En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

05.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

06.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

07.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Organisation dynamique

L’obésité de notre système de santé face à l’agilité de ses acteurs

il y a 59 min 15 sec
décryptage > International
Parti de la loi et de l'ordre

Une tragédie américaine

il y a 1 heure 41 min
décryptage > Politique
Bas les masques

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Pourquoi les couples et les célibataires ont des styles de vie encore plus différents post-Coronavirus

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Similitudes ?

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Stratégie risquée ?

Alliance LREM / LR : le baiser de la mort... mais pour qui ?

il y a 3 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Automobile, aéronautique, tourisme : tous ces secteurs menacés l’étaient bien avant la catastrophe sanitaire

il y a 4 heures 22 min
pépites > Economie
Impact économique
Déconfinement : la crainte du chômage est désormais plus forte que celle du Covid-19 chez les Français
il y a 16 heures 41 min
pépites > Politique
Cavalier seul
Elections municipales : Cédric Villani maintient sa candidature pour le second tour à Paris
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Italie buissonnière" de Dominique Fernandez, de l’Académie française : hors des sentiers touristiques, une belle découverte de trésors italiens méconnus

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Economie
Conséquences du Covid-19

De l’inutilité des prédictions économiques actuelles

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Politique
Enfin la vérité

Il y a un Covid-19 de gauche et un Covid-19 de droite ! Nous devons cette immense découverte à un épidémiologue, hélas encore peu connu, du nom de François Ruffin

il y a 2 heures 3 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Après le Coronavirus, les criquets ?

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Santé
Symptômes persistants ?

Effets secondaires durables de la Covid-19 : les malades abandonnés des médecins ?

il y a 3 heures 1 min
décryptage > International
Alt-right

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Emeutes

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

il y a 4 heures 3 sec
light > Insolite
Concentration
La ville japonaise de Yamato souhaite interdire l’utilisation des smartphones en marchant
il y a 16 heures 8 min
pépites > Santé
Bien-être psychologique
Ehpad : les conditions de visites vont être à nouveau assouplies dès le vendredi 5 juin
il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > High-tech
Traçage
L’application StopCovid sera disponible ce mardi 2 juin
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Faites-moi plaisir" de Mary Gaitskill : un roman subtil masculin/féminin : harcèlement ? consentement ?

il y a 20 heures 52 min
© Reuters
Dans des pays comme l'Érythrée, les départs durent depuis de longues années également et sont liés au régime politique.
© Reuters
Dans des pays comme l'Érythrée, les départs durent depuis de longues années également et sont liés au régime politique.
En passant par la Libye

Nouveaux chiffres Frontex : la crise des migrants n'a plus beaucoup à voir avec la Syrie ni avec des réfugiés de guerre

Publié le 20 septembre 2016
La crise syrienne, toute massive qu'elle est, a masqué d'autres crises migratoires d'importance. L'arrivée de migrants en provenance d'Afghanistan, d’Érythrée ou du Soudan, par exemple, constitue une situation largement préoccupante, les crises impliquées étant plus structurelles que celle de Syrie.
Jacques Barou est docteur en anthropologie et chargé de recherche au CNRS. Il enseigne les politiques d’immigration et d’intégration en Europe à l'université de Grenoble. Son dernier ouvrage s'intitule La Planète des migrants : Circulations...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Barou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Barou est docteur en anthropologie et chargé de recherche au CNRS. Il enseigne les politiques d’immigration et d’intégration en Europe à l'université de Grenoble. Son dernier ouvrage s'intitule La Planète des migrants : Circulations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise syrienne, toute massive qu'elle est, a masqué d'autres crises migratoires d'importance. L'arrivée de migrants en provenance d'Afghanistan, d’Érythrée ou du Soudan, par exemple, constitue une situation largement préoccupante, les crises impliquées étant plus structurelles que celle de Syrie.

Atlantico : Frontex publiait ce 15 septembre ses derniers chiffres relatifs à la crise migratoire. La route "méditerranéenne est" affiche une chute de 97% du nombre de migrants tandis que d'autres routes, comme celle au départ de la Libye, présente des chiffres stables. Quel état des lieux peut-on dresser de la crise migratoire qui touche l'Union européenne ?

Jacques Barou : On peut déjà constater que, depuis le lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, nous n'avons jamais assisté à des déplacements de population aussi massifs. Jusqu'à présent ces déplacement s'opéraient par des filières classiques, par l'est. Elles ont effectivement beaucoup diminué à présent : l'année du pic migratoire de cette crise, c'est 2015 plus que 2016.

