président à donner libre cours à cette barbarie cachée, et qui peuvent dégénérer en violences de masse. Cicéron et Tacite l’avaient découvert déjà à leur époque: la barbarie n’est pas seulement une manière de rejeter l’étranger qui diffère par rapport à sa propre culture, ni un point de vue qui à l’extrême rendrait le barbare aimable: elle habite au fond de chaque personne. C’est la persistance de cette barbarie intérieure qui explique les dérives des sociétés civilisées, tant dans l’organisation des massacres de leur propre population que dans l’exploitation destructrice d’êtres humains supposés d’un degré d’humanité moindre, des esclaves aux prostituées. Il ne suffit donc pas de condamner les crimes de l’Allemagne nazie, du stalinisme, ou des Khmers rouges. D’autant que pour les violences et massacres qui ne sont pas reconnus comme des génocides, au sens où l’entend le Tribunal international de La Haye, les groupes et les États coupables restent impunis.

La question ici n’est pas non plus de condamner la violence au nom d’une morale érigée en règle universelle, mais plutôt de dénoncer la présence de la barbarie au cœur même de nos civilisations avancées, ainsi que la responsabilité des dirigeants politiques qui la choisissent sciemment. Ou pour le dire autrement, la raison dans ce qu’elle peut construire de plus élevé cohabite sans heurts avec la plus violente des barbaries, Hobbes déjà l’avait appréhendé en son temps. Cette compromission, qui avait frappé Hans Jonas face aux camps de concentration nazis, est bien le problème des cultures postmodernes, leur face d’ombre qui les ronge de l’intérieur comme une gangrène qu’on ne perçoit que dans ses résurgences massives. Maurice Merleau-Ponty en avait eu le pressentiment : 

« La vie politique rend possible une civilisation, mais est atteinte d’un mal fondamental qui relativise le jugement politique. »

La pensée se trouve comme sclérosée face à cet abîme qui lui est intérieur; comme le notait déjà Aristote, la raison peut utiliser ses facultés pour faire le mal. Et la personne humaine qui a acquis une certaine liberté individuelle est d’autant plus exposée à ce que Hannah Arendt appelle le « mal radical », qui travaille la liberté individuelle. Paul Landsberg considérait ainsi que la vie humaine oscille sans cesse entre deux vertiges: l’un l’entraînant dans une « extase noire », et l’autre vers une extase supérieure. « Le bien et le mal coulent de la même source », rappelle de même Todorov.

Lorsque la tendance à « l’extase noire » l’emporte, les individus basculent dans la barbarie. Ils peuvent d’ailleurs succomber à cette tentation collectivement, formant alors des masses criminelles, engendrant des sociétés perverses habitées par une barbarie profonde, outillée des plus grandes avancées technologiques et rationnelles. Et certains dirigeants peuvent être tentés d’y avoir recours pour asseoir leur autorité sur la terreur, en stigmatisant un ennemi réel ou imaginaire. Ce phénomène est indépendant du niveau intellectuel, culturel, artistique, il est également indépendant de la religion et des options philosophiques des intéressés. Il traverse le xxe et le xxie siècles, sous le masque de l’individualisme, ou déguisé en défense des traditions présumées. À ce titre, il n’y a donc pas de rupture entre la mouvance terroriste et nos cultures mondialisées: la première se nourrit des secondes, quel que soit son visage, « brigades rouges » ou « djihadisme ».