En 2016, du fait des différentes mesures qui ont été prises, les flux se sont ralentis. N'oublions pas non plus que l'essentiel des gens étant déjà passés, les candidats au départ se sont naturellement faits moins nombreux par la suite. L'accord entre l'Union Européenne et la Turquie a également contribué à la mise en place d'une certaine forme de barrière ; et donc au ralentissement de l'arrivée des migrants.

C'est à partir du deuxième trimestre 2016 que le ralentissement a été le plus net. Il est justement lié à cet accord ambigu (et critiquable) entre l'Union et la Turquie. Il a néanmoins prouvé son utilité et son efficacité en ce sens. L'Allemagne a été prise par surprise et a fait le choix de tenir le discours qu'elle a tenu. Cela se retourne contre elle politiquement et elle a assez vite compris que ce serait sans issue. Angela Merkel a donc fait le choix de passer un accord, contestable certes, avec la Turquie. Il a le mérite de ralentir les flux en provenance de la Méditerranée orientale. En revanche d'autres flux continuent sans que cet accord ne puisse rien pour les freiner.

Demeure cependant que l'Europe a été prise au dépourvu en 2015. C'est le signe d'une incapacité d'anticipation, et si "gouverner c'est prévoir", il y a clairement un manque. Ces flux étaient prévisibles, puisque la crise syrienne durait depuis 2011 et déplaçait déjà entre quatre et cinq millions d'individus vers des pays voisins (Liban, Jordanie, et cætera) dont on sait les difficultés qu'ils rencontraient pour les accueillir. La Turquie en accueillait également un certain nombre, bien que les conditions n'étaient pas très favorables (exploitation d'enfants, notamment). Il était loin d'être inenvisageable que ces individus, à qui l'Europe apparaissait comme une terre plus hospitalière, qu'ils tentent leur chance.

La crise syrienne a occupé les esprits et les médias durant un moment. Pour autant, ne constitue-t-elle pas, en un sens, l'arbre qui cache la forêt ? Ainsi, les départs en provenance de Libye, totalisant 117 900 personnes depuis le début de l'année, dont une majorité de Nigérians, Erythréens, et Soudanais, ou encore la route des Balkans, affichant quant à elle un total de 122 078 personnes sur la même période dont plus de 100 000 afghans ne sont-elles pas des crises plus structurelles ?

Comme nous l'évoquions tout à l'heure, d'autres flux persistent, malgré le ralentissement de ceux de la route méditerranéenne orientale. Ces flux font moins l'objet d'attention et ont été éclipsés par la crise syrienne. Ce sont pourtant des flux beaucoup plus constants, comme c'est le cas du flux libyen. Ce dernier profite évidemment du chaos qui dure depuis des années en Libye.

Ces individus viennent généralement des pays du Sahel, dont la croissance démographique est très forte. Les situations économiques ne sont pas nécessairement catastrophiques. Des pays comme le Niger, par exemple, ont vu leur population quadrupler sur les trente dernières années. Par conséquent, la jeunesse qui ne se satisfait pas d'un demi-chômage ou d'un chômage total est prête à partir ailleurs.

Dans des pays comme l'Érythrée, les départs durent depuis de longues années également et sont liés au régime politique. La dictature embrigade la jeunesse dans l'armée plusieurs années durant, ce que cherchent à fuir les populations. Des filières se sont constituées à travers la Libye jusqu'à l'Italie et fonctionnent assez bien. Nous en parlons pourtant plus depuis quelques années, du fait de la visibilité de la crise syrienne. Cela continue pour autant à un niveau conséquent.

J'ignore s'il est possible de dire de la crise syrienne que c'est "l'arbre qui cache la forêt". Si c'est le cas, cela reste un gros arbre, en cela que peu de pays connaissent une situation aussi difficile, aussi instable et qui déplace autant les populations. Il est indéniable, toutefois, qu'elle masque les autres crises. D'autres flux continuent à arriver depuis l'Afghanistan, qu'on oublie et qu'on retrouve pourtant à Calais. Les flux en provenance d'Irak – dont la situation est très sombre : violences, attentats – sont massifs. Les migrants irakiens sont nombreux. N'oublions pas non plus les individus qui se glissent parmi les réfugiés, souvent en provenance du Maghreb et qui partent pour des raisons principalement économiques.