Pouvons-nous espérer régler la situation comme jadis les barbares furent vaincus par les anciennes civilisations? Reprenons rapidement les différents remèdes que nous avons rencontrés plus haut. Intégrer les nouveaux barbares, la chose est difficile: les cellules psychologiques accompagnant les anciens djihadistes s’y emploient, mais les causes profondes inhérentes à nos civilisations demeurent. Tenir à distance les nouveaux barbares, la chose est impossible puisqu’ils se nourrissent des contradictions internes de nos civilisations travaillées par la barbarie intérieure. De plus, avec la mondialisation des échanges et des informations, ils se retrouvent partout. Les employer comme mercenaires, les puissances occidentales le font depuis des dizaines d’années, avec comme conséquence l’émergence de nouveaux groupes qui prennent leur autonomie et se retournent contre leurs anciens amis, comme l’illustre le mouvement Al Qaida initié par les États-Unis et leur allié, l’Arabie saoudite (cf. supra). Ces deux pays continuent pourtant sur cette voie sans issue en soutenant certains groupes terroristes comme Al Nosra contre le prétendu « État islamique » (Daesh). Quant à faire la guerre aux nouveaux barbares, de nombreux États s’y emploient, mais ils ne visent que les résurgences extérieures de la barbarie sans s’attaquer aux racines du mal. Si la démographie des colons sédentaires permit autrefois de submerger les dernières enclaves tenues par les barbares, nous sommes aujourd’hui trop nombreux sur terre pour compter sur de telles solutions. Et c’est même notre démographie mondialisée qui favorise la nouvelle barbarie en imposant partout promiscuité et précarité. De plus, les démocraties sont contraintes à la fois par les rythmes soutenus de la mondialisation et par le temps court des élections, qui ne leur permettent pas d’envisager des perspectives qui s’étalent sur une dizaine d’années, a fortiori sur plusieurs générations. La barbarie se trouve enracinée dans les différents types de société qui se développent au sein de la mondialisation, et les craintes de Hannah Arendt sont plus que fondées :

« Le danger est qu’une civilisation globale, coordonnée à l’échelle universelle, se mette un jour à produire des barbares nés de son propre sein, à force d’avoir imposé à des millions de gens des conditions de vie qui, en dépit des apparences, sont les conditions de vie des sauvages. »

Cette prophétie se réalise en ce moment.

Extrait de "Barbares : le retour", de Vincent Aucante, aux éditions Desclée de Brouwer, septembre 2016. Pour acheter ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier K.
- 25/09/2016 - 17:25
La condition de l'homme moderne
Selon Harendt est celle de l'esclave!
lafronde
- 24/09/2016 - 20:28
C'est bien vrai, notre société produit ses propres ennemis.
Puisque notre civilisation est l'héritière des us et coutumes des barbares germains et francs, au terme barbare, je préfère celui d'ennemi intérieur. Et en effet notre société les produit. Je dis notre société car nous avons, nous société civile, délégué quasiment tout à la société politique. De l'école, à la solidarité, tout ce qui faisait la vie locale si riche autrefois, est piloté par des administrations anonymes et onéreuses. Ainsi ce qui naguère relevait de la Charité, est désormais un droit social, engageant l'Etat et le contribuable, sans aucune obligation pour le bénéficiaire. De même l'emploi de proximité, souvent peu qualifié, mais utile précisément aux moins qualifié pour tenir leur place tête haute dans la société, ces emplois ont disparus. Substitution bien connue des dépenses publiques aux dépenses de proximité, privées. Sur ce social dégradé par l'assistanat, l'anonymat et les trafic illicites mais tolérés, vient se greffer le discours politicien. Démagogie victimaire d'autant plus effroyable qu'elle passe du social au racial. Sur ces décombres républicaines, l'islamisme conquérant cueille autant de candidats djihadiste qu'il veut. République inconséquente !
vangog
- 24/09/2016 - 17:43
Oui...et les solutions?
Cette lamentation continuelle sur le mur des incompétences politiciennes passées n'est plus de propos... Face à la progression de la barbarie, qui procède par mimétisme, elle-aussi, existent trois solutions: le déni ( on connait: c'est la politique gauchiste de l'autruche et du centre mou), la lamentation et la colère ( c'est ce qui anime, alternativement, la droite archaïque, et la paralysé face au choix), et la réaction ( oh putain! Le gros mot...) car réagir à une menace est ce qui garantit la liberté des individus. Sans réaction, les hommes se condamnent aux pleurs et à la soumission. Alors, de grâce, cessons de pleurnicher, et réagissons, avant qu'il ne soit trop tard!