Il s'agit effectivement de crises plus structurelles que la crise syrienne – et de crises qui durent depuis beaucoup plus longtemps. L'Afghanistan est dans une situation de guerre civile depuis les années 80. Cela n'a jamais véritablement cessé et ne semble pas prêt de s'arrêter : les talibans reprennent du terrain et désormais seul 30% du territoire est contrôlé par les partis pro-occidentaux au pouvoir. Ceux qui souhaitent échapper à cet état de guerre perpétuel continuent de partir. C'est indéniablement plus structurel. Le Soudan constitue aussi une crise plus structurelle, compte-tenu de la présence de deux Soudans – du Sud et du Nord. Les rivalités entre personnalités politiques représentant des groupes ethniques différents continuent et contribuent à mettre en place une guerre civile durable, presque perpétuelle. Là encore, les gens continuent de partir. 

Comment anticiper l'avenir ? Le gros de la crise est-il effectivement derrière nous ou, à l'inverse, la situation demeure-t-elle fragile ?

La situation reste très fragile. Pour le cas de la Syrie, il est possible que le gros de la crise soit passé, tout au moins à court terme. 

Cependant, si les relations avec la Turquie en venaient à se dégrader, il est fort possible qu'elle ne jouerait plus son rôle de frein. Pire encore, elle pourrait encourager les départs.

D'autres crises n'en sont pas encore, mais pourraient le devenir à l'avenir. Certains pays sont stables aujourd'hui, mais vont bientôt faire face à des échéances politiques potentiellement à risque, très incertaines. Sur fond d'économie devenue assez fragile en raison de la baisse des prix du pétrole, la succession d'Abdelaziz Bouteflika pourrait générer un certain chaos en Algérie. Du fait de son importance et de son influence en Afrique du nord, dans le monde arabe et dans le monde méditerranéen, la déstabilisation de l'Algérie pourrait être lourde de conséquence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Où l’on apprend qu’Emmanuel Macron est le porte–parole de Sibeth Ndiaye…

02.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

03.

Mais qu’est-ce que le Boogaloo auquel aspirent nombre d’émeutiers américains ?

04.

Après le conflit israélo-palestinien la France importe les tensions raciales américaines

05.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

06.

Mort de George Floyd : l’anti-racisme, combat nécessaire mais explication radicalement insuffisante de la situation américaine

07.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

04.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

04.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

05.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 21/09/2016 - 07:23
vivement 2017...
Que l on se debarrasse de ces collabo immigrationistes.
Ganesha
- 20/09/2016 - 12:25
Est-il vraiment nécessaire de vous répondre ?
Il reste encore environ un tiers des français qui se considèrent comme ''immigrationnistes''. Ils se nourrissent de médias comme Canal + (La nouvelle édition, avec Daphné Burki), le Jt d'Arte où, une semaine sur deux, c'est la sublime Kady Adoum qui nous fait pleurer à chaudes larmes sur les noyés de la Méditerranée. Il y a aussi le Nouvel Obs et Libé. Mais cet article essaie de ramener (progressivement?) ces grands sentimentaux à la réalité et il confirme les autres deux-tiers dans leurs convictions. En pratique, la question qui se pose à nous, c'est : pour qui devons-nous voter en 2017, pour donner à l'ensemble de la planète un signal clair et fort : ''Ne venez plus chez nous'' ! Il n'y a plus de place pour vous, nous n'avons rien à vous offrir ! Sarko ou Marine Le Pen ? Est-il vraiment nécessaire de vous répondre ?
vangog
- 20/09/2016 - 11:58
Nous les patriotes avions prévenu du danger
avant la guerre d'Irak par Bush, avant la guerre de Lybie par les généraux Levy et Sarkozy, avant l'immixtion absurde et mortelle des généraux Fabius et Flamby dans les affaires syriennes...aujourd'hui que le mal est fait et que les exodes sont déclenchés, et que se sont greffés sur eux les exodes économiques, la seule solution est celle du Front National: fermer brutalement ( ouh, les bisounours, ça fait mal, hein?) les pompes aspirantes créés par Sarko-le-tricheur, Flamby-le-menteur et tous ceux qui les ont précédées dans la génération de ces guerres droidelhommistes! L'UE étant incapable d'imposer à l'Italie et à la Grèce ( l'Espagne de Rajoy l'a bien fait, elle!) , toutes deux gauchistes, de cesser l'accueil des clandestins, la seule solution est la restauration des frontières nationales et l'arrêt des AME, ATA, retraites pour les étrangers, regroupement familial, allocations aux polygames, soins gratuits pour les étrangers etc...il n'y a plus à tortiller!